1. //
  2. // 27è journée

Le Milan AC fait le trou

Vainqueur de Lecce (2-0), le Milan AC met un coup d’accélérateur dans la course au titre. Les Milanais ont désormais quatre points d’avance sur la Juventus, tenue en échec à Gênes (0-0). Naples se replace dans la course à la Ligue des Champions, en profitant des surprenantes défaites de la Lazio et de l’Udinese.

Modififié
3 6
Finalement, la semaine n’est pas si mauvaise pour le Milan AC. Pas vraiment sur le plan du jeu, mais des résultats. Chahutés mardi soir à Londres, les rossoneri sont rentrés en Italie avec une défaite 3-0 dans les valises, mais surtout un billet composté pour les quarts de finale de la Ligue des Champions. Aujourd’hui, rebelote contre Lecce. Enfin, pas tout à fait. Ce coup-ci, Milan n’a pas sombré, comme lors de la première période face à Arsenal. Milan a même gagné, 2-0. Facile? Oui et non. Car si les Milanais ont eu les occasions les plus franches, le score ne reflète pas forcément ce qui s’est passé sur la pelouse de San Siro pendant près de 40 minutes. Lecce, 18ème du classement, a en effet offert une prestation loin de justifier son rang de relégable. Cueillis à froid par l’ouverture du score de Nocerino, après seulement sept minutes de jeu, les joueurs des Pouilles ont couru après le score pendant près d’une heure, avec des séquences de jeu parfois séduisantes.

De la 20ème à la 60ème minute, Lecce y a cru, même si Milan pouvait en planter un second a tout moment. Muriel, le feu-follet giallorosso, aurait même pu égaliser en première période, mais ce coup-ci, le Colombien n’est pas parvenu à sauver les meubles. Milan, parfois plus timoré que d’habitude (les stigmates de l’Emirates ?) s'est heureusement mis à l'abri grâce à un éclair de génie d’Ibrahimovic, peu après l’heure de jeu. Remise de la tête d’Emanuelson, frappe de demi-volée du Suédois qui termine dans la lucarne de Benassi. A 2-0, Lecce comprend que le train est passé. Le champion d’Italie administre la fin de match sans grand souci et passe proche de la troisième réalisation. Mais la meilleure nouvelle de la journée arrivera après le coup de sifflet de final. La Juve a fait match nul à Gênes. Effort minimum pour un résultat maximum : San Siro peut fêter les quatre points qui séparent désormais rossoneri et bianconeri.

Maudit Pepe

Des bianconeri qui, soyons honnêtes, ont eu une poisse invraisemblable face au Genoa. Un but annulé, et surtout trois poteaux touchés : la Juve seraient repartis avec les trois points que cela n’aurait pas été un scandale. Loin de là. Pourtant, occasions manquées ou non, le résultat est le même : la Juve ne prend qu’un seul point, et enchaîne ainsi un quatrième match nul consécutif en championnat. Quatre points, pendant que le Milan AC en a pris dix. Voilà ce qui synthétise au mieux le moment qu’est en train de vivre l’équipe turinoise. Or, si contre le Chievo et Bologne, la Vieille Dame avait clairement été en difficulté, aujourd’hui, elle a tout bien fait. Presque.

Malgré les absences en défense, l’équipe a été solide (Gilardino et Palacio sont pourtant des sacrés clients) et en attaque, Vucinic a semblé bien plus affuté que lors de ses dernières sorties. L’attaquant monténégrin était toutefois maudit : une barre touchée sur corner, puis la base du poteau de Sébastien Frey, encore sur une tête. Maudit, mais pas autant que Simone Pepe. L’ancien de l’Udinese a raté une occasion monumentale avec un plat du pied sur le poteau à un mètre du but, puis s’est vu annuler un but qui, au vu des ralentis, semblait valable. Non, ce n’était pas la journée de la Juve, qui aurait aussi pu repartir avec une défaite si Buffon n’avait pas été décisif sur Palacio en première période, et sur Kaladze en seconde. Et si l'arbitre avait donné un péno au Genoa pour une faute de Pirlo sur Rossi. L’équipe d’Antonio Conte, qui a opté pour le silence-radio après la rencontre en guise de protestation contre le but refusé, laisse donc le Milan AC s’envoler à +4. Et va presque devoir surveiller ses arrières.

Le Napoli se replace

Heureusement, derrière, ça cale. La Lazio, après sa victoire dans le derby romain, avait l’occasion de revenir à deux points des Turinois. Sauf que cette Lazio là est pire que docteur Jekyll et mister Hyde. Et face à Bologne, c’est son mauvais visage qui est sorti. Totalement dépassée par une fringante équipe bolognaise, la formation d’Edy Reja, toujours avec une moitié d’équipe à l’infirmerie, n’a jamais été en mesure d’inquiéter son adversaire (1-3). Pire, Bologne s’est permis le luxe d’inscrire tous les buts de la rencontre, puisque le seul but romain a été inscrit contre son camp par Rubin. La Lazio a même fini à neuf, à cause des expulsions de Matuzalem et de Gonzalez. Malgré la défaite, les biancocelesti restent troisièmes. Pourquoi ? Parce que l’Udinese a fait pire, en allant s’incliner sur la pelouse de la lanterne rouge, Novara. Jeda a inscrit le seul but du match, de la tête, permettant au promu de ne plus être dernier. Les Frioulans ont égalisé en seconde période par Danilo, mais le juge de ligne a annulé. Hors-jeu ? Faute ? Personne n’a vraiment compris. Même pas l’arbitre, à vrai dire.

Voilà en tous cas deux résultats qui font clairement les affaires du Napoli. L’équipe de Mazzarri revient comme un boulet de canon, et enchaîne une cinquième victoire consécutive en championnat. Cagliari, sa victime vendredi soir, a littéralement explosé face aux offensives azzurre (6-3). Naples rejoint ce soir l’Udinese au classement, mais revient surtout à deux petits points de la Lazio. La confrontation directe face à l’Udinese, qui aura lieu la semaine prochaine, en dira plus sur les ambitions napolitaines dans cette Serie A. Difficile également de connaître les ambitions de la Roma et de l’Inter. Les deux équipes, après des semaines très compliquées, se sont imposées ce week-end. La Roma est allée gagner à Palerme grâce à un but de Borini, et l’Inter a chassé les fantômes de la crise contre le Chievo, avec des buts de Samuel et Milito en fin de rencontre. Distancées dans la course à la troisième place, les deux formations, qui se tiennent en un point, vont plutôt devoir cravacher pour se qualifier pour l’Europa League. Mais la Lazio, l’Udinese et le Napoli seront difficiles à déloger.

Arithmétique bergamasque

Du nouveau dans la deuxième moitié de tableau. La Fiorentina, après un léger mieux lors des deux dernières journées, a chuté à nouveau, sur la pelouse de Catane. Lodi a scoré le but décisif sur pénalty, sans trembler. La Viola ne se dépatouille pas de la deuxième moitié de tableau et, si elle compte sept points d’avance sur la zone de relégation, elle continue de décevoir, malgré une prestation pas forcément mauvaise. En revanche, tout va bien pour Catane. Les joueurs de Montella creusent ce soir l’écart avec le rival palermitain (+4), et pointent à la huitième position, à seulement deux points de l’Inter et trois de la Roma. Chapeau, Vincenzo.

L’Atalanta, quant à elle, aurait fait encore mieux que Catane sans ses six points de pénalité. Les Bergamaschi, tenus en échec par Parme (1-1), sont onzièmes, avec 33 points. 33 + 6 = 39, soit un point de moins, seulement, que l’Inter. C’est quand même con. Enfin, Cesena a certainement dit définitivement adieu à la Serie A, aujourd’hui. Les joueurs de Beretta ont été battus à domicile par Sienne, concurrent direct au maintien. Cerise sur le gâteau, c’est Bogdani, ancien de Cesena, qui a inscrit le deuxième but toscan. Cesena est dernier, et compte un retard impossible à combler de 14 points sur le premier non-relégable, Cagliari. La Serie B, c’est bien aussi. Et puis bon, si l’on peut récupérer un Zdenek Zeman avec Pescara à la place, on signe tout de suite.

Les résultats :

Lazio - Bologne 1-3
Rubin (csc) 56' / Portanova 10', Diamanti 28', Khrin 60'
Novara - Udinese 1-0
Jeda 17'
Milan - Lecce 2-0
Nocerino 7', Ibrahimovic 65'
Genoa - Juventus 0-0
Catania - Fiorentina 1-0
Lodi 58'
Atalanta - Parma 1-1
Manfredini 5' / Paletta 55'
Cesena - Siena 0-2
Brienza 75', Bogdani 81'
Palermo - Roma 0-1
Borini 3'
Napoli - Cagliari 6-3
Hamsik 10', Cannavaro 19', Astori (csc) 30', Lavezzi 56', Gargano 70', Maggio 84' / Larrivey 38', 77' et 92'
Chievo - Inter 0-2
Samuel 87', Milito 89'


Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Il Ragno Nero Niveau : CFA2
Triste Calcio pourri par des dirigeants prêts à tout, et d'abord à tricher, pour gagner...

La moviola annonce 2 pénalties "oubliés" et un but injustement refusé à l'Udinese. Il est vrai qu'offrir 3 points à Novara n'empêche personne de dormir, l'équipe est déjà en Serie B...

Par contre, on ne peut décemment pas laisser l'Udinese se qualifier une 2ème fois d'affilée pour la C1 quand des clubs comme le Napoli, la Lazio, la Roma ou l'Inter devraient se contenter de C3 ou de rien du tout...
Mouais, tu vas un peu loin. Si l'Udinese n'a que 3 victoires à l'extérieur en 13 matches, j'pense qu'elle ne peut s'en prendre qu'à elle-même...
Non, il faut avoir vu le match Novara-Udinese pour le croire.
Arbitrage nullissime parce qu'en plus du but refusé il y a eu un paquet de fautes non sifflées et des cartons non sortis contre les joueurs du Novara qui n'auraient pas dû finir à 11 sur le terrain.
Ça dure depuis des années. Ça et l'absence de couverture médiatique pour une équipe qui a toujours fait honneur à sa qualif en coupes européennes à la différence de tous les "gros" qui se ridiculisent en EL.
OK, mettons donc ce match de côté. L'Udinese n'a gagné que 3 matches sur 12 à l'extérieur. L'arbitrage? A chaque fois ? ...
Il Ragno Nero Niveau : CFA2
A chaque fois, non, mais quand même, depuis un moment, ça s'enchaîne...

Depuis que l'Udinese est considéré comme un rival sérieux pour le scudetto.

D'ailleurs, les 2 matches au Friuli contre la Juve et le Milan sont exemplaires à ce niveau...

Je ne dis pas que l'Udinese devait gagner facilement ces deux matches, ni qu'on lui a refusé 15 buts et oublié 12 pénalties, mais bon, le diable est dans les détails à ce niveau de compétition. Chiellini et Thiago Silva se sont permis des choses sur Di Natale qui auraient été sifflées contre un adversaire différent et avec une Udinese autour de la 6-7ème place... Et puis, Ambrosini qui se fait les croisés d'Isla en toute impunité... Alors ouais, on met 3 matches à Zlatan pour une claque sans conséquences, mais les vrais gestes de pourris, tant qu'ils sont faits discrètement...

Sinon, y'a aussi les pénos douteux à Florence...

Après, on peut aller aussi voir du côté du Napoli de ce cinglé de De Laurentiis, qui gagne ses matches de plus en plus bizarrement.

Enfin, pour revenir à Novara, le pire, je crois que c'était Morganella. Je n'arrive toujours pas à comprendre comment il a pu terminer la première mi-temps.
Oh Napolitain, tu veux qu'on parle des simulations de Zalayeta et Lavezzi (deux penalties inexistants) contre la Juve (27/10/2007)?
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
3 6