1. //
  2. // 34ème journée

Le Milan AC fait du surplace

Le Milan AC a sauvé les meubles en fin de rencontre contre Bologne (1-1), mais laisse désormais la possibilité à la Juve de s’envoler en tête du classement. Statu quo dans la course à la troisième, après les nuls de la Lazio, de l’Inter et de l’Udinese. Seul Naples gagne.

Modififié
0 1
Il faudra noter d'une croix ce dimanche 22 avril. Car ce jour s’inscrira peut-être comme celui où le Milan AC a laissé filer le Scudetto. La tâche n’avait pourtant pas l’air compliquée : battre Bologne à domicile. Fastoche ? Non, évidemment. Milan confirme ses difficultés actuelles, après les défaites contre le Barça et la Fiorentina, et la courte victoire sur la pelouse du Chievo. Contre Bologne, donc, les Rossoneri ont bien cru qu’ils n’y arriveraient pas. Après avoir ouvert le score par Ramirez un peu après le quart d’heure de jeu, l’équipe de Stefano Pioli a conduit un match juste, ordonné, presque digne d’une équipe de haut de tableau. Les efforts de Zlatan, Robinho et plus tard Cassano, se sont avérés vains. Et quand le champion d’Italie se retrouve à dix après l’expulsion de Bonera, San Siro commence à se dire que cela sent le dimanche pourri. Heureusement, quand ça va pas, y a Ibra. Le Suédois égalise à la 90ème minute, redonne de l’espoir aux siens, et est à deux doigts de voir Robinho offrir un succès improbable aux Milanais dans les arrêts de jeu. Finalement, pas de succès. Juste un nul. Un petit point qui permet momentanément de rattraper la Juve. Mais les Turinois accueillent ce soir la Roma, et ont donc un boulevard devant eux pour prendre trois points d’avance (quatre, même, puisqu’en cas d’égalité, c’est la Juve qui l’emporte grâce aux confrontations directes) sur leur rival dans la course au titre. Or, à cinq journées de la fin, il se pourrait bien que cela soit décisif. Milan n’a plus qu’à prier Saint Luis Enrique.

La bonne affaire du Napoli

En attendant le résultat de la Roma, c’est le statu quo dans la course à la troisième place. La grosse occasion de la journée a été manquée par la Lazio. Les Romains, qui recevaient Lecce, avaient la possibilité de lancer le sprint final vers le précieux sésame donnant accès au tour préliminaire de la C1. Toujours privés de joueurs importants (Klose, Lulic, Radu, Konko blessés, Mauri, Kozak suspendus), les Biancocelesti y ont mis tout leur cœur, mais n’ont pas réussi à faire tomber le mur des joueurs des Pouilles, qui luttent actuellement pour leur survie en Serie A. Et puis, à neuf minutes du coup de sifflet final, la libération. Sur un centre de Scaloni, Matuzalem envoie un coup de casque qui fait chavirer le stadio Olimpico. La Lazio a fait sauter la banque. Mais Lecce a du courage, et lors de son tout dernier assaut, à la 92ème minute, Bojinov égalise au terme d’un immense cafouillage dans la surface laziale. 1-1. Désillusion dans les travées du stade. La Lazio reste troisième, certes, mais manque une énorme occasion de faire le trou avec ses poursuivants. Et le visage d’Edy Reja, furax à la fin de la rencontre, en dit long sur ces deux points de perdus.

En effet, un peu plus tôt dans la journée (et dans le week-end), l’Inter et l’Udinese avaient été tenues en échec, respectivement sur les pelouses de la Fiorentina et du Chievo. Des scénarii identiques pour les deux équipes. A Florence, l’Inter a été dominée, a subi pendant une grande partie de la rencontre et aurait pu s’incliner si, à vingt minutes du terme, Julio Cesar n’avait pas détourné en corner un pénalty de Ljajic. Grâce à ce sauvetage du portier brésilien, l’Inter sauvegarde au moins un petit point, qui lui permet de rester à six points de la Lazio. Même issue pour l’Udinese : 0-0 à Vérone, et Handanovic qui sort un pénalty du Français Théréau. Là aussi, grâce à l’exploit de leur portier slovène, les Frioulans restent à trois points de la Lazio, son adversaire dans une semaine. Ca va chier. Au final, la seule bonne opération de la journée est pour le Napoli. Après trois défaites consécutives, les Napolitains ont retrouvé la victoire face à Novara (2-0), grâce au 20ème but de Cavani et à Cannavaro. Pas brillant, Naples assure l’essentiel, à savoir trois points, et reste évidemment dans la course à la troisième place. Là aussi, le rendez-vous de la semaine prochaine vaudra de l’or. Un certain Roma-Napoli.

Humiliation génoise

Pour le maintien, c’est désormais une lutte à quatre entre Lecce, le Genoa, Cagliari et la Fiorentina. Pour Lecce et la Fiorentina, c’est un point de pris. Il faut donc s’arrêter sur le cas du Genoa, qui a vécu un après-midi surréel. Les Génois recevaient Sienne. A priori, un match à leur portée, puisque Sienne, avec ses 39 points, était quasiment hors de danger avant la rencontre. Mais la première période va être un véritable calvaire. Le Genoa encaisse trois buts, et part aux vestiaires avec le moral dans les chaussettes. Le public attend une réaction en deuxième mi-temps. Tu parles. Après seulement quatre minutes, c’est Sienne qui ajoute un quatrième pion. C’en est trop pour les supporters, qui se mettent à lancer des fumigènes et des pétards sur la pelouse. Le match est interrompu. Les ultras prennent le contrôle de la situation, bloquent même l’entrée des vestiaires, et les tentatives du capitaine Marco Rossi sont infructueuses. Le chef des ultras fait alors une demande inédite : il souhaite que tous les joueurs génois enlèvent leur maillot, comme pour dire qu’ils ne sont pas dignes de le porter. Les joueurs s’exécutent, et après de nouvelles discussions rondement menées par Giuseppe Sculli, le match reprend. Les joueurs de Sienne, un peu gênés d’une telle situation, décident d’être sympa, et plantent un but contre leur camp, histoire de dire que le Genoa a marqué. Score final : 4-1. Le Genoa n’est plus qu’à un point de la zone de relégation, et devra aller défendre son bout de viande mercredi, à San Siro, contre le Milan AC. Il reste cinq matches pour ne pas finir comme la Sampdoria.

Rien de bien fou dans les autres matches de la journée. Catane a obtenu une jolie victoire contre l’Atalanta (2-0), entretenant toujours le rêve d’une qualification au tour préliminaire de l’Europa League. Parme a quasiment assuré son maintien grâce à sa victoire 3-0 face à Cagliari, qui, pour sa part, reste encore trop proche de la zone rouge pour être serein. Enfin, lors du dernier match, Cesena et Palerme se sont quittés en bons amis (2-2) au terme d’une rencontre intense en première période, toute nulle en seconde. Avec 41 points, Palerme est déjà en vacances, tandis que Cesena est à un point d’être relégué mathématiquement. Les joueurs de Beretta, qui restent sur cinq matches nuls consécutifs, comptent 14 points de retard sur le premier non-relégable. Or, à cinq journées de la fin, il reste encore 15 points à prendre. On a bien peur que mercredi soir, au terme du report de la 33ème journée où elle devra affronter la Juventus, ce soit terminé pour l’équipe d’Emilie-Romagne. A l’année prochaine ?

Les résultats :

Cesena – Palermo 2-2
Santana 26’, Rennela 28’ / Bertolo 20’, Silvestre 47’
Genoa – Siena 1-4
Del Grosso (csc) 79’ / Brienza 17’ et 37’, Destro 19’, Giorgi 49’
Lazio – Lecce 1-1
Matuzalem 81’ / Bojinov 92’
Milan – Bologna 1-1
Ibrahimovic 90’ / Ramirez 26’
Fiorentina – Inter 0-0
Chievo – Udinese 0-0
Parma – Cagliari 3-0
Giovinco 24’, Floccari 73’, Okaka 90’
Napoli – Novara 2-0
Cavani 21’, Cannavaro 37’
Catania – Atalanta 2-0
Gomez 30’, Seymour 85’
Juventus – Roma, ce soir, 20h45

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans la tragi-comédie de Gênes, un joueur a montré de la dignité, Sculli qui lui, a refusé d'enlever son maillot et qui a convaincu les autres m....s de laisser reprendre le match.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Sochaux revient de loin
0 1