1. //
  2. // 30e journée
  3. // Milan/Sampdoria (1-1)

Le Milan AC et la Sampdoria s'annulent

Pas de passe de trois pour les Rossoneri, contraints de concéder le nul face à la Sampdoria, De Jong ayant répondu à l'ouverture du score de Soriano en seconde mi-temps.

Modififié
6 7

AC Milan - Samp. Gênes
(1-1)

N. de Jong (74') pour AC Milan , R. Soriano (57') pour Sampdoria Gênes.


Un match nul qui n'arrange personne. La formule est conventionnelle, mais ce dimanche, elle s'applique parfaitement au Milan AC et à la Sampdoria. Un nul 1-1 qui ne permet ni aux Milanais de lancer leur course à l'Europe, ni aux Génois de s'emparer de la quatrième place. Après deux victoires de rang, Milan s'arrête face à l'obstacle Samp, qui en a bloqué plus d'un cette saison. Les Milanais, pourtant dominateurs, ont vu les visiteurs ouvrir le score en seconde période, sur une magnifique inspiration de Samuel Eto'o, conclue par Soriano. Mené, Milan a dû aller chercher l'égalisation au courage, et l'a trouvée avec un peu de chance, sur un but contre son camp de Duncan. Seule « satisfaction » pour les joueurs d'Inzaghi : ce nul leur permettra d'aborder le derby milanais du week-end prochain avec un point d'avance sur le rival interista. On trouve des lots de consolation là où l'on peut.

Une histoire de millimètres


Tiens, la Curva Sud est de retour, même si elle a décidé de n'occuper que le haut du second anneau cette fois. Rappelons qu'il y a trois semaines, elle était totalement déserte lors de la victoire face à Cagliari. La banderole #SAVEACMILAN est d'ailleurs toujours présente, mais elle est accompagnée d'une multitude d'autres avec les noms des grands joueurs de l'ère Berlusconi, ainsi que les principales victoires. On y trouve même le blase de Papin. Un bon petit coup de nostalgie, et ce n'est pas ce dimanche soir qui arrangera les choses. Au coup d'envoi, et pour la première fois de la saison, Superpippo aligne deux fois de suite la même équipe, puisque l'infirmerie désemplit enfin. Cela n'excuse pas l'année difficile des Rossoneri, mais l'explique en partie. 4-3-3 pour Inzaghi, 4-2-3-1 pour Mihajlović qui se permet le luxe de garder Muriel en joker, préférant la grande carcasse d'Okaka en pointe.

Il faut tout de même attendre dix bonnes minutes pour voir une première action, une frappe d'Obiang tranquillement stoppée par Diego López. Van Ginkel répond et contraint Viviano à une belle parade pour dévier le tir en corner. Bref, après une bonne entame de la Sampdoria, les débats s'équilibrent malgré une tentative d'Eto'o, un joueur à « un millimètre du Milan cet été  » selon Adriano Galliani himself en avant-match. C'est même le Milan qui prend le dessus au nombre des occasions dangereuses, avec une tête mal placée de Destro et Cerci qui s'entête à se mettre sur son gauche alors qu'il était esseulé dans la surface. La mi-temps se termine par un petit black-out électrique afin de nous rappeler l'état des stades italiens.

De Jong fait tout


Aux points, le Milan remporte donc la première manche. Oui mais voilà, ce n'est pas un match de boxe. Après un bon coup franc d'Eder, c'est Soriano qui ouvre la marque, parfaitement servi à la limite du hors-jeu par Sameto'o. Une histoire de millimètres qu'on vous a dit... À partir de ce moment, les Rossoneri retombent dans leurs travers, incapables de réagir. Cerci sort même sous les sifflets après avoir raté plusieurs belles occasions franches. Le black-out se répercute sur la prestation des Milanais, et le salut arrive des coups de pied de coin. Mexès voit d'abord sa tentative de la tête sortie sur la ligne par Duncan. Re-corner, cette fois la reprise de De Jong est déviée par le même Duncan dans ses propres buts. Tim peut dormir tranquille, il n'est pas près d'être détrôné.

En revanche, dans la famille des De Jong, Nigel commence à prendre sérieusement du grade avec quelques interventions défensives décisives. Quoi qu'il en soit, le Milan se rebiffe et touche même le poteau par un superbe enroulé de Suso entré en jeu, mais on en restera là. Pas de passe de trois victoires consécutives pour les hommes d'Inzaghi (cela aurait été la première fois de la saison) et sept points d'écart toujours entre les deux adversaires du soir, soit la distance entre le club lombard et une place européenne. L'une d'entre elles ira probablement à la Samp, et ce sera mérité.

⇒ Résultats et classement de Serie A

Par Valentin Pauluzzi, à San Siro
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

georgesleserpent Niveau : Loisir
Je crois que sans De Jong on joue le maintien.
Message posté par georgesleserpent
Je crois que sans De Jong on joue le maintien.


faut prendre exemple sur la juve ... la periode du mecenat est termine ... Berlusconi doit laisser faire les pros du marketing ... je pense que politiquement il n'as plus besoin de milan ... faut passer la main ... c'est le milan ... c'est autre chose que city
romlakers Niveau : CFA2
Vivement le rachat par le consortium chinois.
Le black out c'était pas pour fêter l'anniversaire du match contre Marseille?
roberto-larcos Niveau : Ligue 2
Quelle tristesse...Silence Milan coule...
Alain Proviste Niveau : Ligue 2
Note : 1
Pareil que toi, je ne suis pas tifoso du Milan mais j'ai beaucoup de respect et d'estime pour ce grand club et les voir à ce niveau depuis deux saisons me rend triste... Pour retrouver sa splendeur d'antan et revenir sur le devant de la scène en Europe, la Serie A a besoin d'un grand Milan !
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
6 7