En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 15 Résultats Classements Options

Le Milan AC et l'Inter au fond du trou

Journée folle en Italie. Les deux équipes de Milan s'inclinent, respectivement face à l'Udinese et Sienne, le Napoli perd des points à Catane, et la Lazio est battue à domicile par un Genoa cynique. Des résultats qui font les affaires de la Juve, toujours souveraine en son royaume.

Modififié
Un crochet du droit frioulan. Un uppercut toscan. Sonnées, KO, les deux équipes de Milan se retrouvent à terre, sans vraiment comprendre ce qui est en train de leur arriver. Mais avec une terrible constatation : au bout de quatre journées, elles comptent respectivement 3 et 6 points, soit moins à elles deux que la Juve, qui vole déjà à 12 points. Mais cette journée va marquer un tournant, un vrai. Pour le Milan AC, le déplacement à Udine ressemble très franchement à une fin de cycle. Une défaite, deux cartons rouges et un Massimiliano Allegri qui pourrait rendre les clefs de son casier dans les prochains jours, malgré les démentis d'Adriano Galliani. Ce qui est encore plus dur pour les tifosi rossoneri, c'est que, pendant tout l'été, ils ont tenté d'avertir les dirigeants. Avec des pétitions, des appels, des protestations. Les départs de Thiago Silva, Zlatan, Gattuso, Nesta, Seedorf, Zambrotta et Cassano ne pouvaient pas être digérés comme ça, en claquant des doigts. C'était presque couru d'avance. Les dirigeants milanais ont tenté de rassurer tout le monde. « Milan reste Milan, nous nous relèverons plus forts qu'avant » , bla bla bla.

Après quatre journées, le bilan saute aux yeux de tous : une victoire et trois défaites. La troisième, concédée cet après-midi à Udine, est tout ce qu'il y a de plus logique. Nerveux, les Rossoneri ont terminé le match à 9 (expulsions de Zapata et de Boateng) et peuvent s'en vouloir pour les trois énormes occasions qu'ils ont obtenus lors des 10 premières minutes, et qui auraient pu changer le cours de cet après-midi désastreux. Mercredi, Milan recevra Cagliari à San Siro, peut-être avec un autre entraîneur sur le banc. Mais vu la malédiction qui s'abat actuellement sur le stade milanais, pas sûr qu'il s'agisse là d'une bonne nouvelle. En effet, l'Inter s'est à nouveau inclinée à domicile, ce coup-ci contre la lanterne rouge, Sienne (0-2). Pas vernie, l'équipe de Stramaccioni a longuement buté sur un excellent Pegolo, le portier des Toscans, avant de céder en fin de rencontre sur deux offensives parfaitement placées. San Siro a sifflé et Moratti avait l'air perdu dans ses pensées à la fin de la rencontre. Le blocage semble plus psychologique qu'autre chose. Alors voilà peut-être une solution : jouer tous les matchs à l'extérieur ?

Hold up à la génoise

Forcément, quand le Milan AC et l'Inter perdent lors d'une même journée, la Juve se marre. Tout va bien pour les Bianconeri, qui ont obtenu hier soir leur quatrième succès en autant de journées. Du coup, l'équipe de Massimo Antonio Carrera Conte est désormais seule en tête du classement. Pourquoi ? Parce que les deux autres équipes qui avaient fait carton plein ont laissé des plumes en route. Le Napoli, d'abord, est allé chercher le nul, 0-0, sur la pelouse de Catane. Les Napolitains confirment que le stade Massimino est un véritable tabou pour eux. C'est simple : Naples n'a jamais gagné à Catane dans son histoire. Or, ce match nul a clairement des allures de défaite, lorsque l'on sait que l'équipe de Mazzarri a joué en supériorité numérique pendant... 88 minutes. Alvarez, le défenseur sicilien, a été exclu au bout de deux minutes de jeu, pour une faute de dernier défenseur sur Cavani. Malgré cela, Naples n'est pas parvenu à imprimer sa patte sur cette rencontre, et l'occasion la plus franche a même été pour Catane. Les Siciliens ont en effet eu la possibilité de réaliser le coup parfait par Gómez, à deux minutes du terme, mais le Papù a trouvé la base du poteau de De Sanctis.

Les Partenopei laissent filer leurs premiers points de la saison et doivent désormais préparer un match importantissime, mercredi soir, contre la Lazio. La Lazio, donc. Les Biancocelesti ont accueilli le Genoa, trois jours après leur bon nul, 0-0, sur la pelouse de Tottenham. Scénario incroyable au stadio Olimpico. Les Laziali dominent outrageusement la rencontre, se créant un nombre d'occasions incalculables. Quand ce n'est pas Sébastien Frey, c'est la barre qui sauve les joueurs de De Canio. Et puis, à dix minutes du terme, paf, le hold-up ! Outrage ultime pour les Romains, le but du Genoa est inscrit en contre par... Marco Borriello, ancien buteur de la Roma, hué pendant toute la rencontre. Les derniers assauts des hommes de Petković n'y font rien. la Lazio s'incline pour la première fois de la saison, dans le match où, paradoxalement, elle a probablement offert sa plus belle prestation collective. Il ne faudra pas s'apitoyer trop longtemps : mercredi soir, le stadio San Paolo sera chaud bouillant pour accueillir des Biancocelesti forcément sous le choc de cette défaite très cruelle.

Histoires de pénaltys

Pas mal de matchs nuls sur les autres pelouses de Serie A. À commencer par ce nul invraisemblable entre Parme et la Fiorentina (1-1). La Viola domine largement la première heure de jeu, ouvre le score par Roncaglia (quelle frappe de mule !), se crée des occasions. Bref : elle se dirige vers une victoire tranquille. Mais Parme obtient un péno. Valdés fait n'importe quoi et tire dans les bras de Viviano, qui se permet même de capter le tir. À trois minutes du terme, c'est au tour de la Fiorentina d'obtenir un pénalty. Mais Jovetić, lui aussi, se déchire et foire sa tentative. Dans les arrêts de jeu, Luca Toni est coupable d'une faute de main dans sa propre surface. Troisième pénalty de la soirée. Jamais deux échecs sans trois ? Bah non. Cette fois, Valdés ne tremble pas et offre un point miraculeux aux Parmesans. Montella, pour sa part, l'a mauvaise. Tout comme Ciro Ferrara. L'entraîneur de la Sampdoria va faire des cauchemars cette nuit, et celui qui hantera ses rêves se nomme Jean-François Gillet. L'ancien gardien de Bari a été monstrueux dans les cages du Torino, mettant en échec les attaquant génois. Le gardien belge ne s'est incliné qu'en toute fin de rencontre, sur pénalty (réalisation de Pozzi). Le Torino avait lui aussi ouvert le score sur péno, par le biais de Rolando Bianchi. Un match magnifique entre les deux promus, qui ont fait preuve d'une immense abnégation et qui n'ont en aucun cas tenté de fermer le jeu. Mine de rien, la Sampdoria est ce soir quatrième, et ce, malgré sa pénalisation initiale d'un point.

Un point. C'est justement le total de Pescara. L'ancien club de Marco Verratti a obtenu cet après-midi son premier point en Serie A depuis 19 ans. Les joueurs de Giovanni Stroppa sont ressortis indemnes du stadio Dall'Ara de Bologne (1-1). Les Bolognesi ont pourtant rapidement ouvert le score par Gilardino. Mais Pescara, valeureux, est parvenu à égaliser sur un coup franc du Colombien Quintero. En deuxième période, Gilardino obtient un pénalty et provoque l'expulsion du portier Perin. Pelizzoli, l'ancien gardien de la Roma, entre et arrête le péno de Diamanti. Décidément, c'était la journée des pénaltys ratés. Enfin, dans le dernier match de la journée, l'Atalanta s'est imposé au buzzer face à Palerme (1-0), grâce à un but de Raimondi à la 88e minute. Gasperini débute donc par une défaite son aventure palermitaine. Encore une, et il se fait virer. C'est le tarif. À noter que le match entre Cagliari et la Roma a été annulé pour des raisons d'ordre public. Ce match devait se disputer à huis clos, mais le président des Sardes, Cellino, avait décidé d'inviter gratuitement les tifosi au stade. Pour éviter tout débordement, le préfet a décidé d'annuler la rencontre. Furax, les dirigeants de la Roma ont fait appel pour l'homologation d'une victoire sur tapis vert, 3-0. Il vaut mieux, vu que lors des deux dernières saisons, ils ont pris 5-1 et 4-2 face aux Sardes...

Les résultats :

Parme - Fiorentina 1-1
Valdés 90' / Roncaglia 20'
Juventus - Chievo 2-0
Quagliarella 64' et 68'
Sampdoria - Torino 1-1
Pozzi 84' / Bianchi 69'
Atalanta - Palermo 1-0

Raimondi 88'
Bologna - Pescara 1-1
Gilardino 8' / Quintero 40'
Catania - Napoli 0-0
Inter - Sienne 0-2
Vergassola 73', Valiani 92'
Udinese - Milan 2-1
Ranégie 40', Di Natale 68' / El Shaarawy 54'
Lazio - Genoa 0-1
Borriello 79'
Cagliari - Roma, repoussé à une date ultérieure Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 08:27 267€ à gagner avec Shakhtar - Roma & CSKA Moscou 1 Hier à 17:06 Henry calme le jeu après ses propos sur Neymar 61 Hier à 07:44 BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Séville - Manchester 1
Hier à 12:16 Ranieri ne dirait pas non à l'Italie 17
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mardi 20 février Lamine Sané signe à Orlando 8 mardi 20 février Ronaldinho se lance dans la musique 12