Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Groupe A
  4. // J2
  5. // Chili/Mexique (3-3)

Le Mexique tient le Chili en échec

Au terme d'un match fou où chaque équipe a eu sa mi-temps, le Chili et le Mexique n'ont pu se départager. Inquiétant pour les locaux, qui, malgré une seconde mi-temps enthousiasmante, ont affiché des lacunes défensives non compatibles avec leurs prétentions de sacre.

Modififié

Chili 3-3 Mexique

Buts : Vidal (22e, 55e) et Vargas (42e) pour le Chili // Vuoso (21e, 66e) et Jimenez (29e) pour le Mexique

Vamos, vamos chilenos. Le stade national de Santiago donne le la. La marée rouge fait du bruit dans l'attente anxieuse de ses héros. Une anxiété visiblement contagieuse pour des Chiliens au rabais pendant 45 minutes. Alors que la température de l'hiver austral se radoucit, l'enthousiasme de la Marea Roja n'est pas suffisant pour faire fonctionner le jeu en triangle des Chiliens. Car si le stade entier sent que cette Roja a peut-être rendez-vous avec l'histoire et exhorte ses guerriers, le Chili a du mal à produire son habituel jeu léché, préférant s'en remettre aux longs dégagements de Bravo dont se délecte le costaud mexicain Ayala. Il faut dire que le pressing haut des Mexicains gêne les 3 arrières à la relance. Les coups tactiques tentés par Sampaoli – Vargas latéral gauche, Albornoz avec Medel et Jara derrière - sont des coups d'épée dans l'eau.

Jeu long et coup d'épée dans l'eau


Après un quart d'heure d'approximations, ce Chili contre-nature se fait punir. C'est Vuoso et son horrible look qui ouvrent le score sur une situation défensive mal gérée par les Chiliens. Un but pas franchement volé. Presque un moindre mal pour les Chiliens d'ailleurs. D'une parce qu'Albornoz avait touché le ballon de la main et aurait pu souffrir de la double peine si Vuoso n'avait pas marqué. De deux car il a permis de réveiller Arturo Vidal qui égalise dans la foulée d'un coup de casque royal. Mais le Chili n'est pas serein, l'armée mexicaine attaque en nombre. Des escarmouches douloureuses à tous les coups, puisque Raúl Jiménez redonne vite l'avantage aux Aztèques sur corner. La Roja ne répond plus. Medel est pris de vitesse, Sánchez tente de bousculer le destin, mais oublie ses partenaires, et Sampaoli remue le long de sa ligne quand son rival, le Piojo Herrera, donne ses consignes sereinement, malgré un costard plus ou moins bien taillé.

Sánchez dans le vide


Mais ce Chili à réaction est tout en paradoxe. Alors qu'on les croyait la tête sous l'eau, Edu Vargas, décidément providentiel, égalise juste avant la mi-temps sur un superbe centre de Vidal. La Furia Roja peut se déchaîner juste avant les citrons et enfin être enthousiasmante. Un deuxième acte que le Chili aborde avec moins de complexes. Le Mexique cette fois va jouer le contre. Une décision pas bête, étant donné les errements défensifs des locaux et le all in offensif des Chiliens. Car si le Chili a retrouvé sa qualité et son envie. Il n'a pas perdu sa défense intermittente. Ainsi au penalty roublard obtenu et transformé par Vidal, la Tri répond par un nouveau but de ce renard de Vuoso qui profite une nouvelle fois des largesses rouges. 3-3 balle au centre. Plus rien ne sera marqué, malgré une fin de match folle et un Chili enfin emballant. Malgré l'odeur de poudre et le but injustement refusé à Alexis. Malgré les encouragements nourris du Nacional ou même l'entrée de Pinilla qui rêvait de rédemption. Ce Chili à deux visages a-t-il les armes pour répondre aux attentes de son peuple ? Nul ne le sait, mais avant, il devra disputer la première place qui lui semblait promise face à la Bolivie. Qui l'eut cru ?

Par Arthur Jeanne à l'Estadio Nacional
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 24
Partenaires
Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE