1. //
  2. // Sélection
  3. //

Le Mexique collectionne les coachs

Modififié
0 5
Espérance de vie d'un sélectionneur mexicain = 2 semaines.

Deux mois et quatre sélectionneurs différents. C'est le rythme auquel la Fédération mexicaine consomme ses meneurs d'homme. Après José Manuel de la Torre, Luis Fernando Tena avait assuré l'intérim, et puis Víctor Manuel Vucetich était arrivé en sauveur. Et il vient d'annoncer son limogeage à venir : « J'ai des indications en ce sens, même s'il n'y pas encore de communiqué officiel. »

Pourtant, le Mexique vient d'accrocher de justesse sa 4e place de la zone Concacaf, synonyme de barrages face à la Nouvelle-Zélande. Et ce n'était pas gagné d'avance. Cette seconde chance, la Fédération la doit en partie à Vucetich, mais surtout aux États-Unis, vainqueurs du Panama dans les arrêts de jeu, offrant du même coup la 4e place aux Aztèques.

Miguel Herrera, l'entraîneur du premier club mexicain, l'America, est pressenti pour le siège éjectable. UB
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Note : 1
L'effectif sur le papier est pas mauvais , sans doute un manque d'émulsion !
Quand tu regardes le dernier match a domicile gagné dans la douleur a la 86 ème , certes gol de chilena lindo golazo ,
mais tiré par les cheveux comme dit , et ensuite perdre le dernier match alors que celui ci était crucial de survie , c'est qu'il y a aucun liant , et l'énigme est de trouver un sélectionneur qui trouvera la recette de la salsa !
loulou1931 Niveau : CFA2
Comme la durée de vie à Tijuana en fait
julián basañez Niveau : DHR
Je pense qu'il paye le dernier match face au Costa-Rica ou l'equipe a été ridicule, de plus le Mexique ne doit son repechage qu'a la perf des Etas-Unis qui sont allés s'arracher dans les arrets de jeu pour gagner au Pánama alors qu'ils etaient deja qualifiés.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 5