1. //
  2. // Hongrie-Croatie
  3. // Itw Vedran Runje

« Le meilleur endroit pour jouer au foot, c'est le Vélodrome »

C'était une grande gueule du début de siècle. Un homme passionné et passionnant, fidèle jusqu'au bout des boucles. Retiré du foot à Split depuis maintenant cinq ans, Vedran Runje rembobine quinze ans de foot du bout de ses quarante piges. Avec le cœur.

Modififié
La France t’a quitté sur une dernière aventure avec le RC Lens, en mai 2011. Tu as plusieurs fois expliqué que cette aventure t’avait marqué psychologiquement. Comment peux-tu l’expliquer avec du recul ?
Oui, ça m’a touché. C’est pour ça que je suis parti à la fin de la saison et que j’ai décidé d’arrêter le football. Ce n’était plus possible pour moi de continuer à jouer dans une telle situation. J’étais à la fin de mon aventure, je sentais que je ne pouvais pas apporter plus. C’était plus simple pour moi d’arrêter là, même si ce n’était pas une décision facile à prendre. Pour moi, c’était qu'une question d’honnêteté.

Depuis ton arrivée en 2007, tu avais réussi à développer une relation particulière avec les supporters du club. Comment tu pourrais la décrire ?
On va dire que comme dans toutes relations, il y a des hauts et des bas. Dans un club de foot, ça dépend des résultats, c’est normal. À Lens, je suis arrivé à une période où les résultats n’étaient pas bons. Malgré ça, avec les supporters, ça se passait bien pour moi. Reste qu’au bout d’un moment, quand ça ne va plus, la situation se retourne et il faut accepter la critique. J’avais envie d’apporter encore plus à ce club et je n’ai pas réussi. Après, il y a eu cette histoire après le match à Lorient (après une défaite à Lorient 3-0, le 11 décembre 2010, Vedran Runje avait insulté les supporters, ndlr). Je n’ai pas été très fier de ça, ce n’était pas une bonne réaction de ma part, mais j’ai réagi sur l’instant. C’était de la frustration.

Il y aussi une image que l’on retient : le tifo géant réalisé par les supporters du RC Lens, en décembre 2008, avec un message en croate, « Nous avons beaucoup de respect pour toi Vedran. Merci d’être là » .
On était en Ligue 2 à ce moment-là. Déjà, ce n’est pas normal pour un club comme ça, surtout avec l’équipe que l’on avait la saison précédente, mais bon, c’est arrivé. C’est le foot, et j’ai décidé de rester. Les supporters ont respecté ça et ils ont fait ce tifo pour moi. C’est à ce moment que j’ai choisi de finir ma carrière à Lens. On voulait remonter tout de suite, mais malheureusement, à cause des problèmes avec la DNCG, le club ne pouvait pas recruter. La situation était compliquée, ça jouait dans notre tête et tout a pété à Lorient quand j’ai eu cette réaction.

« Tomislav Ivić a su voir quelque chose en moi, et grâce à ça, j’ai fait quelque chose de bien dans ma carrière. » Vedran Runje
Pourquoi, après la descente, tu avais décidé de rester à Lens ?
Avant ça, j’étais en Turquie, à Beşiktaş, où on avait terminé deuxièmes du championnat et remporté la Coupe de Turquie. J’avais l’opportunité de jouer la Ligue des champions, mais, pour moi, Lens était un bon projet. Je suis arrivé dans un club qui était bien et qui est descendu. Je pense que, quand ça va mal, il faut aussi être honnête et rendre la confiance. Quand ça marche mal, il faut rester pour donner un coup de main. J’aurais pu trouver un autre club, j’étais international, mais j’ai souhaité rester. C’était prioritaire pour moi, avec l’équipe, de faire remonter le club rapidement.

Est-ce qu’aujourd’hui tu continues à suivre les résultats du club ?
Oui, je suis aussi toujours en contact avec certaines personnes qui y travaillent. Il n'y a pas longtemps, j’étais de passage en Belgique, et je suis venu voir quelques matchs. C’est un club de mon cœur, comme tous ceux où je suis passé.


Toi, tu as commencé ta carrière à Split. L’Hajduk est un monument dans le pays, mais vit aujourd’hui dans l’ombre du Dinamo. Qu’est-ce que ça représentait pour toi de jouer pour cette institution ?
Je suis parti au Standard en 1998. Le Dinamo gagne tout depuis une dizaine d’années, mais dans l’histoire de l’ex-Yougoslavie, le Hajduk était un grand club. J’ai signé mon premier contrat à l’âge de 17 ans. J’étais un espoir du club, du pays, mais à la fin de mon contrat, j’ai eu la possibilité de partir en Belgique. Mon objectif était de partir jouer à l’étranger. Chez nous, le championnat était correct, mais pour moi, partir était une priorité.

Ton entraîneur, à l’époque, était le monument Tomislav Ivić. Il a été avec toi au Standard et à l’OM aussi. Comment a-t-il compté dans ta carrière ?
Il a su voir quelque chose en moi, et grâce à ça, j’ai fait quelque chose de bien dans ma carrière. À cette époque, il était directeur sportif et entraîneur. C’est un rôle un peu particulier et il était aussi consultant de l’entraîneur de l’Hajduk. Je n’étais pas vraiment titulaire et quand il est parti à Liège, il m’a emmené avec lui et deux autres joueurs.

« À Split, l’OM a la même image que l’Hajduk. Celle du club de province qui se bat contre la capitale. Je crois que même ici, Marseille est un mythe grâce à Skoblar, la finale de C1 en 91 contre l’Étoile rouge. » Vedran Runje
Très rapidement, tu es devenu l’un des meilleurs gardiens du championnat belge, si ce n’est le meilleur. Qu’est-ce que t’a apporté le football belge ?
J’avais 21 ans. J’ai changé dans mon jeu, mais en arrivant, je ne comprenais pas le français. Avec l’entraîneur, ça m’aidait. Je m’occupais de mon boulot, et la première saison, j’ai été élu meilleur gardien du championnat par les joueurs. C’est quelque chose qui m’a aidé par la suite parce que j’étais reconnu. Comme partout, après, tu as besoin de beaucoup de chance.

C’est à ce moment-là que tu as signé à Marseille, en 2001. L’OM a longtemps été une terre de joueurs yougoslaves avec Slišković, Bokšić ou Skoblar. Qu’est-ce que représente l’OM pour un joueur croate ?
À l’époque encore, c’était quelque chose. Ici, à Split, l’OM a la même image que l’Hajduk. Celle du club de province qui se bat contre la capitale. Je crois que même ici, Marseille est un mythe grâce à Skoblar, la finale de C1 en 91 contre l’Étoile rouge. C’est quelque chose de mythique. Pour moi, c’était différent, car Marseille luttait pour ne pas descendre. Ce n’était pas évident d’arriver dans une situation pareille, mais c’était un challenge.


Jouer au football avec la pression, la passion, était quelque chose d’important pour toi ?
C’est simple : un club sans supporter, ce n’est pas un club. Pour moi, les supporters sont les plus importants. Après, quand ça marche sur le terrain, c’est bien, sinon, il faut accepter les critiques. Même maintenant, depuis que j’ai arrêté, je le vois. Une tribune sans supporter, c’est rien. Quand tu joues dans un grand club, tu dois accepter de vivre avec la pression, ça doit te motiver et pas l’inverse. C’était le cas à l’OM.

Le Vélodrome te connaissait surtout pour ta grande gueule. D’où vient ce caractère ?
Je n’ai jamais aimé perdre. C’est pareil dans tous les sports, mais comme tout le monde je pense. Je n’ai pas travaillé sur ma grande gueule, c’est comme ça. Je pense que c’est ma vie qui a construit ça.

« Depuis mon arrivée, j’étais devant les autres gardiens. On revient fort et la direction décide de tout changer. Barthez est arrivé. Je n’ai pas compris pourquoi, comment. Même le public était contre cette décision. C’est le football. » Vedran Runje
Le poste de gardien était une évidence pour toi ?
Comme tout le monde, à l’école, je jouais sur le terrain. Gardien, je n’ai pas décidé. Je pense que c’est le poste de gardien qui m’a choisi. Jeune, j’aimais plonger, être dans le but, chambrer les autres qui n’arrivaient pas à marquer.

Du côté de Marseille, la première saison était compliquée, il y avait eu aussi ces deux matchs contre le PSG
Au début, oui, c’était compliqué. La première année, il y a quelque chose comme quinze joueurs qui sont arrivés au club. Tous les jours, un nouveau mec arrivait. C’était pas facile de mettre ça en place sur le terrain mais, neuvième la première saison, c’était déjà mieux qu’une bataille pour la relégation. On connaissait le PSG, on savait que Ronaldinho pouvait nous faire mal. C’était déjà un grand joueur. Tu sais que quand tu joues contre Paris, il te faut un résultat, il faut gagner, pour les supporters. Alors oui, Ronaldinho nous a fait mal. La suite a montré le joueur qu’il était, mais, sur le moment, ça faisait mal quand même.


La saison suivante, vous accrochez la Ligue des champions.
(Il coupe) C’est ce qui montre que l’OM est un grand club. Tu te bats pour ne pas descendre et deux ans après tu fais revenir la Coupe d'Europe au stade. C’est quand même fort. En Europe, en 2003-04, on avait une grosse poule avec le Real, Porto et Belgrade. C’était une grande saison pour le club, mais pour moi, c’était le début des problèmes.

En janvier 2004, Barthez arrive en prêt et te pousse sur le banc. Tu ne joueras plus avec l’OM. Comment as-tu vécu cette situation ?
Honnêtement, même aujourd’hui, je ne sais pas ce qu’il s’est passé. Depuis mon arrivée, j’étais devant les autres gardiens, dans un club qui ne voulait pas descendre. On revient fort et la direction décide de tout changer. On m’a changé moi, Barthez est arrivé. Je n’ai pas compris pourquoi, comment, ce qui est arrivé est arrivé mais même le public était contre cette décision. C’est le football.

« Si je regarde tous les joueurs avec qui j’ai joué, la plupart avait peur en Turquie, mais à Marseille, ils se dépassaient. C’est difficilement descriptible. » Vedran Runje
Cette saison, le club était aussi porté par le talent de Drogba. Quel souvenir tu en gardes ?
Didier est arrivé avec une étiquette de bon joueur, mais il venait de Guingamp. Avec lui, on avait Mido qui avait déjà une solide réputation et Marlet. On ne savait pas trop qui allait jouer. Mais dès que Didier a commencé à jouer, c’est parti comme une flèche. Il marquait quand il voulait.

Après l’OM, tu retourneras à Liège et tu feras une saison en Turquie. Quelle ambiance as-tu trouvée à Istanbul ?
Je ne sais pas si on peut parler d’ambiance. C’était bien, mais c’était différent de l’OM. La Turquie, c’est bruyant, ça chante, mais le meilleur endroit pour jouer au foot, c’était le Vélodrome. Si je regarde tous les joueurs avec qui j’ai joué, la plupart avait peur en Turquie, mais à Marseille, ils se dépassaient. C’est difficilement descriptible. Quand j’étais à l’OM, le Vélodrome dégageait une ambiance positive, car on avait aussi des bons résultats.


Tu as aussi connu la sélection nationale, tardivement, grâce à l’arrivée de Slaven Bilić. C’est une idole à Split, quel genre d’entraîneur était-il ?
J’ai commencé tard. J’ai joué la C1 avec l’OM en 2004, mais je n’étais pas appelé par la sélection alors que les autres gardiens n’étaient parfois même pas titulaires ailleurs. C’est le choix du coach, je respecte. Quand Bilić est arrivé, il m’a appelé pour un match contre l’Italie, qui venait d’être championne du monde. Quand on joue chez nous, tout peut arriver. Je me sentais vieux parfois, et j’expliquais au sélectionneur qu’il pouvait prendre des gardiens plus jeunes. Lui voulait que je reste. Tu ne peux pas refuser la sélection. Avec Bilić, on avait une relation particulière. Il est très proche de ses joueurs, dans le respect mutuel avec eux, dans la confiance et la bonne ambiance. Il est comme ton pote, tu n’as pas envie de le trahir. C’est comme jouer pour ton ami.

Est-ce que tu es surpris par cette réussite qu’il a aujourd’hui en Angleterre ?
En réalité, j’avais plutôt été surpris lorsqu’il a échoué au Lokomotiv Moscou. Chaque pays a sa spécificité. En Turquie, il a réussi et, aujourd’hui, en Angleterre, c’est exceptionnel. Je suis très content pour lui, mais pas vraiment surpris. Il est fort dans l’analyse du détail, c’est un homme 100% football. Je pense qu’il avait besoin d’un travail à plein temps plutôt que d’un travail plus irrégulier comme celui de sélectionneur.

« Contre la Turquie en 2008, on marque à la dernière minute de la prolongation. Moi, sur le banc, j’étais en train de ranger mes gants pour aller au vestiaire, et sur le dernier long ballon… » Vedran Runje
Tu crois en ton pays pour l’Euro ?
Je pense qu’on a une belle génération. On a une équipe assez jeune, talentueuse, avec des joueurs qui jouent dans les meilleurs clubs européens. On va être une équipe difficile à battre. Le foot est une histoire de détails qui peuvent changer un match : un poteau sortant, un poteau rentrant.

Tu parles de détails. Toi, ton championnat d’Europe en 2008, vous l’avez perdu sur un détail contre la Turquie
C’est un cauchemar, même aujourd’hui. On est passé en quelques secondes d’un état euphorique à la tristesse totale. Tu marques à la dernière minute de la prolongation, moi, sur le banc, j’étais en train de ranger mes gants pour aller au vestiaire, et sur le dernier long ballon… Il y avait du monde, et boum, égalisation. Certains de l’équipe actuelle étaient là à l’époque, ça leur servira.

Vidéo

Ton fils, Roko, est aussi devenu gardien, comme ton frère et toi. Tu l’as poussé ?
Non, non, non, non… Je n’ai rien fait. C’est la malédiction de la famille, on est tous gardiens ! Quand je le regarde jouer, il me rappelle moi. Il me demande des conseils, mon frère, qui est entraîneur des gardiens à Split, l’aide aussi. L’important est qu’il s’amuse. Pour le moment, ça marche bien, il a été retenu avec l’équipe nationale de sa génération. Il ne faut pas trop parler, je ne veux pas qu’il prenne la grosse tête et qu’il pète un plomb.

Pour vous, le monde du foot, c’est terminé ?
Comme tu as vu, je suis parti de France très rapidement. J’avais besoin de temps, de me vider la tête. Maintenant, ça revient doucement, l’envie de revenir dans le foot. Je ne sais pas encore comment, mais ça me tente. On verra bien.



Propos recueillis par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

j'adorais ce gardien

avec mes potes, la saison où on finit 3ème avec une équipe en carton (2002-2003) il nous faisait rêver

le côté mec de l'EST un peu fou surtout ;)
Un super mec que le Vél a adoré. Toujours donné à fond pour l'OM... Après, être remplacé par Fabulous Fab, ca n'a rien de dégueu
Vedran quand tu prends des buts casquettes non-stop et que tu encaisses, entre autre, un coup de casque de plus de 30 mètres c'est normal que tu as peur en Turquie ^^
En tant que supporter du Standard, je garde un excellent souvenir de Vedran. Un charisme immense et des performances de haut vol ( élu 3 fois meilleur gardien du championnat de Belgique).
Message posté par Rhum-One
Un super mec que le Vél a adoré. Toujours donné à fond pour l'OM... Après, être remplacé par Fabulous Fab, ca n'a rien de dégueu


C'est surtout la manière qui pose problème, en fait.
Runje était n°1, Carasso numéro 2, et dans un match d'exhibition OM - France 98, Carasso se blesse. Les dirigeants de l'OM cherchent un remplaçant pour le rôle de doublure, et très vite, décident de rapatrier Barthez qui a été écarté par Ferguson à MU. Sauf que Barthez ne venait pas pour être replaçant, et que Runje a très bien compris qu'l devrait céder la place et a claqué la porte. Mais, nouveau problème, Barthez ne pouvait pas jouer avant janvier (on était pas en période de mercato et on avait déjà recruté un le seul joker autorisé - Marlet, je crois).

Du coup, on s'est retrouvé avec Gavanon titulaire de fin octobre à janvier, avec le numéro 4 comme remplaçant, Runje et Barthez en tribune et Carasso à l'hosto, ce qui correspond à une série de mauvais résultats qui coûtent sa tête à l'entraîneur (Alain Perrin) et aboutissent à l'intronisation de José Anigo sur le banc.

Heureusement que Drogba portait l'équipe à bout de crampon cette année-là, parce qu'au niveau des à-côtés, ça valait largement la saison actuelle.
tranquilo_chiquito Niveau : CFA2
alors le vedran je l'ai bien kiffé a l'om, un fada complet dans une équipe et époque morose.
avant barthez il n'était pas dans la forme de sa vie il me semble quand meme. Mais c'est vrai qu'il s'est fait virer comme une merdE.
bref que de bons souvenir de lui, igor prigoune
Supporter Lensois, je continue à le respecter malgré tous les incohérences qui entourent son passage en Artois, comme son arrivée et celle de Le Crom balancent Itandje n°3 alors qu'il n'avait jamais fait défaut.
Mais, si je continue à le respecter, c'est aussi car il est à l'image de ce qui nous manque : une équipe avec des couilles ! A l'époque, les Runje, Kovacevic, Hilton ou Dindane imposait le respect partout, même l'année de la descente. Aujourd'hui on se contente de fausses pépites sans aucun mental. Même si je vulgarise ou si je suis dur avec l'équipe actuelle, c'est la vérité.
il y a 8 heures Nouveau : 300€ offerts en CASH pour parier le cœur léger ! il y a 1 heure Callejón calme les Niçois 2
il y a 9 heures Le retour de la rumeur Messi à Manchester City 100 il y a 10 heures Le rap des ultras de Genk 7 il y a 10 heures Il entre en jeu et doit arrêter le live tweet du match 4
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
il y a 11 heures Gillet chante du Maître Gims pour son bizutage à l'Olympiakos 17 il y a 12 heures Blaise Matuidi va nous manquer (via BRUT SPORT) Hier à 21:45 Le 200e but en Premier League de Rooney 16
Hier à 14:44 Un lob de soixante mètres en Angleterre 4 Hier à 14:05 Le CSC gênant de Wycombe 12 Hier à 13:44 Anigo s'embrouille sur le bord de la touche 39 Hier à 10:20 Quand Bailly envoyait un kick à Zlatan 13 dimanche 20 août L'hommage du Camp Nou aux victimes de l'attentat 2 dimanche 20 août Kembo Ekoko à Bursaspor 3 dimanche 20 août La bastos de Marcos Alonso 3 dimanche 20 août Il foire sa panenka à la 96e minute 23 dimanche 20 août La grosse mine de Bruno Fernandes avec le Sporting 4 dimanche 20 août Müller se blesse pour sept mois en célébrant son but 59 dimanche 20 août Alec Georgen régale sous les yeux d'Emery 8 dimanche 20 août Les pieds en l'air pour fêter le but de Jesé 8 dimanche 20 août La demi-volée de Gignac 10 dimanche 20 août Suspendu, Kaká regarde un match avec ses supporters 6 samedi 19 août Le bonbon de Malcom 12 samedi 19 août Le lob fou de Fekir 32 samedi 19 août Le cadeau de Cissé à l'un de ses coéquipiers 11 samedi 19 août Les ultras allemands répondent à la DFB 15 samedi 19 août Trezeguet bouscule Beşiktaş 25 vendredi 18 août Nantes, la mascotte et le plagiat 26 vendredi 18 août Brian Fernández arrive à Metz 9 vendredi 18 août 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM jeudi 17 août Valdés lance sa société de production 8 jeudi 17 août Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 15 mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 34 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 54 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16
À lire ensuite
Hommage à Johan Cruyff