Le meilleur championnat du monde ?

L'Espagne n'arrive pas à se remettre des éliminations du Real et du Sevilla en Champions. Malgré Villa, Zlatan, Navas, Ronaldo, Kaka, Iniesta, Xavi, Messi, Casillas ou Silva, la Liga est loin d'éclabousser l'Europe de ses talents. Avec une équipe nationale au-dessus du lot et le retour de Perez aux manettes, on nous avait pourtant prédit une année espagnole. C'est le contraire qui arrive. Que pasa en España ?

Modififié
0 2
En Espagne, on tourne autour du pot pour éviter la question qui tue : la Liga est-elle toujours/vraiment le « meilleur championnat du monde » ? En période de négociations de droits audiovisuels et de “guerre du foot” (Mediapro contre Sogecable pour l'exclu de la Liga, épisode 253), mieux vaut ne pas ouvrir la boîte à questions. Sauf qu'il faut se regarder en face : seul le Barça ( « et encore » diront les mauvais esprits) représente l'Espagne en 1/4 de la Champion's alors que la Liga est censée héberger les cadors du monde entier.

C'est que la Liga souffre de ses deux as. Real et Barça ne tirent plus les autres vers le haut. Pire, ils les écrasent. Les sparring partners habituels ne tiennent plus le rythme. Ni Valence, ni le Sevilla et encore moins le Depor ne sont encore capables de titiller les géants. Tandis qu'en Angleterre, on s'arrache les points devant et qu'en France tout le monde peut encore être champion, en Espagne on sait déjà que ce sera le Real ou le Barça et tout ça sans à peine forcer. A tel point que quand Xerez, Villarreal ou le Sporting reçoivent les stars, on sort les casse-dalles, les parasols et les appareils photo. En prendre le moins possible et surtout ne pas faire mal aux artistes, c'est le seul objectif.

Tacle par derrière ou contrôle orienté ?

Le pauvre Nivaldo, défenseur à gnac de Valladolid, en a pris plein la gueule toute la semaine pour avoir osé bousculer CR9 dimanche dernier et se rebeller contre les gris-gris du sorcier portugais. En Espagne, le meilleur doit gagner, un point c'est tout. Alors quand, pour la première fois de la saison, les Merengues n'affrontent pas une équipe battue d'avance, ils paniquent. Lyon sait défendre mais en Espagne, ce genre d'équipe n'existe pas. Pour tous les socios, défendre c'est renoncer. Même Capello s'est fait virer alors qu'il venait de remporter la Liga en 2007. N'importe quoi.

Le foot espagnol est peut-être le plus beau du monde. Le niveau technique proposé par les équipes de bas de tableau est même hallucinant. Pas de doute, ici on sait faire des contrôles et des transversales de 50 mètres dans les pieds. Même l'Atletico Madrid, alors 11ème, peut faire tomber le Barça un soir de février au Vicente-Calderon. Mais en Europe, les contrôles orientés, ça ne suffit plus depuis longtemps. N'en déplaise à la Pep Team.

S'adapter ou mourir ?

L'Espagne, trop fière de sa culture de jeu, refuse de respecter le bréviaire de l'Europe : pressing, verticalité et contacts. Ici, la bible du socio, c'est jeu court, horizontalité et intervalles. Les stars, ce sont les attaquants et les milieux offensifs. On préféra toujours Ronaldo à Lass, Zidane à Makelele, Iniesta à Puyol. Plutôt que s'adapter, on glorifie le modèle du Barça. Mais c'est confondre le problème et la solution. Le FC Barcelone, qui n'a de cesse de le répéter, est une exception culturelle, pas un modèle. Est-il nécessaire de rappeler que c'est par la grâce d'un arbitre norvégien que les lutins ont battu Chelsea l'an passé ? Tant pis pour les Anglais, tant mieux pour le foot, penseront certains.

Cette année, c'en est trop. Que le Barça élimine le « grand Sttutgart » (ironise As) en1/8ème, passe encore. Mais que quatre des quarts-de-finalistes de cette année n'aient jamais remporté la moindre Ligue des Champions, là on frise le mauvais goût. Du coup, la vraie bonne question posée par Marca n'est pas celle du niveau de la « meilleure Liga du monde » mais plutôt de celui de la C1. Bordeaux, Arsenal, Lyon, Moscou : l'Europe est aux mains des barbares venus du nord. Mieux vaut rester entre gens de bonne famille et ne pas se frotter à ce plateau vraiment « trop cheap » (dixit Marca). Trop surfait la Champion's et punto.

Thibaud Leplat, à Madrid

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Cette saison les deux autres représentants espagnols en LDC font simplement une saison de merde. Le Patetico est en dessous de tout, Séville est trop inconstant pour faire mieux qu'un 8ème, et le Real, s'ils avaient un peu moins le melon, ils auraient pu sortir Lyon sans forcer. En championnat, Villareal paye très cher le départ de Pellegrini et Valence (seul champion de la dernière décennie quand ce n'était pas le Barça ou le Real) paye une gestion catastrophique de son effectif depuis 2004. La saison prochaine, ces 3 clubs vont pouvoir se renforcer et devraient être en mesure de proposer un défi plus difficile aux deux nababs.
"L'Espagne, trop fière de sa culture de jeu, refuse de respecter le bréviaire de l'Europe : pressing, verticalité et contacts."

C'est quand même à se demander si vous avez réellement regardé le Barça joué la saison dernière.
La finale de la Champion's est un parfait contre exemple à ce que vous dites. Je voudrais pas refaire le match mais regarder le premier but et vous aurez la verticalité. Regarder les 7 premières minutes de la seconde période et vous aurait le pressing combiné aux contacts. Tout le monde pensait que le Barça allait se faire manger par des anglais morts de faim... Le défi physique c'est bien les petits lutins espagnols qui l'ont imposé aux anglais.

Le réel défaut des espagnols est bel est bien l'orgueil, comme dit dans le commentaire précédent. Il est vrai que les espagnols se figurent meilleurs que les autres grâce à leur supériorité technique. Mais les succès de la Roja et du Barça vont petit à petit faire évoluer les choses chez eux. Et puis que serait le football s'il n'y avait que des équipes comme le Chelsea de l'année dernière qui du point de vue du règlement méritait certainement de passer face au Barça en demi. Faut-il préciser qu'à 10 contre 11 et avec un but d'avance ils ont préféré sortir Drogba pour un défenseur alors que les occasions pleuvaient en leur faveur. Et faut-il préciser que le but d'Iniesta intervient après une énième remonté de balle à la barcelonaise ? La philosophie espagnole est la plus belle mes amie. Ne vous méprennez pas !
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 2