1. // Coupe du monde 2014
  2. // 1/2 finale
  3. // Brésil/Allemagne

Le mauvais œil

Les yeux sont si cruels que, parfois, ils envoient des images qu'on ne devrait pas voir. Pour ce Brésil-Allemagne, on avait prévu du bonheur et de l'amour, on eut de la mort et de la pornographie.

Modififié
13 21
Peut-être, hier soir, eut-il fallu éteindre la télévision et tourner le dos à ce spectacle insoutenable. Il y avait certainement quelqu'un à qui l'on manquait quelque part, quelqu'un à qui on n'avait pas donné de nouvelles depuis des mois et qui attendait notre coup de fil comme on attend un revenant. Il devait bien y avoir, autour de nous, quelque part, quelqu'un à aimer, quelque chose à fêter, une bonne raison de se servir un Bourbon qui délacerait les jambes, un verre de Bordeaux qui stimulerait la rêverie. On se serait ensuite étendu sur un canapé pour penser un peu aux vacances qui approchaient, aux couchers de soleil qui nous attendaient. Une telle quantité de choses était arrivée depuis un mois qu'on avait oublié le cours lent et délicat de la vie normale. Cette existence quotidienne ignorait les liturgies envahissantes d'un Mondial qui avait, jusque-là, absorbé le moindre espace vide de nos destinées laborieuses. Ces moment gagnés sur l'absurde eurent été l'occasion d'évoquer le temps passé ou de rêvasser. Pourtant, nous ne l'avons pas fait. Nous avons regardé.

L'œil qui colle


Un œil est plus vaste qu'on ne pense : « Qui croirait qu'un si petit espace peut contenir les images de l'univers entier ? » Hier soir, Léonard de Vinci (Traité de la peinture) aurait peut-être aimé cette mythologie télévisuelle. Il l'aurait peinte pour la détailler un peu plus, pour en décomposer tous les ingrédients et énumérer la quantité exacte de sauvagerie qu'il nous avait fallu supporter pour rester assis devant un tel spectacle. Nous avions déjà oublié les couleurs ingénues des scores qui se succédaient et des tours qui avançaient dans un Mondial qu'on avait du reste trouvé plutôt plaisant jusqu'à hier soir. Agréable à regarder, même. Il ne restait que quelques histoires à résoudre avant d'en tirer enfin le rideau : verrait-on Messi, une bonne fois pour toutes, devenir le nouveau Maradona ? La Hollande prendre enfin sa revanche sur son destin de damnée ? L'Allemagne devenir la nouvelle Espagne ? Le Brésil aller au bout de sa mission ? Mais dans cette demi-finale, nos yeux virent autre chose. Tout à coup, il devint impossible de les décoller du trou de la serrure, de ne pas voir ce qui aurait dû rester caché. Il était devenu impensable de ne pas assister à cette deuxième mi-temps. Dès la pause, on avait déjà qualifié cette défaite d'historique alors qu'elle n'était qu'inexorable. Assis devant nos écrans jusqu'à la fin de ce spectacle morbide, sans voix, on s'offrait un dernier sacrifice héroïque, à l'œil.

L'œil qui brûle


Dès le premier but, le spectateur avisé avait pourtant compris que quelque chose n'allait pas. Comment expliquer rationnellement que Thomas Müller se planta ainsi au milieu de la surface de réparation, à deux mètres de David Luiz, sans absolument aucun marquage et qu'il inscrivît ainsi ce premier but sans aucune adversité ? Y a-t-il des entraîneurs sur Terre qui pardonneraient cette erreur à leur capitaine ? Y a-t-il dans l'histoire un joueur professionnel qui se laissa plus berner que David Luiz par les mouvements d'un attaquant dans une surface de réparation ? L'homme qui avait présenté aux yeux du monde le maillot vide de son camarade Neymar avant le match disparut à son tour. Devant lui, Fernandinho ne fut pas à la hauteur de cette absence et manqua absolument tous ses contacts avec ses homologues allemands. Sur le deuxième but, c'est son interception complètement manquée sur une passe du Diable Müller (numéro 13) qui déséquilibra toute la défense brésilienne. La quatrième balle qui entra dans les filets passa à nouveau par le pied maudit de Fernandinho. Le reste ne fut qu'une pénible succession de signes et de sanctions cabalistiques. Le moindre espace délaissé fut châtié d'un but allemand. Il y en eut sept. Comme les jours de la semaine, comme les trompettes de l'Apocalypse, comme le nombre de branches au chandelier. Ce match était une malédiction.

L'œil qui tombe


On retrouva David Luiz quand la douloureuse cérémonie se termina enfin. Encore une fois, il avait des larmes dans les yeux. Encore une fois, il braillait comme un enfant sous le nez de ses parents occupés, réclamant encore plus d'attention. Il suppliait qu'ils le consolent, invoquait la pitié de ces millions de visages foudroyés par la peine. Il pleurait devant eux pour ne pas qu'ils l'engueulent, pour montrer que, comme eux, lui aussi avait été dévasté. Mais ils ne répondirent à aucune de ses prières. Ces figures restèrent immobiles, incrédules, comme pétrifiées. Il était trop tard maintenant. Il fallait se rendre à l'évidence, la Méduse qui les avait changés en pierre, c'était lui. Le monstre aux cheveux de serpent en voulut donc à ses satanés yeux exorbités. Tout était de leur faute. Il mit ses poings sur son visage et frotta ses globes une fois, deux fois, trois fois, comme s'il avait voulu les faire sortir de leur cavité, les piétiner sauvagement et les punir ainsi d'avoir sculpté pour toujours l'image de ces silhouettes inconsolables dans les mémoires de millions de téléspectateurs. Soixante-quatre ans après le Maracanazo, il était le capitaine échevelé de l'équipe qui venait de subir la plus lourde humiliation de l'histoire de la Coupe du monde. Le Brésil ainsi statufié, il n'en croyait plus ses yeux, c'était du jamais vu, du jamais regardé. Nous aurions pu nous aussi détourner le regard ou nous arracher les yeux. Mais nous ne l'avons pas fait. C'est que nos cœurs aussi étaient de pierre. La Méduse avait gagné.

Par Thibaud Leplat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ouaich Buch' Niveau : DHR
Comme dit dans un autre post, à peine qqs phrases pour reconnaître l'excellent Thibaut Leplat...
La géométrie des pieds ont en parle. Entre les pieds carrés losange ovales et rectangle. Il y a eut du beau pieds
C'est quoi cet "article" ? J'ai vérifié trois fois l'url de mon browser tellement j'étais persuadé d'avoir été redirigé sur fanfiction.net.
SoAnonymous Niveau : Loisir
Très belle plume footbalistique!
Ghost surfer Niveau : Loisir
Bla bla bla .. dommage que la méduse n'ait pas pétrifié ton clavier
Message posté par Ghost surfer
Bla bla bla .. dommage que la méduse n'ait pas pétrifié ton clavier


Bien sur blablabla, retourne sur l'Equipe! (avec tous mes respects pour l'Equipe bien sur, cetait pour ne pas enfoncer Foot croissant foie sang zinc)
Thibaut Leplat, vos articles sont bien écrits et bien 'ficelés' comme on dit, mais un par jour, c'est overdose, ça fait très mièvrerie.

Voilà, c'est tout.
Je rajouterai même qu'à voir la beauté partout, tout le temps (on parle quand même de football), plus rien n'a de sens. Vos articles mériteraient d'être distillés à davantage de parcimonie, si je puis me permettre.
"L'oeil qui colle" y'a un sens caché ou bien?
Belle écriture ...

Ca fait un bien fou de voir de la poésie sur SoFoot.

J'ai par contre beaucoup de mal a comprendre ceux qui n'acceptent pas cette poesie, alors qu'on parle constemment de "beau jeu" , "d'amour" du ballon.... Tout ca n'est que poésie messieurs, acceptez cette part de beau, Thibaut se sacrifie pour vous en la posant sur le papier pour vous, c'est lui qui passe pour une lopette et une fleur bleue du gazon vert a votre place.

Vous devriez le remercier
A coup sûr j'ai chopé une conjonctivite hier soir. Ils piquent les yeux ces Allemands
7-1 beau roman, 7-1 belle histoire
highway61 Niveau : DHR
Hier soir, c'était surtout l'oeil du cyclone
Fredinhovic95 Niveau : Ligue 2
I never thought that Brazil would sink this Löw
Scolari needs to be Mertesacked

Ghost surfer Niveau : Loisir
Message posté par Trevy


Bien sur blablabla, retourne sur l'Equipe! (avec tous mes respects pour l'Equipe bien sur, cetait pour ne pas enfoncer Foot croissant foie sang zinc)


Pardon oh pensée unique, j'avais oublié combien il était condamnable de ne pas adhérer à la branlette footbalistique poussée à l'extrême.
T'inquietes pas va! Je lisais So Foot avant même tes premiers boutons d'acné.
James Rodriguez Niveau : Loisir
Tout ça présage une saison catastrophique pour le PSG, tandis que Monaco va retrouver le meilleur joueur de ce mondial en pleine forme.

Quelle claque, 7-1 c'est du jamais vu, avec ou sans Thiago Silva cela n'aurait rien changé, quant à David Luiz il confirme ce que je pensais : ce gars n'est pas meilleur que Carvalho et encore...

Les joueurs vont revenir dans un état psychologique...déplorable, ces comédiens sont justes bons pour massacrer les génies, James Rodriguez aurait pu sortir blessé et c'est lui qui a prit un jaune. L'arbitre a beau être payé, cette fois-ci il n'a rien pu faire.
Lost in translation Niveau : CFA2
T'inquietes, un triple de Lavezzi en 10 minutes en finale de coupe du monde et le PSG a trouve son ailier gauche pour les trois prochaines saison :)
Ronaldibert Niveau : Loisir
Oui très belle plume de Thibault Leplat à chaque fois, mais je trouve qu'il brasse du vent dans ces articles, y a rien enfin, c'est plat, c'est vide, une accumulations de vérités déjà connu... désolé mais j'aime pas les articles de Thibault Leplat même si, je le redit, il a une très belle plume
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
13 21