Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. // Serie D
  2. // J25
  3. // Trastevere-Lanusei (0-2)

Le match que vous n'avez pas regardé : Trastevere-Lanusei

Une pancarte « Bienvenue au Paradis » , un stade attendrissant à souhait, des buts, de l'engagement saupoudré de (beaucoup) de mauvaise foi : ce Trastevere-Lanusei sentait bon la rencontre de Serie D, la quatrième division italienne. Et c'était aussi le match que vous n'avez pas regardé.

Modififié

Trastevere 0-2 Lanusei

Buts : Papini (1re) et Floris (4e)

Niché en bordure du quartier du même nom, le Trastevere Stadium a tout du petit stade de quartier qui transpire la passion. Et l'authenticité, surtout. Une seule tribune latérale, couverte à certains endroits par des tentes pour quelques supporters et dirigeants du club, et quelques bâches sur la butte d'herbe en face composent la grande partie du décor de l'enceinte. Parmi ces écriteaux, l'un d'entre eux sort du lot : « Bienvenue au Paradis, Trastevere en Serie D » . Un message d'accueil révélateur de la mentalité du club romain centenaire, lui qui n'est d'ailleurs pas passé loin d'accéder à la Serie C l'an passé et qui lutte cette saison pour ne pas manquer le coche cette fois-ci. En face se présentent donc les Sardes de Lanusei, en difficulté au classement, mais qui ont décidé de venir à Rome avec la ferme intention de jouer un mauvais tour à leurs hôtes et des envies de braquage à l'italienne.

Le théorème d'Archimède


Dans un 4-4-2 à plat prêt à exploiter les moindres failles adverses, ce sont les joueurs de Lanusei qui démarrent tambour battant cette rencontre devant une petite centaine de spectateurs. Au bout d'une petite minute de jeu, une subtile déviation de la tête signée Riccardo Oggiano envoie Tommaso Papini au but. Lequel ne tremble pas pour envoyer les Sardes en pole (1re). Les locaux sont sonnés, à l'image de leur gardien Sottoriva qui multiplie les approximations et les prises de balles aréolesques. C'est lui qui va d'ailleurs enterrer encore un peu plus ses coéquipiers quelques minutes plus tard après une mauvaise relance au pied, punie par le sang-froid de Mattia Floris (4e). D'un réalisme glacial, les hommes d'Archimède Graziani contrôlent ce premier quart d'heure, se permettant même quelques écarts dignes d'une comedia dell'arte de qualité, à l'image de ce plongeon de ce même Floris qui aurait empli de jalousie Laure Manaudou en son temps.

Dépité, un cinquantenaire habitué des travées du stade s'époumone : « Mais qu'est-ce qui se passe aujourd'hui ?! » Comme s'il avait déjà oublié le derby perdu 3-0 de la semaine passé face au Lupo Roma. Sur le pré, les joueurs de Trastevere peinent à réagir, usant de longs ballons imprécis vers un Gabriele Bernadotto qui a certainement passé plus de temps hors jeu qu'en position régulière. À la demi-heure de jeu, les hommes de Claudio Mosca ne sont pourtant pas loin de recoller au score lorsque Neri envoie un enroulé délicieux après un une-deux avec Lorusso, repoussé par le montant de La Gorga, battu sur ce coup (32e). La mi-temps arrive enfin pour Trastevere et ses dirigeants, qui se demandent à voix haute si « on en a fini de cette agonie » . Laissant ainsi transparaître les nombreuses difficultés de leur équipe.

La douche froide


Le second acte est beaucoup plus hâché et tendu, Trastevere monopolisant le ballon en essayant de trouver la faille d'une défense sarde bien regroupée. Malgré la domination romaine, ce sont les Sardes qui se procurent les meilleures occasions en contre avec notamment Camilli, pourtant bien seul, qui perd son duel avec Sottoriva (69e). L'impuissance de Trastevere est en plus accompagnée d'une pluie diluvienne qui commence à s'abattre sur la tête des 22 acteurs. Sur le pré, les locaux sont à cran et poussés à bout par les gains de temps perpétuels des joueurs de Lanusei. En effet, ces derniers n'hésitent pas à balancer le ballon au loin, ou à le conserver en main après un coup de sifflet. La frustration est telle que Trastevere critique même un changement adverse opéré à la 84e minute, avançant que Graziani fait uniquement entrer son joueur pour « prendre la pluie » . L'après-midi se termine de façon carrément pourrie pour Trastevere, puisque Neri est expulsé dans les arrêts de jeu à la suite d'un deuxième avertissement. Histoire de bien miner le moral de tout le monde. L'arbitre siffle la fin de la rencontre, les six supporters sardes peuvent exulter. De son côté, Trastevere enchaîne une nouvelle contre-performance à domicile. Et sans un mot ou presque, le Stadium se vide avec un gazon qui, comme ses tifosi, est rempli de larmes de tristesse.



Trastevere (4-2-3-1) : Sottoriva - Giannone, Scaglietta, Sfano, Vendetti - Martorelli, Riccucci, Vassallo, Neri, Larusso - Bernardotto. Entraîneur : Claudio Mosca.

Lanusei (4-4-2) : La Gorga - Kovadio, Mithra, Pisanu, Cavallaro - Cacciotti, Floris, Demontis, Ladu - Oggiano, Papini. Entraîneur : Archimede Graziani.


Par Andrea Chazy, au Trastevere Stadium
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 58 minutes Laporte : « Deschamps ne m’appelle pas pour des raisons personnelles » 36
il y a 6 heures Les trophées 2018 de SO FOOT !
Partenaires
Tsugi Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 16:53 Le coup de gueule de Didier Quillot après les multiples reports en L1 99 Hier à 16:04 Trêve de publicité pour les paris en ligne en Grande-Bretagne ! 16
À lire ensuite
Bordeaux bute sur Nice