Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. // Biélorussie
  2. // FK Krumkachy-FK Minsk (2-1)

Le match que vous n'avez pas regardé : Krumkachy-FK Minsk

Un dimanche gris d'automne, une fin de saison aux forceps, un maintien sur le fil, du saxophone, des cadeaux pour les orphelins et les adieux d'une légende. Tout ça, c'est le derby entre le FK Krumkachy et le FK Minsk et c'est le match que vous n'avez pas regardé.

Modififié

FK Krumkachy 2-1 FK Minsk

Buts : Alexander Varanin (49e) et Yaroslav Bogunov (82e) pour Krumkachy // Sergueï Omelyanchuk (17e) pour le FK Minsk

Fini de rire. Depuis sa création en 2011 et son inscription en troisième division en 2014, le projet du FK Krumkachy (les corbeaux, en biélorusse) n’a cessé de voler toujours plus haut. Mais en ce dimanche pluvieux, la fin du mois d’octobre rime avec la fin de la saison, championnat calendaire oblige. Les corbeaux de la capitale ont quatre-vingt-dix minutes pour tenter de sauver leur peau dans l’élite, le tout face à un rival local, le FK Minsk, pas non plus complètement assuré d’être maintenu. Pendant que quelques centaines de spectateurs bravent une météo épouvantable pour se rendre vers le stade, on commence à faire les comptes : il faudra suivre en fil rouge la rencontre du Slaviya Mozyr, pris en tenaille lui aussi. En bref : trois équipes peuvent potentiellement descendre et deux d’entre elles s’affrontent directement. Ça promet.

Saxo-solidarité

Et pourtant, aux abords du stade Torpedo, l’ambiance est joyeuse et réjouissante. Ironie du sort, le stade Torpedo est l’antre du FK Minsk, mais les Krumkachy, nés trois ans plus tôt seulement, le partagent avec eux, en attendant peut-être d’avoir un jour leur propre enceinte. Dans le football biélorusse, les Krumkachy sont des OVNIs et pas seulement parce qu’ils sont montés dans l’élite trois ans après leur création. Surtout parce que dans un championnat poussiéreux et déprimant, marqué par des relents d’organisation et de fonctionnement soviétiques, ils sont la touche de fraîcheur un peu folle qui se charge de revigorer la Vysshaya Liga.


Le premier élément de cette dissidence se trouve dès la billetterie. Quand ses concurrents ne font aucun effort de communication – leur budget étant garanti par des entreprises –, le FK Krumkachy a, au contraire, choisi la carte de la proximité avec son public afin de le fidéliser, en attendant qu’un investisseur conséquent ne se manifeste. Tout au long de la saison, les visages des joueurs étaient imprimés sur les billets, mais pour la dernière, ce sont les fans qui sont mis à l’honneur.


Évoluer en marge du système ne signifie pas forcément être contestataire. Le FK Krumkachy n’est pas le porte-étendard de l’opposition à Alexandre Loukachenko, vu par beaucoup comme étant le dernier dictateur d’Europe, mais cela ne l’empêche pas pour autant de s’engager dans des actions solidaires, comme la mise en place de boîtes destinées à recueillir des jouets pour le Noël des enfants orphelins biélorusses. Système D oblige, on organise des animations avec les moyens du bord. Ce dimanche, c’est le célèbre saxophoniste Pavel Arakelian, leader du groupe The Outsiders, qui se charge gracieusement de l’animation musicale, avant de jouer l’hymne national précédant le coup d’envoi.


Un ciseau pour l’éternité

Il est midi, heure de Minsk, lorsque la partie commence. En Biélorussie, pas besoin de dépenser des sommes folles pour un abonnement télé, les rencontres sont disponibles gratuitement en streaming. C’est donc dans un stade presque vide que les vingt-deux acteurs entament les débats avec une intensité folle. Mais très vite, c’est la douche froide. Le vétéran Sergueï Omelyanchuk, 37 ans, envoie une mine à l’entrée de la surface qui termine en plein dans la lucarne du pauvre Evgeniy Kostyukevich. Le FK Minsk est alors sauvé, mais les Krumkachy pas encore complètement éliminés, puisque que dix minutes plus tard, on apprend que le Slaviya Mozyr vient d’encaisser un but à son tour.


En deuxième mi-temps, dans un match assez équilibré, Alexander Varanin décide lui aussi de tenter sa chance de loin. Sa frappe, assez molle, rebondit devant le gardien visiteur et le prend par surprise. Les Corbeaux égalisent, c’est le début de leur libération.


À l’heure de jeu, il se murmure que le Torpedo Zhodino a doublé la mise face au Slaviya, mais l’entraîneur des Krumkachy n’en sait rien, il reste concentré sur son match. Et à huit minutes du terme, le jeune milieu ukrainien Yaroslav Bogunov offre le maintien à son équipe d’un splendide retourné acrobatique au point de penalty, avant, tel Lionel Messi ou Nabil Fekir, de courir à la rencontre du public – mais le sien – pour afficher son maillot. Les Corbeaux sont sauvés. Malgré une fin de saison catastrophique, avec notamment une série de cinq défaites d’affilée, il reverront l’élite la saison prochaine.


On ne pouvait rêver meilleur scénario pour célébrer les adieux d’Artem Chelyadinski. À 39 ans, ce défenseur qui compte parmi les légendes du football biélorusse parachève une carrière riche de plus de 500 matchs en vingt ans passés entre son pays, la Russie et le Kazakhstan, et dont le dernier défi aura été, pour le geste, d’apporter son expérience à une équipe jeune, pas très riche, pas forcément pleine d'avenir, mais terriblement attachante. À tel point que le titre glané par le BATE Borissov à la dernière seconde et à la différence de buts en deviendrait presque anecdotique.


  • Retrouvez le reportage sur le FK Krumkachy dans le numéro 151 de So Foot

    Par Julien Duez
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 17:30 La Corse veut adhérer à la FIFA pour jouer la Coupe du monde 135
    Partenaires
    Olive & Tom Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur