Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Premier Liga
  3. // Kyzylorda-Aktobe (0-1)

Le match que vous n'avez pas regardé : Kaisar Kyzylorda-FK Aktobe

Une Premier League diffusée gratuitement, un choc du ventre mou, un penalty très douteux, cinq minutes de ratés monumentaux, des globe-trotteurs, une (grosse) touche de PSG... Tout cela était au menu de la reprise du championnat kazakh entre le Kaisar et Aktobe. Voilà le match que vous n’avez pas regardé.

Modififié

Kaisar Kyzylorda 0-1 FK Aktobe

But : Aslanbek Kakimov sp (75e)

La saison dernière, le championnat kazakh changeait de format. Exit les play-offs et play-downs à la fin de la saison régulière, place à une compétition classique, censée augmenter le suspense jusqu’à la fin. Pourtant, au vu du classement final début novembre, le pari s’est achevé en demi-teinte. Si les mastodontes du FC Astana (quatrième titre d’affilée) et du Kairat Almaty se sont tiré la bourre jusque dans les derniers instants (un point d’écart seulement entre les deux formations), le FK Ordabasy Shymkent complétait le podium avec vingt unités de retard. Ce dimanche, la Premier League de l’ancienne république soviétique reprenait en grande pompe, avec le mince espoir que la compétition se fasse plus musclée.

Une colonie française visible en streaming gratuit


Difficile de se motiver à braver les cinq heures de décalage horaire entre la France et l’Asie centrale. Et pourtant, le courageux téléspectateur qui aura choisi de faire une croix sur sa grasse matinée ne regrettera pas cette plongée dans un football bien exotique. Direction le Kaisar de Kyzylorda donc, une « petite » bourgade de 300 000 habitants perdue au milieu des steppes arides, terre de prédilection des légendaires cavaliers kazakhs. Qui s’y adonnent plus volontiers au kokpar (une sorte de polo local, où la balle est remplacée par une chèvre décapitée) qu’au football. En ce froid dimanche de mars, ils sont 3000 à avoir enfilé grosse parka et chapka en peau de loutre pour assister à l’ouverture de la saison 2018 au stade Gany Muratbayev, nommé en référence à l’un des fondateurs des premiers soviets du pays.


3000 au stade, mais 37 000 sur Youtube. Contrairement à son homologue anglaise, la Premier League kazakhe est diffusée on ne peut plus gratuitement sur Internet. Et en haute définition, s'il vous plaît. Parfait pour admirer, au chaud, la venue du FK Aktobe, neuvième (sur douze) lors du dernier exercice et qui a récemment fait parler de lui en recrutant Jean-Eudes Maurice. Mais l’ancien joueur du PSG n’est pas présent sur la feuille de match : l’entraîneur russe Vladimir Mukhanov n’a aligné que des locaux. Chose assez rare quand on sait que la principale raison du transfert du Kazakhstan de l’AFC à l’UEFA en 2002 consistait à attirer des talents étrangers. Côté Kaisar, on applique en revanche cette logique à la lettre, puisque ce ne sont pas moins de quatre Français qui commencent la partie. Au milieu des internationaux martiniquais que sont Mathias Coureur et Yoann Arquin, on retrouve l’ancien Grenoblois Abdel Lamanje, mais surtout Franck Dja Djédjé, qui roule sa bosse au Kazakhstan depuis maintenant deux ans.

Penalty théâtral et temps additionnel de folie


Le match se déroule sur le terrain annexe du Kaisar, ce qui n'est pas une surprise en soi puisque la saison dernière déjà, les hommes de Kyzylorda n'avaient été autorisés à jouer dans leur stade qu'à seulement trois reprises en raison de l’état déplorable de la pelouse. Pris à froid (le thermomètre n’affiche que deux degrés), les 22 acteurs se lancent péniblement dans la joute. Le milieu Anton Shurygin vendange sa frappe à l’entrée de la surface, et la seule occasion franche d’Aktobe termine droit dans les spectateurs installés debout derrière la cage de Marsel Islamukov. Pour son homologue du Kaisar, Igor Trofimets, la partie est bien plus intense puisqu'il doit d’abord faire face à une frappe trop croisée de Yoann Arquin qui lèche son montant droit, avant de stopper magnifiquement une tête plongeante de Franck Dja Djédjé, superbement servi par le globe-trotteur Mathias Coureur. Au total, Dja Djédjé manque d’ouvrir le score à quatre reprises : deux fois de la tête et deux fois d’une reprise de volée, dont une après que Trofimets a relâché un ballon flottant envoyé sur coup franc par le Léopard des neiges Askhat Tagybergen.


Score nul et vierge à la mi-temps. Mais la domination est à mettre au seul crédit des locaux, qui ne relâchent jamais la pression. Pour le plaisir (et la frustration) de son public. Jusqu’à l’entame du dernier quart d’heure, où le parcage d’Aktobe (le seul club du Kazakhstan à avoir un vrai groupe d’ultras organisés), exulte : voyant Abat Aimbetov s'écrouler dans la surface, M. Gauzer accorde un penalty aux visiteurs. Un arbitre floué, puisque le jeune ailier droit s'est recouché immédiatement pour le tromper après avoir fait mine de se relever. La simulation est grossière, mais le verdict favorable : Aktobe obtient un penalty transformé sereinement par le numéro 47 Aslanbek Kakimov. Lequel renverse le match contre toute attente et laisse exploser sa joie par une célébration copiée sur celle de Cristiano Ronaldo. Sauf qu’au jeu des initiales, CR7 devient ici AK47.


Vidéo

Si le vin est davantage une spécialité de la proche Géorgie, les locaux vendangent pourtant avec brio : au cours des cinq minutes de temps additionnel, ce ne sont pas moins de six occasions franches que manquent les joueurs du Kaisar. Un nul aurait été davantage mérité, mais les Loups de Kyzylorda payent cash leur manque de réalisme pour leur entrée dans la compétition. Côté Aktobe, l’opération braquage est réussie, et le club le plus populaire du pays va désormais tenter d’aller chercher le classement qui est traditionnellement le sien : la troisième marche du podium.

#LIVE С ПОБЕДОООЙ!

Une publication partagée par Фк Актобе Fc Aktobe Ақтөбе Фк (@fcaktobe_official) le



Par Julien Duez
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 16:36 Harry Redknapp grand vainqueur d'une télé-réalité britannique 6 Hier à 13:40 Gourcuff out jusqu'en 2019 51
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
Hier à 13:26 L'organisateur de la CAN sera connu le 9 janvier 15