Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. // Ce qu'il faut retenir du week-end
  2. //

Le match que vous n'avez pas regardé

Aucun d’entre vous n’a regardé la Primera Division péruvienne ce dimanche, et encore moins ce choc des extrêmes entre Ayacucho et l’Alianza Lima. Pourtant, on s’est bien marrés entre décisions arbitrales insensées, rythme endiablé et écarteur de narines.

Modififié

Ayacucho 1-1 Alianza Lima

Buts : Penalillo (62e) pour Ayacucho / Pajoy (79e) pour l'Alianza Lima

Leao Butron hurle. Le gardien vétéran de l’Alianza Lima (trente-sept ans) est complètement sur le cul. Il se tortille devant l’homme en jaune, sifflet en bouche, qui reste impassible malgré la horde de remplaçants et de membres du staff qui vient l’entourer. À ce moment précis, personne n’a encore vu le ralenti de ce qui fait tant jaser les joueurs du club de la capitale. Difficilement, l’arbitre parvient à rejoindre son assistant, toujours suivi par son essaim de mécontents. De longues minutes s’écoulent – au point que la police finit par entourer la troupe pour éviter que des supporters s’en mêlent, déjà que les journalistes montent sur le terrain pour prendre des photos et des réactions – avant que le verdict ne tombe : le but est accordé. Le ralenti peut donc enfin suivre, et on ne sera pas déçu : à une grosse dizaine de reprises, la chaîne péruvienne repasse ce corner de Colan qui atterrit sur la tête de Penalillo… finalement bloquée à même la ligne par le malheureux Butron.

Rome express, Naples et Inter en dégrisement

De tous les championnats sud-américains, le péruvien est probablement l’un des moins excitants. Ses équipes historiques (Club Universitario de Deportes, Sporting Cristal et donc Alianza Lima) sont loin de leur période de gloire en Libertadores et la plupart des équipes de D1 culminent juste au-dessus d’une moyenne d’un but par match. Sexy… Du coup, le vrai choc de ce dimanche 21 août, c’était plutôt Gastatoya-Municipal, les deux premiers de la Liga Nacional guatémaltèque (1-1 score final). Mais les sites de streaming ont beau avoir un choix pas dégueu, ils ne vont quand même pas jusque-là. C’est donc avec cet affrontement entre un club dont la région a inspiré le design d’une marque bien connue chez Decathlon et un autre de la capitale que ce dimanche 21 août s’est terminé.

Un faux Français, un sosie de Willian


Tout commentateur hispanophone qui se respecte se doit de parler vite, avec fluidité et engouement. Celui de ce fameux Ayacucho-Alianza Lima ne déroge pas à la règle.
Il envoie néanmoins une tonne de faux espoirs au moment de prononcer avec diction un truc du genre « Jean-Pierre Thibaut » . On s’attend alors à voir un expatrié, qui serait passé par la Slovaquie, la D3 allemande et le Red Star avant de se retrouver là grâce à un cousin. Mais Jean-Pierre Archimbaud s’avère être un vrai Péruvien qui n’a jamais quitté son pays, du moins sportivement. Avec son maillot blanc rempli de minuscules sponsors, Ayacucho ressemble à l'un de ces clubs de Division d’Honneur qu’on voit au premier tour de la Coupe de France. Le match ? Engagé, rythmé, il n’est pas d’un très grand niveau technique, mais il a une grosse cadence et ne laisse aucune place aux faibles : en cas de blessure d’un joueur, personne ne met le ballon dehors, personne ne réclame quoi que ce soit, et personne ne regarde si le joueur se relève bien sans heurts.


Niveau sportif, les occasions sont assez peu nombreuses malgré un va-et-vient incessant devant les deux buts. À Lima, le métronome a pour nom Julio Landauri et il a la frimousse de Willian. Même s’il est fort imprécis sur phase arrêtée, ce Péruvien de trente ans amuse la galerie grâce à sa technique et sa qualité de passe, mais ses attaquants Pajoy et Pando ne se montrent pas assez efficaces ou se heurtent à un assez bon Adomo. Derrière le stade Estadio Ciudad de Cumaná, perché à 2700 mètres d’altitude : des montagnes. Mais ici, pas des petites rochettes comme à Braga, mais bien la cordillère des Andes. Manifestement pas inspiré par la beauté de la nature, le local Arrieta se loupe solidement en face à face avec le gardien avant de participer au plus beau mouvement du match : un jeu en triangle « louche-exter’-reprise de volée » qui méritait mieux qu’un corner en retour.

La compensation arbitrale


La plupart des joueurs présents sur le terrain sont de sacrés cocos au physique plutôt impressionnant, comme ce Josimar Atoche, milieu défensif de l’Alianza qui a la particularité de croire encore à l’écarteur de narines (coucou Nenê). Menés au score suite à cette décision folle de l’arbitre d’accorder un but sans que le ballon n’ait dépassé la ligne, les hommes de Roberto Mosquera réagissent via un coup franc d’un certain Oscar Vilchez. En vain. La solution viendra finalement du sifflet du maître du jeu, qui signale un « Penal » pour une main difficilement repérable dans la surface.


Pajoy remet les deux équipes à égalité, mais pour les gens de la capitale, ce match nul a un petit goût de défaite puisqu’il les empêche de choper la deuxième place du groupe B de la Primera Division. La fin du match est tout ce qu’il y a de plus classique : les arbitres sont escortés, certains joueurs font une interview tout en continuant leur marche vers les vestiaires, et l’entraîneur local, type plagiste, range ses affaires et semble s’apprêter à aller boire un pastis avec Brasseur, aux Flots bleus, en Ayacucho.

Vidéo

Vous venez de lire le résumé d'un match de D1 péruvienne. Bonne journée.



Par Émilien Hofman
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié





Hier à 10:09 Zlatan confirme qu'il reste en MLS 16