1. //
  2. //
  3. // Munich/Dortmund

Le match de l’année ?

Le Bayern reçoit le Borussia Dortmund dans le but de reprendre un saladier qu’il s’est accoutumé à voir traîner dans sa vitrine. Ceci passe par une victoire, qui permettrait de creuser un écart assez important avec le peloton. Attention toutefois, les dents de lait des jeunes Borussen peuvent faire suffisamment mal pour ramener les Bavarois à la réalité.

Modififié
0 0
Depuis quelques années, le Bayern Munich est atteint d’un mal étrange. Conscient de sa force, il remporte la Bundesliga au nez et à la barbe de tous. Trop sûr de sa force, il ne recrute pas, laisse couler, et se la prend à l’envers. Ce fut Stuttgart en 2007, ce fut Wolfsburg en 2009, ce fut Dortmund en 2011.

Généralement, les années paires font office de pleine lune pour les Bavarois, qui se transforment en loups-garous, et dégomment tout sur leur passage. 2006, 2008 et 2010 sont les trois derniers titres du Rekordmeister, qui avec ses 22 saladiers de champion pourrait sereinement concurrencer n’importe quelle boutique d’arts de la table. Seulement cette année, ça s’annonce un petit peu compliqué. Les rebelles sont teintés de noir et de jaune, et débarquent de la Ruhr avec l’insolence qui colle parfaitement à leur génération: la colonie du mono Jürgen Klopp se pointe à Munich en vue d’enrayer toute tentative des Bavarois d’accroître leur avance au classement ainsi qu’au palmarès. 22, v'là les dernières recrues de la Bundesliga-Polizei qui débarquent.

Un Borussia sans peur, mais avec des reproches

C’est une équipe décomplexée qui débarque donc à l’Allianz Arena. Décomplexée en championnat du moins, parce qu’en matière de compétition européenne, c’est une autre paire de manches. Invaincu depuis six journées, le Borussia compte bien défendre ce qui lui appartient, en dépit des vélléités du géant venu du Sud. 11Freunde ne dit pas autre chose en parlant de « Jürgen contre Goliath » . Cette année, le Borussia est certes plus petit, moins conquérant que l’an dernier, mais certains de ses éléments sont chauds comme la braise. Le premier d’entre eux est naturellement Kevin Großkreutz, l’enfant de la Südtribüne, qui n’en rate pas une pour représenter, comme le faisait le précurseur Nas avec sa ville de New-York. « On est à nouveau le Borussia de l’an dernier. Si on joue comme on a joué lors du 5-1 face à Wolfsburg, alors on peut tenir la dragée haute au Bayern. […] J’aurais voulu jouer le Bayern de suite. Je suis déçu qu’il y ait cette trêve internationale » , a-t-il confessé à bild.de.

A Dortmund, on est chaud, donc. On oublie cependant qu’on se pointe avec une défense décimée: Subotic est out jusqu’en janvier, remplacé par Felipe Santana. Sinon, Schmelzer est convalescent également, et sera remplacé par le jeune (pléonasme, à Dortmund) Chris Löwe, qui devra sûrement faire face à Müller puis à Robben, le Hollandais volant étant de retour de blessure. Néanmoins, on garde confiance, car jouer le Bayern, c’est avant tout refuser l’hégémonie de celui-ci. Aussi, quand le triumvirat Beckenbauer-Hoeness-Rummenigge s’intéresse à un joueur, il faut tout faire pour refuser les avances. Ainsi Mats Hummels a-t-il tenu à préciser que toute la cour du Bayern autour de Götze, c’est juste « une question tactique » . Oui, les Bavarois veulent ce qui se fait de mieux et de plus jeune en Allemagne, quitte à déstabiliser l’adversaire, mais ce n’est pas le self-service, non plus. Et Hummels sait de quoi il parle, lui qui vient… du Bayern, à la base. Et il n’est pas le seul. S’il est aligné contre le Bayern, Moritz Leitner aura aussi son mot à dire. Prêté aux Bavarois d’Augsburg l’an dernier, le nouveau prodige du milieu a « vraiment envie d’énerver les Rouges » .

La gagne, la gagne, et encore la gagne

Mouais. Côté Bayern, pas sûr qu’on soit impressionné. Cette équipe est vraiment une machine à gagner. Oui, il y a eu des accidents (contre Gladbach et à Hanovre), mais dans l’ensemble, cette team dirigée par Jupp Heynckes semble taillée pour le titre. C’est simple, même ceux qui ne prendront pas part à ce « Meister-Duell » estiment avoir leur mot à dire. Ainsi, Bastian Schweinsteiger est à fond dedans, estimant que « le Bayern prendra les trois points, même sans [lui] » , rapporte bild.de. Quelque part, on peut lui donner raison: mis à part lui et Tymoschchuk (suspendu), le Bayern est au complet. Donc fait vraiment peur. Et hormis la boulette face au Borussia Mönchengladbach, le Bayern a remporté tous ses matchs à domicile, et surtout, Manuel Neuer n’a plus encaissé de but à l’Allianz depuis cette fameuse première journée. Quand on sait que le Rekordmeister a laminé tour à tour Stuttgart (07/08) puis Wolfsburg (09/10) l’année suivant leur titre par au moins trois buts d’écart dans son stade, on est en droit de se demander si ça va pas être trop violent pour les ouailles de Klopp. Mais quand on sait que David a fini par taper Goliath, alors tout reste ouvert…

Bayern Munich / Borussia Dortmund, 18h30


Par Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0