Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // JO 2012 – Groupe D – Japon/Maroc

Le Maroc, c’est le jour et la nuit

Cette équipe olympique du Maroc version 2012 est vraiment étrange. Tantôt capables d’avoir les plus belles inspirations et de réussir les plus beaux gestes, tantôt capables de se trouer dans les grandes largeurs, les Lionceaux de l’Atlas donnent l’impression de vouer un culte à Double-Face. On pourrait évoquer le jeûne observé par certains joueurs, mais il n’y pas que ça. Clairement, les Marocains devront corriger quelques détails s’ils veulent survivre au Japon et entretenir un espoir de qualification pour les quarts de finale.

Modififié
Cette année, le mois de Ramadan est particulièrement difficile. Ne rien boire ni manger de 3h30 à 21h30 environ, c’est long. Dans certains pays, il faut également compter avec la chaleur. Les joueurs de l’équipe olympique du Maroc ont eu un peu de chance : à Glasgow, la température avoisine la vingtaine de degrés. Supportable pour ceux qui ont décidé de mettre leur foi à l’épreuve plutôt que leur foie, en tombant les pintes de houblon les unes après les autres tout en matant les petits culs à peine recouverts d’un tissu en jean qui pourrait presque faire office de ceinture.

Oui, on a beau être dans un tournoi olympique, certains joueurs marocains ont tenu à observer le jeûne. Cela ne semble pas déranger plus que cela Pim Verbeek, même s’il ne savait pas trop à quoi s’attendre. « C’est un nouveau monde pour moi et je ne sais pas comment [le Ramadan] va influencer mes joueurs. […] Peut-être que la moitié d’entre eux va être fantastique et que l’autre va être désastreuse. […] ça me les choses quelque peu imprévisibles  » , avait déclaré le coach néerlandais à la BBC.

Tout pour l’attaque…

Sur le terrain, on a vu un peu de tout ça. Globalement, les sujets de Mohammed VI ont fait le jeu face à des Honduriens dont c’était seulement la troisième participation à un tournoi olympique (contre sept pour les Marocains). Devant, il y a eu des choses très intéressantes, notamment avec Zakarya Labyad et Nordin Amrabat qui ne cessaient de changer de côté, avec Bidaoui devant, le tout soutenu par l’ancien Parisien Abdelaziz Barrada. Houcine Kharja, en bon daron qu’il est, surveillait tout ça de loin. Du coup, ça a pressé, pressé, et ça a fini par trouver la faille suite à une très jolie combinaison Bergdich-Labyad-Barrada. Boum.

Vidéo

… et rien pour la défense

On va pas se mentir: le Marocain est joueur. Qu’il ait grandi à Agadir, Oujda ou Rotterdam, le ressortissant du royaume chérifien adore taquiner le cuir. D’ailleurs, les Marocains sont peut-être les joueurs les plus techniques du monde arabe. Robin van Persie lui-même a été élevé "à la marocaine", footballistiquement parlant (cf. So Foot n°94). Le problème, c'est que le Marocain a tendance à bazarder un peu les tâches défensives pour privilégier le spectacle... Exemple avec Zakarya Bergdich. Capable d'envoyer le centre qui amène le but, l’arrière gauche a été catastrophique derrière : problèmes de replacement, prise de risque maximale, une défense contaminée par son absence de sérénité et qui prend deux buts coup sur coup. Zakarya Labyad a beau entretenir l’espoir en égalisant à 2-2, Bergdich plombe l’ambiance dans le salon marocain et laisse ses potes à 10 pendant vingt minutes.

Clairement, le Maroc s’est tiré une balle dans le pied. Alors qu’ils auraient pu s’imposer face à une équipe hondurienne courageuse mais limitée, les Lionceaux ont paniqué et ont galéré pour accrocher le nul. Il faudra éviter de tels errements défensifs face à un Japon aussi tranchant qu’un sabre Kurosawa. En plus, au fond d’eux, les joueurs savent : s’ils battent les Samurai Blue cet après-midi, le manger et le boire d’après le coucher du soleil seront appréciés à leur juste valeur.


Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 40 minutes Le Belge Tom Saintfiet, sélectionneur de la Gambie 1
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall
Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17