Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // CAN 2012
  2. // Groupe C
  3. // Maroc/Tunisie

Le Maroc avec l'accent belge

Dernier des favoris (derrière la Côte d'Ivoire, le Ghana, et le Sénégal), ou premier des outsiders, le Maroc vise « le dernier carré » , comme l'a confié Eric Gerets. Attention, tout de même, à l'excès de confiance.

Modififié
Le Maroc est-il surcoté ? Souvent cité parmi les favoris de la CAN, le pays de Mohamed Timoumi n'a qu'un maigre succès à revendiquer (1976). Sa dernière grande performance ? Une finale en 2004. Pas de quoi pavoiser. Absents en 2010, les Lions font leur retour en Coupe d'Afrique crinière au vent, avec l'ambition de décrocher le trophée continental. Encore une fois, la somme de ses individualités place le Maroc dans le camp des prétendants au titre. Car sur le papier, les Benatia, Chamakh, Boussoufa, Belhanda, et consorts, peuvent légitimement envisager le meilleur. Surtout, Eric Gerets, en grand fédérateur, semble être parvenu à faire adhérer un groupe à son mode de fonctionnement.

L'ex-coach de l'OM s'est acheté un large crédit quand le Maroc a fait imploser l'Algérie le 4 juin (4-0). Un résultat qui ne doit pas faire oublier que les Fennecs avaient dominé les Lions deux mois plus tôt à Alger (1-0). Au final, les chérifiens se sont qualifiés pour la CAN sans trembler, mais n'ont pas non plus survolé leur groupe. Trois victoires, deux nuls, une défaite. Loin, très loin des campagnes écrasantes réalisées par le Ghana, la Côte d'Ivoire et le Sénégal. Satisfait du comportement de son groupe, tout du moins dans ses déclarations, Eric Gerets a tout de même tenu à l'élargir au terme des éliminatoires. Comme s'il manquait encore un je ne sais quoi au Maroc. Ainsi, le Lion de Rekem avait décidé de profiter de la LG Cup, organisée à Casablanca en novembre, pour tester de nouveaux joueurs.

Un début de tournoi ardu

Lors de cette compétition à laquelle étaient invités Ouganda, Soudan, et Cameroun, Nordin Amrabat, milieu de Kayserispor, s'est révélé. A tel point qu'il pourrait débuter la CAN en titulaire. Même ascension express pour Oussama Assaidi. Après une prestation presque parfaite lors du derby remporté face à l'Algérie, l'ailier du SC Heerenveen a gagné sa place dans le onze marocain. Touché au talon d'Achille, il pourrait toutefois être ménagé lundi prochain face à la Tunisie. Pour Eric Gerets, abondance de biens ne nuit pas. Il avait ainsi activement milité pour la naturalisation de Mehdi Carcela. L'ex-joueur du Standard, désormais coéquipiers d'Eto'o et de son compatriote, Boussoufa, à l'Anzhi, a effectué ses débuts avec les Lions en mars 2011, il y a moins d'un an. Gerets a aussi choisi de pardonner à Adel Taarabt, la starlette de Queens Park Rangers, qui avait refusé de prendre part au derby face à l'Algérie. Toute ressemblance avec Hatem Ben Arfa ne serait que pure coïncidence…. Conciliant avec des joueurs qui représentent le présent et le futur proche des Lions, l'ex-Rossonero n'a, en revanche, pas fait de sentiment avec un ancien comme Mounir El Hamdaoui. Pilier de l'attaque marocaine des dernières années, mais en difficulté avec l'Ajax ces derniers temps, El Hamdaoui n'a pas été retenu parmi les 23.


Adepte de la mise en concurrence, Gerets s'appuie toutefois sur un axe immuable composé de Benatia, excellentissime avec l'Udinese, Hermach, en récupérateur, et Chamakh, en pivot de l'attaque, autour duquel tournent les Boussoufa, Taarabt, Carcela, Assaidi, et autres Hadji, selon les choix du coach. Au final, c'est avec un groupe prometteur mais un onze titulaire pas franchement rodé que le Maroc va débuter sa CAN. Son parcours dans la compétition sera fortement conditionné par le résultat de son difficile match d'entame face à la Tunisie. Le calendrier n'ayant pas gâté les Lions, ils devront ensuite batailler face au pays hôte, le Gabon. Pas évident. Mais si le Maroc sort indemne de ses deux premiers matches, il faudra alors bien compter sur lui pour ramener enfin une deuxième Coupe d'Afrique au pays.


Par Thomas Goubin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25