Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. // Supercoupe d'Europe
  2. // Real Madrid-FC Séville

Le marathon sévillan

Quatre matchs en douze jours. Voilà ce qui attend le Sevilla FC pour inaugurer sa saison. Au programme : que du lourd. Une entrée en matière bien relevée pour le novice Jorge Sampaoli.

Modififié
Ce mardi soir, le Séville new look de Jorge Sampaoli disputera son premier match officiel. Une Supercoupe d'Europe comme entrée en matière, il existe pire contexte pour lever le voile sur les nouvelles ambitions des Palanganas. Beaucoup de choses ont évolué à Nervion au cours de l'été. Entraîneur et colonne vertébrale ont mis les voiles. Fort heureusement pour le club andalou, Monchi est resté, malgré des velléités de départ qui avaient agité le microcosme footballistique l'espace de quelques heures. Finalement, le nez creux est resté et son association avec l'ancien sélectionneur du Chili a été fructueuse, surtout en ce qui concerne le milieu et l'attaque. La défense sévillane n'a pas bougé, hormis Fazio qui est parti à la Roma. Ce n'est pas forcément très rassurant pour l'équipe qui a terminé 7e de la dernière Liga. Face au Real Madrid amputé de nombreux cadres, Séville a l'occasion d'accrocher un titre qui lui a échappé la saison dernière en prolongation, au terme d'un match proprement fabuleux contre le Barça. Ce nouvel effectif sera-t-il capable de proposer un tel niveau de jeu ? Probablement pas. Mais il donnera une bonne idée de ce que souhaitent mettre en place Sampaoli et son adjoint Lillo.

Le Barça comme dans un rêve


Pas le temps de décompresser. Après la Supercoupe d'Europe, c'est la Supercoupe d'Espagne avec un double affrontement contre le Barça les 12 et 15 août avec retour au Camp Nou. À de nombreuses reprises, même avant sa signature à Séville, Sampaoli a confié qu'il rêvait de battre les Culés, la meilleure équipe du monde selon ses propres mots. La saison passée, l'Athletic Bilbao avait collé une danse mémorable aux hommes de Luis Enrique. Après avoir affronté le jeu plus direct et physique du Real Madrid, l'Argentin devra composer une équipe cohérente à la fois avec et sans le ballon, d'autant qu'elle laissera certainement la possession à l'adversaire, contrairement à ce qu'on devrait voir face aux contre-attaquants merengues. Cela se traduira-t-il par un changement de système tactique ? Unai Emery avait l'habitude de gêner le Barça, davantage que le Real Madrid. L'Argentin poursuivra-t-il dans cette voie ?

L'Espanyol, pas si facile


Évidemment, après s'être enquillé le Real Madrid et le Barça en une semaine, affronter l'Espanyol le 20 août au Sánchez-Pizjuán fait nettement moins peur. Mais avec les arrivées d'un nouveau propriétaire venu de Chine et de Quique Sánchez Flores sur le banc, les Pericos ont des ambitions très élevées, surtout après un exercice 2015-2016 piteux. Roberto, Martín Demichelis, Juan Antonio Reyes, Jurado, Pablo Piatti et Leo Baptistão sont arrivés en Catalogne. La saison dernière, une large partie de la saison de Séville a été conditionnée par le nombre incommensurable de blessures qui a décimé l'effectif. Devant les mauvais résultats, certains ont même émis l'idée qu'Emery avait fait son temps... Une fois l'infirmerie désemplie, les Palanganas ont retrouvé leur niveau, surtout en Ligue Europa. L'arrivée d'un nouvel entraîneur marquera-t-il également un changement en la matière ? Dans une Liga qui n'a jamais été aussi forte et homogène, un retard à l'allumage serait rédhibitoire. Ce match contre l'Espanyol pourrait donner le tempo de la première partie de la temporada. Et déjà donner une idée du statut de ce Sevilla FC 2016-2017 dont on ne sait finalement pas quoi penser.

Par FM Boudet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Podcast Football Recall Épisode 33: Le feu d'artifice belge, les Bleus s'ennuient et les scandales anglais Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier
À lire ensuite
Pogba, un roman mancunien