1. //
  2. // Mali/Malawi (3-1)

Le Mali éliminé

Le Mali n'avait pas les cartes de la qualif' entre ses mains. Le Malawi si. Mais le portier des Flames, Sanudi, en a décidé autrement.

Modififié
0 0
Mali-Malawi : 3-1


Stade National de Chiazi, Cabinda


Buteurs : Kanouté (1ère), S. Keita (3ème), Bagayoko (85ème) pour le Mali, Mwafulirwa (58ème) pour le Malawi

Le Mali n'avait pas les cartes de la qualif' entre ses mains. Le Malawi si. Mais le portier des Flames, Sanudi, en a décidé autrement. Une minute après le coup d'envoi, Sunadi, à l'entrée de la surface, réécrit la légende des gardiens africains et relance sur Kanouté qui, de volée, plante le 1er pion malien. Pas le temps de souffler et de se marrer que Seydou Keita envoie un missile de coup franc dans la lucarne du goal malawite. 2-0 après 4 minutes de jeu, ça sent la correction pour la troupe à Phiri. Les Malawites mettront 25 minutes à se relever et à montrer un semblant de football, jusqu'à la mi-temps. Les Aigles auraient pu aggraver la marque mais Bagayoko vendange tout ce qu'il touche.

En deuxième période, changement de plan. Les Flames veulent cramer les Aigles. Et le gardien malien ne veut pas laisser la vedette à son homologue malawite. Sur un centre, Sidibé sort les poings, ne touche rien. Le ballon traîne dans la surface malienne, Sidibé plonge une nouvelle fois dans le vide et après un cafouillage digne d'un Nice-Montpellier, Mwafulirwa met la gonfle dans la cage malienne. Et si on assistait à un retour de Flames ? L'arbitre oublie un découpage flagrant sur Keita, le Malawi repart de plus belle. Sur un nouveau centre venu de la gauche, Sidibé est toujours en vacances, Mwafulirwa à l'occasion de remettre du suspens dans le groupe, mais, seul à 4 mètres, pique sa tête au-dessus des bois maliens. Une Darcheville, une Ljuboja, une Dani, appelez-la comme vous voulez. Le Malawi n'égalisera pas, c'est sûr, malgré toute la bonne volonté de Sidibé. Le Mali ajoutera même un dernier cachou par Bagayoko, de la tête, seul face au but après une offrande du Manceau Maïga. 3-1, le Mali l'emporte mais est éliminé par l'Algérie, à la différence de buts particulière. Une mi-temps foireuse contre l'Angola, un non-match contre les Fennecs, et hop retour à la maison. Hortefeux peut être satisfait.






Angola – Algérie (0-0) : Petit arrangement africain


Stade du 11 Novembre, Luanda

Mission victoire pour l'Algérie si elle veut poursuivre cette CAN. Ou alors arracher un nul pendant que le Mali tape le Malawi. Sinon direction la porte.

Les hommes de Saadane confisquent le cuir dès l'entame. Après, quand il s'agit de passer la ligne médiane, c'est une autre affaire. Il n'y aura tout simplement rien à se mettre sous la chique dans les 20 premières minutes. L'Angola ne s'en remet qu'à des contres pas beaux et des sondes de loin, avec Gilberto (une sorte de Thomert angolais) ou Mabina. Sans grand danger. On compte alors sur les coups de pied arrêtés pour décoincer tout ça. A la 22ème, coup franc rentrant côté droit, Matmour plaque un premier défenseur et laisse le champ libre à Yebda, qui fait un air-ball sur une tentative de retournée. Bougherra, à la réception de cette action vilaine, tire sur Carlos, le portier angolais sans salopette. Pendant ce temps-là, Belhadj nous gratifie d'un festival de dribbles foireux. Yahia a beau livrer ses conseils de la touche, même en se grattant les bourses, l'Algérie reste muette et aurait pu se faire punir avant le repos, Chaouchi sauvant les siens sur un mouvement à trois angolais. Bilan de cette 1ère mi-temps : l'Algérie l'a joué UMP en campant sur le côté droit, béton de sortie derrière et Inch'Allah devant.

La 2ème période sera franchement moche. Les deux équipes ont eu la bonne (ou mauvaise) idée de s'informer du score de Mali-Malawi, et jouent flippées. Belhadj initiera juste un triangle sur l'aile gauche. Bouazza déborde à gauche et centre au cordeau. Matmour dézingue tout sur son passage sauf la gonfle. Dans l'histoire, Zuela y perd sa cheville et sort sur civière. Plus rien ensuite, l'Algérie squattant son propre camp, l'Angola squattant le sien avec le ballon dans les pattes. C'est quand même pas le moment de faire les cons. Bouazza aurait pu nous faire mentir, mais a oublié son pied droit à l'hôtel, préférant lober Carlos d'un exter' du gauche, hors-cadre. S'en suit une passe à dix.

Le Mali vient d'en planter un 3ème au Malawi et scelle le sort de ce groupe. Les Antilopes Noires sont 1er, les Fennecs seconds, avec 4 points et un goal-average de -2. Triste mondialiste.

Ronan Boscher

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0