1. //
  2. // Gr.D
  3. // Lyon/Ajax (0-0)

Le Lyon est mort ce soir

Un match nul, vierge et terne, sans doute fatal à l’OL. Si la défense a tenu, les lyonnais ne sont pas montrés assez bons ou réalistes pour faire mieux que ce 0-0.

Modififié
290 1
Au coup d’envoi, la grande question était de savoir, en l’absence de Max Gonalons, comment allait se composer le milieu lyonnais. Pour ce match capital, Rémi Garde a choisi de renouveler l’expérience Kallström - Gourcuff à la récupération. Contre Rennes, elle n’avait pas été, et c’est le moins qu’on puisse dire, concluante. Mais la titularisation de Bastos en lieu et place d’Ederson sur l’aile gauche a permis, grâce au travail défensif de Michel, à l’ensemble de tenir. A terme, le positionnement du breton en huit parait donc possible si les paires d’ailes font le boulot, et plus encore quand Gonalons, en vrai pilier de bar, fera son retour dans l’effectif. On verra ça. En attendant, Lyon est légèrement dominé pendant la première demi-heure de jeu. L’Ajax fait circuler, écarte, et s’attache à avoir la possession du ballon. L’Olympique Lyonnais n’a pas trop le ballon, mais est bien en place, et parvient, à développer les actions les plus dangereuses. Comme cette bonne percée suivie d’une frappe plus que moyenne de Reveillère à la 22ème minute de jeu. Ou cette combinaison, quelques minutes après, entre Bafé Gomis et Jimmy Briand. Briand qu’on retrouve sur une frappe qui rase le cadre de près. Devant, Lisandro tourne autour de Gomis, et pas mal dans le vide. Bastos et Briand assurent la largeur, Gourcuff, à terre, et Kallström, en l’air, s’occupent des ouvertures. Les intentions sont bonnes, les actions moins, et c’est un problème. Heureusement, derrière, ça tient bien la baraque. Ainsi, à la mi-temps, le score est toujours vierge : la solidité défensive de Lyon se traduit par un équilibre retrouvé. Cela donne une période assez terne en fait, mais Lyon contrôle globalement la partie (la plus grande peur de ses sympathisants avant la rencontre, surtout avec la paire Kallström-Gourcuff à la récupération) et a encore 45 minutes devant lui pour marquer ce but qui ferait tant de bien.

Le plan a failli tomber à l’eau dès la cinquantième minute. Cris court derrière Suljemani, mais Lloris, du bout du genou, repousse sa tentative de viol. C’est donc l’Ajax qui est le mieux reparti, l’inquiétude devient palpable. L’Ajax continue de pousser, une frappe est repoussée par Cissokho au dessus de la transversale. Gourcuff, d’une remise maladroite, lance Lodeiro plein axe, mais celui-ci foire devant Lloris. L’inquétude est maintenant concrète. Bastos, partie de l’aile droite (lui et Briand ont inversé, pourquoi pas), relance le match dans le bon sens d’une lourde frappe sur le gardien ajacide. Lisandro, pas encore dans son rythme, laisse sa place à Ederson. Sur une combinaison un peu à l’arrache mais finalement efficace, Bastos trouve Gomis qui remet de la tête pour Gourcuff, qui prolonge vers Ederson, qui écrase son tir. Les joueurs de l’Ajax, qui ont senti le vent tourner, se regroupent dans leurs derniers mètres. Bastos est à deux doigts d’ouvrir le score, mais Vermeer sort une claquette encore plus belle que l’enroulé de Michel. Il ne reste que cinq minutes, Lacazette remplace Briand. Gourcuff est rincé. Personne n’y croit plus. Les dernières forces sont jetées dans la bataille. Ederson se fait pousser dans le dos en pleine surface ajacide, l’arbitre ne bronche pas, l’action continue et Gourcuff… à côté. Puis c’est Lacazette qui bute sur Vermeer. Lyon s’arrêtera très certainement au stade des poules de C1 pour la première fois après une série de huit qualifications en huitièmes d’affilée. Une certaine idée de fin de règne.

Par Simon Capelli-Welter
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Johnny Dramma Niveau : Ligue 1
Une équipe lyonnaise complètement apathique face à une équipe amputée de plusieurs titulaires. Affligeant.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
290 1