1. //
  2. //
  3. // FC Bâle-Ludogorets Razgrad

Le Ludogorets Razgrad s'invite à la fête

Sans que personne ne s'en émeuve, le Ludogorets Razgrad fait son retour en Ligue des champions, deux ans après sa première participation. Les Bulgares affrontaient déjà Bâle en phase de poules, et avait réussi un parcours surprenant. Et même si personne n'y croit, le Ludogorets jure qu'il est là pour gagner. Et si ce n'était pas que de la fanfaronnade ?

Modififié
679 7
Les Suisses ont beau avoir la réputation d'être modérés, et d'éviter la vantardise, la presse helvète ne se cachait pas ces derniers jours pour expliquer que la victoire de Bâle ce soir face au Ludogorets Razgrad était obligatoire. Car le FC Bâle est face à un calcul simple : les deux premiers strapontins semblent réservés aux ogres du groupe A, le PSG et Arsenal. Mais en cas de craquage de l'un ou de l'autre, autant tenter d'en profiter, ce qui commence par récupérer les points faciles là où ils sont, du côté de la Bulgarie. Car les gars du Ludogorets n'auront pas le choix, et devront se coltiner l'étiquette du Petit Poucet tout le long de la phase de poules. On les dit déjà condamnés à entendre un « Vous êtes le maillon faible, au revoir » à la fin de la manche, et pourtant, les Aigles – leur surnom – balancent à tout va qu'ils n'ont peur de rien. « Nous savons que Bâle est une bonne équipe, mais rien à craindre. Notre objectif est la première place du groupe » , assénait le gardien Vladislav Stoyanov – également portier de l'équipe de Bulgarie – sans sourciller devant les journalistes bulgares. Quant au coach, George Dermendjiev, il affichait lui aussi son ambition : « Tout le monde pense que le FC Bâle est meilleur que la dernière fois que nous avons joué contre lui. Mais nous aussi, nous avons progressé. Et je pense que vous allez le voir. » Car il y a deux dans, Bâle et Razgrad se retrouvaient déjà dans la même poule en Ligue des champions. Et déjà, les Bulgares étaient censés servir de punching-ball. Ce qui n'avait pas été le cas.

Millionnaire grâce aux chaussures


Les équipes à battre de ce groupe A se nomment Paris et Arsenal. En 2014, ceux du groupe B étaient le Real Madrid et Liverpool. Les deux premières places leur semblaient promises, avec un scénario tout écrit : Bâle troisième et bon pour la Ligue Europa, et les Bulgares loin derrière, après avoir profité de la chance d'être là et pris des selfies avec les stars. La deuxième place sera finalement pour Bâle, et Liverpool ne terminera qu'à un petit point devant le Ludo. Qui s'attendait à ce que le Ludogorets, cette équipe inconnue perdue dans la petite ville de Razgrad – 35 000 habitants au Nord du pays – donne quelque chose ? Car le Ludogorets Razgrad a longtemps été un club condamné à végéter dans l'anonymat de la deuxième division bulgare, jusqu'à ce que l'homme d'affaires Kiril Domuschiev ne le prenne en main en 2010. Comme beaucoup d'autres fortunes locales, la sienne fait débat. Il jure qu'il a gagné son premier million en vendant des chaussures sur les marchés dans le chaos du début des années 90, quand le pays se reconstruisait après la chute de Jivkov et du régime communiste. Aujourd'hui âgé de quarante-sept ans et ancien membre de l'équipe dirigeante du CSKA Sofia, Domuschiev règne en maître sur une compagnie pharmaceutique, plus gros secteur industriel de la région de Razgrad. Le club monte en première division dès 2011, s'offre un triplé championnat-coupe-Supercoupe de Bulgarie, et est depuis quintuple champion en titre, alors que les clubs historiques de Sofia sont à la ramasse, quand ils ne sont pas rétrogradés pour des dettes colossales. Un succès dû à un recrutement ambitieux pour la Bulgarie – sept Brésiliens dans l'effectif actuel – et à la construction de certaines infrastructures, même si l'underground reste de mise.

Les europhiles


Car Razgrad joue les matchs de championnat dans son arène, la Ludogorets Arena, mais doit disputer ses joutes européennes à Sofia. En effet, l'incroyable stade de Razgrad est un gazon entouré de 8 800 places – certaines debout – qui donne des sueurs froides aux normes de sécurité de l'UEFA. Cette équipe qui a les locaux d'un club de CFA s'apprête donc à lancer sa troisième campagne européenne en quatre ans. En 2013-2014, premier assaut avec une Ligue Europa maîtrisée. Sorti premier de son groupe en ayant notamment battu le PSV Eindhoven, le Ludogorets s'offre la Lazio en 16es avant de perdre au tour suivant. L'année d'après, place à la Ligue des champions, abordée avec le statut de plus petite ville et de plus petit budget de la compétition. Et en ayant gagné le dernier tour de barrage aux tirs au but, avec le défenseur roumain Cosmin Moți au goal après l'expulsion de Stoyanov. Serein, Moți avait mis le sien avant d'en stopper deux, une des images folles de la saison. Pour leur premier match de C1, les Bulgares annoncent la couleur et perdent 2-1 contre Liverpool à Anfield, à cause d'un penalty inventé dans les arrêts de jeu, et feront match nul au match retour. Deux semaines plus tard, ils ne prennent que 2-1 contre le Real, là aussi avec un péno litigieux. Enfin, lors de la troisième journée, ils battent Bâle 1-0 à Sofia, mais prennent une rouste au retour (4-0). Une campagne remarquée, et l'Europe est cette saison l'objectif principal du club, pour l'instant sixième en championnat après six journées. Ambitieux, Domuschiev prépare son club à vivre d'autres épopées européennes, et est en train d'agrandir le stade. L'une des nouvelles tribunes a d'ailleurs été baptisée « Cosmin Moți » .

Par Alexandre Doskov
Modifié

Les Suisses réputés pour ne pas être dans la vantardise ?

Vous n'avez jamais eu l'honneur infini de lire les plumes raffinées du Matin...
Thomas Tourelle Niveau : Loisir
D'ailleurs le surnom du club, les aigles, vient de confrontation contre la Lazio en 16ème de l'EL, les dirigeants laziales avait offert un aigle aux dirigeants du club et il est devenu la mascotte du club.

Voilà pour ce petit instant culture, c'est toujours sympa d'étaler sa culture (surtout quand on en a pas beaucoup comme moi).
Message posté par Wagneau
Les Suisses réputés pour ne pas être dans la vantardise ?

Vous n'avez jamais eu l'honneur infini de lire les plumes raffinées du Matin...


Ça m a fait un choc les premières fois ou j ai lu ce journal.
Totti Chianti Niveau : CFA2
Note : 2
Oui, et il s'appelle même Fortuna.

Par contre, les infos ne sont pas complètement bonnes.
Le stade fait maintenant (depuis 2 ans) 12.000 places et est homologué par l'UEFA pour des matchs n'allant pas plus loin que des demi-finales européennes.
Donc, si Ludogorets joue à Sofia, c'est pour profiter du Stade National Vassil Levski dont la capacité est largement supérieure, 45.000 places (C'est là où jouera la France contre la Bulgarie d'ailleurs).
La différence financière est trop grande pour se contenter de la Ludogoretss Arena. Le stade risque d'être plein contre Arsenal (c'est sûr) et le PSG (sûrement aussi), peut-être même contre Bâle.
Il y a d'ailleurs des pubs dans tout Sofia.
Cela dit "vivez le rêve fou de la CL".
Fou parce que "Ludogorets" veut dire "forêt folle". De lud (луд) = fou et gora (гора) = forêt. Bref, il faut bien un peu de patriotisme et des grandes équipes pour attirer les Sofiotes (les habitants de Sofia et pas le titre d'un nouveau magazine style "Têtu" version SoFoot!) car le Ludogorets n'est pas forcément très apprécié par ici.
Tout le monde les trouve bons hein, c'est pas le problème, mais le côté équipe montée de toutes pièces (c'est le cas de le dire) ne les rend pas très populaires par rapport aux clubs historiques (Levski, Cska)
Totti Chianti Niveau : CFA2
L'aigle c'est Fortuna.
C'était une tentative de réponse à la Tourelle!
Message posté par Totti Chianti
L'aigle c'est Fortuna.
C'était une tentative de réponse à la Tourelle!


L'aigle c'est surtout du marketing et un cérémonial copié sur Benfica. Historiquement, y'avait pas d'aigle aux matchs de la Lazio.
Dans les ex-pays communistes, c'est impressionnant cette passation de pouvoir entre les clubs historiques des capitales, proches du régime et ces nouvelles équipes provinciales portées par des oligarques/nouveaux riches: Ludogorets, Chakhtar, Cluj, Zilina, Plzen, Borisov et même le Zenit qui n'arrivait pas à la cheville des moscovites avant l'arrivée de Gazprom.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
679 7