En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 13 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Nantes-Marseille (0-1)

Le Lucas de Marseille

Parti en Italie l’an dernier et jamais véritablement considéré comme un élément important à l’Olympique de Marseille, Lucas Ocampos est en train de prendre tout le monde à contre-pied. Car son début de saison, aussi peu dense soit-il, est réussi. Est-ce enfin la saison de la révélation pour l’Argentin de 23 ans ?

Modififié
Le but n’est pas des plus esthétiques. Mais en réalité, la beauté du geste ou celle de l’action importent peu. Le compteur affiche la 88e minute, l’Olympique de Marseille vient enfin de faire sauter la défense nantaise et Lucas Ocampos exulte. Outre le fait qu’il donne les trois points à son équipe, son pion inscrit à l’arrachée de l’épaule-poitrine est le premier qu’il marque sous les couleurs phocéennes depuis le mois d’août 2015. Il y a deux ans, donc. De quoi hurler ostensiblement toute sa joie aux yeux de ses partenaires.


Car voilà : depuis le récent début de saison, l’Argentin déjoue pas mal de pronostics. Envoyé en prêt en Italie depuis un an (au Genoa puis à Milan, où ses statistiques se limitent à trois buts et une passe décisive en 29 rencontres de Serie A), Ocampos n’était pas censé revenir sur la Canebière. Celui que Marcelo Bielsa a attiré début 2015 pour sept millions d’euros en provenance de l’AS Monaco n’avait en effet jamais convaincu à Marseille. Jamais vraiment titulaire, jamais vraiment considéré comme un joueur phare de l’effectif, Lucas avait déçu et beaucoup pensaient ne jamais le revoir porter le maillot bleu et blanc. Sauf que le Genoa, qui aurait été obligé de conserver le joueur si ce dernier avait marqué au moins sept pions, n’a pas levé l’option d’achat de huit millions d’euros. Ce qui a beaucoup surpris Rudi Garcia, l’entraîneur français trouvant cette valeur bien faible au regard de la qualité du bonhomme. « Je veux le conserver, c’est aussi clair que ça, a ajouté le technicien dans les colonnes de L’Équipe. On n’a pas ce profil. Il peut jouer aux trois postes derrière l’attaquant et même numéro neuf. Il a le gabarit, la puissance athlétique, il est technique, il voit le jeu. Moi, j’y crois vraiment à ce joueur.  »

Un Ocampos tout neuf

Raison pour laquelle le coach fait actuellement jouer son protégé : une titularisation face à Ostende lors du match retour comptant pour le troisième tour préliminaire de Ligue Europa, une entrée à l’aller et 29 minutes en Ligue 1. Résultat : un but contre les Canaris, de gros efforts défensifs contre les Belges et une impression de changement chez l’ex-Monégasque. Comme si le football italien l’avait énormément enrichi d’un point de vue tactique. Mais si Ocampos jouit de la confiance de Garcia et répond, pour le moment, à ses attentes, c’est aussi parce qu’il s’est investi dans le projet du club dès son retour en France et a travaillé pour montrer qu’il souhaitait être de la partie. « Les choses ont beaucoup changé. Le staff, la direction, le club. Je suis très content de revenir, assurait-il dès le mois de juillet, toujours dans L’Équipe. J’ai l’impression que Marseille a confiance en moi. J’aime ce stade, les supporters. Ma famille aime Marseille. Je veux changer l’image que j’ai donnée. (...) Je me sens bien et j’espère que je vais enfin exploser comme on l’attend depuis longtemps. Je suis jeune, je n'ai pas encore montré tout mon potentiel. Et je pense que je peux le faire cette année à l’OM.  »



Toute la question est là : le Sud-Américain peut-il s’imposer à Marseille, ce qu’il considère comme « un rêve » , et « devenir titulaire » , comme il l'a ambitionné face à la presse après le succès à Nantes ? Le chemin reste long au vu de la concurrence qui va augmenter avec l’arrivée d’un nouvel avant-centre d’ici la fin du mercato. Valère Germain étant parti pour revendiquer un statut d’indiscutable, Dimitri Payet et Florian Thauvin demeurant des valeurs sûres pour Garcia, Clinton Njie et Rémy Cabella (même s’il serait sur le départ) ciblant le même objectif qu’Ocampos, celui-ci va devoir serrer les dents et continuer à être décisif lorsqu'il aura du temps de jeu pour grimper dans la hiérarchie. Pas facile. Mais pas impossible. Après tout, qui aurait cru l’été dernier qu’il se retrouverait un jour dans l’effectif de l'AC Milan ? Et qui aurait cru il y a encore quelques mois qu’on verrait de nouveau les supporters olympiens applaudir son sourire trop rarement observé au stade Vélodrome ?

Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:42 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 Hier à 17:56 Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 6
Hier à 15:02 Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 22 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 Hier à 11:49 Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mercredi 17 janvier 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 16 mercredi 17 janvier Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 7