Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 13e journée
  3. // Reims/Lille (2-0)

Le LOSC coule à Reims

Un début de match catastrophique et une fin de match pathétique : c'est officiel, Lille est au fond du trou. De son côté, Reims enchaîne tranquillement un cinquième match sans défaite. Suffisant pour sauter le LOSC au classement.

Modififié
Reims-Lille : 2-0
Buts : Moukandjo (26e), Mandi (33e)

Certains gestes résument parfois à eux seuls tout le mal-être d'une équipe en crise. Et des vilains gestes, il y en a eu une flopée en ce début de soirée à Auguste-Delaune. Le problème pour René Girard, c'est qu'ils sont tous à mettre à l'actif de ses joueurs. Entre la misérable tentative de roulette de Rio Mavuba en plein milieu de sa surface de réparation, un raté maladroit de Nolan Roux ou un premier tacle en retard de Sébastien Corchia, il y a match. Heureusement, Sébastien Corchia a décidé d'éviter le recours à la photo-finish. Pour départager tout ce beau petit monde, le latéral lillois sort donc le grand jeu et ponctue le parcours d'obstacle de Gaëtan Charbonnier d'un tacle aussi suicidaire qu'inutile en pleine surface. On ne joue que depuis 25 minutes, il ne fait pas encore noir, mais Corchia prend le rouge et Lille son premier but. Le début de la fin. Déjà.

Écorché vif


Avant le match, il était déjà possible de détecter quelques indicateurs de la vilaine soirée que s'apprêtait à passer le LOSC. La pelouse en piteux état en était un, la position de René Girard en était un autre. Condamné à brailler ses directives depuis la tribune, l'entraîneur lillois a assisté comme tout le monde à un début de match à sens unique. Il ne fallait pas être grand clerc pour avoir compris après à peine dix petites minutes de jeu que ce match-là ne serait pas encore celui de la rédemption pour le LOSC. Comme souvent pourtant, les Nordistes ont d'abord pu compter sur Vincent Enyeama. Décisif à deux reprises en début de match face à un Nicolas de Préville en feu, le Nigérian a peut-être naïvement cru que s'époumoner sur sa ligne suffirait à inverser la tendance. Au stade où en est aujourd'hui le Lille de René Girard, il en faudrait en fait beaucoup plus. Sébastien Corchia en témoigne. Agressif et maladroit dès les premières minutes, le latéral Lillois reflète à merveille le manque de certitude actuel du LOSC. Exclu à la 24e minute, Corchia préférait manifestement quitter le bateau avant qu'il ne coule. Un choix discutable, mais payant. Lui, au moins, ne s'est pas infligé le visionnage des 60 dernières minutes.

Tiki taka sauce Vasseur


À bien y regarder, la vraie surprise est peut-être d'ailleurs d'avoir vu les coéquipiers d'Enyeama tenir pendant les 25 premières minutes. La transformation de l'indiscutable penalty par Benjamin Moukandjo allait mettre fin à cette incongruité. Un bel uppercut même pas suffisant pour faire réagir les Lillois. Abandonné par la confiance, le LOSC coule et prend rapidement le deuxième sur ce qui reste le meilleur révélateur de l'équipe en crise : les phases arrêtées. Aïssa Mandi place sa tête et tue tout espoir de révolte. Le reste se résume à raconter l'histoire d'une équipe qui tourne contre une autre amorphe. Presque morte. Par moments, le jeu rémois a même des allures de tiki-taka, à d'autres Tacalfred envoie des transversales millimétrées, dans tous les cas Lille semble impuissant. Seule lueur dans la grisaille, les efforts individuels du trop esseulé Divock Origi. Il n'en reste pas moins que l'ambiance est étrange. Festive dans les tribunes, mortelle sur le terrain. Au vrai, ce contraste témoigne peut-être de la fin d'une époque. Au coup de sifflet final, la nuit noire est tombée sur Auguste-Delaune et René Girard est toujours à sa place. Dans la tribune. Peut-être un signe.

⇒ Résultats et classement de L1

Les autres matchs du dimanche 9 novembre

Par Martin Grimberghs
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 5 heures Le Belge Tom Saintfiet, sélectionneur de la Gambie 6
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17