1. //
  2. // 21e journée
  3. // Inter Milan/Catane

Le long voyage de l'Inter

À l'annonce en novembre de la fin des dix-huit années de l'ère Massimo Moratti, le monde de l'Inter était bien conscient de perdre un guide. Et les résultats n'ont pas tardé à le démontrer. Depuis, les Nerazzurri vivent un long voyage de huit matchs, sept points et seulement une victoire. Celle du Derby, celle de l'espoir, certes. Mais alors que leur Beneamata est sixième à onze points de la 3e place et déjà éliminée en Coupe d'Italie, leurs tifosis s'impatientent devant l'incohérence de ce mercato hivernal et le manque de clarté de la stratégie d'Erick Thohir.

Modififié
0 26
Du décalage horaire au silence, Moratti manque

« Recevoir une explication, un confort ou même simplement un sourire. » Luigi Garlando, célèbre journaliste de la Gazzetta dello Sport, racontait cette semaine que les tifosi intéristes aimaient se rendre le lundi matin au pied du bureau de Massimo Moratti. C'était une habitude, un moment qui faisait partie intégrante du monde Inter. Aujourd'hui, Thohir se rend à Milan une fois par mois et se fait entendre par le biais de communiqués sur le site officiel du club. Silence et distance.

Le bruyant Nicola Berti, emblème italien de l'Inter de 1988 à 1998, raconte : « Avec l'arrivée des Indonésiens, on a perdu un bout de notre identité à peine quatre années après le triplé, et le changement semble être bien plus traumatique qu'en 1995. » Pour les tifosis, évidemment. Mais aussi les joueurs. Alors que Mazzarri semblait avoir trouvé la formule pour changer en profondeur le jeu des Noir et Bleu (l'Inter était la meilleure attaque du championnat italien jusqu'en octobre), tout s'est écroulé en deux mois et huit petits buts marqués.

Un voyage sans guide

Quand Erick Thohir rachète 70% des parts du club milanais pour 250 millions d'euros en novembre 2013, la Lombardie est consciente de ne pas accueillir un riche oligarque indonésien, mais plutôt un homme d'affaires qui connaît le monde du sport et qui, par ailleurs, aime l'Inter depuis vingt ans. La logique de la stratégie du duo Thohir-Moratti n'est pas de faire grimper l'Inter sur le toit du monde à court terme : le mot d'ordre est « Nous voulons adapter l'Inter aux exigences du football moderne. » Il ne s'agit pas d'investir plus, mais mieux.

Mais alors que les Nerazzurri n'ont pas encore obtenu de pénalty cette saison (après 20 journées), Cambiasso allant jusqu'à dire que « l'équipe ne s'entraîne même plus à les tirer » , aucun dirigeant ne semble avoir la légitimité pour parler au nom du club, à l'image d'un Galliani au Milan ou d'un Marotta à la Juve. Qui décide ? Qui dirige ? Mazzarri est seul au monde, Thohir est à l'autre bout de la planète, et les joueurs se demandent où ils vont. L'agent de Guarín avait été clair début janvier : « On ne sait tout simplement pas ce que veut Thohir. »

L'affaire Guarín-Vučinić, « la goutte qui a fait déborder le vase »

Nicola Berti continue : « Et puis à l'époque, Moratti avait fait venir d'emblée Ince, Zanetti, Carbone et d'autres. » Si Thohir n'a jamais promis ni Messi ni de gros investissements, Milan s'attendait au moins à quelques coups en ce mois de janvier. Que nenni. Lundi dernier, la sphère intériste panique littéralement à l'heure du déjeuner : son club négocie depuis dix jours pour prêter Fredy Guarín à la Juve. Et les négociations ont évolué jusqu'à l'accord suivant : l'Inter échange Guarín (27 ans) contre Vučinić (30 ans) à titre définitif, sans contrepartie financière. Le Colombien n'est pas un fuoriclasse, mais c'est un joueur qui sait offrir des actions de classe et dont le meilleur reste à venir. Vučinić est merveilleux, mais incertain physiquement, plus âgé et pas adapté aux objectifs tactiques de Mazzarri.

Thohir veut de la jeunesse et abaisser les coûts, d'où la logique du départ de Guarín, qui demande trop de millions et mange les minutes du très prometteur Kovačic. Mais pourquoi Vučinić ? Et pourquoi la Juve ? Dans la foulée, la Curva Nord signe un communiqué intitulé La goutte qui fait déborder le vase et appelle tous les intéristes à venir protester devant le siège du club pour faire annuler l'échange. Mission accomplie. Thohir cède et envoie valser la Juve, alors que celle-ci avait déjà sorti le champagne. Mais les tifosi restent inquiets.

Manque de prise de risque et motifs d'espoir

« Alors, ce sera quelle Inter ? Modèle Arsenal, jeunes et spectacle, ou Cambiasso et des longs ballons pour Palacio ? » se demandait la Gazzetta début janvier. Aujourd'hui, l'Inter donne l'image d'une équipe craintive qui privilégie l'équilibre et finit par se découvrir systématiquement au moment où elle se décide à entreprendre un jeu plus ambitieux. Mazzarri a fait jouer ses hommes en 3-5-1-1 toute la saison, judicieusement, avec ses armes : les défenseurs connaissaient le système (Campagnaro, Rolando), Nagatomo et Jonathan n'étaient pas exposés défensivement, et Cambiasso était meilleur accompagné de deux milieux centraux. Une Inter solide lors des premiers mois, mais peu créative : Alvarez ou Guarín derrière Palacio, et c'est tout.

Avec le retour de Milito, la montée en puissance de Kovačic et l'arrivée de Ruben Botta, Walter s'essaye à présent au 3-4-2-1. Plus de jeu, mais moins d'efficacité pour le moment. Pour se rassurer, l'Inter peut se dire que si Stramaccioni était mieux classé l'an dernier, il avait pu compter sur une équipe au complet jusqu'en décembre. Non seulement le Toscan a pris l'habitude de faire décoller ses équipes en deuxième partie de saison, mais il peut à présent compter sur Milito, Icardi et Botta. À défaut de pouvoir se rassurer, Walter a des motifs d'espoir.

« Thohir, je t'explique ce que signifie être un vrai Intériste  »

Après avoir été guidée toutes ces années par la passion et le romantisme de son président milanais, l'Inter apprend donc à vivre sous la conduite raisonnable de son nouveau propriétaire. Ainsi, lundi dernier, le comédien italien Paolo Rossi avait tenu à écrire une lettre à Erick Thohir dans les colonnes de la Gazzetta, intitulée « Thohir, je t'explique ce que signifie être un vrai Intériste » . Il y racontait la fois où, comme promis, il était allé déposer une écharpe noire et bleue sur la tombe de sa mère le lendemain de la finale de Ligue des champions 2010, et avait été surpris de voir tout le noir et bleu qui habillait le cimetière.

Voici la conclusion de cette lettre : « Cette histoire, Moratti la connaît déjà. Maintenant, j'espère que M. Thohir la lise pour comprendre ce que veut dire être intériste. Parce que si l'athlétisme est un sport, le football est une métaphore de la vie. » Autrement dit : « Dépense sans compter, bonhomme, je t'assure que c'est pour une bonne cause. »

Par Markus Kaufmann À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Jack Kachkar 2 , le retour .
rainbowmatador Niveau : District
Je ne veux pas faire dans le délit de faciès.... Mais...Quelle trogne de con! J'espère qu'il ne fera pas long feu du côté de l'Inter ce Tapis indonésien...
Les mecs qui achètent à tout vat en se disant, si je l'ai fait sur FIFA, je peux le refaire en vrai, ça pullule. Les seuls réussites qui me viennent à l'esprit sont Manchester City et le PSG, pour combien de clubs jouant dans le ventre mou ?
La tragi-comédie sur Guarin/Vucinic méraitait un dévelloppement acr elle st emblématique des errements de l'Inter. Sur ce coup le club s'est ridiculisé, la direction italienne et indonésienne s'est décrédibilisée.

Même en football, une parole donnée a une importance.
La reprendre, en cédant à une poignée d'ultras, sous les yeux de l'Europe entière, ne sera pas sans conséquences.
Note : -1
L'Inter a été condamné par l'UEFA sur l'annulation d'un marché validé pour Vucinic et Gurain. De plus, ils ont tout arrêté pour attendre la prescription et récupéré Vucinic en dénonçant la prescription.

De la part des prescritti, c'est pas si étonnant. Tant mieux, qu'ils continuent de se planter, ils ne gagnent qu'une fois tous les quarante ans, et en plus pour ça ils ont besoin d'inventer des histoires rocambolesques pour piquer des titres aux autres. Quel club de merde.
A combien d'années remonte la dernière victoire en C1 de la Juve ?

Je trouve que les rubentini ont une grande bouche sur ce coup, après la quenelle qu'ils ont tenté de glissé à la Fiorentina dans le cadre de l'affaire Berbatov c'est l’hôpital qui se fout de la charité.

Bon sur le fond, à lire l'article on a le sentiment que Markus Kaufman découvre l'Inter. La situation est certes bordélique en ce moment mais le club n'était pas mieux géré sous Moratti, la communication était tout aussi catastrophique, simplement le paternalisme de Massimo compensait tous ces errements.

L'article parle aussi de montée en puissance de Kovacic alors qu'il est complètement perdu sur le terrain depuis le début de saison, ça s'est bien vu au dernier match. Enfin sur Vucinic, c'est un joueur voulu par Mazzari et suffisamment polyvalent pour offrir des alternatives tactiques qu'il manque à l'Inter qui aurait pu lui permettre d'évoluer régulièrement avec 2 attaquants notamment. Bref, le profil du joueur était au contraire très intéressant contrairement à un Guarin beaucoup trop groumant (dans tous les sens du terme).

Bref, Thorir sais ce qu'il lui reste à faire, mettre la main à la poche pour renforcer l'équipe, c'est la seule chose à faire, Mazzari ne fera pas de miracles avec ce qu'il a sous la main.
Un rien de mauvaise foi Lothaire ?

D'un côté un club qui essaie de piquer un joueur à un autre, la Roma vient de le faire deux fois à Naples sans que personne ne crie au scandale.

De l'autre côté un club qui demande à un autre l'autorisation de contacter un joueur, qui négocie 15 jours avec le joueur en question, qui se met d'accord avec le joueur, puis avec le club cédant, qui fait passer la visite médicale, qui demande au joueur de venir s'entrainer, qui donne son accord à la transaction par le bien du DG et du président puis qui bloque tout parce que 3 journalistes et une centaine d'ultras ont des vapeurs ?

Tu as raison, c'est très similaire et l'image de l'Inter en sort intacte. "Dans cette affaire, le seul à y avoir vu clair c'est Marotta". C'est écrit sur une banderole, à San Siro en ce moment même et ce ne sont pas des juventini qui l'agite.
Oui tu as raison c'est différent, d'un coté un club qui essaye d'en mettre une à un autre en récupérant un joueur en douce (très fair play), et de l'autre, des gens simplement incompétents qui changent d'avis au dernier moment.

Dans tous les cas, et étant donné que la proposition de la Juve était ridicule (échange sec), je ne vais pas pleurer parce que vous n'avez pas réussi à nous la mettre (mais dans les règles certes).

Je ne dis pas que l'image de l'Inter en sort grandi, je pense simplement qu'il y a des problèmes de fond bien plus important que cette connerie* pour laquelle les ultras ont d'ailleurs oublié leur place.
J'attends l'annonce du transfert "plus que probable" de Messi et Ronaldo pour la saison prochaine
Message posté par Lothaire
Oui tu as raison c'est différent, d'un coté un club qui essaye d'en mettre une à un autre en récupérant un joueur en douce (très fair play), et de l'autre, des gens simplement incompétents qui changent d'avis au dernier moment.

Dans tous les cas, et étant donné que la proposition de la Juve était ridicule (échange sec), je ne vais pas pleurer parce que vous n'avez pas réussi à nous la mettre (mais dans les règles certes).

Je ne dis pas que l'image de l'Inter en sort grandi, je pense simplement qu'il y a des problèmes de fond bien plus important que cette connerie* pour laquelle les ultras ont d'ailleurs oublié leur place.


L'accord était sur un échange + 1,5 million d'euro (D'accord ce n'est pas beaucoup). Nous sommes d'accord sur un point, les problèmes de fond. On va dire avant tout de management, à tous les niveaux.

Par contre nous ne sommes pas d'accord sur l'importance de "cette connerie". L'Inter était demandeuse, elle avait accepté le deal. Aujourd'hui, les agents et les joueurs savent que l'Inter peut revenir sur sa parole même après les visites médicales, Mazzari n'a toujours pas l'attaquant qu'il réclame, Guarin devra être soldé à droite ou à gauche, et le président s'est couché devant les ultras qui continuent à contester.
DeanWinchester Niveau : CFA2
dire Rubentini quand on sait ce qu'a pu faire Fachetti and co, respecte toi mec, la dignité toussa
Surtout que c'est l'Inter qui a proposé le deal. Les prescritti n'ont vraiment pas de face.

Dans 100.000, quand on aura 37.000 scudetti, eux, ils n'en auront que 18. Mais ils auront fait le triplé. Grâce à cette vaste fumisterie de calciopoli.
aswinning_11 Niveau : Ligue 2
Le truc c'est que Tohir n'est pas aussi riche qu'un Saoudien... D'ailleurs je l'ai croisé à un match de basket local à Jakarta la semaine passée (pas une blague)... loin, loin, de Milan.
Cari amici, basta, prego! Encore un peu, on se croirait sur le forum de la gazzetta dello sport où tous les tifosi de la botte ne font que s'insulter et dénigrer le blason des adversaires de leur club de coeur au lieu de parler du jeu...
@ Trap

Je ne vois pas bien ce que la Roma vient faire dans cette discussion. Il y a un joueur, Naingolan, parce que c'est principalement de lui dont il s'agit, qui négociait avec une équipe. Une autre équipe s'intéresse. Elle propose des arguments plus intéressants. La négociation se poursuit entre le joueur et les deux équipe. Le joueur choisit finalement l'offre qui lui convient le mieux. Point. Ca s'appelle la concurrence.

En revanche, chercher à mettre une belle carotte ni vu ni connu à son cocontractant peut engager la responsabilité de sa direction...
Tiens un sujet Inter et comme par hasard des chiens enragés noir et blancs qui accourent. Et en plus ça se permet d'insulter ce club.

Classe. Et après je lis "dignité toussa" de la part d'un des leurs.

C'est pas cette dernière justement qui les étouffe.
En effet, la "dignité toussa"... donner des leçons à tout le monde en se comportant comme des porcs (pas une insulte, chers amis rubentini, juste une comparaison) ça devient un peu lourd. Il ne faudrait pas ensuite s'étonner d'être, certes, l'équipe ayant le plus de tifosi du Calcio mais étant aussi la plus haï par l'ensemble de ceux des autres équipes.
Et puis salir Facchetti sur chaque sujet interiste ça va aussi un moment... en plus de montrer votre ignorance crasse de l'histoire de ce sport et votre mépris pour une de ses figures les plus marquantes, c'est surtout un peu facile comme manœuvre répétitive. Je m'explique: vous matraquez un fait (probable mais pas établi judiciairement) qui voudrait qu'en temps que dirigeant, et comme bien d'autres, Giacinto n'aurait pas été un saint... et, à force de le répéter tel un leitmotiv, vous faites oublier que Luciano Moggi lui dirigeait tout un système encadrant des types qui n'étaient pas des saints. D'un côté on pointe du doigt le voleur de pommes, de l'autre on passe sous silence le parrain mafieux !
Vous prenez vraiment les gens pour des abrutis à geindre et à couiner en permanence... si Facchetti a tiré quelques ficelles, elles ne devaient pas être bien longues ni grosses vu nos si longs résultats de loosers...
et qui gagnait de manière étrange pendant ce temps là ?????

Enfin juste pour se marrer, quittes à tout déballer sur des dirigeants légendaires du calcio, avant de baver sur Giacinto allez un peu vous renseigner sur Agnelli et la loge P2 et expliquez-moi comment un type qui faisait et défaisait les gouvernements selon son bon vouloir n'aurait pas eu un peu d'influence sur un championnat si facilement corruptible.
Message posté par Mortacci
@ Trap

Je ne vois pas bien ce que la Roma vient faire dans cette discussion. Il y a un joueur, Naingolan, parce que c'est principalement de lui dont il s'agit, qui négociait avec une équipe. Une autre équipe s'intéresse. Elle propose des arguments plus intéressants. La négociation se poursuit entre le joueur et les deux équipe. Le joueur choisit finalement l'offre qui lui convient le mieux. Point. Ca s'appelle la concurrence.

En revanche, chercher à mettre une belle carotte ni vu ni connu à son cocontractant peut engager la responsabilité de sa direction...



@Mortacci, la Roma n'était là qu'à titre d'exemple.
Je crois que ce sont deux visions des mêmes faits ou de faits très similaires. Mais si tu crois vraiment que les négociations entre clubs, joueurs et agents se limitent à des propositions polies sur papier parfumé, je veux bien.
Marotta est donc le seul pirate du calcio et il n'a pas été recruté à la Juve par hasard.
Je ne veux surtout pas bousculer vos certitudes.
Message posté par Biscione
En effet, la "dignité toussa"... donner des leçons à tout le monde en se comportant comme des porcs (pas une insulte, chers amis rubentini, juste une comparaison) ça devient un peu lourd. Il ne faudrait pas ensuite s'étonner d'être, certes, l'équipe ayant le plus de tifosi du Calcio mais étant aussi la plus haï par l'ensemble de ceux des autres équipes.
Et puis salir Facchetti sur chaque sujet interiste ça va aussi un moment... en plus de montrer votre ignorance crasse de l'histoire de ce sport et votre mépris pour une de ses figures les plus marquantes, c'est surtout un peu facile comme manœuvre répétitive. Je m'explique: vous matraquez un fait (probable mais pas établi judiciairement) qui voudrait qu'en temps que dirigeant, et comme bien d'autres, Giacinto n'aurait pas été un saint... et, à force de le répéter tel un leitmotiv, vous faites oublier que Luciano Moggi lui dirigeait tout un système encadrant des types qui n'étaient pas des saints. D'un côté on pointe du doigt le voleur de pommes, de l'autre on passe sous silence le parrain mafieux !
Vous prenez vraiment les gens pour des abrutis à geindre et à couiner en permanence... si Facchetti a tiré quelques ficelles, elles ne devaient pas être bien longues ni grosses vu nos si longs résultats de loosers...
et qui gagnait de manière étrange pendant ce temps là ?????

Enfin juste pour se marrer, quittes à tout déballer sur des dirigeants légendaires du calcio, avant de baver sur Giacinto allez un peu vous renseigner sur Agnelli et la loge P2 et expliquez-moi comment un type qui faisait et défaisait les gouvernements selon son bon vouloir n'aurait pas eu un peu d'influence sur un championnat si facilement corruptible.


Mon cher Biscione,
c'est avec quelque gêne que je me vois contraint de pallier aux insuffisances de ta mémoire ou de tes connaissances, n'y voit pas insulte, juste constatations.

Les écoutes téléphoniques du 25/26 novembre 2004 et 23 décembre 2004 où Facchetti demande certains arbitres puis rappelle au désignateur arbitral de passer au siège de l'Inter parce que Moratti a un petit cadeau à lui donner sont les seules de ce type sur les 170.000 qui ont été enregistrées pour le calciopoli.
Aucun autre dirigeant italien, d'aucun club, pas même Moggi, pas même la Juventus, n'a demandé de changer des arbitres, n'a proposé de petit cadeau.
Ce sont juste des faits.
Fait pas établi judiciairement certes.
Il se trouve que le procureur ayant un peu trainé, quelquefois on instruit et juge une affaire en 4 mois, quelquefois 3 ans ne suffisent pas pour clore un dossier, la prescription a éteint l'action judiciaire sportive et donc pénale qui aurait pu suivre. Mais elle n'a pas effacé les enregistrements effectués par la police.
Et ça tombe bien, puisqu'ils vont pouvoir être présentés au tribunal, au mois de mai, au procès qui va opposer le "parrain mafieux" et le fils du "voleur de pomme". De quoi peut-être redistribuer un peu les rôles.
Et puisque tu sembles féru de la chose judiciaire, tu auras certainement entendu que le "parrain mafieux" a vu certaines condamnations annulé en cassation voilà dix jours. Annulées et non prescrites...

Voleur de poules et parrain disais-tu ? Il semblerait que la justice, petit à petit, réécrive cette histoire.

Quand à la loge P2, l'assassinat de Jean Paul 1er, la catastrophe de Superga, les implants de Berlusconi, le recrutement de Belfodil à l'Inter, je te suis volontiers, tes arguments sont imparables, les Agnelli sont très certainement coupables et il faut les condamner.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 26