Le livre de la semaine

Modififié
28 3
Pasolini - «  Les terrains. Écrits sur le sport  » (Le temps des cerises)

Félicitons la petite maisons d'éditions militante « Le temps de Cerises » d'avoir réédité, dans un format de poche aussi plaisant, ce modeste recueil de la prose sportive de Pasolini. La passion de l'écrivain et cinéaste italien pour le foot est de notoriété publique. Lui-même dans ces pages s'amuse et moque un peu son coté « Tifosi » , notamment envers le club de sa ville natale, Bologne (notamment quand il perd contre la Lazio).

La contradiction apparente entre son amour pour la chose « vulgaire » (au sens de populaire) du ballon rond et sa démarche avant-gardiste d'intellectuel de « gauche » se trouve d'ailleurs au cœur des courts textes rassemblés ici. Bien avant que la sociologie et l'histoire, voire la philosophie, ne s'emparent de l'affaire avec la même gourmandise qu'ils avaient déployé pour la dénigrer, l'auteur des Ragazzi et de Théorème avait su établir les diagnostics intuitifs (à la façon d'un Foucault investiguant le passé de la Folie) et idéologique de la malédiction athlétique. Sans aucune illusion, mais sans honte, il raconte et décortique la poésie individuelle du dribble et la prose collective du Catenaccio.

Il fustige également ceux qui mèprisent sans y réfléchir la foule des stades. Loin d'un Albert Camus cherchant dans la nostalgie des jeux de son enfance une naïveté déculpabilisatrice face aux drames de l'Algérie coloniale qu'il affronte une fois adulte, il se sert donc de son addiction au terrain pour scruter avec une empathie critique la société occidentale, y dénonçant les démarches esthétisante (donc bourgeoise) qui l'empoisonne à ses yeux. Il délivre au passage une belle définition du supporter romain qui aurait sied comme un gant aux anciennes tribunes du PSG : « En tout cas Rome est vraiment une grande ville : l'identification du Tifoso avec son équipe ne sublime pas de sentiments étroits, provinciaux et de clocher. Et puis chez le romain, il y a toujours cette dose de scepticisme et détachement qui le préserve toujours du ridicule. A travers sa propre équipe, il n'exalte pas les gloires de la ville, des qualités sportives et d'autres banalités de ce genre : il exalte sa propre roublardise » .


Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Spike Spiegel Niveau : CFA2
J'aime beaucoup l'article, je découvre l'artiste, mais encore une fois mon cher Nicolas Kssis-Martov je ne comprends pas pourquoi vous vous acharnez à reparler des "anciens" (terme tout relatif) du parc, avec une nostalgie que je trouve bien trop facile et complaisante.
Antarcticdonkey Niveau : Ligue 1
"qui aurait sied" ???? Ca pique les yeux! L'article est bon mais c'est dommage de vouloir trop faire comme ça en utilisant des mots compliqués qu'on ne sait (pas toujours) utiliser! "qui aurait sis" est la bonne orthographe...

Il est vrai qu'en ce moment, le milieu sportif est de plus en plus décrié par des personnes qui pensent que supporters = débiles et nous rabattent du "panem et circenses" à toutes les sauces pour montrer qu'ils connaissent une expression en latin alors qu'ils ne savent même pas d'où cela vient...
Peut-être que j'achèterai le livre tiens vu que ça semble très intéressant!
totenfest Niveau : DHR
Du temps où intellectuel avait encore un sens.

Quoique Michéa a aussi fait un petit bouquin très intéressant sur la vision qu'ont nos "grands penseurs" du foot : "les intellectuels et le ballon rond"... qui était d'ailleurs, maintenant que j'y réfléchis, peut-être bien la préface d'un beau livre de Galeano sur le foot ("Le football ombre et lumière")...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Ferguson a loupé Hart
28 3