Le livre de la semaine

0 0
Antoine Grynbaum & Romain Schneider « Football et Politique » (JC Gawsewitch)

Le sujet est ambitieux. Et d'actualité. C'est presque devenu un lieu commun, un marronnier éditorial. De fait, dorénavant la matière (enquêtes journalistiques, travaux universitaires, documentaires, etc.) ne manque pas ou plus. Les auteurs (deux journalistes, dont un du Figaro, dont l'heureuse surprise de lire des tonalités étonnamment critiques face à certaines prises de position des ténors de la droite) ont donc pris à bras le corps ce vaste sujet en essayant de ratisser le plus large possible. Bref de réaliser un synthèse sous forme d'instantanés, en surfant évidemment sur le fiasco du Mondial sud-africain, qui incarne désormais dans l'opinion une sorte de “négatif” de 1998, révélant la profonde imbrication entre le football pro (pourtant toujours adepte du paravent apolitique) et le monde politique (avec en toile de fond les débats de société autour de l'immigration, l'islam, la fiscalité, etc.). Comme souvent dans ce genre de démarche compilatrice, le résultat s'avère assez inégal selon les thèmes abordés d'un chapitre à l'autre, d'autant plus que le choix de s'appuyer essentiellement sur des entretiens avec des acteurs (joueurs, élus, etc..) et des spécialistes (journalistes, chercheurs) poussent inévitablement en retour à aseptiser les oppositions, en équilibrant les points de vue contradictoires à coups de citations.

Au titre des apports de l'enquête, signalons d'abord le focus, trop fréquemment occulté, sur les relations entre les mairies et les clubs. En rappelant qu'en France le football professionnel, comme l'ensemble du sport, s'est beaucoup appuyé sur l'aide des municipalités (notamment pour les équipements), et que malgré leur retrait dans le financement direct aux budgets (hormis pour les centres de formation), ces dernières demeurent des acteurs incontournables de la vie des clubs (souvent propriétaires des stades, un des enjeux à venir avec l'Euro 2016), ne serait-ce que par la la gestion de la sécurité ou le poids de la notabilité des édiles (la belle analyse de l'innovante complicité Collomb/Aulas).

Les auteurs tordent au passage le cou au mythe d'un OM objet électoral capital dans la conquête de la mairie phocéenne. Autre question plutôt bien abordée, le problème des supporters et des dramatiques événements autour du Parc des Princes. Le pire était à craindre, mais le récit et les analyses proposées (rivalités Boulogne/Auteuil, gestion sécuritaire, interventions politiques, etc..) offre un tableau assez précis de ce qui s'est déroulé et des enjeux actuels autour du PSG, et plus largement des tribunes.

En retour, d'autres problématiques déçoivent, trop survolées ou uniquement évoquées par le biais d'anecdotes individuelles (par exemple les reconversions des joueurs dans la politique). Notamment les relations ancillaires et perverses entretenues entre le débat, très orienté, de l'identité nationale et le football. On aurait aimé dépasser les déclarations, certes légitimes, de certains intervenants, notamment politiques, et s'interroger davantage sur la place que le football peut occuper désormais dans la composition de références nationales communes, ce qui fut longtemps son rôle, aussi bien dans un registre transversal socialement et intégrateur culturellement. Le foot amateur demeure trop peu convoqué dans les pages et les démagogies nombreuses sur le sujet fréquemment balancées sans guère de retour critique.

Malgré cela, l'ouvrage s'avère une bonne porte d'entrée, à vous de visiter de la maison.

Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0