1. //
  2. // 28e journée
  3. // Sampdoria/Inter

Le langage du talent, une histoire italienne

Roberto Mancini et Siniša Mihajlović ont un tas de points communs. Depuis la semaine dernière, ils en partagent un nouveau : ce sont les deux derniers hommes à croire au futur succès de Mario Balotelli.

4 17
Roberto Mancini et Siniša Mihajlović s'installent au fond de leur fauteuil d'entraîneur dans une salle de presse transalpine, et tous les journalistes italiens semblent suspendus à leurs explications. Ces deux hommes font de l'effet. Mais ce phénomène qui force un tel respect ne vient ni du style vestimentaire si maîtrisé du premier, ni de l'art de porter le survêtement et le bonnet du second. Ce n'est pas non plus les titres remportés par l'Italien en tant qu'entraîneur, ni les belles performances de la Sampdoria du Serbe. Cela pourrait être l'art qu'a le premier pour bien traiter les journalistes, ou alors l'accent et la taille des biceps du second, qui ont doublé de volume depuis sa retraite en 2006. Mais non, ce n'est pas ça. Ni les bonnes blagues du Mancio, ni les citations de Dante de Miha. En fait, les deux entraîneurs n'ont même pas besoin d'ouvrir leur bouche, enfiler leur costume ou dessiner un schéma. Si les salles de presse semblent leur appartenir, c'est parce qu'ils dégagent autre chose. Un petit truc que ressentent aussi leurs joueurs, très souvent conquis dès le premier jour. Cet effet, c'est le charisme de leur talent.

Son et images


« Roberto Mancini, Allenatore F.C. Internazionale. » Le patronyme résonne dans la salle, annoncé par l'employé du département presse du club, et le mécanisme s'enclenche. Dans la tête de ces amoureux du football, les images s'enchaînent : le coup du talon contre le Parma de Gigi Buffon, le Scudetto pour la Sampdoria, le duo merveilleux avec Vialli, toutes ces feintes, frappes lointaines, déviations géniales, les enroulés du droit, les buts en derby pour la Lazio, un autre Scudetto, cette mèche qui aura parcouru toutes les pelouses d'Italie… « Siniša Mihajlović, Allenatore U.C. Sampdoria. » Le processus est le même : ce pied gauche d'or, trois coups francs dans le même match, l'Étoile rouge de Belgrade, la plus belle Yougoslavie de tous les temps, l'autorité du défenseur central, l'inspiration du latéral, toutes ces lucarnes sur coup de pied arrêté, dans tous les sens, la force de caractère, la finesse du talent…

En Italie, le Mancio et Miha n'étaient pas simplement des grands joueurs de football. Ils étaient des fuoriclasse. Des joueurs « hors-catégorie » , par définition au-dessus du reste de leurs collègues. Et dans un pays où la classe n'est pas de l'eau, et où les plus grands talents sont bien souvent traités et respectés comme s'ils étaient des seigneurs, cela fait la différence. Roberto Baggio n'a jamais été un génie de la parole. Mais sa simple présence dans une salle peut attendrir les plumes les plus critiques. Parce qu'à un moment ou à un autre, tout Italien aurait voulu être Baggio, jouer contre la Tchécoslovaquie, porter ce ballon depuis le côté gauche, ouvrir le chemin du but d'une feinte de corps, comme par magie, et s'allonger les bras écartés. Mais ils sont peu nombreux. Francesco Totti est peut-être le dernier de ces grandissimes champions. Et nul doute que lorsque le capitaine de la Roma décidera d'en devenir l'entraîneur, les oreilles se suspendront à nouveau.

De Pippo au Mancio, de Matrix à Sinisa


Il y a le travail, l'entraînement, la méthode, l'étude, la résistance, l'envie… Et il y a le talent. Il y a Pippo Inzaghi et Marco Materazzi. Des bons joueurs devenus grandissimes grâce à leur lecture du jeu, leur intelligence, leur observation, leur valeurs de combat, chacun à sa manière. Ils ont tous les deux tout gagné. Ils ont tous les deux marqué leurs clubs. Ils ont tous les deux écouté leur stade chanter leur nom, et souvent les stades adverses, aussi… Mais ils n'ont pas l'effet du talent. Cet effet, c'est le don de l'inexplicable. Toute l'Italie aurait voulu être Baggio, mais il n'y avait qu'un Baggio. Un seul Ronaldo, Totti, Del Piero. Comme il n'y avait qu'un seul pied droit de Mancini, et un seul pied gauche de Mihajlović. Et devant l'inexplicable, comme devant une icône mystique, religieuse, voire mythologique, généralement, on se tait, on observe, on écoute ce qu'il y a à entendre, et on regarde ce qu'il y a à voir. Voilà d'où vient le charisme irrationnel de Mancini et Mihajlović : ce talent surnaturel, inexplicable, sans trace ni règle, qui fait tant d'admirateurs en Italie.

La foi en Mario


Et alors ? Et alors, Mancini et Mihajlović ont un tas de points communs. La Sampdoria, la Lazio, l'Inter. Le fait d'avoir connu le grand président Garrone à Gênes. Le fait d'avoir tout appris de Sven-Göran Eriksson. Le fait, aussi, d'avoir travaillé main dans la main à l'Inter, lorsque Mancini entraînait l'équipe de Moratti avec Mihajlović comme joueur, puis comme entraîneur-adjoint. Et depuis la semaine dernière, il se trouve qu'ils en partagent un autre : ce sont les deux derniers hommes à croire en Mario Balotelli. D'un côté, Mancini le répète depuis longtemps. « Oui, je reprendrais volontiers Mario à l'Inter » , avait-il même lâché lors de son retour, ce qui n'avait pas plu à une grande partie de la tifoseria interista. « Oui, Mario deviendra un grand joueur, il peut encore gagner le Ballon d'or, il suffit qu'il arrive à se focaliser sur son jeu » , répète-t-il plus généralement toutes les semaines. Cette semaine, c'est Mihajlović qui s'est joint à lui dans cette bataille philosophique du football moderne : « Moi, j'aime entraîner les grands joueurs. Et lui, je l'entraînerais volontiers. Si Ferrero me le propose, je dirai oui. »

Or, aucun argument rationnel n'appuie leur raisonnement. Ni les statistiques, ni une éventuelle évolution du caractère de Supermario, ni des témoignages qui viendraient appuyer leur sentiment. Non, il n'y a rien de concret. La seule chose qui réunit Mancini et Mihajlović, là encore, est leur don surnaturel. Le même qu'ils voient dans les pieds de Mario Balotelli. D'un côté, Mancini et Mihajlović, deux ex-joueurs de classe mondiale au caractère bien trempé ayant commis de multiples erreurs de jeunesse et longuement côtoyé Supermario à l'Inter, seraient prêts à miser des millions sur Balo. De l'autre, le reste du monde croit qu'en 2015, à 25 ans, Mario Balotelli appartient déjà au passé. Imaginons que Balotelli signe à la Sampdoria l'été prochain, ou retrouve Siniša Mihajlović d'une façon ou d'une autre. Nul doute que l'entraîneur Serbe n'aurait pas besoin de mot pour faire comprendre à son nouveau protégé qu'il le comprend. C'est peut-être ça, cette force invisible qu'est le langage du talent. Entre deux extra-terrestres adoptés par l'Italie, venus du Ghana ou de la Serbie, on n'a pas besoin de mot pour communiquer. N'oublions pas que le football est un jeu où le génie parle avec les pieds. Finally, Mario ? Si Sinisa l'a dit…


Par Markus Kaufmann À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Note : 2
Bordel, maintenant je me mets moi aussi à croire en Mario, et attendre avec impatience son arrivée à la Samp ou son retour à l'Inter.
butterfly Niveau : CFA
Je peux pas encadrer Mancini. D'ailleurs, totalement aucun rapport, mais suis-je le seul à trouver Luis Fernandez insupportable, débile, inintéressant, au point où la décision des dirigeants de RMC de le conserver est incompréhensible ?

Juste pour savoir.
Note : 3
Message posté par butterfly
Je peux pas encadrer Mancini. D'ailleurs, totalement aucun rapport, mais suis-je le seul à trouver Luis Fernandez insupportable, débile, inintéressant, au point où la décision des dirigeants de RMC de le conserver est incompréhensible ?

Juste pour savoir.


Non, Luis Fernandez est de loin le pire "animateur/consultant" du paysage audiovisuel français. Chaque fois qu'il l'ouvre, lui-même ne sait pas quels mots vont sortir, et dans quel ordre. Le mec vit sur une gloire passée depuis 20 ans, alors qu'il est totalement largué.
georgesleserpent Niveau : Loisir
Moi aussi je dois dire que je crois en Mario. Je le verrais bien revenir en Italie, son passage au Milan était globalement bon, et dieu sait si il a eu des éléments contre lui (supporters adverses qui le sifflent, joueur adverses qui le découpent, une équipe de chèvres totales avec lui...)

Sinon Luis Fernandez est un alliage excellent d'agressivité, de débilité footballistique, de lacunes grammaires et syntaxiques et surtout cette putin de manie de couper la parole... Vendredi soir encore le présentateur de bein l'a repris en direct :"Luis arrêtez de me couper c'est insupportable !".
M'enfin l'ami Luis a tout le temps des gens intéressant à interviewer, donc ça le sauve.
georgesleserpent Niveau : Loisir
Puis permettez moi de citer Luis:
"Marco Veratti est à mon avis le moins bon milieu de terrain du PSG face à Chelsea", après le match aller. J'ai pas mieux.
monclubcettebaltringue Niveau : CFA2
Il faut arrêter de croire en Balotelli, c'est fini. Fi-ni. C'est bien simple: http://www.sofoot.com/mario-balotelli-r … 98010.html .

Tant qu'il aura ce cirque médiatique autour de lui, le mec ne grandira jamais, ne progressera jamais. Et ça s'arrêtera jamais, même en D3 on continuera à parler de ses conneries.
Sa seule chance de ne pas rejoindre le clan des Adriano, Ben Arfa et consort c'est contrat clair sur son apparition médiatique et on coach ferme. Et encore quand tu vois que même Rodgers n'y arrive pas avec lui...
georgesleserpent Niveau : Loisir
Et par rapport à l'article, franchement bravo, il est superbe.
Merci de rappeler à quel point l'un et l'autre étaient de superbes joueurs (quand je pense à cette équipe de Yougoslavie du début des années 90... Je me demande si il y a déjà eu une génération aussi talentueuse en Europe).
Et merci de contredire tout les gens qui pensent que Balo n'a pas de talent, ce qui est une ineptie. Je le verrais bien à la Samp. Là pour le coup, avec un type comme Mihajlovic en tant qu'entraîneur, il se bougerait le cul, et montrerait de quoi il est capable. En plus, une attaque Balo-Muriel-Eder, ça a de la gueule et de l'avenir.
georgesleserpent Niveau : Loisir
Message posté par monclubcettebaltringue
Il faut arrêter de croire en Balotelli, c'est fini. Fi-ni. C'est bien simple: http://www.sofoot.com/mario-balotelli-r … 98010.html .

Tant qu'il aura ce cirque médiatique autour de lui, le mec ne grandira jamais, ne progressera jamais. Et ça s'arrêtera jamais, même en D3 on continuera à parler de ses conneries.
Sa seule chance de ne pas rejoindre le clan des Adriano, Ben Arfa et consort c'est contrat clair sur son apparition médiatique et on coach ferme. Et encore quand tu vois que même Rodgers n'y arrive pas avec lui...


Oui tu as pas tort, c'est pour ça que je pense qu'à la Samp il peut réussir à surmonter tout ça.
Plzshutyourmouth Niveau : Loisir
Je suis tellement d'accord avec vous , on en fait trop sur ce pauvre balo .
1 but en Pl , obligé de réquisionnter un péno en europa league pour ensuite faire le cake .Les gens sont vraiment trop durs avec cet idiot surpayé.
Français et fier de l'être Niveau : Loisir
Message posté par georgesleserpent
Et merci de contredire tout les gens qui pensent que Balo n'a pas de talent, ce qui est une ineptie. Je le verrais bien à la Samp. Là pour le coup, avec un type comme Mihajlovic en tant qu'entraîneur, il se bougerait le cul, et montrerait de quoi il est capable. En plus, une attaque Balo-Muriel-Eder, ça a de la gueule et de l'avenir.
Mon petit Georges, tu ne parviens pas à te sortir de ta position paternaliste à l'endroit du pauvre Balotelli...
georgesleserpent Niveau : Loisir
Mais que veux tu, je l'aime moi ce joueur, les sentiments, ça en se contrôle pas...
Barrichello extraterrestre? Où ? Quand ?
Il vit depuis 2012 sur 2 buts marqués à une défense allemande en sommeil.
Depuis, il a fait le c0n et c'est tout.
Il va se faire virer, comme d'habitude et comme son alter ego transalpin, Ben Arfa. Sur à 99%. Mais chance, Raiola n'a jamais osé lui sussurer Nietzsche à l'oreille.
Message posté par butterfly
Je peux pas encadrer Mancini. D'ailleurs, totalement aucun rapport, mais suis-je le seul à trouver Luis Fernandez insupportable, débile, inintéressant, au point où la décision des dirigeants de RMC de le conserver est incompréhensible ?

Juste pour savoir.


Non , on est au moins deux.
Le souci de Balotelli ne se situe pas au niveau de son talent. Il n'est pas mauvais comme joueur. Assez physique, légèrement technique.

Son problème, c'est son attitude sur le terrain, qui s'exacerbe dans sa façon de célébrer ses buts: le mec se prend pour un crack (parce qu'on le lui a rabaché les oreilles avec ou je ne sais trop pourquoi), alors que c'est juste un bon joueur.

Et là où un joueur de son niveau aurait comblé ses carences par son dévouement, sa rage de vaincre, et son sens du collectif pour devenir grand (ex: Dirk Kuyt), lui croit qu'il aura tout grace à son talent quelconque, et ne progresse pas, pire il est en chute libre.

Il n'a rien compris au football, qui est un sport où le plus grand talent n'est rien sans la somme de celui de ses coéquipiers, il n'a rien compris à la vie, où le génie, c'est 5% de talent et 95% de travail!

Qu'on parle de lui à la Sampdoria où dans cette Inter, est bien la preuve de sa décadence inexorable. Malheureusement, elle est lente, si ça ne tenait qu'à moi, depuis longtemps il serait dans un club de troisième zone!
georgesleserpent Niveau : Loisir
Djadjo, merci pour cette analyse parfaite. Je te ressers une suze ?
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
4 17