Le labo du professeur Batista

A deux semaines du levé de rideau de la Copa América face à la Bolivie, l'Albiceleste vise l'union sacrée tout autant que l'alchimie collective, avec Sergio Batista aux manettes.

Modififié
0 18
Depuis une dizaine de jours, les véhicules stationnés dans le centre-ville de Buenos Aires accumulent une pellicule de cendres échappées du volcan chilien de Puyehue. Dans les locaux de la fédération argentine, cela fait dix-huit ans, une éternité, que les trophées prennent la poussière. Début juillet 1993, un mois après qu'une autre équipe albiceleste complète sa vitrine avec la coupe aux grandes oreilles, l'Argentine s'offre le scalp du Mexique grâce à deux flèches de Batigol (2-1) et monte pour la dernière fois sur un podium international avec la seleccion mayor. De quoi nourrir l'expectative au pays des recordmen de la Copa América (14 titres, tout comme l'Uruguay) - qui recevra le tournoi pour la première fois depuis 1987 - et s'affiche comme le favori numéro un, même si Batista a réclamé « plus de soutien que de pression » de la part de ses compatriotes. Attendu au tournant, Messi se dit immunisé. « En Argentine, le football se vit avec énormément de passion. Nous (les joueurs), on ne voit pas ça comme de la pression, mais plutôt comme une exigence » , assure la Pulga, pour qui, « il n'y a rien de plus beau que de disputer ce tournoi dans (son) propre pays » .

Messi + jeu du Barça = succès

Soyons clair : dans cette nation où le football est partout, Batista survivrait mal à un échec cuisant, même s'il compte se servir de ce rendez-vous comme d'un laboratoire pour la Coupe du Monde 2014, à l'instar d'Aimé Jacquet à l'Euro 96. Pour parvenir à ses fins, l'ancien milieu de terrain à la barbe foisonnante part d'un concept simple : Barcelone étant la meilleure équipe du monde, possédant lui aussi sous la main le meilleur joueur de la planète et leader de cette invincible armada, quelle meilleure référence technico-tactique que celle des Blaugranas ? Adepte du jeu catalan, Batista sermonne ses fidèles afin qu'ils adoptent la passe comme religion et portent le pressing comme leur croix, prêchant jeu en triangle et circulation de balle comme d'autres prêchent la bonne parole.

Ces derniers jours, le champion du monde 86 s'est attaché à dessiner la formation qui affrontera la Bolivie à La Plata le 1er juillet, en ouverture de la Copa América. Dans son 4-3-3 à la sauce Guardiola, Agüero et Tévez - revenu miraculeusement dans ses petits papiers après une mise au point entre les deux hommes alors que l'Apache était soupçonné d'avoir esquivé l'amical contre le Brésil en fin d'année dernière - se disputent le poste d'ailier gauche (pour mieux repiquer dans l'axe) autour de l'inamovible Messi, secondé à droite par tantôt par Lavezzi, tantôt par Di Maria. Inamovible certes, mais pas immobile dans le schéma de Checho.

Le tango des attaquants

Ces derniers jours, le sélectionneur a aussi parfois fait reculer Messi d'un cran pour mettre Diego Milito et Gonzalo Higuain en pointe, histoire de souligner, si cela était encore nécessaire, l'infinité de solutions dont dispose l'attaque albiceleste. Dans les cages, Romero tient toujours la corde devant Carrizo, tandis que la confrérie des « Z » (Zanetti et Zabaleta) occupe les couloirs et encadre le duo Gaby Milito-Nicolas Burdisso. Mascherano, qui se dit prêt à dépanner dans l'axe de la défense comme en fin de saison avec le Barça, jouera néanmoins bel et bien le rôle d'essuie-glace qu'il affectionne, posté en point d'ancrage devant l'arrière-garde. Javier Pastore et Lucas Biglia se succèdent pour le moment à l'entraînement sur le flanc gauche du milieu en lieu et place de Cambiasso (de retour de blessure, l'Intériste réalise des exercices en marge du groupe), qui devrait compléter le onze de départ aux côtés du Valencian Ever Banega, décalé sur la droite.

Première victime du repositionnement de Messi, Higuain se montre, à l'instar du reste de l'effectif, « satisfait du schéma » mis en place par Batista, qui affiche un bilan positif (six victoires, trois nuls et trois défaites) depuis sa prise de fonction il y a moins d'un an, notamment contre des poids-lourds comme l'Espagne (4-1), Brésil (1-0) et le Portugal (2-1). Batista, qui a passé en revue plus de quatre-vingt joueurs (!) durant cette période, devrait dévoiler la liste définitive des vingt-trois dans la foulée de la rencontre amicale face à l'Albanie de Lorik Cana, lundi prochain.

Florent Torchut, à Buenos Aires

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Si l'Argentine trouve la bonne formule, elle pourrait bien succéder à l'Espagne en tant que nation dominante au niveau mondial des prochaines années.

Elle en a les moyens.

Le seul problème c'est que les joueurs sont tous en Europe.

Une dispersion qui rend difficile toute concentration, toute mise au point, tout travail collectif régulier.

En tout cas, je lui souhaite d'être sacrée championne du monde au Brésil dans deux ans. Ce serait un triomphe.

Avec une équipe composée de Messi, Tevez, Pastore, Aguero, etc... tout est possible.

C'est un effectif de rêve.
Suffit pas d'être technique pour ressembler au Barça.
@Mario: à fond ! ça fait deux coupes du monde que je supporte l'Argentine (après la France) et c'est vraiment dommage qu'elle n'arrive pas à ajouter un titre majeur à son palmarès. Depuis 15 ans, l'Argentine a connu trois générations très talentueuses avec d'abord les Batistuta, Ortega, Simeone, Redondo, Zanetti, Sensini, Veron, puis avec les Aimar, Saviola, Riquelme, Crespo, Maxi Rodriguez, Sorin, et aujourd'hui avec les Messi, Tevez, Aguero, Higuain et Pastore ! Cela fait un sacré ensemble de joueurs excellents dans une équipe qui a toujours prôné le beau football. Vivement qu'elle soit recompensée !!!
Qui est ce qui joue au chef d'orchestre façon Maestro Xavi en Argentine ?? Ca sera Pastore ? Banega ? Cambiasso quand il reviendra ??

Non parce que s'il y a bien une particularité propre au jeu barcelonais, au delà du jeu en triangles et des passes redoublées, c'est la distribution des rôles, claire et bien établie.

En France, Lolo a le même problème. Il veut jouer Barça, mais n'a pour le moment pas désigné les joueurs (LE joueur ??) dépositaire(s) du jeu. Et tant que t'as pas ça, tu pourras jamais espérer quoi que ce soit.

Il faut que ça soit clair pour tout le monde. Le joueur lui même, et ses coéquipiers. Parce que sous leurs airs décontractés, les barcelonais sont hyper structurés et disciplinés. Et ça, bah, tu l'apprends pas en 2 mois d'entrainement. Pour en arriver là Xavi a bossé plus de 10 ans (rien qu'en équipe première). Donc l'Argentine et la France, va falloir se lever tôt si vous voulez jouer au toque.
Perso je n'ai pas foi en cette équipe du tout : il ne suffit pas de se calquer sur le Barca pour faire du Barca. Le fait de priviligier cette tactique va mettre des putains de joueurs sur le carreau : on a beau dire ce qu'on veut, Tevez est énorme et pourra dire user de sa grinta pour tirer l'équipe vers le haut.

Perso, j'enverrai Messi sur l'aile droite avec Tevez en pointe et Di Maria ou Lavezzi à gauche.

Tenter de faire redescendre Messi est par contre une grossière erreur ...
Le coup de la tactique du Barça c'est un leurre.

Tout le monde aujourd'hui se réclame du jeu barcelonais (même Blanc avec son équipe de bourrins).

Evidemment que ce n'est pas possible en équipe nationale. Sauf pour l'Espagne.

Non, l'Argentine doit trouver son propre jeu.

Et avec le nombre impressionant de grands joueurs qui la composent, y'a de quoi faire.
Lamps

Pas faux du tout, mais alors du tout. Avec leurs joueurs, pourraient juste se contenter d'acheminer le ballon aux avants postes (de n'importe quelle manière) et laisser faire les génies. Messi à droite, comme à ses débuts, est tout ce qu'il y a de plus redoutable. Avec Tevez et Higuain qui rodent autour des 16 mètres, difficile de pas la mettre au fond.

Messi aurait juste besoin d'un arrière droit bien porté sur les offensives et capable de combinaisons bien senties.

Le reste c'est du chi-chi.

Et comme le dit Guardiola, "Nous on a parfois besoin de 20-30 ou même 40 passes avant de pouvoir tirer au but". S'ils en sont pas capables, mieux vaut même pas essayer.

Sinon oui, je vous rejoins, une belle victoire Argentine serait la bienvenue.
Selon moi, il n'existe pas de "tactique Barça".

Chaque équipe doit composer avec ce qu'elle a.

Un bon coach n'impose pas une tactique mais la met au point en pleine collaboration avec les joueurs qu'il a à sa disposition.

Ce qu'on nomme la tactique du Barça serait juste un retour du jeu de passe technique après des décennies de jeu défensif et athlétique. C'est juste une formule pour exprimer le basculement actuel du jeu.


Le Barça prouve que l'on peut combiner un pressing défensif incessant à un jeu offensif à base de toques et de passes.

Est-ce une révolution? Un modèle à suivre?

A mon avis, non. C'est selon moi la réussite actuelle et ponctuelle d'un club. D'autres l'ont précédé et d'autres le suivront.
ce qui est con, c'est que l'albiceleste n'a plus vraiment de bon défenseurs / Arrières latéraux (sans parler de la blague Romero)
Et pas sûr que Zanetti puisse se taper toute une copa america sur l'aile droite...
Pour sûr, Milito Burdisso c'est bien léger. Deux joueurs qui ne jouent que trop peu en club, comment vouloir en faire une référence lors d'une compétition comme la Copa America...

Mais après tout, en football, suffit juste d'en marquer un de plus que l'adversaire.

Le reste c'est du Chichi.
Il y Otamendi derrière aussi et Jonas peut rendre encore quelques services je pense
@Lamps : Otamendi a, scandaleusement, été oublié.
Comment ils se sont mangé contre l'Allemagne déjà ??

Ah oui ! 4-0 !! HAHAHAHAHAHA !!!

Non voilà c'est tout en fait ... ;)
Perso je pense que l'Argentine gagnera cette Copa America avec un Messi au top de sa forme. Il a vraiment hâte de bien faire avec sa sélection comme il le fait avec son club. De plus, malgré son jeune âge, il a acquis une expérience non négligeable notamment en sélection où il est devenu le maître à bord à seulement 23 ans. Zidane l'a été avec les Bleus à 27. Malgré une Coupe du Monde moyenne de sa sélection, j'ai trouvé Messi le meilleur argentin à cette occasion; il a notamment été à l'origine de nombreux buts de son équipe avant de se faire stopper par l'Allemagne à cause d'un manque de sens tactique de son technicien. Son but merveilleux contre le Brésil en amical prouve sa prise de responsabilité en sélection; cette Copa Amercica est une occasion rêvée pour confirmer cette tendance.
Je persiste sur le fait qu'avec Messi en pointe, l'Argentine peut l'oublier cette Copa. Messi en pointe ça ne marche que s'il y a Xavi et Iniesta derrière. Malgré tout le respect que j'ai pour ce joueur, ce n'est pas un attaquant de pointe et je reste persuadé qu'il ne peut réussir qu'au Barca à ce poste. Sur une aile, il est formidable ce joueur.

On tend à donner d'avance la coupe au Brésil ou à l'Argentine, mais je mettrais quand même une piecette sur l'Uruguay
Bouffe moi la nouille Ronaldo
j'ai une drole d'impression que Ronaldo est un des employés de Sofoot, car son premier commentaire (vers le milieu) a été coupé/collé mot pour mot à la fin des coms. C'est bon ça !
Je vois difficilement comment cette copa america pourrait echapper a l Argentine. Entre le fait que leur principal concurrent (le Bresil) est en pleine reconstruction et a pour objectif principal le mondial 2014 et le fait qu ils organisent l epreuve...

Plus que pour une place de titulaire, Tevez devra se battre pour etre dans les 23, vu que pour el Checho Batista son attaque se compose de Lavezzi, Messi et Di Maria et que l alternative testee lors des derniers entrainement se composait de Milito, Higuain et Agüero.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 18