Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Chelsea-Leicester

Le Kanté à affiner

À l’image de son équipe, N’Golo Kanté peine à faire bonne impression cette saison. À l’heure où il retrouve ses anciens coéquipiers, le Français doit désormais montrer qu’il est capable de jouer dans une équipe qui a le ballon. Et qu’il n’est pas qu’une simple hype.

Modififié
Sur le coup, il n’a rien compris. Tellement habitué à aimanter les ballons, à récupérer le cuir dans les zones dangereuses, N’Golo Kanté s’est fait avoir comme un bleu. C’est qu’il ne faut pas se jeter sans réfléchir face à Mesut Özil. Car si l’occasion se termine par un superbe but et un geste de classe de la part de l’Allemand, c’est bien au début de l’action, lorsque le champion du monde 2014 efface le Français, que la différence fondamentale est créée.

Vidéo

Gueye, le phare discret d’Everton

Mais plus que le dribble lui-même, c’est la réaction de Kanté juste après avoir été éliminé qui fâche. Sans carburant pour faire marcher le moteur après seulement quarante minutes de jeu, l’ancien de Leicester semble trottiner derrière l’accélération d’Özil, incapable de suivre la cadence. Même l’arbitre court plus rapidement, ce qui a fait naître quelques moqueries de la presse anglaise. Au moment où la balle passe la ligne de but, Kanté n’est pas encore arrivé dans la surface de réparation de Thibaut Courtois, alors que son bourreau a eu le temps de faire un tranquille une-deux avec Alexis Sánchez. Pendant que les Gunners célèbrent leur but, le Blue, bouche ouverte, paraît exténué.


À cet instant-là, la période Leicester semble loin, très loin. L’époque où tout roulait inexplicablement pour N’Golo, symbolisée par le titre incroyable des Foxes, puis par ses titularisations en équipe de France, a pris fin. Dans une équipe qui ne met plus un pied devant l’autre, l’increvable récupérateur n’a pas mis longtemps à se fatiguer. Livré à lui-même dans un système défensif lamentablement défaillant, il n’a pas franchement eu d’autres choix que de se mettre au niveau de ses coéquipiers. Bah oui, N’Golo grandit, et même les plus belles ascensions connaissent leurs épisodes de doute.

Désormais dans la cour des très grands, l’ancien de Leicester ne peut plus compter sur l’effet de surprise. Surtout, il doit maintenant confirmer plus que convaincre, ce qui est toujours le plus compliqué dans le football. Franchement, après seulement deux années à Caen, dont une seule de Ligue 1, puis une saison de bonheur total avec Leicester, achevée par un titre de Premier League et une finale d’Euro, était-ce vraiment raisonnable d’imaginer le petit Kanté rester le meilleur milieu défensif d’Angleterre, sans aucun problème au sein d’un Chelsea à l’agonie derrière ?

Le virage Irlande


En regardant de plus près, les difficultés de Kanté ont débuté lors du championnat d’Europe. Profitant de l’abandon de Lassana Diarra, le Parisien d’origine gratte une place dans le onze type de Didier Deschamps juste avant le début du tournoi. Après deux bons matchs pour autant de victoires et une qualification, il est mis au repos contre la Suisse. Aligné d’entrée face à l’Irlande, c’est lui qui paye la mauvaise première mi-temps des Tricolores.

Sans avoir grand-chose à lui reprocher, si ce n’est son profil pas assez offensif, le sélectionneur ne laisse que les deux Blaise Matuidi et Paul Pogba dans l’entrejeu. Une qualif’ pour les quarts plus tard, la Dèche a définitivement trouvé son équipe de départ. Et N’Golo Kanté n’y figure pas. À cela s’ajoute la déception de la défaite en finale pour le joueur de vingt-cinq ans. Son premier véritable échec.

Plus de ballons donnés, moins de balles récupérées


Vient ensuite la nouvelle saison. Propulsé titulaire indiscutable par Antonio Conte, le champion d’Angleterre 2016 joue l’intégralité des minutes en PL, à savoir 630 (sept matchs sur sept). En apparence, il s’adapte bien. Très bien même, puisqu’il participe grandement au jeu. Problème : le milieu n’est pas aussi efficace qu’en 2015-2016. Certes, il court toujours autant, même davantage (11,5 kilomètres parcourus par match en moyenne contre 10,5 km), réalise beaucoup plus de passes (65 contre 39), mais peine dans ce qui faisait autrefois sa force, c’est-à-dire les tacles (3,5 contre 4,7) et surtout les interceptions (1,7 contre 4,2) selon les statistiques calculées avant la victoire contre Hull. D’où la question : Kanté peut-il être aussi bon dans une équipe qui fait la plupart du temps le jeu, comme la France ou Chelsea, qu’au sein d'un Leicester qui n’avait pas le ballon la moitié du temps ?


Forcément, il est trop tôt pour répondre. Kanté n’a que vingt-cinq ans et n’évolue à Londres que depuis deux mois. D’ailleurs, sur le site de la FIFA, Claude Makelele, à qui on le compare constamment, a bien précisé qu’un laps de temps était nécessaire pour satisfaire les attentes très élevées : « C’est un poste où il est difficile de jouer. Il faut être un leader. Il faut travailler avec ses coéquipiers du milieu de terrain. (...) Il a encore besoin de temps pour bien apprendre ce poste, pour en apprendre sur le football. C’est un jeune joueur que j’aime beaucoup, et j’espère qu’il sera meilleur que je ne l’étais. » Le principal intéressé, lui, ne s’inquiète pas. Ultra calme de nature, il considère qu’il a déjà gagné, vu d’où il vient. Et sait bien qu’il ne croisera pas Özil tous les week-ends.



Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Le Kiosque SO PRESS

il y a 8 heures Football Leaks : une enquête de la FIFA sur les transferts troubles entre Aspire et Eupen 15
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
il y a 12 heures Venez regarder un match chez So Foot ! 5