Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 3ème tour préliminaire retour
  3. // Rubin Kazan/Sturm Graz

Le jour où Schwarzenegger a eu un stade de foot à son nom

Ce jeudi soir, le Sturm Graz se déplace sur le terrain du Rubin Kazan en tour préliminaire de Ligue Europa, après avoir reçu sur son terrain de l'UPC-Arena. Une antre qui a porté un tout autre nom pendant quelques temps : Arnold Schwarzenegger-Stadion. Et ce, même si la star hollywoodienne a toujours préféré les concours de Monsieur Muscle aux parties de foot, ainsi que ses États-Unis d'adoption à son Autriche natale.

Modififié
Anderlecht évoluant les soirs de match au Stade Jean-Claude Van Damme pendant que le New York City FC et l'AIK joueraient respectivement au Sylvester Stallone Stadium et à la Dolph Lundgren Arena. Cette idée vous paraît totalement absurde ? Elle a pourtant pris forme dans la ville autrichienne de Graz avec le Arnold Schwarzenegger-Stadion, une enceinte flambant neuve de 15 400 places censée accueillir les deux équipes de football de la ville, le Sturm et le Grazer AK. Ce sont d'ailleurs ces deux équipes qui inaugureront le nouveau stade lors de la 91e édition du derby grazois le 9 juillet 1997. Le coup d'envoi de huit ans d'un naming sportif complètement WTF aux origines troubles mais au dénouement garanti sans happy end.

Schwarzenegger, le seul « people » de Graz


Au milieu des années 90, Schwarzie est au top de l'actioner-game, quand il ne vient pas tenir le rôle principal dans des comédies familiales. En l'espace de quatre ans au cinéma, l'Autrichien bodybuildé a enchaîné Total Recall, Un Flic à la maternelle, Terminator 2 – Le Jugement dernier, Last Action Hero, True Lies et Junior, générant plus d'1,5 milliards de dollars au box-office. Forcément, Arnold Schwarzenegger est l'Autrichien le plus coté des nineties, un poil devant Thomas Muster et Toni Polster. Même s'il n'a d'autrichien que le nom, au final. Cela fait presque trente ans que Schwarzenegger a quitté son Europe natale pour accomplir son rêve d'enfant : s'installer aux États-Unis et faire carrière à Hollywood. Aussi, l'interprète de « Dutch » dans Predator aurait délaissé depuis ses quatorze ans le ballon rond au profit de l'activité qui le rendit célèbre aux yeux du monde : le bodybuilding.

Qu'à cela ne tienne. Voyant sans doute l'opportunité de frapper un grand coup médiatique et d'étaler sa pop culture, le maire de Graz, Alfred Stingl, décide que le nouveau stade que la municipalité est en train de construire pour ses deux équipes de foot locales portera le nom d'Arnold Schwarzenegger-Stadion. Après tout, le Monsieur Univers a bien vu le jour à Thal, dans la banlieue grazoise. Et puis, les personnalités nées en Styrie ne courent pas les rues, le reste des bâtiments publics de la ville étant squatté par l'Archiduc François-Ferdinand d'Autriche, autre régional de l'étape. Aussi, l'occasion fait le larron. À quelques jours de l'inauguration du stade, celui qui n'est pas encore « Gouvernator » a débarqué dans la ville de son enfance pour assurer la promotion de son nouveau film, Batman et Robin. Flatté par la proposition, Schwarzenegger accepte de prêter son nom à l'enceinte à titre honorifique.

Le condamné à mort américain et la bague d'honneur autrichienne


Pendant un peu plus de huit ans, le Strum Graz et le Grazer AK évoluent donc dans un stade nommé d'après un acteur de films d'action et ce qui ne semblait qu'une simple vanne dans Demolition Man – « La bibliothèque Arnold Schwarzenegger ? » – est devenue une incroyable prophétie, encore plus lorsque l'on sait qu'entre temps, l'acteur et bodybuilder autrichien est devenu le premier non-américain à devenir gouverneur d'un des cinquante états en presque 150 ans. C'est précisément son nouveau statut d'édile de l'état de Californie qui précipitera la crise d'identité du stade Arnold Schwarzenegger-Stadion. Le 13 décembre 2005, Stanley Tookie Williams est exécuté par injection létale à la prison de San Quentin, une sentence à laquelle « Gouvernator » ne s'est pas opposé. Tollé général au conseil municipal de la ville de Graz, qui s'est auto-proclamé cinq ans auparavant, et à titre officieux, « première ville des droits de l'homme » .


Une pétition réclamant le retrait du nom du gouverneur de l'enceinte de football est lancée par la responsable du Parti Vert, Sigrid Binder, puis largement plébiscitée par le reste du conseil municipal. Dans la foulée, Schwarzie adresse un courrier au nouveau maire en place, Siegfried Nagl : « Cher Monsieur le Maire, selon toute vraisemblance, durant mon mandat de gouverneur, je vais avoir à prendre les mêmes difficiles décisions. Pour éviter de causer plus de souci aux politiciens responsables de la ville de Graz, je leur retire le droit à compter d'aujourd'hui d'associer mon nom au stade Liebenauer. » Une missive dans laquelle il exige également de « ne plus faire usage de [son] nom afin de promouvoir la ville de Graz de quelque façon qui soit » avant de promettre de retourner sa bague d'honneur de citoyen de la ville de Graz, qu'il avait reçue en 1999 « comme un gage d'amitié sincère entre [sa] ville d'origine et [lui]. » Une amitié qui a donc pris fin en plein hiver 2005. Voire bien avant, même si personne ne souhaitait voir la vérité en face. Un an plus tôt, Schwarzenegger déclarait à CNN avec la plus grande honnêteté du monde : « Tout ce que je possède - ma carrière, mon succès, ma famille - je le dois aux États-Unis. » Tout sauf le naming d'un stade à Graz, rebaptisé depuis UPC-Arena.



Par Matthieu Rostac
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 16:00 Tuto Panini Adrenalyn XL : Préparer son équipe 4
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall
Hier à 12:38 L'avocat de Mogi Bayat ne comprend pas pourquoi son client est toujours en prison 32 Hier à 09:06 Le magnifique coup franc de Rooney avec DC United 11