1. // Coupe du monde 2018
  2. // Qualifs
  3. // Malte-Écosse

Le jour où Schembri a traumatisé Pirlo

C’est la même histoire à chaque éliminatoire : à défaut de pouvoir se qualifier, Malte est à la recherche d’une victoire, d’un exploit, d’un match légendaire. Et pourtant André Schembri, attaquant maltais, a déjà fait bien plus que tout cela. Récit.

Modififié
Le football est une affaire de famille chez les Schembri. Et ça se transmet de père en fils. Salvinu, pour commencer, tapait déjà dans le ballon dans les années 50. Le grand-père d’André a participé à au moins trois rencontres avec la sélection nationale. Idem pour le père, Eric, joueur, international, coach et aujourd’hui directeur technique des Mdina Knights. Et enfin, il y a aussi André, attaquant de Boavista, aux faux airs de Nuno Gomes. Tout ça pour dire que la lignée Schembri est connue pour être l’une des seules à avoir créé trois générations de joueurs internationaux. Un exploit majuscule, rarissime, qui n’arrive pourtant pas à la cheville de celui réalisé par André : pénétrer l’esprit et les cauchemars du grand Andrea Pirlo et occuper trois pages de « Je pense donc je joue » , son autobiographie.

Pietro le Ghedin


En 2012, après avoir déjà écumé trois pays, André rejoint le championnat grec. D’abord à l’Olympiakos, non pas Le Pirée, mais Volos, où il ne joue pas. Et signe ensuite à Paniónios, où il marche à peine mieux. En sélection, c’est à peu de choses près le même scénario. Il galère à se montrer vraiment prolifique, bien qu’en 2006, il soit l’homme à avoir mis fin, avec un doublé contre la Hongrie, à treize longues années d’impuissance internationale. Bref, en 2012, Malte et l’Italie se retrouvent dans le même groupe pour les éliminatoires du Mondial 2014 et se rencontrent dès la deuxième journée. Pietro Ghedin, le sélectionneur de Malte, n'est pas dupe. Italien de nationalité, il sait très bien d'où vient le danger, côté Nazionale, et qui en l'architecte principal.

Vidéo

Alors, il lâche son habituel duo d’attaquants, Mifsud-Schembri, et ordonne au second d’oublier complètement le jeu pour ne s’occuper que d'une seule chose : Andrea Pirlo. Et dès les premières minutes de jeu, le quaterback se rend compte que quelque chose ne va pas, qu’il a constamment un mec sur le dos, « comme si le Maltais était tombé amoureux » de lui, écrira-t-il dans son autobiographie. « Il n’était pas intéressé par la balle, mais par ma présence à ses côtés. » Et ce, même si l’Italie ouvre le score d’entrée de match, grâce à Mattia Destro. Pas question de remettre en cause les ordres du sélectionneur pour Schembri.

Maux d’amour


Andrea et André passent tellement de temps ensemble qu'ils ont même le temps de discuter pendant les temps morts, dont voilà l’échantillon le plus intéressant :

- « Est-ce que ça t’amuse au moins ? J’ai de la peine pour toi » , lui demande Pirlo.
- « Qui a dit qu’il fallait s’amuser ? » lui répond Schembri.
- « Oui, mais la balle est à des kilomètres de nous. Laisse-moi au moins un peu respirer. Tu n’as vraiment pas besoin d’être à 10 centimètres de mon visage tout le temps. »
- « Je m’en fous du ballon, je dois te surveiller. »


Et Andrea Pirlo de conclure dans son autobiographie : « Je suis sûr que s’il avait eu une bague, il se serait mis à genou et m’aurait demandé en mariage : "Moi, André, déclare te prendre toi, Andrea, pour époux légitime, à partir de ce jour, pour le meilleur et pour le pire, pour te coller, te pourrir la vie et te découper jusqu'à ce que l’arbitre nous sépare." » Même si Peluso finira par marquer un deuxième but en toute fin de match, sur un corner de Pirlo, difficile de dire qu'il a fait un bon match ce jour-là. En fait, il n’a pas vraiment touché le ballon et c’est plutôt la différence de niveau entre les deux sélections qui a permis à l’Italie de ne pas tomber dans le piège maltais.

Rupture


À la fin du match, Pirlo parle de frustration et d’une rupture sans mot, ni geste, comme si de rien n’était. D'ailleurs, ce n’est que quelques années plus tard, à la sortie de l’autobiographie, qu’André Schembri se rend compte de sa performance, une partie au cours de laquelle il a d'ailleurs été élu homme du match, et du traumatisme qu’il a pu créé chez l'actuel chef d'orchestre du New York City FC : « Un ami m’a appelé et m’a demandé si j’avais lu le passage me concernant. C’est comme ça que je me suis rendu compte que ça l’avait vraiment marqué » , explique-t-il à la Stampa. Avant de prononcer le dernier mot : « Pour être honnête, tout ce qu’il a écrit n’est pas totalement vrai. Tout du moins en ce qui concerne la fin de match et le retour aux vestiaires. Il a été très gentil avec moi et m’a offert son maillot. Mais je ne l’ai plus aujourd'hui parce que je supporte la Roma et que je l’ai donné à un ami supporter de la Juve. » Le fameux amour vache.

Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Le saigneur de l'anal Niveau : CFA2
Chouette article. Merci Sofoot.
Les biographies de joueurs de foot ne m'ont jamais tenté mais celle de Pirlo franchement pourquoi pas.
Si certains l'ont lu je veux bien leur avis.
Bierre PourDieux Niveau : DHR
"En fait, il n’a pas vraiment touché le ballon et c’est plutôt la différence de niveau entre les deux sélections qui a permis à l’Italie de ne pas tomber dans le piège maltais."

Ouais... Comme dans la plupart des cas non ? La différence de niveau c'est un truc qui marche souvent pour expliquer le résultat.
Est ce que vous savez si la biographie de Pirlo sera traduite en français un jour ?
Ah j'aime bien ce genre d'article.

En même temps si un jour je devais jouer contre Pirlo je ferais la meme
Eomer fils d'Eomund Niveau : CFA2
Message posté par Top-player
Ah j'aime bien ce genre d'article.

En même temps si un jour je devais jouer contre Pirlo je ferais la meme


Il faut un mec qui accepte de se sacrifier totalement pour pouvoir mettre ça en place.

le fait que Pirlo se souvienne de lui au point d'en causer dans son livre est bien la preuve que le faire avec autant de détermination n'est pas si simple
Dommage que la vidéo ne montre pas le face-à-face décrit dans l'article.

Cette tactique anti-Pirlo me rappelle néanmoins la tactique utilisée par le Pérou contre l'Argentine lors des éliminatoires du Mondial 86. Le défenseur péruvien Lucho Reyna avait reçu des consignes claires de son entraîneur de "ne pas lâcher Maradona d'une semelle". Le goujat s’acquitta si bien de sa tâche qu'il annula entièrement le génie nain à Lima (aller) et "presque" entièrement à Buenos Aires (retour)...

Le "presque" a son importance:
- La victoire du Pérou à l'aller (1-0) obligeait l'Argentine à faire au moins un match nul au retour pour valider son billet vers le Mexique. Le Pérou, lui, avait besoin d'une victoire impérative pour se classifier. Les deux équipent jouaient la seule place qualificative du groupe.
- Un match retour à couteaux tirés eu lieu en Argentine le 30/06/1985, avec le premier but argentin sur une passe décisive de Maradona sur la seule occasion où il put échapper à son ombre Reyna. D'où le presque. Sacré Pibe: deux matchs, une occasion, une passe-dé. La marque des grands.

Pour visionner le ballet entre ces deux tourtereaux:
https://www.youtube.com/watch?v=T1xaxAU5FEs (le but sur passe décisive de Maradona est à 2:58)

Si l'antijeu de Reyna est évident (collé à Maradona même lorsque le Pérou avait le ballon, tacles par derrière alors que le ballon était à un mètre), le péruvien affirme ne pas avoir aimé ce rôle ingrat imposé par son sélectionneur. Maradona, lui, évoque Reyna dans sa biographie "Yo soy el Diego" où il raconte que, alors qu'il se récupérait de ses excès à Cuba, il reçu un ballon signé par tous les joueurs péruviens de 86. Il fut surpris de retrouver le nom de son bourreau en affirmant que "cet enfoiré le poursuivait encore, même à Cuba". Mais rendons à César ce qui lui appartient: l'antijeu de Reyna ne fut rien comparé à l'attentat perpétré en début de match par Camino sur le goléador péruvien Navarro (à 3:04) pour lequel l'assassin ne reçu qu'un jaune alors que la victime sortit sur civière et fut éloignée des terrains pendant 6 mois (au bas mot). En antijeu, l'élève péruvien ne dépasse pas le maître argentin. Si ce tacle compromis les chances du Pérou pendant ce match capital, les Incas furent cependant capables de mener 1-2 à Buenos Aires (si, si) jusqu'aux dernières minutes du match avant que les Gauchos ne réussissent à égaliser 2-2.

Je m’épanche et m'excuse, mais ces deux matches en général et ce duel d'hommes en particulier son mythiques autant pour péruviens que pour argentins. Pour les argentins, ce "retour d'entre les morts" leur permit de se forger un mental d'acier en vue du Mondial Aztèque. Pour les péruviens par contre, ce fut la dernière grande génération (Cueto, Velásquez, Oblitas, Barbadillo, Navarro, Uribe, Acasuzo) à avoir rivalisé avec les grandes nations continentales (Argentins en tête) avant la longue nuit des éliminatoires stériles qui se poursuit jusqu'à présent (30 ans déjà, putain!). Reyna est depuis considéré comme un héros au pays pour ses deux match de pitbull.

Je terminerai sur une note quasi-mystique: le deuxième but argentin, celui de l'égalisation en fin de match et synonyme d'élimination pour les rouge et blanc, fut l’œuvre de Gareca. Lequel est actuellement... sélectionneur de l'équipe A péruvienne! Est-ce un signe? La boucle qui se boucle? Karma is a bitch... mais ça va dans les deux sens.

Arriba Perú, carajo!
Message posté par flakix
Dommage que la vidéo ne montre pas le face-à-face décrit dans l'article.

Cette tactique anti-Pirlo me rappelle néanmoins la tactique utilisée par le Pérou contre l'Argentine lors des éliminatoires du Mondial 86. Le défenseur péruvien Lucho Reyna avait reçu des consignes claires de son entraîneur de "ne pas lâcher Maradona d'une semelle". Le goujat s’acquitta si bien de sa tâche qu'il annula entièrement le génie nain à Lima (aller) et "presque" entièrement à Buenos Aires (retour)...

Le "presque" a son importance:
- La victoire du Pérou à l'aller (1-0) obligeait l'Argentine à faire au moins un match nul au retour pour valider son billet vers le Mexique. Le Pérou, lui, avait besoin d'une victoire impérative pour se classifier. Les deux équipent jouaient la seule place qualificative du groupe.
- Un match retour à couteaux tirés eu lieu en Argentine le 30/06/1985, avec le premier but argentin sur une passe décisive de Maradona sur la seule occasion où il put échapper à son ombre Reyna. D'où le presque. Sacré Pibe: deux matchs, une occasion, une passe-dé. La marque des grands.

Pour visionner le ballet entre ces deux tourtereaux:
https://www.youtube.com/watch?v=T1xaxAU5FEs (le but sur passe décisive de Maradona est à 2:58)

Si l'antijeu de Reyna est évident (collé à Maradona même lorsque le Pérou avait le ballon, tacles par derrière alors que le ballon était à un mètre), le péruvien affirme ne pas avoir aimé ce rôle ingrat imposé par son sélectionneur. Maradona, lui, évoque Reyna dans sa biographie "Yo soy el Diego" où il raconte que, alors qu'il se récupérait de ses excès à Cuba, il reçu un ballon signé par tous les joueurs péruviens de 86. Il fut surpris de retrouver le nom de son bourreau en affirmant que "cet enfoiré le poursuivait encore, même à Cuba". Mais rendons à César ce qui lui appartient: l'antijeu de Reyna ne fut rien comparé à l'attentat perpétré en début de match par Camino sur le goléador péruvien Navarro (à 3:04) pour lequel l'assassin ne reçu qu'un jaune alors que la victime sortit sur civière et fut éloignée des terrains pendant 6 mois (au bas mot). En antijeu, l'élève péruvien ne dépasse pas le maître argentin. Si ce tacle compromis les chances du Pérou pendant ce match capital, les Incas furent cependant capables de mener 1-2 à Buenos Aires (si, si) jusqu'aux dernières minutes du match avant que les Gauchos ne réussissent à égaliser 2-2.

Je m’épanche et m'excuse, mais ces deux matches en général et ce duel d'hommes en particulier son mythiques autant pour péruviens que pour argentins. Pour les argentins, ce "retour d'entre les morts" leur permit de se forger un mental d'acier en vue du Mondial Aztèque. Pour les péruviens par contre, ce fut la dernière grande génération (Cueto, Velásquez, Oblitas, Barbadillo, Navarro, Uribe, Acasuzo) à avoir rivalisé avec les grandes nations continentales (Argentins en tête) avant la longue nuit des éliminatoires stériles qui se poursuit jusqu'à présent (30 ans déjà, putain!). Reyna est depuis considéré comme un héros au pays pour ses deux match de pitbull.

Je terminerai sur une note quasi-mystique: le deuxième but argentin, celui de l'égalisation en fin de match et synonyme d'élimination pour les rouge et blanc, fut l’œuvre de Gareca. Lequel est actuellement... sélectionneur de l'équipe A péruvienne! Est-ce un signe? La boucle qui se boucle? Karma is a bitch... mais ça va dans les deux sens.

Arriba Perú, carajo!


Magique !
Ronald Ignoble Niveau : CFA
Message posté par flakix
Dommage que la vidéo ne montre pas le face-à-face décrit dans l'article.

Arriba Perú, carajo!


Je t'ai mis +1 (alleluia ça a marché!) mais tu mérites +10000. Passionant.
Par contre se sacrifier pour son équipe en marquant un joueur à la culotte je n'appelle pas forcément ça de l'antijeu. C'est vraiment la tactique idoine quand tu as une équipe qui dépend un peu trop des fulgurances d'un joueur.
Étant moi-même un joueur de devoir/responsabilité il m'est arrivé de me sacrifier en défendant sur un joueur hors-norme (de mon propre chef, sans consigne du coach)... et de gagner parce que les coéquipiers font aussi leur part du boulot. Match théoriquement perdu d'avance et finalement arraché. Inoubliable !
Ronald Ignoble Niveau : CFA
Et puis pour le joueur qui défend ça n'est pas vraiment un sacrifice, c'est plus proche du défi, du duel constant. Une grosse lutte psychologique à laquelle on peut prendre beaucoup de plaisir si l'on parvient à dominer. Une sorte de jeu du chat et de la souris, catch me if you can. Je ne sais pas trop pour le spectacle mais pour celui qui joue ce jeu ça peut être assez passionant !
Message posté par flakix
Dommage que la vidéo ne montre pas le face-à-face décrit dans l'article.

Cette tactique anti-Pirlo me rappelle néanmoins la tactique utilisée par le Pérou contre l'Argentine lors des éliminatoires du Mondial 86. Le défenseur péruvien Lucho Reyna avait reçu des consignes claires de son entraîneur de "ne pas lâcher Maradona d'une semelle". Le goujat s’acquitta si bien de sa tâche qu'il annula entièrement le génie nain à Lima (aller) et "presque" entièrement à Buenos Aires (retour)...

Le "presque" a son importance:
- La victoire du Pérou à l'aller (1-0) obligeait l'Argentine à faire au moins un match nul au retour pour valider son billet vers le Mexique. Le Pérou, lui, avait besoin d'une victoire impérative pour se classifier. Les deux équipent jouaient la seule place qualificative du groupe.
- Un match retour à couteaux tirés eu lieu en Argentine le 30/06/1985, avec le premier but argentin sur une passe décisive de Maradona sur la seule occasion où il put échapper à son ombre Reyna. D'où le presque. Sacré Pibe: deux matchs, une occasion, une passe-dé. La marque des grands.

Pour visionner le ballet entre ces deux tourtereaux:
https://www.youtube.com/watch?v=T1xaxAU5FEs (le but sur passe décisive de Maradona est à 2:58)

Si l'antijeu de Reyna est évident (collé à Maradona même lorsque le Pérou avait le ballon, tacles par derrière alors que le ballon était à un mètre), le péruvien affirme ne pas avoir aimé ce rôle ingrat imposé par son sélectionneur. Maradona, lui, évoque Reyna dans sa biographie "Yo soy el Diego" où il raconte que, alors qu'il se récupérait de ses excès à Cuba, il reçu un ballon signé par tous les joueurs péruviens de 86. Il fut surpris de retrouver le nom de son bourreau en affirmant que "cet enfoiré le poursuivait encore, même à Cuba". Mais rendons à César ce qui lui appartient: l'antijeu de Reyna ne fut rien comparé à l'attentat perpétré en début de match par Camino sur le goléador péruvien Navarro (à 3:04) pour lequel l'assassin ne reçu qu'un jaune alors que la victime sortit sur civière et fut éloignée des terrains pendant 6 mois (au bas mot). En antijeu, l'élève péruvien ne dépasse pas le maître argentin. Si ce tacle compromis les chances du Pérou pendant ce match capital, les Incas furent cependant capables de mener 1-2 à Buenos Aires (si, si) jusqu'aux dernières minutes du match avant que les Gauchos ne réussissent à égaliser 2-2.

Je m’épanche et m'excuse, mais ces deux matches en général et ce duel d'hommes en particulier son mythiques autant pour péruviens que pour argentins. Pour les argentins, ce "retour d'entre les morts" leur permit de se forger un mental d'acier en vue du Mondial Aztèque. Pour les péruviens par contre, ce fut la dernière grande génération (Cueto, Velásquez, Oblitas, Barbadillo, Navarro, Uribe, Acasuzo) à avoir rivalisé avec les grandes nations continentales (Argentins en tête) avant la longue nuit des éliminatoires stériles qui se poursuit jusqu'à présent (30 ans déjà, putain!). Reyna est depuis considéré comme un héros au pays pour ses deux match de pitbull.

Je terminerai sur une note quasi-mystique: le deuxième but argentin, celui de l'égalisation en fin de match et synonyme d'élimination pour les rouge et blanc, fut l’œuvre de Gareca. Lequel est actuellement... sélectionneur de l'équipe A péruvienne! Est-ce un signe? La boucle qui se boucle? Karma is a bitch... mais ça va dans les deux sens.

Arriba Perú, carajo!


Ca me rappelle le marquage à la culotte de Gentile sur Maradona lors du 2ème tour du Mundial 82 dans le groupe de la mort (Italie, Argentine, Brésil); marquage rugueux, vice, ... Maradona avait vécut un match très délicat.
Totti Chianti Niveau : Ligue 2
J'adore la chute de l'article (le reste aussi hein!).
Schembri, ce héros!
jeudi 25 mai 255€ à gagner avec Dortmund, Benfica & Celtic Glasgow il y a 57 minutes Totti dit adieu à l'Olimpico 5
il y a 11 heures Pour Diego Costa, ce sera l'Atlético ou rien 17
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 11:35 Le Milan met la pression sur Donnarumma 47 Hier à 09:20 Griezmann dément les « rumeurs » de départ 29 vendredi 26 mai Tévez dézingue le football chinois 43 vendredi 26 mai Bernardo Silva signe à City 35 vendredi 26 mai Un gardien simule l'évanouissement pour éviter un carton 5 vendredi 26 mai Di María vers l'Inter ? 60 vendredi 26 mai Zabaleta à West Ham, c'est officiel 10 vendredi 26 mai Restrictions sur les transferts en Chine 24 vendredi 26 mai Denayer impliqué dans une bagarre à Bruxelles 9 vendredi 26 mai Comment Griezmann se transforme en David Beckham vendredi 26 mai Gignac sauve à nouveau les siens 7 vendredi 26 mai Gomis à Galatasaray ? 26 jeudi 25 mai Waris égalise, Nivet arrache la victoire jeudi 25 mai Darbion ouvre le score pour l'ESTAC jeudi 25 mai Sagna, Clichy, Caballero, Navas : City dégraisse son effectif 22 jeudi 25 mai L'OM piste Alexandre Song 25 jeudi 25 mai Le monde du sport soutient les victimes de Manchester jeudi 25 mai Les frères Pogba font la fête 26 jeudi 25 mai Jordy Gaspar à Monaco 20 jeudi 25 mai Paul Pogba a-t-il réussi sa saison ? jeudi 25 mai Week-end FDJ : 129 Millions à l'Euro Millions + 10 Millions au LOTO ! jeudi 25 mai Hazard, mécanicien d'un jour 4 mercredi 24 mai Mkhitaryan pour le 2-0 mercredi 24 mai Ouverture du score chanceuse pour Pogba 3 mercredi 24 mai Correa maintenu sur le banc de Nancy 9 mercredi 24 mai 23 000 euros d'amende pour Depay 4 mercredi 24 mai Un joueur de la Corée du Sud U20 chambre Maradona 19 mercredi 24 mai Pronostic Ajax Man U : jusqu'à 510€ à gagner sur la finale de C3 mardi 23 mai Le but d'Orléans annulé par arbitrage vidéo 37 mardi 23 mai SFR Sport va changer de nom 19 mardi 23 mai Zidane fait mieux que Mourinho, Ancelotti et Ferguson mardi 23 mai Diego López définitivement à l'Espanyol 10 mardi 23 mai Le Real officialise un accord avec Vinícius Júnior 36 mardi 23 mai Michel Der Zakarian débarque à Montpellier 26 mardi 23 mai Le fils de Klinsmann rate un dribble et encaisse un but 3 mardi 23 mai Ruben Aguilar à Montpellier 4 mardi 23 mai El Loco Bielsa est de retour en L1 ! mardi 23 mai CDM U20 : Le CSC de 50 mètres d'un joueur anglais 7 mardi 23 mai Marc Bartra poste un message à la suite de l'attentat 10 mardi 23 mai Griezmann confirme ses envies de départ 54 mardi 23 mai Patrice Carteron passe de Riyad à Phoenix 10 mardi 23 mai Vidal veut Sánchez au Bayern 36 mardi 23 mai CR7 Junior sur les traces de son père lundi 22 mai Option d'achat levée pour Cuadrado 17 lundi 22 mai Ils ont quitté le football en 2017 lundi 22 mai Portsmouth racheté par l'ancien PDG de Walt Disney 7 lundi 22 mai Un supporter de Benfica chambre Porto avec un drone 5 lundi 22 mai 116 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions ! 2 lundi 22 mai Anderlecht confirme pour Tielemans à Monaco 34 lundi 22 mai Aubameyang aurait choisi Paris 85 lundi 22 mai Prolongations : 300€ offerts remboursés en CASH pour parier ! samedi 20 mai Rodelin sauve le Stade Malherbe 6 samedi 20 mai Le cadeau d'adieu de Lacazette au Parc OL 33 samedi 20 mai Les compos de la dernière journée samedi 20 mai Bartra craque sous le coup de l'émotion 12 samedi 20 mai Benoît Cheyrou sauve Toronto 4 vendredi 19 mai Amavi intéresse Naples et l'Atlético 19 vendredi 19 mai Un échange Bakayoko-Batshuayi dans les tuyaux 46 vendredi 19 mai L'OM cible Zouma et Gameiro 38 jeudi 18 mai Le Hellas Vérone rejoint la SPAL en Serie A 30 jeudi 18 mai L'Espérance sportive de Tunis sacrée championne 4 jeudi 18 mai Un stade qatari déjà prêt pour le Mondial 2022 40 jeudi 18 mai 348€ à gagner avec PSG & Lyon 2 jeudi 18 mai 107 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 1 jeudi 18 mai Modeste intéressé par la Chine 26 jeudi 18 mai Reynet en pole pour Montpellier 24 mercredi 17 mai Mendy et son Jardim d'amour 4 mercredi 17 mai Mbappé ouvre le score en beauté 14 mercredi 17 mai L'arbitrage vidéo pour le Mondial U20 3 mercredi 17 mai Le propriétaire de Leicester rachète un club de D2 belge 11 mercredi 17 mai Nacho pourra jouer face à Vigo 6 mercredi 17 mai Un cubain envoie une minasse hors du stade 11 mardi 16 mai Un ancien président du FC Rouen assassiné 23 mardi 16 mai Luzenac dédommagé de... 15 000 euros 22 mardi 16 mai Aubameyang vers la Chine ? 81 mardi 16 mai St-Pauli offre des bières pour son maintien 21 lundi 15 mai SO FOOT CLUB - Paulo Dybala 2 lundi 15 mai Un accord Favre-Dortmund ? 52 lundi 15 mai Évra fête son anniversaire sur du Brown 27 lundi 15 mai Baptiste Giabiconi au capital du FC Martigues ? 5 lundi 15 mai La Premier League noue un partenariat avec une asso LGBT 4 lundi 15 mai Un Colombien s'enroule dans un tapis pour célébrer son but 9 lundi 15 mai Mon Petit Gazon : les tops et les flops de la 37e journée 2 lundi 15 mai River s'impose dans le Super Clásico 10 dimanche 14 mai Le but de renard de Nacho 15 dimanche 14 mai Les larmes de bonheur de Marquinhos 32 dimanche 14 mai Les Girondins vont porter leur nouveau maillot domicile contre l'OM 14 dimanche 14 mai Le GF38 accède au National 15 dimanche 14 mai Pepe finalement à l'Inter ? 48 dimanche 14 mai Un nouveau doublé pour Gignac 5 samedi 13 mai La SPAL est de retour en Serie A 11 samedi 13 mai Le coup franc soyeux d'Alaba 7 samedi 13 mai Ricardo Rodríguez a trouvé un accord avec le Milan 36 vendredi 12 mai Les 50 joueurs qui ont écrit l'histoire de l'OL vendredi 12 mai Tielemans se serait engagé avec l'ASM 34 jeudi 11 mai 623€ à gagner avec Tottenham, Nice & Villarreal jeudi 11 mai L'OL triple la mise 2 jeudi 11 mai Dolberg douche les espoirs de l'OL 1 jeudi 11 mai Huntelaar va quitter Schalke 12 jeudi 11 mai Une bicyclette folle pendant le derby de Bagdad 2 jeudi 11 mai Polémique à la commission d'éthique de la FIFA 12 jeudi 11 mai Canal + minimise la perte de la Ligue des champions 71 jeudi 11 mai Le Gamba Osaka sanctionné à cause d'un drapeau SS 62 jeudi 11 mai Gignac ne s'arrête plus de marquer 7 jeudi 11 mai La Ligue des champions sur SFR Sport à partir de 2018 114 mercredi 10 mai Plus de vingt blessés en marge d'Atlético-Real 5 mercredi 10 mai Isco réduit le score 1 mercredi 10 mai Antoine Griezmann pour le 2-0 ! mercredi 10 mai Saúl Ñíguez ouvre le score mercredi 10 mai Claudio Ranieri n'ira pas en Chine 11 mercredi 10 mai Une murale hommage à Cruyff inaugurée à Amsterdam 13 mercredi 10 mai Benatia pas tenté par Marseille 43 mercredi 10 mai Pronostic Atlético Real : jusqu'à 500€ à gagner sur l'affiche de C1 ! 1 mercredi 10 mai 328€ à gagner avec Lyon & ManU-Celta mercredi 10 mai Nice sur le coup pour le Valenciennois Tameze 5 mardi 9 mai Dani Alves clôt les débats 6 mardi 9 mai Mandžukić ouvre le score mardi 9 mai Pepe bientôt au PSG ? 64 mardi 9 mai Un joueur israélien arrêté par la police au stade 20 mardi 9 mai L'impressionnante collection de maillots de Messi 41 mardi 9 mai Balotelli discute avec Las Palmas 37 mardi 9 mai Aulas danse pour ses féminines 19 lundi 8 mai Theo Hernández : direction le Real Madrid 25
Article suivant
Le grand Antonio