1. // Le jour où
  2. // 17 juillet 1994

Le jour où Romário est arrivé au sommet

17 juillet 1994, finale de la Coupe du monde. Match fermé. Ennuyeux. Étouffant. Au bout du suspense et d'un tir au but trop haut de Roberto Baggio, le Brésil de Romário est champion du monde pour la quatrième fois de son histoire. La première fois sans Pelé. Le « petit » , comme il était surnommé, est sacré meilleur joueur du Mondial et sort d'une saison record au FC Barcelone. Le début de la fin pour le joueur aussi croyant que possédé. Après cette finale, le Brésilien ne voudra plus revenir en Europe.

Modififié
3k 21
La scène se passe dans les couloirs d'un l'hôtel de luxe en bordure de la Freeway 57, à 80 bornes de Los Angeles où Roberto Baggio a envoyé le Brésil au quatrième ciel du football. Sur place, les Brésiliens fêtent leur titre. Il y a de tout : alcool, femmes, joueurs souriants, staff heureux, sponsors ravis et des journalistes curieux. Très vite, une rumeur prend de l'ampleur. Romário ne veut plus retourner en Espagne, lui qui vient d'être élu meilleur joueur du tournoi. Sur place, Luiz Augusto Veloso, le président de Flamengo, apprend la nouvelle et commence à attaquer le « Petit » , comme on le surnomme au pays. Flamengo, c'est un club de Rio avec des arguments : le Maracanã, des titres à la pelle et un centenaire qui arrive à grands pas, le 15 novembre 1995. Politiquement, rapatrier Romário au pays après le titre de champion du monde est un geste fort. Sans le quatrième titre mondial, impossible d'envisager une telle folie. Il faut un terrain fertile pour accueillir Romário. De l'engouement. Une émulation. Quoi de mieux qu'un titre mondial couplé avec le mal du pays de la star numéro 1 pour se lancer dans une telle folie ? Romário n'a que 28 ans et déjà envie de rentrer au Brésil, alors qu'il vient de balancer trente patates dans les filets espagnols lors de la dernière Liga. Ils évoluent sous les ordres de Johan Cruijff. Son pote offensif s'appelle Hristo Stoichkov. Pourquoi diable Romário songe-t-il à revenir chez lui au sommet de son art ?

Parce que le garçon a sans doute fait le tour de la question sur le Vieux Continent. En Europe depuis 1988, son passage de quatre ans et demi à Eindhoven lui a appris le football européen par la racine. Un sport fait aussi de racisme, de jalousie et de mesquinerie. Dans le froid batave, le natif de Rio sèche l'entraînement quand la température descend en dessous de zéro. Il se fait engueuler, mais sait se faire pardonner. Le week-end suivant, il plante un doublé. Ou un triplé. Au PSV, il est à deux doigts de tout abandonner. Le froid, la pluie, cette langue que personne ne comprend, c'en est trop. Et puis Johan Cruijff et le Barça sont arrivés. « Jouer dans cette équipe, sous les ordres de Cruijff, c'est le rêve de tout footballeur » , déclare-t-il en décembre 1993 peut de temps avant un match contre Monaco en Ligue des champions. Romário, c'est surtout le premier Brésilien (à part Evaristo) à s'imposer au FCB. Le premier de cordée. Celui qui a ouvert la voie. Deux mois auparavant, le 19 septembre 1993, Romário avait offert l'Amérique à son pays grâce à deux buts face à l'Uruguay.

Football et Jésus-Christ


Trois heures avant ce match décisif, le garçon a été se recueillir, seul, dans une chapelle de São Conrado. Quand il ne joue pas au football et délaisse les liens divins, Romário file sur la place jouer au football avec le quidam. Romário est un homme simple. Son pognon, il le plaçait dans l'immobilier et l'or. Jeune, il rêve de piloter un hélicoptère, alors qu'au quotidien, il se gave de plaisirs simples : bonne bouffe, des films de Schwarzenegger et Jodie Foster et un petit son de MC Hammer. Sans oublier la politique, son dada. Sur un terrain de football, le petit frère du Brésil fait deux choses : marquer et se signer. Le football et Dieu, voilà son leitmotiv. Au Brésil, il compose avec Bebeto un duo qui fait flipper le monde entier. Romário-Bebeto. Les deux ont mis les Pays-Bas à genoux en quarts de finale du Mondial 94. Bebeto s'est chargé du pays hôte en huitième de finale avant de laisser Romário crucifier la Suède en demi-finale. Contre l'Italie, les deux compères sont à un match du sacre mondial. Un duo de poche. Romário culmine à 1,68m et Bebeto chausse du 37. Deux garçons qui ont gagné ensemble la Copa América 1989. Carlos Alberto Parreira, sélectionneur du Brésil en 1994, n'a d'ailleurs jamais caché sa préférence pour le premier cité durant le tournoi : « Il a un toucher de balle unique au monde, son geste est de plus toujours élégant et sa force de frappe remarquable. » Même si Romário sort d'une énorme saison en Liga (30 buts, meilleur buteur d'Espagne), il vient de rater sa finale de C1 où le FC Barcelone a pris une fessée contre l'AC Milan : 0-4. Face à l'Italie, il retrouve d'ailleurs ses bourreaux que sont Albertini, Donadoni, Massaro et Maldini. Romário, le solitaire qui n'a pas vraiment d'amis dans cette équipe (si ce n'est lui-même), dispute une finale quelconque. Pris dans la nasse. À l'image des 21 autres acteurs du jour, il est en petite forme, lui qui fait pourtant rarement comme les autres. Durant les entraînements du Brésil, tout le monde s'habille en bleu. Pas Romário, qui opte pour le jaune. En finale, le Brésil joue en jaune. Enfin, en or.

« C'est ma Coupe du monde »


Alors, même si la Seleção l'emporte finalement aux tirs au but après 120 minutes d'ennui (0-0), Romário a accompli sa destinée. Devenir champion du monde. Une semaine avant la finale, le garçon s'était confié à nos confrères de France Football : « La pression d'une Coupe du monde, ça ne m'affecte pas du tout. Pour moi, c'est exactement pareil que quand je joue un petit match avec mes potes de Vila Penha, mon quartier de Rio. C'est ma Coupe du monde. Je pense être le héros d'un tel événement depuis l'âge de quinze ans. Je suis persuadé que cette Coupe du monde me permettra de laisser mon nom gravé dans l'histoire, à côté de Pelé, Garrincha, Maradona et Beckenbauer. Je vais réussir là où d'autres figures historiques comme Zico, Falcao ou Sócrates, et même Cruijff et Van Basten, ont échoué. » Romário, c'était ça. Un mec capable de trouver une faille dans un mètre carré, d'être sûr de lui et de plaquer l'Europe à 28 ans alors qu'il est le meilleur joueur du monde.

À son retour en Espagne, le mal du pays est toujours là. Six mois plus tard, en janvier 1995, Romário signera à Flamengo. Comme prévu. Il ne reviendra en Europe que deux fois. Et à chaque fois au FC Valence. Deux fois six mois. Deux échecs. Drôle pour un type qui a enfilé les buts jusqu'à 40 ans sur le continent américain. Mais voilà, une fois champion du monde, Romário avait payé sa dette envers son pays, et son séjour européen pouvait prendre fin. Un parcours Erasmus en quelque sorte : « Je n'ai pas pu faire des études, d'accord, mais j'ai acquis une culture petit à petit. Je ne prétends pas être un universitaire, mais je parle bien trois langues, le portugais, l'espagnol et le néerlandais, et je me défends assez bien avec l'allemand. Je sais parler politique ou de sujets culturels. Je peux même vous parler de peinture hollandaise. Non, nous les joueurs, nous ne sommes pas les idiots que certains imaginent… » Au final, Romário était un gars du Brésil. Une fois la quatrième étoile brodée, il a pu rentrer au pays. Chez lui. Là où il joue au football sur la plage. Le FC Barcelone, la Ligue des champions, tout ça, au fond, il s'en fout. Comment lui en vouloir ?



Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Mon Dieu ce slip de bain !! Digne de Christian Clavier. Au moins, Romário n'a plus besoin de bronzé, et il restera ad vitam aeternam, MON DIEU ! Même après sa mort.
http://www.lesinsurges.com/blog/2012/07 … en-images/
"le Brésil de Romário est champion du monde pour la quatrième fois de son histoire. La première fois sans Pelé." Ça vous situe l'homme dans l'histoire de son sport et de celle de son pays. Une légende quoi.
100% Jesus Christ bien avant Neymar et ses collègues.
Romário pour moi, c'est le BEST ! Un toucher de balle, une technique et une finition bestiale !
Retour au bled à 28 ans, pffff, putain de saudade !!
Mais comment le PSV s'est démerdé pour attraper dans ses filets, Romário et Ronaldo Il Fenomeno ?
Merci pour ce bel article M. Faure Mathieu. Vous m'avez remis de bons souvenirs en tête.
GENERAL DE GOAL. Niveau : Ligue 2
Message posté par Guyana973
"le Brésil de Romário est champion du monde pour la quatrième fois de son histoire. La première fois sans Pelé." Ça vous situe l'homme dans l'histoire de son sport et de celle de son pays. Une légende quoi.


pelé n'a joué que le premier match en 1962(blessure).merci garrincha pour la coupe.mais bon...
Petite finale de Coupe du monde pour lui, Maldini l'avait bien cadenassé entre autres.

Son dernier match sous le maillot de Barcelone, c'était le Real 5-0 Barca avec le triplé de Zamorano.
GENERAL DE GOAL. Niveau : Ligue 2
une saison de incroyable pour lui avant de lacher le club.mais bon,je le comprends.il a quitté un barca qui sombrait avec un cruijff qui avait perdu tout son genie( et qui devenait completement fou),des defaites à la pelle dont une memorable manita recue à barnabeu.un hagi qui arrive blessé et un stoickhov aux abois.la dream team de cruijff est morte le 18 mai 1994 à athenes :'(
Message posté par GENERAL DE GOAL.
une saison de incroyable pour lui avant de lacher le club.mais bon,je le comprends.il a quitté un barca qui sombrait avec un cruijff qui avait perdu tout son genie( et qui devenait completement fou),des defaites à la pelle dont une memorable manita recue à barnabeu.un hagi qui arrive blessé et un stoickhov aux abois.la dream team de cruijff est morte le 18 mai 1994 à athenes :'(

Le 4-0 contre MU avec Cantona et Schmeichel dans les tribunes qui faisaient la gueule, c'était quand même sympa.
Alain Proviste Niveau : Ligue 2
Sans doute le joueur le plus fort dans la surface que j'ai connu !
GENERAL DE GOAL. Niveau : Ligue 2
Message posté par Franz

Le 4-0 contre MU avec Cantona et Schmeichel dans les tribunes qui faisaient la gueule, c'était quand même sympa.



ouais.le seul match agreable de cette saison là.bon le 2-2 à manchester etait pas mal non plus.mais il a fallu serrer les fesses à domicile contre goteborg à la dernière journée pour passer la phase de poule. :-)
Message posté par Franz
Petite finale de Coupe du monde pour lui, Maldini l'avait bien cadenassé entre autres.

Son dernier match sous le maillot de Barcelone, c'était le Real 5-0 Barca avec le triplé de Zamorano.


Le Maldini de 1994 est le plus grand défenseur que j'ai jamais vu. Surtout en finale quand Romario pense se défaire de lui côté gauche et qu il fait un tacle par derrière sans faire faute. Ca fait 20 ans que j'ai pas revu cette action mais ca reste gravé dans ma mémoire c'est pour moi un des gestes de l'histoire du football.
Message posté par Franz
Petite finale de Coupe du monde pour lui, Maldini l'avait bien cadenassé entre autres.

Son dernier match sous le maillot de Barcelone, c'était le Real 5-0 Barca avec le triplé de Zamorano.


Et dire que Maldini avait déjà à l'époque 9 ans de très haut niveau.
Message posté par Alain Proviste
Sans doute le joueur le plus fort dans la surface que j'ai connu !


Effectivement sur les 15 derniers mètres il est probablement le plus grand attaquant moderne pour ne pas dire de tous les temps
Message posté par Franz

Le 4-0 contre MU avec Cantona et Schmeichel dans les tribunes qui faisaient la gueule, c'était quand même sympa.



Ce match je l'avais enregistré sur VHS. Romario blessé sort avant le coup de sifflet final car Cruyff a déjà fait ses 3 changements le FCB fini donc à 10. Quelques années plus tard chez Saccomano (Europe 1 :Le match du Lundi ou RTL: On refait le match), Joel Quiniou fraîchement retraité dira que c'est le plus grand match qu'il est jamais arbitré.
Concernant le niveau de Romario post coupe 94 ce n'est pas que lui qui décline c'est tout le FCB qui aura atteint son acmée lors de la finale de C1 tristement perdue.Romario ne marque plus pendant pas mal de temps (des semaines je crois) ses cheveux blanchissent et il déclare haut et fort son mal du pays. Laudrup s'en va au Real. La renaissance américaine de Hagi ne se confirme pas en Catalogne. Stoïchkov, ballon d'or n'est que l'ombre de lui même, et même Cruyff perd de sa science du coaching. Tout fout le camp en somme !
C'est dingue a quel point je connais mieux le football de l'époque que celui de maintenant !
Message posté par aerton


Le Maldini de 1994 est le plus grand défenseur que j'ai jamais vu. Surtout en finale quand Romario pense se défaire de lui côté gauche et qu il fait un tacle par derrière sans faire faute. Ca fait 20 ans que j'ai pas revu cette action mais ca reste gravé dans ma mémoire c'est pour moi un des gestes de l'histoire du football.


sorry le tacle de Maldini c'est côté droit (j'ai pensé droit j'ai écrit gauche)
Riquelme Juan Roman Niveau : District
Romario, putain qu'est ce que j'ai aimé ce joueur. Sa première saison à Barcelone, il avait été phénoménal. J'étais tout gamin, et ça été le premier joueur que j'ai kiffé. Un attaquant hors norme. J'me rappelle d'une interview de Cruyff qui disait de Romario " il est exceptionnel dans tout les sens du terme". Ah le fameux maillot Umbro du Brésil, tout une époque......
Message posté par aerton


Effectivement sur les 15 derniers mètres il est probablement le plus grand attaquant moderne pour ne pas dire de tous les temps


Ah ouais quand même...Muller, Van Basten, R9,Di Stefano, Eusebio ou Puskas c'est pour du beurre? Romario était fort, très fort, il fait partie des plus grands, mais pas le meilleur.
Message posté par BATIGOAL98


Ah ouais quand même...Muller, Van Basten, R9,Di Stefano, Eusebio ou Puskas c'est pour du beurre? Romario était fort, très fort, il fait partie des plus grands, mais pas le meilleur.


je parle sur les 15 derniers mètres. De plus je mets peut être car dans le foot moderne il n'a pas à mon sens d'équivalent dans cette zone, dans l histoire bien que je connaisse suffisament les plus marquants je ne peux affirmer qu'il est forcément le meilleur. Par exemple Quand Sivori est mort un des ses coéquipiers ou un journaliste italien ( je ne me rappelle plus) a dit que c'était le meilleur de l histoire sur les 15 derniers mètres malgré ses chaussettes baissées.
Funk Doctor Niveau : CFA2
Il n'est resté qu'un an et demi à Barcelone, mais pendant la 1ère année qu'est ce qu'il m'aura fait kiffer ! J'étais jeune et je regardais l'équipe du dimanche et les matches du Barça juste pour le voir, c'est vraiment cette équipe et ce joueur qui m'ont fait adorer le foot.

Quelle finesse, quelle vitesse, quelle finition incroyable, vraiment l'un de mes avant-centre favoris.

Malheureusement, face à un système et une défense aussi fragiles, le Milan AC de Capello, son organisation et son pressing ont bouffé les barcelonais (avec en plus l'absence de Laudrup et le championnat gagné à la dernière minute 3 jours avant). Bref, une déculottée qui a mis fin à la dream-team, même si le 4-0 face à Man. U l'a fait renaître pendant 90 minutes.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
3k 21