En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options

Le jour où Peter Dubovský s'est tué en Thaïlande

Pour tout supporter slovaque qui se respecte, Peter Dubovský était une idole. Un de ces numéros 10 que l'on ne peut oublier et dont on perpétue encore aujourd'hui la mémoire. La raison ? L'ancien joueur du Real Oviedo est décédé le 23 juin 2000 suite à une chute d'une dizaine de mètres en Thaïlande, le 23 juin 2000.

Modififié
Avant Marek Hamšík et Martin Škrtel, le football slovaque avait Peter Dubovský. Beaucoup moins médiatisé et donc beaucoup moins connu, l'ancien attaquant était pourtant de ces joueurs capables de rassembler les foules, de susciter l'admiration de toute une nation. Le curriculum vitae de ses premières années de footballeur professionnel est éloquent : né à Bratislava, il effectue ses débuts professionnels en 1989 - il a alors 17 ans - avec le ŠK Slovan Bratislava, intègre l'équipe nationale tchécoslovaque deux plus tard, truste le sommet du classement des buteurs deux années de suite (27 et 24 buts), suscite l'intérêt de l'Ajax de Van Gaal, est nommé « Joueur slovaque de l'année » en 1993 et reçoit les éloges de Dušan Galis, figure mythique du football tchécoslovaque, qui déclare alors : « Quand j'ai vu Peter dans l'équipe de jeunes, j'ai su au premier coup d'œil que c'était un énorme joyau. C'était de loin le meilleur joueur de sa génération, et certainement le meilleur des générations futures. » Bref, une légende.

Photos et chutes d'eau


Comme toute légende, celle de Peter Dubovský est sans doute étroitement liée à sa mort prématurée le 23 juin 2000. Peter avait 28 ans. Après deux années mitigées au Real Madrid au mitan des années 90, il était depuis cinq saisons le milieu offensif du Real Oviedo. Au terme d'une saison 1999/2000 particulièrement réussie sur le plan personnel - un peu moins sur le plan collectif, le club s'étant maintenu de justesse en première division - Peter Dubovský veut profiter de ses vacances. La saison n'est pas encore totalement terminée, la Slovaquie doit encore affronter le Japon lors de la Coupe Kirin. Mais qu'importe : Peter veut passer du bon temps avec sa famille. Direction la Thaïlande. Là, subjugué par la beauté de l'île de Ko Samui et de ses cascades, le footballeur joue les reporters et prend des centaines de photos. L'une d'entre elles lui sera fatal. Alors qu'il s'approche au maximum d'une chute d'eau, Peter glisse et tombe d'une dizaine de mètres, son corps venant percuter un rocher. Il succombe dans la foulée à « de lourdes pertes de sang et à de graves lésions cérébrales. »

Match référence contre Hagi


Longtemps, le peuple slovaque pleurera la mort de son joueur prodige, les supporters du ŠK Slovan Bratislava déployant en début de saison suivante un immense tifo en hommage à « Dubák » , « Nous ne l'oublierons pas » . Ses coéquipiers non plus. À l'image des propos tenus sur le blog 7560 Minutes Later par l'ancien partenaire de Peter au sein de la sélection slovaque, « Lubo » Moravčík. « Je me souviens d'un match au début des années 90. Nous jouions contre la Roumanie, qui était au top après une bonne Coupe du monde. Ils sont venus à Kosice en pensant gagner, mais ils ont oublié Dubovský. Ce jour-là, Peter a réussi le meilleur hat-trick que j'ai jamais vu. Le match était très serré, mais il a fait la différence à lui seul. C'était un hat-trick vraiment très important puisque nous avions déjà deux joueurs exclus. Dubovský a fait passer Hagi et ses coéquipiers pour des joueurs ordinaires ce soir-là. Combien de fois est-ce arrivé ? »


Vidéo

L'ancien milieu du Celtic n'exagère rien : depuis la disparition de Peter Dubovský, un prix portant son nom est décerné chaque année au meilleur jeune joueur slovaque, des compilations hommages sont venus alimenter sa légende sur le web et les jeunes n°10 du pays lui sont systématiquement comparés. Quinze années après les faits, c'est tout de même pas mal pour un joueur majoritairement - et injustement - ignoré sur le reste du continent.

Par Maxime Delcourt
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 mardi 16 janvier Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88