Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 5e journée
  3. // PSG/Bordeaux

Le jour où Pauleta a martyrisé Bordeaux

Au PSG, on aimait bien souffrir. Dans les travées du Parc des Princes, on avait des théoriciens. Des éclairés. Souvent, quand un ancien quittait la capitale et qu'il revenait avec son nouveau maillot, il marquait. Laspalles, Maurice, Loko, Fiorèse, Cana ou Mevlüt Erding connaissent parfaitement cette théorie. Sauf qu'en avril 2006, c'est l'effet inverse. Pauleta, girondin de cœur, mais parisien de contrat, se joue de la défense bordelaise par trois fois en une mi-temps.

Modififié
Pour l'instant, le patron, c'est lui. Avec 109 buts, Pedro Miguel Pauleta est encore le meilleur buteur de l'histoire du PSG. Zlatan Ibrahimović en est à 106. Autant dire que c'est une question de temps. Alors autant en profiter tant que l'aigle est en vol stationnaire. Sur ses 109 caramels, Pauleta en a distribué trois le même soir. C'était un dimanche d'avril 2006. Le 2, exactement. Ce soir-là, France 2 diffusait un Faites entrer l'accusé consacré aux Frères Jourdain. Un must. Pour ceux qui ont préféré regarder ailleurs, le Parc des Princes accueillait la rencontre PSG-Bordeaux.

Un centre de Mendy, classique


Ce 2 avril, il fait bon. Doux. Ricardo est de retour au Parc des Princes, mais sur le banc des Girondins. Et ça marche plutôt bien en cette année 2006 avec une place de dauphin de l'OL et aucune défaite en championnat depuis le 1er janvier. Tout l'inverse du PSG qui tousse. Comme d'habitude, serait-on tenté de dire. Le matin du match, le défenseur bordelais David Jemmali parle de ses retrouvailles avec son ancien coéquipier girondin Pauleta. « Lui, c'est un renard, il faut le surveiller pendant 95 minutes. Ses appels de balle sont extraordinaires et il est adroit devant le but. Il peut se faire oublier deux secondes. Vous croyez qu'il est dans votre dos et hop, il a filé... »

Sur le papier, le match est déséquilibré malgré le classement des deux équipes. Bordeaux débarque porte de Saint-Cloud avec quatre suspendus : Fernando, Henrique, Chamakh et Darcheville. Pas cool. Au Parc, là où le PSG a tant souffert cette saison, les locaux démarrent fort. Guy Lacombe a sorti un 4-2-3-1 qui a une certaine gueule. Pour alimenter Pauleta, un trio Kalou-Rothen-Dhorasoo. Sur le papier, ça a de la gueule. D'ailleurs, au bout de sept minutes, Bernard Mendy envoie un caviar au second poteau sur le crâne du Portugais. Comme annoncé, Jemmali l'oublie, et hop, ça fait 1-0. Le Parc gueule. Se soulève. Avant de reposer ses callipyges sur les sièges à bascule (attention aux tibias). Sur la première incursion girondine, Mavuba donne à Perea qui ajuste Letizi. Classique.

Vidéo

Pauleta régale


Comme d'habitude, le PSG paye de ne pas avoir réussi à tuer le match. Au moindre relâchement, Letizi en prend une dans le buffet. Un résumé parfait de la saison… avant que Paris ne décide d'accélérer. En moins de six minutes, les Parisiens vont mettre Bordeaux à terre. Peu de temps après la demi-heure de jeu, Pauleta oblige Planus à une petite faute. Une coquetterie. L'arbitre tombe dans le panneau. Penalty. 2-1, merci au revoir.

Vidéo

Six minutes plus tard, Édouard Cissé se fait salement tacler dans l'entrejeu, l'arbitre ne dit rien, et la gonfle continue de circuler. Elle arrive côté droit sur Jérôme Rothen. Casque d'or se sert de son pied droit pour trouver Pauleta dans la surface bordelaise. Le numéro 9 coupe parfaitement la trajectoire et perfore Ramé entre son premier poteau et sa main droite. Ficelle. 3-1, triplé de Pedro Miguel Pauleta. Son premier dans la capitale après trois saisons.

Vidéo

À Bordeaux, l'ancien du Deportivo La Corogne s'en était offert deux. Le premier pour ses débuts contre Nantes en 2000, le deuxième face à Ajaccio en 2003. En seconde mi-temps, il ne se passera plus rien. Bordeaux est résigné, Paris contrôle. Pauleta savoure. Au coup de sifflet final, il affiche 20 buts à quatre journées de la fin. Son dauphin, Daniel Cousin, en est à 12. Il rêve de battre son record de Bordeaux sur une saison (23 buts). Il terminera à 21. Dans une saison galère, encore une autre, ce premier match d'avril est une bouffée d'oxygène pour les joueurs de la capitale. Un bol d'air qui annonce la couleur. Quelques semaines plus tard, les Parisiens s'offriront l'OM en finale de Coupe de France. En coulisses, Canal Plus tente pourtant de refourguer le bébé à un volontaire. Un projet estampillé « Colony Capital » est dans le coin. On connaît la suite. Pour Pauleta, 2005-2006 restera comme sa meilleure saison comptable dans la capitale, et Bordeaux son chef-d'œuvre.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE
À lire ensuite
Voyage et déceptions