Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Le jour où...

Le jour où Metz a remporté la Coupe de la Ligue

Il y a 20 ans jour pour jour, le FC Metz remportait la deuxième Coupe de la Ligue de l’histoire, avec dans ses rangs un certain Robert Pirès. Un trophée - le dernier remporté par les Grenats dans une finale - qui fait encore aujourd’hui débat.

Modififié
Qui a dit que la Coupe de la Ligue était une distinction sans valeur ? À la lutte pour peut-être arracher une montée en première division, le FC Metz fait partie des grands clubs de l’Hexagone en difficulté pour revenir au premier plan. Le 6 avril 1996 au Parc des Princes, la Coupe de la Ligue, petite sœur de la « Coupe d’été » , voyait s’affronter pour le dernier match de sa deuxième édition l’Olympique lyonnais, dernier vice-champion de France, et le FC Metz, encore à la lutte pour le titre de champion. Alors forcément, quand on sait que ce trophée doit, à l’époque, surtout permettre aux clubs pros d’augmenter le montant du chèque des droits TV, l’enjeu n’a pas l’air si démesuré que ça, même si un strapontin pour la Coupe UEFA est en jeu. Sylvain Kastendeuch, capitaine des Grenats, n’hésite pas pour autant à mettre l’accent sur la singularité d’une finale : « Pour un club comme Metz, c’est toujours exceptionnel de jouer ce genre de match. On essayait de bien figurer sur les deux tableaux, surtout que la Coupe de la Ligue a la particularité d’aller plutôt vite. Vraiment, il n’y avait pas de stratégie. »


Devant 42 368 spectateurs, la rencontre finale entre Metz et Lyon débute, avec l’équipe type de chaque côté. Éric Roy, alors numéro 11 de l’OL, se rappelle justement d’un Lyon en pleine mutation : « L’Olympique lyonnais était en train de se construire. Ce n’était pas encore le Lyon qui raflait tous les championnats. La volonté du club était de construire une équipe avec des joueurs d’expérience, pour encadrer toute la jeunesse de la formation lyonnaise. C’était une équipe équilibrée et programmée pour commencer à titiller les sommets. » De quoi envisager une rencontre alléchante. Mais au lieu de ça, les 90 premières minutes restent extrêmement fermées, avec par-ci par-là quelques frappes, que Songo’o et Olmeta captent sans trop de soucis. Le portier lyonnais, toujours présent pour faire le show, s’adjugera même une petite chorégraphie pour faire passer le temps, qui aurait fait fureur aujourd’hui dans Danse avec les Stars.

« Monsieur Batta, il est aveugle »


Metz et Lyon restent dos à dos jusqu’à la fin du temps réglementaire. 30 minutes de bonheur en plus sont accordées aux joueurs pour espérer soulever la coupe créée par Noël Le Graët, alors président de la LFP. Le jeune Robert Pirès - qui peut apercevoir dans les travées du Parc un certain Aimé Jacquet, venu prendre des notes en vue de l’Euro 96 - ne se prive pas pour décocher une demi-volée, qui oblige Olmetta a une parade des deux poings un peu à l’arrache. Entre alors en scène Marc Batta, l’arbitre de cette finale, avec deux décisions plutôt délicates à prendre, lors de ces fameuses prolongations. La première avec Stéphane Adam, entré au beau milieu de la toute première mi-temps, pour suppléer son partenaire blessé Patrick M’Boma, qui s’offre un raid solitaire dans la moitié de terrain lyonnaise. S’avance alors un Pascal Olmeta laissant à l’abandon sa surface, pour se présenter face à l’attaquant. Adam parvient à pousser le cuir, qui roule jusqu’au fond des filets. Mais l’arbitre assistant lève son drapeau. L’homme en jaune est du même avis et siffle un hors-jeu.


Un arbitrage compliqué, mais juste. Pour ce qui est de l’autre action, cette fois en faveur des Gones, Olmeta avait sa petite idée après la fin du match : « Monsieur Batta, il est aveugle, c'est Gilbert Montagné, en plus gros » lançait-il en zone mixte. À l’opposé du terrain, le natif de Bastia voit Éric Roy lever la pointe de sa chaussure pour contrôler à hauteur de tête le ballon, avant de venir tromper Songo’o en face à face. L’ancien niçois exulte, genoux à terre, avant de se prendre la tête des deux mains. « Monsieur Batta » annule la réalisation pour un pied un peu trop haut. « Moi je considère que Batta avait fait une erreur en annulant ce but, parce qu’il était complètement valable. J’ai été sanctionné d’un pied dangereux alors que Kastendeuch avait la tête baissée et que je jouais le ballon » , regrette Éric Roy, qui garde cette action toujours au travers de la gorge : « C’était un mauvais souvenir et une énorme déception, quand tu as l’occasion de marquer le but de la victoire dans une finale, c’est toujours important. Et surtout, c’est une action qui aurait pu être importante dans ma carrière » . Kastendeuch prend, quant à lui, avec un peu plus de recul ce fait de jeu : « C’est vrai que monsieur Batta aurait pu laisser jouer l’action et de ne pas siffler ce pied haut, mais franchement, il était quand même un peu haut son pied. » Cruel pour les hommes de Guy Stéphan, qui à trois minutes de la fin de la prolongation, se voyaient déjà débouler fièrement dans les rues de la ville des Lumières. Il n’en est rien : les deux clubs vont devoir en passer par les tirs au but.

Vidéo

La chenille de la discorde


Sylvain Kastendeuch et Stéphane Roche se décident chacun de leurs côtés à se désigner volontaire pour frapper les premiers pour leurs clubs. Courageux, mais vain, puisque les deux hommes vont chacun leur tour rater leur tentative. Après les deux ratés, Grenats et Rhodaniens se rendent coup pour coup, même Olmeta, toujours aussi chaud, y va de sa transformation. Dès lors, c'est un sans faute jusqu'à ce que Marcelo Kiremitdjian, cinquième tireur lyonnais, voit sa tentative repoussée par Jacques Songo'o. Avec la victoire au bout du pied, Cyrille Pouget ne se fait pas prier et envoie finalement le FC Metz au paradis, avec un but cette fois ci bel et bien valable.



Et pendant que le jeune Ludo Giuly sèche ses larmes en allant remercier les supporters lyonnais, les Messins entament quant à eux une chenille de la joie assez magnifique. « Ça devait être l’idée des PP Flingueurs : Pirès et Pouget ! Ils ne devaient sûrement pas être loin du truc » , se rappelle le latéral gauche international. Une chenille qui n’a pas forcément été du goût des finalistes déçus : « Ce qui nous avait surtout énervé, c’était de voir les Messins faire cette chenille après les tirs au but qui, pour les yeux du public, était certainement très sympathique à voir, mais qui, pour les adversaires, n’étaient pas forcément très agréable. » , estime Éric Roy, voyant encore aujourd’hui cette défaite comme un tournant de sa carrière : « C’est certainement cette déception, liée au fait que cela faisait trois ans que j’étais à Lyon, qui m’a poussé à partir l’été d’après pour Marseille. » Un beau contraste et un sacre qui s’inscrit encore aujourd’hui dans l’histoire moderne du FC Metz. Cette Coupe de la Ligue 1996 qui attend patiemment, du haut de ses 20 ans, qu’une petite nouvelle fasse son entrée dans la salle des trophées. Un jour peut-être.

Par Matthieu Guillot
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:55 Berlusconi licencie son coach à Monza et nomme Brocchi 6 Hier à 11:02 GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Champions League
Hier à 16:00 Tuto Panini Adrenalyn XL : Règles du jeu 2
Partenaires
Podcast Football Recall Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 10:55 Un doublé pour Rooney, DC United qualifié pour les play-offs 4 Hier à 10:00 R3 : Bourbaki remporte le derby de Pau 17
Hier à 08:46 Gignac plante son dixième but de la saison 24
À lire ensuite
Ave, Cesare !