Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 1/4 de finale
  3. // FC Porto/FC Bayern Munich

Le jour où Manuel Neuer a dégoûté le FC Porto

Si le FC Porto est content d'être en quarts de finale de la Ligue des champions, les supporters des Dragões ne se réjouissent pas vraiment à l'idée de voir leur équipe affronter le Bayern Munich. Car dans les bois bavarois se trouve Manuel Neuer. Le portier qui, sept ans plus tôt, avait dégoûté tout l'Estádio do Dragão du temps où il évoluait sous les couleurs du FC Schalke 04.

Modififié
Lorsque Tarik Sektioui sort à la 58e minute de ce huitième de finale retour de Ligue des champions, il ne comprend pas trop ce qui se passe. Trois minutes plus tôt, l'attaquant marocain du FC Porto a buté sur le gardien de Gelsenkirchen. Une fois de plus, une fois de trop. « La réussite était clairement de son côté » , se souvient l'actuel entraîneur du Wydad de Fès. « Je crois qu'il ne touche même pas vraiment la balle du pied, mais des crampons. » La « balle » en question, c'est une tête à bout portant de Sektioui sur une passe (de la tête, elle aussi) de Lucho González suite à un coup franc de Ricardo Quaresma. Le stade se lève, croit à l'ouverture du score, mais Neuer sort encore une parade décisive, digne des plus grands trouble-fête. On joue alors la 55e minute, le score est toujours de 0-0. Et si le FC Schalke 04 n'a toujours pas pris de but, il le doit essentiellement à son gardien de but.

Le Mur de Gelsenkirchen


Lors du match aller, les Königsblauen avaient ouvert le score très tôt, Kevin Kurányi trouvant la faille au bout de quatre minutes de jeu après que Helton avait mal renvoyé une frappe de Rafinha. Par la suite, Schalke a dominé, mais ni Kurányi, ni Ivan Rakitić, ni même Gerald « Blondie » Asamoah ne sont parvenus à aggraver la marque. Du coup, en ce 5 mars 2008, le FC Porto se dit qu'il y a moyen d'inverser la tendance lors du match retour. « Il nous fallait absolument gagner. Porto est un grand club, et nous savions que nous en étions capables » , se rappelle Sektioui. Surtout qu'avec leur impressionnante armada offensive (Lucho, Lisandro, Quaresma), les Dragões ont les moyens de leurs ambitions. Dès l'entame de match, Porto pilonne les buts de Schalke. Les gars de Gelsenkirchen reculent, la défense est aux abois, mais derrière, Neuer veille. Le futur « Nummer Eins » de la Nationalmannschaft met successivement en échec Bosingwa, Lisandro et Sektioui. Des fois en s'interposant comme il faut, d'autres en faisant preuve d'incroyables réflexes. L'Estádio do Dragão ne comprend pas ce qui se passe : qui est ce jeune gardien qui n'a même pas 22 ans (il les aura trois semaines plus tard) et qui ne joue que sa deuxième saison en tant que titulaire ? Comment fait-il pour faire de tels arrêts ? Sur le terrain, les joueurs du club portugais deviennent fous, et l'un d'eux finit par craquer : à la 82e minute, Jorge Fucile décide de découper Levan Kobiashvili et file prendre sa douche avant tout le monde.

Réduit à dix, un foutu but de retard et la balle qui ne veut pas rentrer : on se dit alors que le FC Porto va se faire éliminer par le FC Schalke 04. Sauf que le mot « impossible » ne fait pas partie du vocabulaire des Dragons. « Nous étions meilleurs qu'eux » , analyse Sektioui. « Sur le plan technique, physique et mental. C'est pour ces raisons que, même en infériorité numérique, nous sommes parvenus à revenir au score. » En effet, Schalke ne fait que reculer depuis un moment dans cette rencontre. Et, seulement quatre minutes après l'expulsion du latéral uruguayen, Lucho González sert Lisandro López qui se retourne, catapulte le ballon dans les filets de Neuer et envoie tout le monde disputer trente minutes supplémentaires.

La délivrance... pour plus de souffrance


Ce but, Manuel Neuer n'a visiblement pas kiffé le concéder : du coup, il s'emploie à dégoûter comme il faut les Portugais. En prolongation, les Königsblauen, fatigués par tant d'efforts en défense, commencent à faire n'importe quoi. À la 102e minute, Bordon remet la balle n'importe comment derrière ; Quaresema surgit, dribble son vis-à-vis et se présente seul devant Neuer. Le gardien allemand attend le dernier moment pour se coucher et finit par dévier la frappe du numéro 7 en corner. Durant le reste de la prolongation, Porto canarde Schalke, mais « Manu » repousse tout, absolument tout. Vient alors la séance des tirs au but. À 2-1, Neuer détourne la frappe de Bruno Alves, avant d'en faire de même au tir suivant, sur la tentative de Lisandro López. Jermaine Jones met une praline en lucarne, le FC Schalke 04 se qualifie pour les quarts de finale. Cette qualification, le club de Gelsenkirchen le doit à l'un de ses meilleurs ambassadeurs, véritable héros à Porto. « Nous étions concentrés lors de cette séance, mais Neuer était trop fort. » Beaucoup trop fort. Bien que le héros fut déjà connu sur ses terres, l'histoire, elle, retiendra que c'est à l'Estádio do Dragão, un soir de printemps 2008, que la légende de l'actuel meilleur gardien du monde a commencé à s'écrire.


Vidéo

Pour plus de highlights de Neuer lors de cette rencontre, c'est ici que ça se passe.

Par Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 34 minutes Le nouveau coup d'éclat de René Higuita
Partenaires
Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall