Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 16es
  3. // Manchester United–St-Étienne

Le jour où Manchester United a éteint les Verts

Ce jeudi, l’AS Saint-Étienne se déplace à Old Trafford pour la première fois de son histoire. Pourtant, Sainté a bel et bien affronté les Red Devils en Coupe des coupes, à l’orée de la saison 77-78. Retour sur la dernière sortie européenne de la grande équipe des Verts, sur fond de hooliganisme.

Modififié
« C’était Manchester City ou United ? » Chez plusieurs anciens Verts, difficile d’ouvrir la boîte à souvenirs. Quarante ans après, ça commence à dater. Mais là où les matchs contre le Dynamo Kiev, le Bayern Munich ou encore Liverpool sont entrés dans la légende et immortalisés dans les mémoires, le souvenir de la confrontation face à Manchester United en 1977, au premier tour de la Coupe des coupes, a laissé des traces plus éparses. Christian Sarramagna, lui, n’a rien oublié du contexte au match aller, à Geoffroy-Guichard. Deux ans après des incidents lors de la finale de la Coupe des champions 1975 disputée au Parc des Princes entre le Bayern et Leeds United, la France fait plus ample connaissance avec un phénomène que la Grande-Bretagne voit s’amplifier tout au long des seventies : le hooliganisme – des jeunes fans, bien souvent issus des quartiers populaires, pour qui football rime surtout avec castagne et tournées de pintes.

« On a vu les Anglais arriver avec des couteaux »


« La veille ou l’avant-veille, il y avait eu des débordements alcoolisés dans la ville de Saint-Étienne. Ça laissait présager des incidents le jour du match » , rejoue Christian Sarramagna. Aujourd’hui co-président de l’ASSE, ce 14 septembre 1977, Roland Romeyer était présent dans le kop sud. Les supporters mancuniens se trouvent alors nez à nez avec les Stéphanois. « À l’époque, je me mettais toujours derrière les buts avec mes amis. On a vu les Anglais arriver avec des couteaux, racontait Roland Romeyer en décembre dernier, dans les colonnes du Progrès. C’était grave. Ils piquaient tout le monde. » Quarante-cinq minutes avant le début du match, c’est la pagaille en tribune, certains escaladent les grilles pour se réfugier... sur la pelouse. « On a été obligés d’envahir le terrain. Les gens étaient poussés contre le grillage derrière le but. Le lendemain, je suis allé au stade. On voyait encore des chaussures et des habits partout » , poursuit Roland Romeyer.


Chez les joueurs, les incidents ne passent pas inaperçu. «  On a craint le pire » , lâche Christian Sarramagna, l’ailier gauche des Verts. Il n’y aura « que » des blessés à déplorer, 33 au total. Sans Dominique Rocheteau, convalescent, qui fera son entrée à l’heure de jeu, l’équipe de Robert Herbin manque de réussite devant la cage mancunienne tenue par « l’homme aux 500 matchs » Alex Stepney. En première période, Gordon Hill surprend la défense stéphanoise, mais son but est refusé pour hors jeu. Bis repetita après la pause. La troisième sera finalement la bonne pour le Mancunien, qui ouvre le score à la 77e. Dans la foulée, Christian Synaeghel profite d’un mauvais dégagement pour égaliser en faveur des Verts. 1-1, score final. Un moindre mal pour des Stéphanois peu inspirés, avant le match retour en Angleterre.

Vidéo

Qualification sur tapis vert, puis déplacement à Plymouth


Coup de théâtre la semaine suivante : l’UEFA annonce l'élimination de Manchester à cause des incidents causés par les hooligans mancuniens. « Je suis absolument convaincu que le club fait tout ce qui est en son possible pour garantir la sécurité des spectateurs ici ou à l’étranger. Malheureusement, nous ne pouvons pas contrôler tous ceux qui se déplacent par leurs propres moyens avec ou sans place » , regrette alors David Smith, président du Manchester United supporters club. Oui, mais voilà, l’AS Saint-Étienne refuse une qualification sur tapis vert. « C’est grâce à notre président Roger Rocher. Il ne voulait pas pénaliser Manchester United » , se rappelle l’ancien défenseur Christian Lopez. Le match retour aura bel et bien lieu le 5 octobre, à Plymouth, à l’autre bout du Royaume. « À la base, nous devions jouer à Glasgow, mais l’UEFA a rejeté cette option. Je suppose que c’est parce que Plymouth était plus près de la France ! » , lançait Arthur Albiston, interrogé il y a quelques semaines par le Daily Mail. Le défenseur mancunien reconnaît tout de même que sur la côte sud-ouest, l’atmosphère du Home Park était clairement en faveur des Red Devils : « Je ne pense pas que leurs joueurs (les Stéphanois, ndlr) étaient habitués à ressentir les supporters si près du terrain, comme nous pouvions le connaître en Angleterre. Les fans de United les ont troublés et ça nous a aidés. »



Comme à l’aller, le match n’est pas diffusé en France. Mais à l’heure de découvrir le résumé, la voix dépitée du jeune consultant Jean-Michel Larqué (transféré de l’ASSE au PSG à l’été 77) trahit le résultat final. Malgré une entame prometteuse, les Verts s’inclinent devant les réalisations de Stuart Pearson et Steve Coppell, 2-0. Après trois épopées européennes (demi-finale de C1 en 75, finale de C1 en 76 et quarts de finale de C1 en 77), les Verts prennent la porte dès le premier tour de la Coupe des coupes. Aujourd'hui encore, Christian Sarramagna garde un goût amer de ce match aller, disputé dans des conditions « déstabilisantes » . Toujours est-il que cette sortie signe la fin d’une époque dans le Forez. « Avec cette équipe, on a tout gagné : la Gambardella, le championnat CFA, le challenge Kentish, le championnat de France... On avait une complicité rare, une force intérieure qui nous permettait de relever les plus gros défis » , conclut le Bayonnais. Il aura manqué ce sacre en Coupe d'Europe.

Vidéo


Par Florian Lefèvre Propos de Christian Sarramagna et Christian Lopez recueillis par FL
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Podcast Football Recall Épisode 33: Le feu d'artifice belge, les Bleus s'ennuient et les scandales anglais
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier