1. //
  2. // Le jour où

Le jour où les frères Hleb ont achevé les Bleus

Ce n’est pas tout à fait le même contexte, mais il y a six ans, la France entamait sa campagne des éliminatoires de l’Euro 2012 par un match contre la Biélorussie. Et elle avait perdu. Salement.

Modififié
1k 15
« C’est IN-CROY-ABLE ! » Une fois n’est pas coutume, Arsène Wenger coupe Christian Jeanpierre et évacue sa frustration, oralement. La France vient de jouer avec le feu et de se brûler bien comme il le faut, au quatrième degré. Défaite 1-0 au Stade de France face à la Biélorussie, sur le but d’un anonyme presque homonyme de troubles intestinaux, Syarhey Kislyak. Alors, le manager d’Arsenal, après avoir tenté une vanne sur les frères Hleb et avoir pouffé tout seul, se lâche : « Regardez comme ils passent... Comme ils passent sur le côté droit ! Là, on pense qu’il y a hors jeu parce qu’il essaie de donner à son frère, mais qui refuse de jouer là-bas. Et puis là, il passe. » Traduction : les Bleus ne reviendront pas dans ce match, ils sont dans la mouise et n’ont que ce qu’ils méritent face à l’une des plus faibles équipes de leur groupe.

Reconquête avortée


Il faut dire que ce n’est pas vraiment la période la plus faste de l’équipe de France non plus. Elle sort d’un Mondial sud-africain catastrophique et ne sait plus vraiment sur quel pied danser. Pour son premier match en tant quand que sélectionneur – un amical face à la Norvège – et pour asseoir son autorité, Laurent Blanc décide d’abord d’écarter les 23 mondialistes et de lancer certains jeunes comme Ménez, Hoarau ou M’Vila. Avant de revenir un peu sur sa décision suite à la première défaite nordique et de réintégrer certains cadres, dont Lloris, Sagna, Clichy, Diaby ou encore Malouda, pour le premier match des éliminatoires, le 3 septembre 2010, face à la Biélorussie. Pas de doute, cette rencontre est déjà décisive pour l’homme à la touillette « parce qu'elle va conditionner le reste » . Soit le sportif, mais aussi l’image des Bleus, qu’il faut soigner.


Résultat ? La reconquête est en marche, l’accueil de la presse et des supporters au Stade de France laisse entrevoir une possible réconciliation, mais le jeu des Bleus laisse à désirer. Pas d’automatisme, pas de sang-froid, pas de style. La preuve en première période où la purge infligée est digne des pires dimanches après-midi en Ligue 1. Et c’est à peine mieux en seconde, où les fausses occasions, les tirs sans conviction, les corners à la rémoise et autre touches longues se succèdent. Pire que l’animation offensive gauloise, la charnière Mexès-Rami dégage autant de sérénité qu’un puceau, au premier jour du reste de sa vie. Autant dire que cette domination stérile, cette naïveté, ce laxisme se devait d’être puni.

Les démons de Saint-Denis


Chose que les frères Hleb (Aleksandr et Vyacheslav) et Kislyak, à coups d'appels répétés dans le dos de la défense, de courses balle au pied et de jeu en triangle, se décident à accomplir au pire moment possible, à cinq minutes de la fin du temps réglementaire. Les Français – Clichy et sa bourde défensive sur le but, Saha et sa blessure après dix minutes de jeu, Gameiro et sa première sélection – sont sur le cul, abasourdis, fatigués de voir le cauchemar se poursuivre, sans la moindre éclaircie. D’ailleurs, le Stade de France gronde et oublie les bonnes manières de début de rencontre. La seule bonne nouvelle, c’est que Laurent Blanc ne demande personne en mariage et assume : « On n’a pas été très bons. On a été assez lents dans la transmission, face à une équipe qui a très bien défendu et on a manqué de percussion. On ne mérite sans doute pas de perdre, mais on a très mal défendu sur l'action du but. »


Aujourd’hui, de l’eau a coulé sous les ponts. Didier Deschamps sort d’un bon Euro, d’un amical réussi face à l’Italie et n’a plus vraiment à se soucier de quelconques parasites extrasportifs. En face, ce n’est plus vraiment la même équipe de Biélorussie non plus. Plus de frères Hleb, plus d’Arsène Wenger aux commentaires, simplement trois joueurs à surveiller. Le premier jouait à Metz l’année dernière et s’appelle Sergueï Krivets. Le second, c’est Igor Stasevich et il fait actuellement le bonheur du BATE Borisov. Et le troisième a toujours un prénom évoquant de sombres troubles intestinaux et rêverait de renvoyer, encore une fois, la France à ses anciens démons.

Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Lukakakaku collé au kuku Niveau : District
Michel Hleb

Voilà c'est fait comme ça
Sébastien Loeb...
Ah bah non.
Par quoi on est passé quand meme avec cette equipe de France hein.
Message posté par So6demorto
Par quoi on est passé quand meme avec cette equipe de France hein.


Tu connais quoi comme sélection qui soit pas passée au moins une fois par un violent creux de vague?
Quand en 2010 tu supportais le PSG et l'équipe de france et bah tu t'amusais pas souvent
Heureusement l'edf a su réagir au match suivant face à la Bosnie grâce à Benzema et Malouda
rp.bourque Niveau : DHR
Mouaip, si je m'en tiens au résumé de la vidéo... imaginons que l'edf ce soit les rouges, et les biélorusses les bleus, on aurait dit que la France avait gagné à cause de la chance et que c'était absolument minable, que la Biélorussie était plutôt bonne.
Alors bon, certains attendent des choses de l'edf qu'elle n'a que très rarement montré, comme si c'était habituel. Moi je crois que sur ce match l'edf joue plutôt pas mal son jeu.

C'est un peu comme le match contre l'Allemagne pendant l'euro... on regarde le score on se dit que la France a été meilleure (je veux dire, c'est pas facile, mais y en a qui se sont lâchés) et puis après on recouvre la vue et la Raison. Ici c'est la situation inverse et les biélorusses valent franchement pas grand chose, malgré les faiblesses de l'edf et malgré le score.

Je me dis... il faudrait que les journalistes soient mis au secret pendant le match, puis on leur diffuse la vidéo en ayant pris soin de retirer toute référence au score et notamment les images de but. Là ils rédigeraient leur critique, et ensuite seulement on leur montrerait le score. Evidemment beaucoup tailleraient l'edf, dans le doute, parce qu'en France quand on ne veut pas se mouiller on fait comme ça, on taille ce qu'on aime, mais bon, je pense que grosso-modo l'exercice serait fructueux.
Krivets à Metz en 2015-2016 c'est 15 matchs dont 8 en tant que titulaire, 1 but, 1 tir complètement banané devant une cage vide. Le type est cramé depuis 2014. Il fait actuellement un bon début de saison en Pologne mais en 2014 il avait aussi fait illusion quelques temps. Ensuite il a ses défenseurs, et on ne peut pas lui retirer un véritable esprit d'équipe ( notamment sa joie sincère lors de la victoire du FC Mets contre dijon 4 - 0 l'année dernière ) mais pour moi il est surévalué.

Et en plus il nous a coûté un sacré paquet de fric.
Aliaksandr Hleb l'un de mes amours avec Berbatov, quelle technique !
Gros Noblois Niveau : CFA2
Message posté par rp.bourque
Mouaip, si je m'en tiens au résumé de la vidéo... imaginons que l'edf ce soit les rouges, et les biélorusses les bleus, on aurait dit que la France avait gagné à cause de la chance et que c'était absolument minable, que la Biélorussie était plutôt bonne.
Alors bon, certains attendent des choses de l'edf qu'elle n'a que très rarement montré, comme si c'était habituel. Moi je crois que sur ce match l'edf joue plutôt pas mal son jeu.

C'est un peu comme le match contre l'Allemagne pendant l'euro... on regarde le score on se dit que la France a été meilleure (je veux dire, c'est pas facile, mais y en a qui se sont lâchés) et puis après on recouvre la vue et la Raison. Ici c'est la situation inverse et les biélorusses valent franchement pas grand chose, malgré les faiblesses de l'edf et malgré le score.

Je me dis... il faudrait que les journalistes soient mis au secret pendant le match, puis on leur diffuse la vidéo en ayant pris soin de retirer toute référence au score et notamment les images de but. Là ils rédigeraient leur critique, et ensuite seulement on leur montrerait le score. Evidemment beaucoup tailleraient l'edf, dans le doute, parce qu'en France quand on ne veut pas se mouiller on fait comme ça, on taille ce qu'on aime, mais bon, je pense que grosso-modo l'exercice serait fructueux.


Putain mec, j'ai absolument pas compris où tu voulais en venir?!?
youpileyoupin Niveau : District
Tous les 23 monsdialistes ont été suspendu 1 match par la FFF. Ce n'était pas le choix de Blanc de jouer la Norvège sans eux.
Totti Chianti Niveau : CFA
Note : 1
C'est bon, on peut pas en finir avec cette finale perdue contre le Portugal?
Message posté par Zitoums95
Quand en 2010 tu supportais le PSG et l'équipe de france et bah tu t'amusais pas souvent


Je confirme,la doublette Makelele-Clement, que du bonheur!
Message posté par Gros Noblois
Putain mec, j'ai absolument pas compris où tu voulais en venir?!?


Ce qu'il veut dire c'est tout simplement qu'il suffit très souvent d'un seul but en plus ou en moins pour que l'on change son appréciation sur le match de son équipe.
Pragmatique Niveau : CFA2
0-1 pour la France après une domination globale (malgré des occasions franches des adversaires), but marqué pas avant la 70eme minute par Griezmann.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
1k 15