Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Rétro

Le jour où le football et la télévision se sont rencontrés

Le 4 mai 1952, Nice et Bordeaux s'affrontaient en finale de la Coupe de France. Et pour la première fois, un match de football était retransmis à la télévision française.

Modififié
On ne pouvait pas rêver mieux. Nous sommes le 4 mai 1952, à Colombes, et la finale de la Coupe de France ne pouvait fournir de meilleure affiche. D'un côté, l'OGC Nice, champion en 1951, a réussi à conserver son titre il y a quelques jours, une première dans l'histoire du football professionnel français. En face, les Girondins de Bordeaux, dauphin de leur adversaire du soir en championnat. Pendant toute la saison, les deux équipes se sont livré une terrible bataille pour le titre de champion de France. Il a fallu attendre le tout dernier moment pour que les Aiglons soient sacrés. Et ce qui a fait la différence, c'est la double confrontation entre les deux équipes. À chaque fois, les Niçois se sont imposés, engrangeant quatre points ultra-décisifs. Alors forcément, le public veut voir cette fabuleuse revanche. Ils se sont massés à 61 485 dans l'enceinte du stade Yves-du-Manoir. Mais pour la première fois, ceux qui sont dans le stade ne seront pas les seuls à profiter du spectacle, puisqu'il s'agit du premier match de football retransmis en direct à la télévision en France.

Un entraîneur audacieux


Pour cette occasion, l'entraîneur des Aiglons, Numa Andoire, décide de surprendre tout son monde. D'abord, dans la préparation du match. « Pour que nous ne pensions pas au match du lendemain, la veille, il avait organisé une soirée d'accordéon très divertissante » , se rappelait Antoine Bonifaci, stratège du milieu de terrain niçois, il y a quelques années, dans des propos rapportés par le site de l'OGC Nice. Numa Andoire leur conseille de se coucher très tard, afin de s'endormir facilement, à l'aube. Ambitieux, sachant que le match commence à 15 heures. Ensuite, l'entraîneur niçois réserve une surprise de taille dans son onze de départ. « Numa ne faisait rien comme tout le monde, avec lui, il fallait toujours s'attendre à quelques innovations, à quelques décisions imprévues. Deux joueurs paraissaient être chez nous les piliers de l'attaque : Désiré Carré et Bengtsson. Pour le match qui précédait la finale, à Metz, Numa les avait laissés sur la touche, nous pensions qu'il voulait les reposer. Mais en fait, il ne leur a pas fait jouer la finale, il les a remplacés au dernier moment par Carniglia et Nurenberg » , racontait Bonifaci.

Vidéo

En gros, Andoire se prive de son capitaine et de son meilleur buteur. D'entrée de jeu, ses choix s'avèrent payants, puisque le Luxembourgeois Victor Nurenberg ouvre le score dès la dixième minute. Deux minutes plus tard, c'est l'autre surprise de la feuille, l'Argentin Luis Carniglia, qui marque un second but, sur un centre d'Abdelaziz Ben Tifour. Même si les Bordelais sont parvenus à marquer entre-temps, par l'intermédiaire de Baillot, au terme d'une belle action collective. Les téléspectateurs doivent se régaler devant leur écran de télévision, car le rythme du match est très élevé. En même pas quinze minutes, on a déjà assisté à trois pions, et ce n'est pas près de s'arrêter. À la demi-heure de jeu, Jean Belver inscrit le but du 3-1 d'une sublime reprise de volée. On pense les Girondins abattus, mais ils se maintiennent en vie en réduisant le score juste avant la pause. Sur un coup franc tiré par Joop de Kubber, Edouard Kargu reprend de la tête et trompe Marcel Domingo. En un match, le gardien niçois a déjà encaissé deux fois plus de buts que durant toute la compétition. Il avait craqué en demi-finale pour la première fois.

La décision se fait


Au retour des vestiaires, Kargu entame la seconde période comme il avait terminé la première. Tambour battant. Cette fois-ci, il déborde côté droit, se mue en passeur et centre en direction de Baillot, qui signe un doublé. Les Girondins égalisent, mais subissent vite le contre-coup des efforts fournis pour revenir au score. Même s'ils continuent à se créer pas mal d'occasions, ils en concèdent aussi énormément. Pendant quelques minutes, on sent bien que le match peut tourner dans les deux sens. Et finalement, ce sont les Girondins qui craquent en premier. Ben Tifour allume sous la barre pour redonner l'avantage aux Aiglons. Un avantage scellé peu après l'heure de jeu par Césari, qui transperce la défense bordelaise à lui tout seul, tout en puissance. Cette fois, les dés sont jetés. Nice défait encore Bordeaux et fait le doublé Coupe-championnat. Aujourd'hui encore, la confrontation est considérée comme l'une des plus belles finales de la compétition. Nul doute que les premiers téléspectateurs d'un match de football se sont régalés devant un tel spectacle.

Par Kevin Charnay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


lundi 21 mai Euro Millions : 45 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti ce mardi Hier à 20:07 Le Header Bin Challenge du fils de Marcelo au Real Madrid (via Facebook SO FOOT)
Hier à 19:05 La saison la plus frustrante d'Europe ? (via Facebook SO FOOT) Hier à 18:05 Les ultras du CS Constantine craquent des milliers de fumis (via Facebook SO FOOT) Hier à 17:56 C'est dans longtemps, la Coupe du monde ? (via Facebook SO FOOT) Hier à 14:33 Famara Diedhiou suspendu pour avoir craché sur un adversaire 21
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Tsugi Olive & Tom
Hier à 13:05 La liste des 23 de la Croatie pour le Mondial 2018 (via Facebook SO FOOT) Hier à 13:03 La liste des 23 de l'Argentine pour la Mondial 2018 (via Facebook SO FOOT) Hier à 13:02 La liste des 23 de l'Espagne pour la Mondial 2018 (via Facebook SO FOOT) Hier à 12:38 L'attaquant anglais Grant Holt se met au catch 10 Hier à 11:00 Huesca promu en Liga pour la première fois de son histoire 14
lundi 21 mai Nainggolan prend sa retraite internationale 98
À lire ensuite
Shinji sur la falaise