Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 11e journée
  3. // Palerme/Udinese
  4. // Retro

Le jour où l'Udinese a humilié Palerme

Le 27 février 2011, l'Udinese était venue s'imposer 7-0 à Palerme. Une victoire historique pour une génération qui est peut-être passée à côté de quelque chose de plus gros encore.

Modififié
Il reste trente minutes de jeu au Stadio Renzo Barbera quand Toto Di Natale s'apprête à tirer un penalty obtenu par Armero quelques secondes plus tôt. L'attaquant napolitain prend parfaitement Sirigu à contre-pied et inscrit le 7e but de sa formation. Ce sera le dernier lors d'une victoire qui a marqué les esprits dans l'histoire récente de la Serie A. C'était la 27e journée de la saison 2010-2011, et l'Udinese, avec une génération de joueurs exceptionnels, déjouait tous les pronostics. Pourtant, la saison frioulane avait très mal démarré, avec quatre revers contre le Genoa, la Juventus, l'Inter et Bologne, suivis d'un nul à peine meilleur contre la Sampdoria. Après cinq matchs, l'Udinese était alors lanterne rouge, et Francesco Guidolin en très mauvaise posture. La patience de la famille Pozzo, à la tête du club, a finalement payé, « Guido » ayant eu le temps de trouver la bonne formule dans ce chantier permanent qu'est le club frioulan.

Le duo Sánchez-Di Natale et la revanche de Guidolin


Cette victoire reste le fruit d'un collectif bien huilé, certes, mais surtout du talent infini de deux joueurs. Alexis Sánchez et Antonio Di Natale ont détruit à eux deux une équipe entière, le premier, auteur d'un quadruplé, jouait en soutien du second, auteur d'un triplé. Certes, l'expulsion prématurée de Bačinovič dès la 40e minute a bien aidé, mais cela serait réducteur d'en faire un élément décisif. Cet après-midi-là, un cocktail explosif s'est abattu sur Palerme : balles à terre, utilisation des côtés, échanges des positions, hyper-mobilité. À 7-0 à l'heure de jeu et à 11 contre 9 (Darmian expulsé sur le penalty), les joueurs de l'Udinese se sont même arrêtés, en se limitant à un tiki-taka tandis que les travées de la Favorita se vidaient. Alors, place à l'éternel débat sur le respect de l'adversaire, faut-il le prendre en pitié ou enfoncer le clou ? On penchera pour la seconde option puisqu'un historique record aurait pu être battu, celui de la plus large victoire à l'extérieur.

Cette déculottée a tout de même fait son entrée dans le panthéon des statistiques : avant cette rencontre, Palerme n'avait jamais perdu par plus de 4 buts d'écart à domicile, que des défaites 4-0, 6-2 ou encore 5-1, notamment contre... l'Udinese six ans plus tôt, avec cette fois Guidolin sur le banc sicilien. Une petite revanche pour l'ancien technicien de Monaco qui s'est fait virer deux fois par Zamparini, même si les rapports entre les deux sont toujours cordiaux. À l'extérieur, seuls le Milan et Padoue ont fait mieux dans l'histoire de la Serie A avec des succès 8-0 respectivement à Venise et au Genoa plus d'un demi-siècle en arrière. D'ailleurs, le 0-5 au bout de 45 minutes de jeu n'était arrivé qu'une seule fois : toujours le Milan AC, cette fois-ci à Naples.

Une équipe qui pouvait remporter le titre ?


L'ère Guidolin à l'Udinese, la seconde par ailleurs, a duré de 2010 à juin dernier, mais elle a sûrement atteint son apogée ce jour-là. L'équipe est alors classée 5e à seulement huit points du Milan AC, le futur champion. Elle atteindra finalement une 4e place finale synonyme de qualification pour les barrages de la Champions League. Toutefois, on se demande si cette équipe ne pouvait pas prétendre à mieux quand on regarde la formation alignée. Dans les buts, Handanović aujourd'hui à l'Inter, en défense Benatia (Roma puis Bayern), Zapata (Villarreal puis Milan) et Domizzi, sur les ailes Isla (Juve puis QPR) et Armero (Napoli, West Ham, Milan), au milieu, Pinzi, Inler (Napoli) et Asamoah (Juventus). Enfin en attaque, Sánchez (Barcelone, Arsenal) et Di Natale. Cuadrado (Fiorentina), lui, cirait le banc. Du très lourd. Une machine qui a été petit à petit démantelée, ramenant dans les caisses pas moins de 140 millions d'euros. Dommage que les intérêts financiers prennent constamment le pas sur les ambitions à Udine, car cette formation aurait peut-être pu lutter pour le Scudetto l'année suivante.


Par ailleurs, la valeur de l'adversaire du jour rend cette rencontre encore plus mémorable. 8e avant le match, Palermo était en course pour une qualification européenne qui arrivera à la fin de la saison grâce à la finale de Coupe d'Italie perdue contre l'Inter. Dans ses rangs à l'époque, les deux futurs Parisiens Sirigu et Pastore, mais aussi des internationaux ou futurs internationaux italiens comme Nocerino, Balzaretti ou Darmian et d'autres joueurs très bien revendus (Iličić et Hernandez). Une rouste fatale pour Delio Rossi qui n'a pas donné sa démission, mais qui a été évidemment viré par Zamparini qui déclara après le match : « Il a détruit Palermo, on a été ridicules, il ne reste que si je vois la Vierge Marie apparaître. J'aurais déjà dû le virer à Noël. » Cosmi prendra la suite, mais connaîtra le même sort un mois plus tard. Son successeur ? Delio Rossi. La Madonna est passée par là...

Vidéo


Par Valentin Pauluzzi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 6 heures Bonus Coupe du Monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 1
il y a 1 heure Un fan égyptien en fauteuil porté dans une Fan Zone il y a 3 heures Sept personnes blessées par un taxi à Moscou 11
Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
il y a 4 heures Le clapping solide des Islandais avant le match face à l'Argentine 6 Podcast Football Recall Épisode 26 : Les Bleus au ralenti, l'Allemagne démarre et un gardien au festival de Cannes Hier à 21:36 Le CSC malheureux d'Etebo 1 Hier à 19:20 Poulsen ouvre le score pour le Danemark 3 Hier à 18:47 Le penalty de Cueva qui s'envole 9 Hier à 16:24 Messi rate son penalty ! 18 Hier à 15:34 Finnbogason relance l'Islande ! 3 Hier à 15:22 Le premier but en Coupe du monde d'Agüero Hier à 15:15 Van Marwijk : « On méritait le nul » 17 Hier à 13:38 Pogba délivre les Bleus 8 Hier à 13:28 La main de Samuel Umtiti et le penalty de Jedinak 4 Hier à 13:12 L'ouverture du score de Griezmann grâce à la VAR 1 Hier à 11:46 Le rap de Benjamin Pavard (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 25 : Les Bleus vus d'Australie, Espagne-Portugal et le Danois daltonien vendredi 15 juin Le but libérateur de Giménez 2 vendredi 15 juin Un couple de Français gays brutalisé en Russie 128 vendredi 15 juin Da Fonseca s'ambiance avec des supporters argentins 6