1. // Rétro
  2. // OM-Montpellier (5-4)
  3. // 22 août 1998

Le jour où l'OM a renversé Montpellier 5-4

Si la légende de l'OM s'est nourrie de multiples exploits européens ou de titres hexagonaux, c'est pourtant un simple Marseille-Montpellier, match de championnat d'une saison de feu bouclée sans titre, qui a constitué le plus fou des scénarios de l'histoire du club.

Modififié
Si l'exercice 1998-1999 est resté comme l'un des plus mémorables de l'histoire de la D1, c'est en partie grâce au mano a mano OM-Bordeaux, qui trouvera son épilogue au Parc des Princes grâce à la botte de Pascal Feindouno, mais aussi grâce au talent d'Okocha, venu claquer le plus beau but du championnat dès la première journée à Lescure, ou de Wiltord terminant pichichi, ou encore de la pléiade de tout frais champions du monde réjouissant encore les stades hexagonaux à l'aube de la diaspora. Mais s'il est un match en particulier qui symbolise à lui seul la magie, le caractère étouffant ou la ferveur autour de cette saison-là, c'est bel et bien cet OM-Montpellier de la troisième journée. « Personne n'a compris ce qui s'est passé ce soir-là, nous les premiers. Déjà, rentrer aux vestiaires à la pause au Vélodrome avec quatre buts d'avance, face à cette équipe, ça relevait de l'impossible. Mais se faire rattraper et devancer en moins de trente minutes, on entrait dans l'irrationnel » , pose d'entrée Jean-Christophe Rouvière, le Montpelliérain de toujours, âgé de vingt-quatre ans au moment des faits.


Thauvin-Sanson, la vie de château

Irrationnel pour les uns, complètement fou pour d'autres, magique pour ceux l'ayant vécu des gradins, les avis diffèrent pour qualifier cet épisode. Seule certitude, les protagonistes de l'époque ont bien du mal à se l'expliquer, même presque quinze ans après. « Je me rappelle qu'après le match, nous étions tous K.O. par ce qui venait d'arriver. Mais je crois que plus que de la déception, c'était de l'incompréhension qui régnait » , témoigne Philippe Delaye, toujours employé au MHSC. « Tu ressors abasourdi de tout ça parce que ça relève un peu du cauchemar, quand même » , rajoute Pascal Fugier. Et Laurent Robert, le grand espoir de l'époque, d'employer grosso modo le même champ lexical : « Bon, j'étais jeune, je débutais à haut niveau. Mais lorsque tu perds de cette manière, même face aux grands noms du football, tu ne comprends rien. » Un sentiment peu ou prou le même qu'on soit du côté des perdants ou des gagnants, Éric Roy se remémorant le caractère surnaturel de la chose : « Quand on a commencé à revenir et que le public nous portait, nous sommes entrés dans une espèce d'euphorie comme tu en connais peu de fois dans ta carrière. Comme si nous ne touchions plus terre en fait. »

Deux équipes de ouf


Pour en rajouter une couche, le casting de l'époque est loin d'être vilain. « J'en ai joué des matchs contre l'OM avec Montpellier. Mais le seul dont je me souviens parfaitement des compos, c'est celui-là. Il n'y avait que des grands noms de chaque côté, des internationaux, etc » , atteste Jean-Christophe Rouvière. D'un côté, l'armada marseillaise, forte des ambitions légitimes et du portefeuille de Robert-Louis Dreyfus, présente Blanc, Pirès, Ravanelli, Maurice, Gallas ou encore Bravo dans son onze de départ, Rolland Courbis se payant même le luxe d'asseoir Christophe Dugarry sur le banc avec Titi Camara ou Andreas Köpke. Côté montpelliérain, le squad de Jean-Louis Gasset a aussi fière allure avec son parfait amalgame d'anciens en défense, Sauzée, Baills, Silvestre ou Fugier en tête, et d'arguments offensifs reconnus ou en passe de l'être, que ce soit avec Gravelaine, Delaye, Robert ou Bakayoko, pas encore en mode serial killer de tourterelles. « Même si l'OM était costaud, nous étions redoutés. Nous avions la meilleure attaque après cinq journées et proposions une qualité de jeu qui était crainte » , soutient d'ailleurs Philippe Delaye, comme pour signaler que le score à l'issue de la première période était tout sauf usurpé.

Ce fut pourtant un grand débat des décortiqueurs de l'époque que de savoir si l'OM était passé à côté de ses quarante-cinq premières minutes ou si ces Héraultais avaient mangé du lion. Un peu des deux sans doute, encore que. « Nous étions arrivés avec beaucoup de confiance, tactiquement très au point et sûrs de nos forces » , renchérit Delaye. Même constat pour Pascal Fugier, pour qui Montpellier avait fait la première mi-temps de rêve : « Chaque fois qu'on attaquait, on marquait. Devant, Laurent et Baka allaient très vite et comme Xavier Gravelaine distillait à tout-va juste derrière eux... » Tellement bien qu'il ne faut que dix-neuf petites minutes à Robert, Sauzée et Bakayoko par deux fois pour plonger Stéphane Porato et sa bande dans un état de mort clinique. « C'était l'horreur. Je devais jouer ce match, mais mon contrat tout juste signé n'avait pas été homologué par la Ligue. Du coup, j'ai regardé ce match des tribunes, en Jean-Bouin. Et alors, plus les buts défilaient pour Montpellier, plus les spectateurs autour de moi me regardaient mauvais » , se marre aujourd'hui Peter Luccin, qui quittera Madrid pour Dallas et son nouveau challenge en MLS d'ici quelques jours.

La patte Courbis


Sur le terrain aussi, Éric Roy se rappelle le bourbier dans lequel il s'est retrouvé : « On n'est pas bons, mais c'est surtout le scénario catastrophe qui nous fait déjouer. Tu en prends un, puis deux, donc tu sens que ça se corse. Et à ce moment-là, tu essayes d'en faire plus individuellement, ce qui nous désorganise. C'est à ce moment précis où on déjoue complètement. D'où le fait qu'on arrive à la pause à 0-4 et complètement démoralisés. » D'autant que de par la configuration du Vélodrome et ce tunnel situé au coin du terrain, les joueurs doivent endurer quelques secondes de plus l'une des plus terribles broncas que le public ait jamais offertes un soir de match. « Mais c'est là que Rolland a été bon » , tempère l'ancien coach des Aiglons, actuellement consultant pour beIN Sport. Pendant que Laurent Robert et consorts s'interrogent tout sourire sur la teneur de leur exploit à venir, coach Courbis remet les siens à flot. « Je suis descendu aux vestiaires et si je me souviens bien, le coach avait un discours hyper positif » , note Luccin, confirmé dans ses propos par Éric Roy : « Rolland nous dit que s'ils avaient marqué quatre fois, on devait pouvoir le faire aussi au vu de nos armes. Et là, on se regarde avec les mecs et on se demande tous ce qu'il vient de fumer. N'empêche qu'inconsciemment, on le garde en tête. »

Pourtant, au retour des vestiaires, il ne se passe rien dans le premier quart d'heure. Rien ou presque, Jean-Christophe Rouvière ayant lui le souvenir d'une assistance vidée de plusieurs milliers de supporters pleins de honte ou de colère, se prêtant au chambrage et lançant des « olés » de circonstance à chaque passe des visiteurs. Arrivent l'heure de jeu et le tournant du match. L'entrée de Dugarry ? Que nenni, plutôt le duel raté de Pascal Fugier. « Je suis parti à la limite du hors-jeu pour aller disputer le duel avec Porato. Mais il touche légèrement mon ballon et le détourne du cadre » , raconte l'intéressé. « Si je pouvais changer une chose dans ce match ? Ça serait évidemment que mon ami Pascal ne la rate pas, celle-là » , se marre aujourd'hui Philippe Delaye. Une poignée de secondes plus tard, le troisième champion du monde du groupe phocéen entre sur le pré. Et l'ami Fugier de penser que c'est bel et bien cet épisode qui change la donne : « Tactiquement, les entrées de Titi Camara et Dugarry nous font mal. Elles nous perturbent et, dès lors, on recule. » « Dans le jeu, l'OM n'était pas plus fort. Mais derrière, sur les coups de pied arrêtés et avec leur taille, ils nous font mal » , se rappelle Laurent Robert.

Le 12e homme, le vrai


C'est pourtant par le jeu que Marseille entame sa « remuntada » . Sur son premier ballon, Duga dépose un caviar sur la tête de Maurice et commence son argumentaire intitulé : « Voilà pourquoi tu dois me mettre titulaire, coach ! » Un doublé de la tête du Bordelais plus tard et l'OM a refait les trois quarts de son retard en dix minutes. « Derrière, tu ne fais que subir. Cette impression de rouleau compresseur qu'avait cette équipe à l'époque, c'est marrant, mais ça me fait penser au Barça actuel. Non pas par le style, mais par leur potentiel offensif. Dès qu'ils mettaient un but, tu pouvais être sûr qu'ils allaient enchaîner derrière » , compare Pascal Fugier. D'autant que le glacial Vélodrome est devenu entre-temps un Vésuve qui pète le feu. « C'est aussi un peu le public qui nous a poussés au fond des filets. Un vrai douzième homme, puissant comme pouvait l'être ce stade à cette période » , se souvient Rouvière. Philippe Delaye ne dit pas autre chose d'ailleurs : « Cette atmosphère... C'est là que j'ai senti à quel point l'expression "douzième homme" prenait tout son sens. On sentait que le match nous échappait à ce moment-là. » Ce même sentiment qui a permis à Éric Roy de voir le but de l'égalisation avant qu'il ne finisse façon Laurent Blanc face au Paraguay en huitièmes de finale : « Quand Robert Pirès sert Fabrizio Ravanelli, je sais qu'il va me la dévier de la tête et que j'ai marqué avant même de faire le geste. Cette action, je l'ai déjà vue, toujours dans cette euphorie particulière. Et derrière, avec le soutien des supporters, tu sais que tu vas aller chercher le cinquième. »

Vidéo

Ce qui se passe dans le temps additionnel grâce à Laurent Blanc sur penalty, après que Serredszum a accroché son ancien pote messin Pirès dans la surface. Rolland Courbis peut alors savourer une victoire qu'il avait pronostiquée pour rire à la mi-temps, en croisant Michel Mézy et Loulou Nicollin. Un Loulou beau joueur, venu féliciter les Olympiens dans leur vestiaire au terme de la rencontre. Comme pour rajouter à l'unicité du scénario, qui fera la Une des J.T. et même un peu plus comme l'atteste Rouvière : « Bon, j'aime bien en rajouter, mais pour schématiser, tu pouvais limite voir les buts chez Drucker à la télé. » Le signe de l'extravagance de cette partie, qui garde une place particulière dans la mémoire de tous les protagonistes. « Quand je reviens sur Marseille, tu peux être sûr que j'en parle avec mes amis » , s'amuse Luccin. Et Rouvière le joyeux drille de trouver la formule juste pour justifier de l'énormité de cette soirée : « J'ai joué quelques matchs au niveau professionnel (450, ndlr), mais pourtant, c'est bien le seul pour lequel on m'appelle chaque année. »



Par Arnaud Clément
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article

Y avait pas déjà eu un article de ce genre y a quelques années sur So foot ?
zinczinc78 Niveau : CFA
Note : 2
Tu sais ce que ça coûte d'écrire un nouvel article ??
Ce commentaire a été modifié.
Thouvenel Ballon d'Or Niveau : National
Note : 2
C'est comme le top10 des matchs des Girondins, ils vont pouvoir le recycler pendant quelques années avant de devoir le mettre à jour :(
Ah-ah, d'où la phrase incompréhensible sur Luccin que l'auteur n'a pas pensé à retirer !
Note : 1
Mais si, ca recycle comme yahoo news qui tous les 6 mois.. "on a retrouvé Corbier"
5 réponses à ce commentaire.
zinczinc78 Niveau : CFA
La fameuse valise à Nanard, avant MPG..
Mon premier match au Velodrome... Quel souvenir... J'avais 12 ans... Mon vrai premier frisson devant un match de foot... J'ai pas vraiment tout compris. Je me souviens plus quel virage lache Tonton David.. Puis cette ambiance a chaque but... Et apres le peno.. J'en ai encore des etoiles dans les yeux!
RAGNAGNALDO Niveau : CFA2
Tu as dû leur porter bonheur, mais du coup, tu n'es pas retourné au stade depuis longtemps non ?
Si j'y suis retourne plus d'une fois maintenant j'habite trop loin donc j'y retourne quand je peux mais c'etait plus pour signifier le truc enorme que ca avait ete pour moi la premiere fois au Velodrome!
Mais j'ai toujours eu l'impression sur ce match que les marseillais y ont toujours cru. Pas forcement de sifflés, pas de dersertion à la mi-temps, et le stade bouillant dès le 1-4. Je me rappelle encore du résumé telefoot de 10 min de pascal praud à l'epoque ou telefoot etait encore telefoot...
lev_yachine Niveau : CFA2
Pas de sifflets pas de sifflets, t'es léger quand même ! à la mi temps ils ont pas mal pris quand même
4 réponses à ce commentaire.
Au lieu de repomper un article sur Marseille-Montpellier, vous auriez pu nous écrire les notes du match contre Lyon...
Note : 1
Le "serial killer de tourterelles" m'a bien fait marrer...

Quelle belle équipe avait l'OM à cette époque... J'ai maudit cette année sans titre de l'OM !
Note : 4
Merci pour l'article et pour la date du match, car pour moi, c'est CE match qui m'a fait vaciller pour l'OM. Depuis le 22 Août 1998, merci pour la date, car maintenant je connais la date d'anniversaire de ma passion pour l'OM.

Magnéto Serge, on rembobine. Cet été là, je suis devenu fan de foot pendant la Coupe du Monde, et ouais, génération FOOTIX ! J'ai décidé d'aimer le foot, mais je n'avais pas encore d'équipe à soutenir et comme dans ma famille, personne n'est fou de foot, je n'ai aucunes références. Sauf peut-être l'équipe du RC Lens et Tony Vairelles, que j'ai vu dans Fort-Boyard pendant l'été...

Vient alors ce fameux 22 Août, le soir en zappant, je tombe sur Soir 3 qui annonce qu'un match spectaculaire au scénario hallucinant vient de se terminer et envoie les images. Je découvre donc le résumé et les images et tombe sous le charme de cette équipe renversante et ce public bouillant. C'est décidé, j'ai 11 ans et je serai pour l'OM !

Ce jour représente l'un des tournants de ma vie, car la passion du foot et de l'OM m'a toujours suivi depuis et j'ai grandi en m'en nourrissant. Tout cela a contribué d'une façon à m'équilibrer, tout ça pour un simple match de Football à la base, c'est dingue...

Voilà, c'était ma séquence nostalgie, Madeleine de Proust et divan du psy, ça fait du bien. Pourquoi avoir raconté tout ça ? Car la passion c'est encore mieux quand on la partage.
Putain mais t'as la même histoire que moi avec l'om c'est fou : le début de la passion du foot avec la coupe du monde, les parents qui s'en branlent, et ce match de dingue sauf que moi je l'avais écouté à la radio. C'était de la folie. Merci à ce match!! Bon j'aimais qd même la ville de marseille à l époque.
1 réponse à ce commentaire.
J'y étais aussi avec mon père qui m'avait proposé de partir à la mi-temps pour éviter les bouchons, heureusement qu'on allait trop rarement au stade pour que je dise oui.
rachidi91
pr info le maillot de titi camara correspond à la saison 97-98
om montpellier 5-4 c la saison 98-99!
Titi Camara avait une sorte de hype, il avait eu son article de 2 pages dans Picsou magazine qui le présentait comme le génie venu du confin de l'au delà
1 réponse à ce commentaire.
Ah ce match! On a tous vécu un moment particulier ce jour-là. J avais 18 ans, on était en vacances au Tréport (Ah cette plage de galets...Jolie ville) chez l oncle de mon poto. Trois fadas de l'OM !! On suivait difficilement ce fameux match à la radio, à l époque c était le multiplex d Europe 1 avec le cher Eugène Saccomano ( Onnnn refait le matchhhhh, la référence à l époque avant l After foot RMC).
Quelle calvaire cette 1ere mi temps!! Chaque intervention buuuttt pour Montpellier !! Une de ces souffrances ! On était tellement en colère qu on a rageusement éteint la radio. Complètement abattus et dépités, on est parti se "ballader" avec Rufo,le chien du Tonton de mon poto. On traîne jusqu'à assez tard,pas de smartphones, internet et tout le tintamarre comme maintenant.
On rentre un peu calmé mais la tête basse.
On allume la télé pour voir l émission "Formule Foot" (Le "jour de foot" de TF1 à l époque ,mais à partir de minuit je crois) mais c est la fin on arrive au tableau des résultats et là on en croit pas nos yeux: 5-4!!!! Comme dans un rêve !!! Et voilà que ça crie, ça danse sur place, ça exulte comme c est pas possible. Euphorie collective. Impatience élevée de voir les images le lendemain à Téléfoot. On a eu du mal à dormir ce soir là tellement on était pressé de savoir comment c était arrivé....
C'est l'époque sport o'fm , la radio avec les premiers multiplex digne de ce nom.

Avec des mecs qui commentent dans les stades dont j'entends encore les noms aujourd'hui.
1 réponse à ce commentaire.
Tu vois encore bien le coté veste reversible de ce fabuleux, que dis je exceptionnel public marseillais.
Insultes à la mi temps, ça se moque de son équipe. Et 3à mn plus tard ça embrasse le fanion en furie.
Telefoot avait même foutu la pub à la mi-temps.. et Rolland qui annonce la remuntada à Loulou en sortant du vestiaire
Il y a UN joueur qui rentre et qui change le cours du match.
vendredi 18 août 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM Hier à 20:54 L'hommage du Camp Nou aux victimes de l'attentat 1 mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1
Hier à 19:06 Kembo Ekoko à Bursaspor Hier à 18:17 La bastos de Marcos Alonso 3 Hier à 16:53 Il foire sa panenka à la 96e minute 21 Hier à 13:45 La grosse mine de Bruno Fernandes avec le Sporting 4 Hier à 12:40 Müller se blesse pour sept mois en célébrant son but 54
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 11:46 Alec Georgen régale sous les yeux d'Emery 6 Hier à 11:19 Les pieds en l'air pour fêter le but de Jesé 8 Hier à 10:18 La demi-volée de Gignac 10 Hier à 09:01 Suspendu, Kaká regarde un match avec ses supporters 6 samedi 19 août Le bonbon de Malcom 12 samedi 19 août Le lob fou de Fekir 32
samedi 19 août Le cadeau de Cissé à l'un de ses coéquipiers 10 samedi 19 août Les ultras allemands répondent à la DFB 14 samedi 19 août Trezeguet bouscule Beşiktaş 23 vendredi 18 août Nantes, la mascotte et le plagiat 26 vendredi 18 août Brian Fernández arrive à Metz 9 jeudi 17 août Valdés lance sa société de production 8 jeudi 17 août Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 15 mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 34 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 54 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2