1. //
  2. //
  3. // Lille-Lyon

Le jour où l'OL aurait faussé le championnat

Il y a dix ans, l'OL était le leader incontestable du championnat. Pourtant, à la surprise du reste de la Ligue 1, cet Olympique-là subit une lourde défaite contre Lille. Les autres clubs crient alors au loup, et au truquage dans la course au podium.

Modififié
84 6
« Quand il aligne une équipe bidon face à Lille, le PSG fausse le championnat et il faut savoir l'exprimer. » Jean-Michel Aulas est furax en ce 15 février 2016. Le leader du championnat, sans concurrence digne de ce nom, vient de céder un modeste 0-0 dans son Parc contre Lille. La pilule ne passe pas pour le président des Gones, qui soupçonne Paris d'avoir fait jouer une équipe plus faible que ce qu'elle pourrait proposer – avec un match de Ligue des champions important à venir trois jours plus tard. Pourtant, l'homme fort de l'OL a la mémoire courte : il y a 10 ans, c'était son équipe qui était accusée des mêmes maux par les équipes concurrentes du LOSC. À l'époque, on joue la 37e journée, l'OL est large champion de France pour la 5e fois consécutive et prend une raclée 4-0 à Villeneuve-d'Ascq. Récit d'un match déjoué.

Furia à Villeneuve-d'Ascq


Dans les mémoires lilloises, ce match n'a pas été marquant, semble-t-il. « Je n'en ai pas de souvenirs particuliers » , avoue Jean-Marie Dhaussy, proche suiveur du club depuis 1997. Pourtant, sur le papier, il s'agit peut-être du meilleur match de la part de la bête noire de l'OL époque domination totale. Des années plus tard, Stéphane Dumont confirme sur le site du LOSC que l'écart n'est pas anecdotique. « Même avec le titre en poche, les Lyonnais n’avaient pas habitude de prendre 4-0. » C'est un OL qui vient de battre un record – avec 81 points déjà, à la suite de la branlée 4-0 infligée aux Stéphanois. Et s'il n'y participe pas directement, Dumont se souvient parfaitement d'un « festival offensif et une prestation époustouflante » . C'est Dernis qui allume la mèche en première mi-temps, Peter Odemwingie profite des largesses défensives et de sa vitesse pour alourdir le score en deuxième, en bénéficiant d'un Vercoutre peu inspiré. Puis Makoun achève les débats. Claude Puel, sur le banc des Nordistes, savoure : « C'est un très gros match de la part de mes joueurs aussi bien dans le secteur défensif que dans l'animation offensive. » Lille récupère la troisième place et peut « jouer [son] destin à Rennes » , comme le dit Stéphane Dumont.

Fureur à Lens et Marseille


Car oui, si ce résultat ne change rien à la mainmise lyonnaise (qui conclura sa saison par un 8-0 à la maison contre le MUC 72) sur le championnat, il a une incidence au classement. La lutte pour la troisième place est féroce cette saison-là. Les prétendants sont nombreux, aux côtés du LOSC. Lens, Marseille, Rennes et même Auxerre se tiennent en une poignée de points. Philippe Violeau se souvient parfaitement du beau parcours de son AJA d'alors. « À Auxerre, on fait une super première partie de saison. Ensuite, il y a un conflit qui s'installe entre les entraîneurs et le club. Ils ne se sentaient pas suivis dans l'ambition qu'ils avaient pour ce club. De l'intérieur, la fin de saison a été difficile. La course était en quelque sorte perdue d'avance pour nous. » Après le multiplex du 6 mai, la course est finie. L'écart est porté à six points. « Pour autant, on n'avait rien à envier aux autres clubs concurrents » , et l'espoir d'accrocher le podium est resté presque jusqu'au bout. Or, il y a ce dernier match, où Gérard Houllier a fait le choix de se passer de nombreux titulaires habituels – en premier lieu Grégory Coupet, en pleine lutte pour le poste de numéro 1 en équipe de France au mondial 2006. Exit surtout Cris, Juninho, Caçapa et Thiago, soit la colonne vertébrale du champion de France. « Aulas, influencé par Jérôme Seydoux, était condescendant vis-à-vis du LOSC, petite équipe méritante, sans stade. Et en contrepartie, il estimait être prioritaire pour les recrutements » , juge Jean-Marie Dhaussy. Une explication comme une autre pour ce surprenant turnover.


« Vous ne voulez pas que je pleure ? »


Mais dans les autres clubs, c'est l'indignation qui domine. Car avec cette équipe A', l'OL fournit une prestation bien en deçà des habitudes. Gervais Martel, président du RC Lens, fulmine dans les médias. L'OM crie au complot dans le duel des Olympiques. Sur fond de double rivalité, la rencontre alimente la machine à scandales. Houllier s'en défend à l'époque : « J'ai aligné de nombreux internationaux. Ce n'était quand même pas l'équipe de CFA de Marseille. Avec l'équipe type, j'aurais peut-être perdu plus largement. Vous ne voulez pas que je pleure parce que Lille nous a battus. » Si Houllier ne pleure pas, les autres clubs, eux, peuvent l'avoir mauvaise. Violeau se remémore la réaction de son vestiaire. « Avec Santini et Cuperly, qui sont tous deux d'anciens Lyonnais également, on avait forcément quelques doutes sur ce résultat. On s'est dit que Lyon avait lâché le match. Mais c'était plutôt lié – je pense – à la décompression après le titre de champion. Ce n'était pas dans une volonté de nuire. On peut lever le pied sur un match, mais pas aussi intentionnellement. Je n'imagine pas l'entraîneur dire : "On lève le pied les gars ce soir." » Au contraire, Violeau comprend les choix opérés. « Je conçois qu'on fasse tourner pour faire participer tout le monde à la fête. » Et à ce petit jeu, le match a au moins prouvé une chose : les remplaçants lyonnais (comme Monsoreau, Clément et Pedretti) n'étaient tout simplement pas au niveau.

Par Côme Tessier
Modifié

Dans cet article

Note : 1
C'est dommage que l'article ne précise pas que durant cette fameuse 37ème journée, Lens et surtout l'OM n'ont pas gagné leur match (match nul pour les 2).

Autant Les lensois avait un déplacement difficile au Mans (qui était difficile à manœuvrer) autant l'OM avait été incapable de battre Strasbourg (futur relégué) à Domicile et si je dis pas de conneries Ribéry rate le péno du 3-2.

Et ce que ne précise pas l'article également c'est que le LOSC de puel (ainsi que le stade rennais au passage) était à l'époque la bête noire de l'OL ... Bordel même avant de venir à Lyon Il nous les aura bien cassé les burnes l'ami Claude :-).

Mais au delà de ça, il est effectivement légitime de penser que le championnat a pu être faussé à ce moment là
Comme il le sera également légitime de le penser quand Paris aura remporté le titre et fera largement tourné afin de pouvoir préparer au mieux les échéances futures (coupe d'Europe si qualif contre Chelsea) ... mais en même temps ça a toujours fonctionner comme ça et c'est pas près de changer.
Non mais franchement, cette blague!
J'ai toujours trouvé ridicule ces polémiques accompagnant les derniers matchs de poules ou de championnat où ceux qui n'ont plus rien à jouer se relache un peu.
Quoi de plus normal et logique?

Sinon, on peut faire comme les Brésil avait fait il y a quelques années: mettre tout les derby lors de la dernière journée pour être sûr que personne ne fera de calcul.
Dani de Melo Niveau : CFA2
Note : 1
« Quand il aligne une équipe bidonne face à Lille, le PSG fausse le championnat et il faut savoir l'exprimer. »

Il est vraiment fort ce gars : Marquinhos, cavani, matuidi et surtout : Di Maria et pastore!

C'est vraiment moins bien que Umtiti, lacazette, tolisso, valbuena et grenier ? Elle est "bidonne" ton équipe, Jean Michel?
Note : 1
j'ai surtout du mal à comprendre en quoi le championnat à été faussé par cette équipe si bidonne ? La course au ventre mou du championnat ?
Parce que c'est clairement ce que joue le losc cette saison tandis que l ol joue la 2ème..
Puis un match nul ça fausse pas tellement un classement final, c'est pas comme si on s était pris un 6 0 à dom contre le 3ème.
bref hormis lancer une petite pique gratis j'ai du mal à comprendre l intervention de l ami aulas.
j'ai pas de compo en tête mais j'imagine que le Lyon qui jouait un quart ou une demi de ldc faisait également tourner à 3 jours d'un match si important.
Et puis un club ne pense qu'à lui même, s'il a assuré sa victoire finale en championnat, libre à lui d'aligner une équipe pourrie pour se concentrer sur ses autres objectifs.
God bless Lana Del Rey Niveau : Loisir
Note : -1
C'est quoi ce délire de ramener le QSG sur chaque article ? On s'en branle on parle Ligue 1 des années 2000 là ! Ca fleure bon les coups francs de Juni, le bordel à l'OM, Lille qui emmerdait tout le monde et Nantes en D2 et surtout Auxerre^^ Nous ramenez pas le foot aseptisé du QSG beeerk
Message posté par God bless Lana Del Rey
C'est quoi ce délire de ramener le QSG sur chaque article ? On s'en branle on parle Ligue 1 des années 2000 là ! Ca fleure bon les coups francs de Juni, le bordel à l'OM, Lille qui emmerdait tout le monde et Nantes en D2 et surtout Auxerre^^ Nous ramenez pas le foot aseptisé du QSG beeerk


“le bordel à l'OM” donc c'est toujours les années 2000 là bas ?

Sinon on gagne pas souvent à Lille puis la gestion d'un groupe fait que parfois on peut laisser des points en route comme Paris qui va surement en laisser d'ici la fin du championnat ou l'OL lorsqu'il était champion 5 ou 6 journée avant la fin, c'est le jeu, il faut donner du temps de jeu à ce qui on passé la saison sur le banc et reposé les cadres, personnellement je ne trouves pas que ça mérites de polémiquer

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
84 6