1. // En route vers l'Euro
  2. // Top 100 France
  3. // n°5

Le jour où l'Espagne a découvert Raymond Kopa

Le 17 mars 1955, l'équipe de France allait défier la sélection espagnole à Madrid pour un match qui n'avait d'amical que le nom. Ce jour-là, Raymond Kopa a séduit les deux pas : la France et l'Espagne.

Modififié

« Cet après-midi, j'ai vu l'un des plus grands joueurs de tous les temps. Il s'appelle Kopa. » Le moins que l'on puisse dire, c'est que les mots de Desmond Hackett sont élogieux. Le 17 mars 1955, le journaliste britannique du Daily Mail a assisté à un match amical en l'Espagne et la France. Le match a eu lieu à Madrid, au stade Chamartin, devant
125 000 spectateurs. Et il faut dire que Raymond Kopa, attaquant du Stade de Reims, a éclaboussé la rencontre de tout son talent. Le Français d'origine polonaise s'est servi de son petit gabarit (1m68) tout le match pour faire perdre la tête aux Espagnols. Les dribbles, les passes, les frappes, tout a fonctionné. Impressionné comme jamais, Desmond Hackett lui donne un nouveau surnom, repris par tous : le « Napoléon du football » .

L'impossible victoire


Comme souvent, c'est dans l'adversité que les grands joueurs se révèlent. Sur les huit premiers derbys des Pyrénées de l'histoire, les Français ont été défaits sept fois, dont quelques branlées (deux fois 4-0, une fois 8-0 et une fois 5-1). Et en 1955, la sélection espagnole, composée en majeure partie des joueurs du futur grand Real Madrid, est encore une fois largement favorite. En face, l'équipe de France est en reconstruction. Après une Coupe du monde 1954 complètement ratée, Albert Batteux est nommé sélectionneur, en parallèle de son boulot de coach au Stade de Reims. Cette confrontation face à l'Espagne est d'ailleurs son premier match. Le jour de la rencontre, l'ancien sélectionneur Gabriel Hanot écrit dans les colonnes de L'Équipe « qu'une défaite par quatre buts d'écart serait normale et qu'une victoire est impossible » . La confiance règne…


Le début de match va dans le sens du pessimisme de Gabriel Hanot. Dès la 11e minute de jeu, Piru Gaínza ouvre le score pour l'Espagne. La France manque de créativité et d'inspiration dans le domaine offensif. Jusqu'à ce que Albert Batteux repositionne Raymond Kopa. Exilé sur le côté droit, le joueur du Stade de Reims change de poste et se place dans l'axe. Il prend alors le jeu à son compte, en véritable meneur. Les effets de ce changement tactique se font tout de suite ressentir. Peu avant la demi-heure de jeu, Kopa égalise sur un service d'Abderrahman Mahjoub. Quelques minutes plus tard, il double la mise sur un centre Jean Vincent, cette fois-ci. Mais le but est refusé pour un hors-jeu inexistant. Vincent avait passé en retrait depuis la ligne de sortie de but. Peu importe, les feintes, les accélérations et la vision du jeu de Kopa ont renversé la vapeur.

J'me présente, je m'appelle Raymond


Au retour des vestiaires, les Français continuent sur leur lancée. Sur une énième percée de Kopa, Glocacki est lancé dans la profondeur et centre pour Vincent qui marque enfin le but du 2-1. En toute fin de match, la France aurait même pu bénéficier d'un penalty pour une faute sur Mahjoub. Pas grave, la victoire est tout de même assurée.
« Sensationnelle et incontestable victoire d'une magnifique équipe de France » , titre L'Équipe au lendemain du match. Ce succès retentissant pose les bases d'un groupe. Le groupe qui signera le premier exploit de l'équipe de France. Le groupe qui ira conquérir la troisième place de la Coupe du monde 1958. « La Suède a commencé là » , déclare d'ailleurs Albert Batteux. Mais surtout, grâce à ce match, Kopa vient de se faire connaître aux yeux du public espagnol.


« Je pense que ça a été le meilleur match de ma carrière en équipe de
France
 » , confiera plus tard, la première superstar du football français. Un match incroyable, à tel point que le grand Real Madrid commence à s'intéresser à lui. À partir de cette rencontre, Kopa est régulièrement observé par le club madrilène. Il faudra une finale de la première Coupe d'Europe face au Stade de Reims, moins d'un an plus tard, pour décider les dirigeants espagnols. Il rejoint alors Di Stéfano et Gento pour former l'une des équipes les plus dominatrices de tous les temps, et remporter trois Coupes d'Europe de plus. Desmond Hackett ne s'était pas trompé. Le 17 mars 1955, il venait bien de voir « l'un des plus grands joueurs de tous les temps » .

Par Kevin Charnay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

leopold-saroyan Niveau : Ligue 1
Merci pour ce chouette article fort bien troussé.
Note : 1
C'est quand même impressionnant le nombre de personnes qui allaient déjà au stade à cette époque, j'hallucine toujours autant en voyant des photos d'epoque.
Bon article... mais le 17 mars 2016, b****l, c'est aussi les 40 ans du légendaire quart de C1 retour des Verts contre le Dynamo Kiev ! Et pas une ligne sur So Foot...
Michel Drucker Niveau : DHR
Ces articles sur les temps ancien du football me font toujours autant rêver.
De plus les remarques des journalistes présent à l'époque sont souvent des plus bien senties et toujours tournées avec un phrasé tout particulier qui donne énormément de charme à ces époques.
Message posté par Michel Drucker
Ces articles sur les temps ancien du football me font toujours autant rêver.
De plus les remarques des journalistes présent à l'époque sont souvent des plus bien senties et toujours tournées avec un phrasé tout particulier qui donne énormément de charme à ces époques.


Je suis d'accord. "Le Napoléon du football", ça claque vraiment, comme surnom, c'est autre chose que "Platoche" ou "Zizou".
Et oui..

Stades archi-combles, et déjà gigantesques bien souvent.. Scores-fleuves, esprit globalement bon-enfant malgré jeu dur, créativité et ludisme.. On en parle comme de "l'âge d'or", ça ne me paraît point usurpé - surtout pas à juger de ce qui a suivi et fait depuis autorité..

La couverture médiatique était d'un tout autre tonneau aussi.. Certaines dérives déjà, certes..mais le jeu restait premier dans l'esprit de la plupart des plumitifs de l'époque, il est vrai qu'alors il se suffisait largement à lui-même..
Message posté par Two-Face
C'est quand même impressionnant le nombre de personnes qui allaient déjà au stade à cette époque, j'hallucine toujours autant en voyant des photos d'epoque.


Ah mais bien plus qu'aujourd'hui!
Les stades n'étaient pas "bridés" pour raison de sécurité comme maintenant et les matchs ne passaient pas à la télé. Les spectateurs s'entassaient littéralement.
120 000 pour la finale de C1 du Real à domicile en 1957.
Des records à 130 - 150 000 pour les affiches au Hampden Park de Glasgow toujours à l'époque (dans un stade qui en contient à peine la moitié aujourd'hui).
Plus récemment y'a que l'Estadio da Luz qui continué à atteindre des chiffres pareils (le fameux Benfica / OM de 90 et la finale des coupe du monde U20 avec le Portugal). Stade là encore "castré" sur l'autel des normes de sécurité modernes.
Message posté par Ubriacone
Ah mais bien plus qu'aujourd'hui!
Les stades n'étaient pas "bridés" pour raison de sécurité comme maintenant et les matchs ne passaient pas à la télé. Les spectateurs s'entassaient littéralement.
120 000 pour la finale de C1 du Real à domicile en 1957.
Des records à 130 - 150 000 pour les affiches au Hampden Park de Glasgow toujours à l'époque (dans un stade qui en contient à peine la moitié aujourd'hui).
Plus récemment y'a que l'Estadio da Luz qui continué à atteindre des chiffres pareils (le fameux Benfica / OM de 90 et la finale des coupe du monde U20 avec le Portugal). Stade là encore "castré" sur l'autel des normes de sécurité modernes.


En plus des conneries de quotas de place VIP.
La pire castration reste celle scandaleuse du Maracanã, ils ont défiguré ce stade mythique
Message posté par Ubriacone
Ah mais bien plus qu'aujourd'hui!
Les stades n'étaient pas "bridés" pour raison de sécurité comme maintenant et les matchs ne passaient pas à la télé. Les spectateurs s'entassaient littéralement.
120 000 pour la finale de C1 du Real à domicile en 1957.
Des records à 130 - 150 000 pour les affiches au Hampden Park de Glasgow toujours à l'époque (dans un stade qui en contient à peine la moitié aujourd'hui).
Plus récemment y'a que l'Estadio da Luz qui continué à atteindre des chiffres pareils (le fameux Benfica / OM de 90 et la finale des coupe du monde U20 avec le Portugal). Stade là encore "castré" sur l'autel des normes de sécurité modernes.


Bon 90% des records européens d'affluence remontent à ces années..et je serais tenté d'en dire
autant, nonobstant de solides légendes urbaines, du patrimoine technique, tactique et culturel du jeu..

La dénaturation du Maracana est plus qu'architecturale, le mal délibérément causé fut plus profond, et irréparable je le crains..
Kopazewski, aka Raymond Kopa, est la première star du soccer dont j'ai entendu parler... Le Stade de Reims (Fontaine, Vincent, Piantoni, Jonquet,...)... le jeu n'était ni physique, ni dur... des noyaux réduits... un seul ou pas de remplacement autorisé... On était jeunes, on était beaux, on sentait bon le sable chaud..
Le jeu pas dur? C'est peut-être une question d'acception du mot, mais..

Je visionnais dernièrement encore des vidéos des années 1950, Coupe du monde 1954 notamment.. On crierait aujourd'hui à l'attentat pour bien moins que ce qu'on y voit, abondamment et souvent pas même sifflé.. J'use du mot "dur" à dessein, je réserverais celui de "violent" pour les décennies suivantes, même si certaines brutalités vues en 1954, et délibérées, sont entrées dans les livres d'Histoire.

Au passage et puisque c'était toi, il me semble : bien vu pour les quatre-vingt et autre quatre-vingt-dix, et..
Les changements n'était pas autorisés mais le jeu était dur.
Et cette équipe allait l'apprendre à ses dépens au mondial 1958. Jonquet se fait casser la jambe lors de la demi-finale face au Brésil avant la mi-temps alors que la France tient le nul. Dans l'impossibilité d'être remplacé, il restera faire plancton après plusieurs piqures pour supporter la douleur. Derrière Pelé plante son triplé et entre dans la légende. L'histoire parfois, à quoi ça tient!
Et le mondial suivant 1962, est considéré comme le plus violent de l'histoire. Cette fois c'est Pelé qui en fera les frais.
Et en 1966 rebelote. C'est pour en finir que le carton rouge a été inventé juste après.
Le match le plus violent que j'ai visionné sur images d'archives, c'est Italie / Espagne en 1934 avec un arbitre ne sifflant aucune faute italienne (le mondial 34 est le pendant mussolinien des JO de Berlin en 36). Match nul après prolongations et match d'appui le lendemain. 8 des 11 espagnols ont été remplacés tellement ils étaient amochés de la veille.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Quand on pense que Batteux coachait encore le Stade de Reims en parallèle de son poste de sélectionneur...
Quand on pense aussi qu'il est à l'origine de deux des plus belles épopées du football français (c'est lui qui prépare l'avènement du grand Sainté d'Herbin).
Quand on pense qu'il est le premier sélectionneur à placer la France sur le podium d'un mondial (avec en outre le titre de meilleur joueur pour Kopa et meilleur buteur pour Fontaine).

Quel sacré bonhomme.
Message posté par Ubriacone
Et le mondial suivant 1962, est considéré comme le plus violent de l'histoire. Cette fois c'est Pelé qui en fera les frais.
Et en 1966 rebelote. C'est pour en finir que le carton rouge a été inventé juste après.
Le match le plus violent que j'ai visionné sur images d'archives, c'est Italie / Espagne en 1934 avec un arbitre ne sifflant aucune faute italienne (le mondial 34 est le pendant mussolinien des JO de Berlin en 36). Match nul après prolongations et match d'appui le lendemain. 8 des 11 espagnols ont été remplacés tellement ils étaient amochés de la veille.


Années 1960 puis 1970, je crois quand même qu'on entre dans une autre dimension, violence exponentielle - à mesure des enjeux? - pour ne pas dire ultraviolence bien souvent, que de batailles rangées pour ces années-là, que de contrats aussi.. Mais je ne suis peut-être pas tout-à-fait objectif, je partage peu de l'attrait qu'ont beaucoup pour ces décennies-là..

Peut-être que Wallotexas reviendra préciser ses vues, je le souhaite mais à bien des égards on a fait au football des années 1950 une telle réputation de rusticité et d'archaïsme, dont parfois en lui prêtant une brutalité qu'il n'avait pas vraiment.. A l'aune du football qui a suivi, je peux par ailleurs d'autant plus comprendre son point de vue, mais..?
Chers frères en soccer... OK, vous en savez plus que moi qui voyait celà de très loin... J'avais l'impression que le premier long couteau était un certain Stiles en 1966...
Procastin Niveau : DHR
Message posté par Two-Face
C'est quand même impressionnant le nombre de personnes qui allaient déjà au stade à cette époque, j'hallucine toujours autant en voyant des photos d'epoque.


Mes +1 ne marchent plus depuis 3 mois mais j'ai aussi halluciné en voyant la photo
Procastin Niveau : DHR
Message posté par Ubriacone
Ah mais bien plus qu'aujourd'hui!
Les stades n'étaient pas "bridés" pour raison de sécurité comme maintenant et les matchs ne passaient pas à la télé. Les spectateurs s'entassaient littéralement.
120 000 pour la finale de C1 du Real à domicile en 1957.
Des records à 130 - 150 000 pour les affiches au Hampden Park de Glasgow toujours à l'époque (dans un stade qui en contient à peine la moitié aujourd'hui).
Plus récemment y'a que l'Estadio da Luz qui continué à atteindre des chiffres pareils (le fameux Benfica / OM de 90 et la finale des coupe du monde U20 avec le Portugal). Stade là encore "castré" sur l'autel des normes de sécurité modernes.


Putain j'imagine 130.000 personnes énervées et ivres (pas d'interdiction d'acool je présume) qui hurlent en même temps sur un tacle trop appuyé.
ça devait le faire niveau ambiance
Il y a une erreur dans l'article.
Kopa a déjà signé au Real quand la finale de C1 1956 a lieu (deux mois avant). Ce n'est pas cette finale qui a "décidé les dirigeants espagnols", surtout que Kopa était blessé pour ce match et n'avait pas été très bon.
Message posté par Ubriacone
Ah mais bien plus qu'aujourd'hui!
Les stades n'étaient pas "bridés" pour raison de sécurité comme maintenant et les matchs ne passaient pas à la télé. Les spectateurs s'entassaient littéralement.
120 000 pour la finale de C1 du Real à domicile en 1957.
Des records à 130 - 150 000 pour les affiches au Hampden Park de Glasgow toujours à l'époque (dans un stade qui en contient à peine la moitié aujourd'hui).
Plus récemment y'a que l'Estadio da Luz qui continué à atteindre des chiffres pareils (le fameux Benfica / OM de 90 et la finale des coupe du monde U20 avec le Portugal). Stade là encore "castré" sur l'autel des normes de sécurité modernes.


Je me souviens encore d'un Benfica - Porto, en 91 si ma mémoire et bonne, en super coupe, avec 110 000 personnes dans le stade la Luz, qui a littéralement tremblé apres le but de Rui Aguas, j'ai dû me faire tout petit avec mon maillot de Porto !
il y a 2 heures Un crowdfunding pour une équipe de National 3 10 il y a 2 heures Le FC Sochi prend une année sabbatique 5
Hier à 17:48 Le bilan de la saison est en kiosque ! Hier à 17:23 Pamela Anderson et Adil Rami en couple ? 115
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 16:47 Un petit bijou en MLS 4 Hier à 13:36 Trejo de retour au Rayo 18 Hier à 13:23 Oscar suspendu huit matchs 25 Hier à 11:38 Canal + autorisé à se rapprocher de beIN Sports 43 Hier à 10:40 Zlatan vers Los Angeles ? 38
Hier à 10:28 Parme va passer sous pavillon chinois 35 Hier à 09:11 La panenka d'Alessandrini 17 mercredi 21 juin L'accueil bouillant pour Ménez à Antalyaspor 36 mercredi 21 juin F. Hollande fait la promo d'un tournoi de sixte 26 mercredi 21 juin Walter Samuel va devenir entraîneur-adjoint en Suisse 10 mercredi 21 juin La volée monstrueuse de Bruma 27 mercredi 21 juin Un festival pyrotechnique depuis un immeuble en Coupe d'Algérie 22 mercredi 21 juin Paul Le Guen en route pour Bursaspor 28 mercredi 21 juin Boca Juniors champion grâce à San lorenzo 7 mardi 20 juin Un nouveau rebondissement dans l'affaire de la sextape 79 mardi 20 juin Le rap Depay 25 mardi 20 juin Girard déplore l'arrivée des techniciens étrangers 200 mardi 20 juin Dumas bientôt sélectionneur de la Guinée équatoriale ? 11 lundi 19 juin De la bière à vie pour séduire Cristiano Ronaldo ? 48 lundi 19 juin Infantino se félicite de l'arbitrage vidéo 28 lundi 19 juin Premier match de l'histoire sur le Kilimandjaro 13 lundi 19 juin Les rencontres du premier et du deuxième tours de C1 30 lundi 19 juin La Côte d'Ivoire rend un dernier hommage à Cheick Tioté 2 dimanche 18 juin Le retourné savoureux de Lorenzo Pellegrini 23 dimanche 18 juin Les buts de Cédric et Moreno 1 dimanche 18 juin Quand Oscar provoque une échauffourée sur le terrain 32 dimanche 18 juin L'égalisation de Chicharito contre le Portugal 8 dimanche 18 juin Quaresma ouvre le score face au Mexique 2 dimanche 18 juin L'entraîneur de Huesca met un « front » à son joueur 6 dimanche 18 juin Higuaín annonce à tort le départ de Dani Alves 22 dimanche 18 juin Michy Batshuayi en moonwalk à LA 12 dimanche 18 juin Asensio claque trois buts monstrueux en un match 27 samedi 17 juin Un entraîneur viré pour avoir gagné 25-0 55 samedi 17 juin Parme remonte en Serie B 20 samedi 17 juin L'International Board propose de nouvelles règles de jeu 54 samedi 17 juin L'UEFA lance un guide de prononciation des noms des joueurs 27 vendredi 16 juin Carabao Cup : Charlton hérite de... deux adversaires 10 vendredi 16 juin Ronaldinho lance son hand spinner 68 vendredi 16 juin Un joueur recruté par deux clubs différents 7 vendredi 16 juin Trezeguet claque une volée sous la barre 51 vendredi 16 juin Découvrez BRUT SPORT sur Facebook ! 10 vendredi 16 juin Un club de D9 anglaise sauvé par le crowdfunding 4 jeudi 15 juin Un système de play-offs en Ligue 2 23 jeudi 15 juin Vers la fin des matchs rejoués en Cup ? 19 jeudi 15 juin Le but de fou marqué par le Chicago Fire en US Open Cup 5 jeudi 15 juin Cissé pourrait retrouver les terrains 13 jeudi 15 juin Mbappé et Dembélé : jeunes les plus chers selon le CIES 38 jeudi 15 juin Un club chinois annonce son nouvel entraîneur par un poème 18 jeudi 15 juin La campagne de Monaco avec Henry et Mbappé 54 jeudi 15 juin Quand un défenseur argentin joue avec des aiguilles 19 jeudi 15 juin Reynet, l'iguane et Higuaín 20 mercredi 14 juin Torres joue les mannequins pour Van der Wiel 37 mercredi 14 juin La police dubaïote offre un tour de voiture à Benzema 42 mardi 13 juin Le but d'Ousmane Dembélé qui offre la victoire aux Bleus 2 mardi 13 juin Les trois buts de la première mi-temps mardi 13 juin L'entrée frissonnante des joueurs sur le son d'Oasis 16 mardi 13 juin Usain Bolt devient footballeur... dans PES 38 mardi 13 juin Berizzo officiellement présenté à Séville 5 mardi 13 juin Le Brésil ouvre le score après 10 secondes 7 mardi 13 juin Le bijou d'Insigne avec l'Italie 28 mardi 13 juin Derniers jours : 300€ offerts remboursés en CASH pour parier ! mardi 13 juin Un mort dans une bagarre entre supporters à Cali 10 mardi 13 juin Pronostic France Angleterre : jusqu'à 390€ à gagner sur le match amical des Bleus lundi 12 juin La merveille de Bradley contre le Mexique 11 lundi 12 juin Figo plante un coup franc contre la Roma 17 dimanche 11 juin Pep Guardiola soutient le référendum d'indépendance en Catalogne 58 dimanche 11 juin Des matchs de Premier League à 11h30 ? 28 dimanche 11 juin Infantino n'est pas inquiet pour le Mondial au Qatar 11 dimanche 11 juin Drogba réussit ses débuts avec Phoenix 8 samedi 10 juin Capello en Chine 16 samedi 10 juin Roger Schmidt va signer en Chine 1 samedi 10 juin L'explosion de la télé suédoise 26 vendredi 9 juin L'ouverture du score magnifique de Giroud 13 vendredi 9 juin L'agent de Verratti tacle encore le PSG 77 vendredi 9 juin Le coup franc juninhesque de Guerrero 12 vendredi 9 juin Un footballeur ghanéen en prison pour violences conjugales 8 vendredi 9 juin Tu sais que tu es un Mercatix quand... 15 jeudi 8 juin Benevento décroche sa promotion en Serie A 19 jeudi 8 juin Kurzawa à fond pour les Warriors 48 jeudi 8 juin Un fan de Split en colle une à l'ancien président du Dinamo Zagreb 15 jeudi 8 juin Pronostic Suède France : jusqu'à 445€ à gagner sur le match des Bleus jeudi 8 juin La finale de la C1 2019 se jouera à Madrid ou à Bakou 36 jeudi 8 juin L'ES Sétif sacrée championne d'Algérie 10 jeudi 8 juin Marcelo remet son tatouage à jour 13 jeudi 8 juin Mauro Cetto prend sa retraite 16 mercredi 7 juin Un club tchétchène prend le nom du père du président 20 mercredi 7 juin Un fan de Sheffield en phase terminale grimpe l'Everest 13 mercredi 7 juin Un club américain sponsorisé par un site porno 25 mercredi 7 juin Alexis Sánchez en vieillard pour la Coupe des confédérations 6 mercredi 7 juin L'acte héroïque d'un supporter de Millwall au moment des attentats de Londres 44 mercredi 7 juin Voilà pourquoi Ben Arfa s'entraîne à la plage... mercredi 7 juin Vers des play-offs en Ligue 2 ? 55 mercredi 7 juin Beckham va pouvoir construire son stade de MLS 10 mercredi 7 juin SO FOOT #147 - En kiosque vendredi !! mardi 6 juin Bundesliga : Lewandowski meilleur joueur, Dembélé meilleur espoir 19 mardi 6 juin Le président de la Fédé tchèque démissionne depuis sa prison 2 mardi 6 juin Emery et Zubizarreta vont se rencontrer pour l'Euro 2020 11 mardi 6 juin L'OM vire un jeune de son centre de formation 51 mardi 6 juin La nouvelle vidéo de Ben Arfa 42 lundi 5 juin Quand des caravanes font irruption pendant un match à Angers 12 lundi 5 juin Karim Benzema égale Raymon Kopa, mais... lundi 5 juin La situation diplomatique du Qatar inquiète la FIFA 44 lundi 5 juin Qui est Ederson Moraes, le 2e gardien le plus cher du monde ? lundi 5 juin Quand Nike et CR7 font de la pub pour Adidas 31 lundi 5 juin Boca Juniors file vers le titre 7 lundi 5 juin Gérone monte en Liga 16 dimanche 4 juin Finale Serie B : Carpi accroché par Benevento 8 dimanche 4 juin Mondial 2030 : l'UEFA pousse l'Angleterre à se présenter 11 dimanche 4 juin Suivre SO FOOT sur les réseaux sociaux 1 samedi 3 juin Combien le Real Madrid a dépensé pour gagner la Ligue des champions samedi 3 juin Asensio clôt le débat 3 samedi 3 juin Casemiro et Cristiano mettent le Real en orbite 1 samedi 3 juin Le sublime retourné de Mandžukić pour l'égalisation 5 samedi 3 juin CR7 ouvre le bal 1 samedi 3 juin Le tifo des supporters turinois lors de l'entrée des joueurs 2 samedi 3 juin Les anciens de la Juve à fond derrière les Bianconeri samedi 3 juin Del Piero débarque à Cardiff en roi 2 samedi 3 juin Des ultras parisiens taquinent une hôtesse de l'air 17
Article suivant
Papiers siouplaît !