1. // Copa América 2015
  2. // Gr. B
  3. // 2e journée
  4. // Argentine/Jamaïque

Le jour où l'Argentine a dansé sur la Jamaïque

21 juin 1998, l'Argentine en colle cinq dans le buste de la Jamaïque lors de la Coupe du monde 1998. Le match se joue dans un Parc des Princes transformé en salle de concert à ciel ouvert où le reggae et les gros seins se mélangeaient au génie d'Ariel Ortega.

Modififié
18 16
Difficile d'oublier ce 21 juin 1998. Ce soir-là, c'était la fête de la musique en France. L'Argentine en a donc profité pour initier la Jamaïque au tango lors d'un match de poule du Mondial. Le concert a eu lieu au Parc des Princes, caisse de résonance oblige. Avant même les premières notes de ce qui sera un récital argentin - 5-0, doublé d'Ariel Ortega, triplé de Gabriel Batistuta - la Jamaïque était déjà dans la folie. Par exemple, Darryl Powell, le milieu de terrain des Reggae Boyz, était en adoration devant Ariel Ortega. Compliqué de jouer face à ses héros. Mais l'Argentine avait surtout l'obligation de gagner après son tout petit succès initial contre le Japon (1-0). « Après ce match, personne n'était content quand nous sommes rentrés au vestiaire. Nous savions que nous n'avions pas très bien joué » , martelaient les cadres argentins Nestor Sensini et Diego Simeone, après le match. Alors, face à la Jamaïque, le sélectionneur argentin, Daniel Passarella, annonce la couleur : « Contre la Jamaïque, nous allons prendre plus franchement le jeu à notre compte. Je suis très optimiste. Mes joueurs sont confiants, le groupe est uni. » Surtout, l'équipe d'Argentine a ce qu'on appelle de la gueule. Même en l'absence du génie de Fernando Redondo, non sélectionné pour une sombre histoire de cheveux*, l'Argentine a une allure de future championne du monde : Ayala, Claudio López, Veron, Simeone, Almeyda, Batistuta, Ortega, Gallardo, Zanetti, Crespo.

Mais attention, la Jamaïque n'est pas venue pour enjamber les flaques d'eau. À sa tête, le sélectionneur, René Simões, fait figure de mage un peu fou. La sélection loge au château d'Arc-en-Barrois (Haute-Marne) où Simões a fait fermer le bar de l'hôtel, interdit toutes les sorties, modifie les programmes d'entraînement à la dernière minute ou engueule un flic local car celui-ci avait eu le malheur de laisser un joueur se rendre à la pharmacie pour acheter des capotes aux coéquipiers. Autant dire que contrairement aux idées reçues, la Jamaïque n'était pas venue en France pour faire du tourisme. Sur la pelouse du Parc des princes, en revanche…

Le bijou d'Ortega


Ce match, c'est l'occasion pour Ariel Ortega de démontrer pourquoi le numéro 10 de l'Argentine lui a été attribué. Dégaine de jockey (1,70m, 64 kilos), l'ancien de River Plate va s'offrir un doublé dont un premier but tout en maîtrise technique. Lancé en profondeur par Juan Sebastián Verón à la demi-heure de jeu, Ariel délivre un amour de ballon piqué de l'extérieur du pied avec une élasticité de la cheville à rendre Ronaldinho jaloux. Une merveille. Ce but ouvre la porte à une déferlante et surtout à Batistuta, auteur d'un triplé en seconde mi-temps. Comme en 1994 face à la Grèce, Batigol frappe trois fois dans un match du Mondial. Une seconde période qui voit aussi la bonne entrée de Marcelo Gallardo, petit protégé de Passarella à l'époque. Bref, l'Argentine s'est rassurée. La Jamaïque a dégusté. Pas grave, l'équipe des Caraïbes a fait le boulot en tribunes.

Tout le monde se souvient de ses supportrices bien trop serrées dans leur haut en cuir. Même la sono du Parc des princes s'était mise à la page, elle qui crachait Could you be loved de Bob Marley pour assurer l'ambiance. Peu importe que la Jamaïque joue pendant une mi-temps à dix contre onze (expulsion de Powell). Peu importe que l'Argentine aille trop vite. Peu importe que Batistuta tire trop fort. Peu importe, au fond. La Jamaïque était là pour amener du soleil, des sourires, de la musique et de la joie de vivre. Les joueurs argentins ont soigné leur statistiques sur la pelouse, leurs supporters se sont rincé l'œil en tribunes avant de faire la fête avec les fans des Reggae Boyz. Alors oui, cette équipe n'avait peut-être pas sa place à cette Coupe du monde. Mais une chose est certaine, tout le monde se souvient de ce match du 21 juin 1998.

Youtube

* Avant le Mondial, Passarella avait tenté de justifier le port des cheveux courts en sélection : « Des études démontrent qu'un joueur aux cheveux courts se les touche six à huit fois par match et qu'un joueur aux cheveux longs se les touche plus de cent fois. C'est une perte de concentration. » Dans la foulée, Batistuta fait une coupe plus courte, Redondo non. Passarella rend alors visite à Redondo à Madrid et, à son retour, annonce que le joueur refuse la sélection parce qu'il ne veut pas jouer à gauche. Redondo nie en bloc. Pour éteindre la rumeur des « cheveux longs » , Passarella convoque Claudio Canniggia en sélection.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

un pouget dans chaque orteil Niveau : CFA
Il a une bonne tête de jamaïcain le gringalet derrière les trois... charmantes demoiselles.

Bon je reviens, maintenant je vais lire l' article.
Cette equipe quand meme...quel gachis! Plaisant de revoir Veron a l'oeuvre. Et cette mani qu'avait Bati de frapper les penaltys. Tout en puissance!!!
P*tin j'y étais à ce match, et qu'est-ce que c'était bon !!
Rien que l'ambiance avant de rentrer dans le stade, 2h avant le début du match on avait déjà oublié qu'on était venu voir un match de foot!! ça c'est des matchs qui représentent un mundial, trop bon!! et l'ambiance de ce mundial en général était assez bonne
GENERAL DE GOAL. Niveau : Ligue 2
ariel ortega.excellent joueur mais qui bizarrement n'a laissé aucune trace en europe.je n'ai jamais compris cette enigme.cette argentine là et surtout celle de 2002 avait tout sur le papier pour accroché la coupe.en 2002,meme saviola n'avait pas été pris c'est dire du talent de l'equipe.
et la jamaique en 98,un beau souvenir,la victoire contre le japon m'a fait plaisir.ils n'ont pas été ridicule du tout.
Jeu direct Niveau : CFA
C'est beau cet article.
Ortega comparé à Ronaldinho, l'Argentine trop forte, la Jamaïque trop légère mais sympa.
Les sourires, la fête, le Reggae..."regardez cette image Bixente!".
On dirait du Christian Jeanpierre.
Cheric Zghemmfour Niveau : CFA
"Mais une chose est certaine, tout le monde se souvient de ce match du 21 juin 1998"

Non.Pas de grands souvenirs du déroulement du match, un des moins intéressants de la compétition car le score est normal et l'Argentine n'avait, comme prévu , pas concédé d'occasion donc c'est le genre de match que je regarde que d'un oeil dès que le commentateur se met à gueuler.Contre le Japon par exemple, c'est ce que j'appelle un match intéressant car seulement 1-0 contre une équipe qui à cette époque était à peu près l'équivalent du Honduras actuel, c'était inattendu.

Ce même 21 juin, je me souviens bien plus du très spécial Etats Unis-Iran, et de la remontée Allemande de 0-2 à 2-2 contre la Yougoslavie.Toujours ce mental en papier crépon des équipes Slaves qui gâche leur talent global.


Message posté par invicto
P*tin j'y étais à ce match, et qu'est-ce que c'était bon !!
Rien que l'ambiance avant de rentrer dans le stade, 2h avant le début du match on avait déjà oublié qu'on était venu voir un match de foot!! ça c'est des matchs qui représentent un mundial, trop bon!! et l'ambiance de ce mundial en général était assez bonne


Tu avais obtenu ta place comment ? Billetterie puis tirage au sort (si ça fonctionnait comme cela à l'époque, je ne sais pas) ? comité d'entreprise ? Marché nouâre ?
gastongaudio Niveau : Loisir
excellent souvenir, la découverte des vertus du capitalisme, 800 francs de benef en achetant et en revendant, en 5 minutes, deux places à des japonais.

Ariel Ortega, numéro 10 de légende.
j'y suis giresse Niveau : Ligue 1
Note : 1
Et que dire de l'équipe des Pays-Bas qui les as éliminé avec ce but mythique de Bergkamp ?

Toute la génération de l'Ajax 95, les Van Der Sar, De Boer, Davids,Seedorf, Kluivert... Dommage qu'ils aient pas été foutu de bien tirer leurs penaltys, même si ils ont progresses depuis
Message posté par GENERAL DE GOAL.
ariel ortega.excellent joueur mais qui bizarrement n'a laissé aucune trace en europe.


Ariel Ortega n'était pas trop adapté au foot européen. Il dribblait trop au lieu d'aller à l'essentiel, pas assez pragmatique.

cette argentine là et surtout celle de 2002 avait tout sur le papier pour accroché la coupe.en 2002,meme saviola n'avait pas été pris c'est dire du talent de l'equipe.


On parle souvent des Pays Bas mais sur ces 20 dernières années l'Argentine est la nation la plus paradoxale du foot mondial. Elle est d'ailleurs parmi les grandes nations multititrées celle qui a pris le plus de retard.

Tu cites 1998 mais celle de 1994 avec Diego est sans doute la plus impressionante, en tout cas la plus pétrie de talents et celle qui me semblait la plus apte a aller au bout. En 1998 il y a 2 elements qui peuvent l'expliquer:
1) ils sont dans le tableau le plus relevé et le match de légende face à l'Angleterre ( Owen : A star is born) laisse des traces 3 ou 4 jours plus tard face au Pays Bas l'autre meilleure équipe du tournoi en pleine chaleur au Vélodrome.
2)Comment Passarella peut se passer de Redondo même si le milieu est bien fourni dans cette sélection , il était entrain de devenir le meilleur joueur du monde a son poste de 5.
En 2002 c'est Bielsa qui coache et comme c'est surtout un ingénieur du foot il expérimente des trucs qui passent pas
En 2006 Pekerman se plante face a l'Allemagne alors que l'Argentine semble plus forte : Messi pourtant très bon pour ses débuts en coupe du monde ne joue pas une seconde.
2010 : Ben c'est Dieguito le coache tout est dit. Je en sais plus c'est lequel des 3 (LVG, Mourinho ou Capello) avait dit qu'il serait champion du monde avec cette équipe.
C'est paradoxalement l'équipe la plus moins forte sur le papier (défense et milieu d'un niveau moyen et attaque diminuée par les blessure de Di Maria et le Kun, méforme de Higuain)qui ira en finale l'année dernière

Tu avais obtenu ta place comment ? Billetterie puis tirage au sort (si ça fonctionnait comme cela à l'époque, je ne sais pas) ? comité d'entreprise ? Marché nouâre ?


Sponsor par la sœur de mon meilleur pote pour tout savoir. En fait c'est simple il en a deux et une bosse chez Sfr l'autre chez Carrefour donc bon...

[/citer]

Message posté par Cheric Zghemmfour
"Mais une chose est certaine, tout le monde se souvient de ce match du 21 juin 1998"

Non.Pas de grands souvenirs du déroulement du match, un des moins intéressants de la compétition car le score est normal et l'Argentine n'avait, comme prévu , pas concédé d'occasion donc c'est le genre de match que je regarde que d'un oeil dès que le commentateur se met à gueuler.Contre le Japon par exemple, c'est ce que j'appelle un match intéressant car seulement 1-0 contre une équipe qui à cette époque était à peu près l'équivalent du Honduras actuel, c'était inattendu.

Ce même 21 juin, je me souviens bien plus du très spécial Etats Unis-Iran, et de la remontée Allemande de 0-2 à 2-2 contre la Yougoslavie.Toujours ce mental en papier crépon des équipes Slaves qui gâche leur talent global.




Tu avais obtenu ta place comment ? Billetterie puis tirage au sort (si ça fonctionnait comme cela à l'époque, je ne sais pas) ? comité d'entreprise ? Marché nouâre ?




Le concept de Yougoslavie un 21 juin 1998 me laisse un tantinet songeur...
j'y suis giresse Niveau : Ligue 1
Message posté par tamanoir


Le concept de Yougoslavie un 21 juin 1998 me laisse un tantinet songeur...


La Yougoslavie a existé jusqu'en 2003, mais ne comprenait déjà plus que la Serbie et le Monténégro. Après elle s'est appelée Serbie-et-Monténégro jusqu'à l'indépendance du Montenegro
Cheric Zghemmfour Niveau : CFA
Message posté par tamanoir


Le concept de Yougoslavie un 21 juin 1998 me laisse un tantinet songeur...


Aucun problème, j'ai conscience que le nom de Yougoslavie correspond à une entité artificielle que ça soit en 98 ou avant, mais je ne fais que retranscrire le nom officiel que portait cet état à la date concernée.
Message posté par Cheric Zghemmfour


Aucun problème, j'ai conscience que le nom de Yougoslavie correspond à une entité artificielle que ça soit en 98 ou avant, mais je ne fais que retranscrire le nom officiel que portait cet état à la date concernée.


Au temps pour moi, j'étais persuadé comme un con qu'il s'agissait déjà de la Serbie-Monténégro. Pan dans ma face de fourmilier !
Redondo minot Niveau : Loisir
Je me rappelle des commentateurs sur Canal +, qui parlaient des "herbes de provence" très présentes en tribune ^^

Sinon malédiction éternelle sur Passarella, si la justice Argentine fonctionnait il aurait dû être jugé pour le crime que constitue la non-sélection de Redondo.
Note : 1
C'était il y a 17 ans... Merde. Je me rappelle bien cette époque, encore jeune puceau collégien qui découvre la vie, et maintenant, approchant de la trentaine, un crédit d'appart sur le dos... Certains souvenirs ne meurent jamais. Moment de nostalgie, désolé.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
18 16