En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Aston Villa-Chelsea

Le jour où Jordan Veretout s’est trompé de club

Un mauvais choix de club peut-il changer le cours d’une carrière ? C’est sûrement la question que se pose aujourd’hui l’ancien espoir nantais Jordan Veretout. En août dernier, le jeune milieu de terrain peut signer à Aston Villa ou Leicester City. Sûr de lui, il opte pour le club de Birmingham. Raté.

Modififié
« Je suis un couillon, j’aurais pu ne penser qu’à ma gueule et faire monter les enchères, mais je ne vais pas contrarier le gamin. » Waldemar Kita ne le sait pas encore, jouant les grands seigneurs dans les colonnes de L’Équipe, mais il est en fait loin de rendre service à son poulain. Nous sommes le 29 juillet 2015 et ça s’agite sérieusement dans les couloirs de la Jonelière, le centre d’entraînement du FC Nantes. L’enfant du pays, Jordan Veretout, 22 ans et grand espoir du foot français, a obtenu un bon de sortie de la part de son président et s’apprête à s’engager « dans un grand club anglais » dixit Kita. Alors que l’OM fait discrètement la cour au jeune milieu de terrain depuis le début de l’été, lui n'a d’yeux que pour l’Angleterre, ses stars et son football engagé. Et alors qu’Aston Villa semble tenir la corde depuis plusieurs jours avec une offre avoisinant les 10 millions d’euros, un trouble-fête s’invite à la table des négociations. Leicester City, modeste 14e de Premier League en 2014/2015, vient tenter de couper l’herbe sous le pied aux Villans et offre 15 millions aux Canaris. Une offre difficile à refuser pour Kita, peu habitué à disposer de joueurs à forte valeur marchande. Mais l’homme d’affaire franco-polonais s’incline devant le choix du joueur de rejoindre Villa, comme Veretout l’expliquera plus tard au Daily Mail : « Leicester a offert plus d’argent pour m’avoir. Quand j’ai parlé avec le président, il m’a compris et a agi très correctement. Je pense aussi qu’un joueur doit agir de façon responsable et s’entraîner correctement. Si on se comporte comme ça toute sa carrière, on finit par arriver où on mérite d’être. »

Le début d’un vilain calvaire


On ne sait pas s’il le mérite, mais pendant que Leicester City crée la surprise en faisant la course en tête de la Premier League après 31 journées, c’est bien la dernière place du classement qu’occupent Jordan Veretout et les Villans au printemps 2016. La première grosse caillasse d’une carrière pourtant parfaitement débutée : débuts en pro avec Nantes à 18 ans seulement, titulaire indiscutable à 19, champion du monde U20 avec les Bleus en 2013 aux côtés de Pogba, Zouma, Digne... le chemin semble alors tracé. Celui qui a réussi à remplacer Jérémy Toulalan dans le cœur des supporters nantais n’a alors plus qu’à bien choisir son prochain club, exploser et intégrer à son tour la bande à Deschamps.


Mais s’il y a bien quelque chose que le jeune Jordan a appris en rejoignant Villa, c’est que les choses ne se passent pas toujours comme prévu. Embourbé dès le début de saison dans la zone rouge avec son nouveau club, il galère à se trouver une place dans le onze de Tim Sherwood : « J’entendais bien qu’il avait confiance en moi, mais, au final, j’étais sur le banc tous les week-ends. Je n’ai pas eu d’explication, et ça a été difficile de parler, surtout avec la barrière de la langue » , expliquait-il alors à l’automne dans les colonnes de L’Équipe. L’arrivée du compatriote Rémi Garde au poste de manager en novembre aura au moins le mérite de redonner du temps de jeu au français à l’image des deux autres Jordan (Amavi et Ayew) made in Ligue 1 recrutés par le club anglais l’été précédent. Mais l’ancien entraîneur de l’Olympique lyonnais ne trouvera jamais le remède pour soigner les maux des Lions. À l’heure d’affronter les Blues de Chelsea ce samedi, Villa toujours bon dernier, et son nouveau coach Eric Black, pointent à 12 unités du premier non-relégable Norwich City. De quoi envisager, à sept journées de la fin d’une saison à oublier, une descente à l’étage inférieur.

Une destin à la Mathieu Berson ?


Veretout ira-t-il donc se frotter aux joutes du très physique Championship (D2 anglaise) la saison prochaine ou cherchera-t-il à quitter le navire Villan dès cet été ? Nul ne le sait, mais la future destination de l’ancien international espoir sera certainement décisive pour la suite de sa carrière. Le choix de la raison pourrait alors être celui du retour au pays et à cette bonne vieille Ligue 1, à moins que Jordan ne préfère éviter l’écueil d’une trajectoire à la Mathieu Berson. L’ancien Nantais ayant quitté Nantes en 2004 pour se planter lamentablement à Aston Villa (déjà) revient deux ans plus tard dans l’anonymat le plus total du côté de l’AJ Auxerre. Mais Veretout, contrairement à Berson, est encore jeune. À 23 ans, l’ancien Nantais peut également décider de prolonger l’expérience anglaise et rejoindre un petit club de Premier League à même de le révéler. Une destinée à la N’Golo Kanté en somme, qui explose littéralement de l’autre côté de la Manche cette saison du côté de... Leicester. Ironie du sort, c’est après avoir essuyé le refus de Veretout que les Foxes ont jeté leur dévolu sur Kanté. Et c’est bien l’ancien Caennais qui devrait disputer l’Euro aux côtés de Pogba, Matuidi et Lassana Diarra. Attention, une caillasse, Jordan, pas deux.

Par Pierre-Laurent Lemur
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 mardi 16 janvier Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88