Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Nantes-Saint-Étienne

Le jour où Janot a fait pleurer la Beaujoire

En 442 apparitions sous le maillot de Saint-Étienne, Jérémie Janot n’est monté qu’une poignée de fois dans la surface adverse pour tenter d’égaliser sur des corners tardifs. Mais ce 11 novembre 2006, face à Nantes, Spider Jérémie vit un match trop frustrant pour suivre la dernière action depuis ses buts. 93e minute, Pascal Feindouno au corner…

Modififié
« Ivan Hašek, l’entraîneur, m’a demandé de rester dans les buts. J’ai fait semblant de ne pas l’entendre, de regarder à l’opposé et, dans ma tête, je me suis dit : t’as pas intérêt à ce que ça tourne mal, sinon t’es mort. » Quelques secondes plus tard, sur un corner au bout du temps additionnel, l’ASSE égalise à 2-2 et glace 32 000 supporters nantais, grâce à la montée de Jérémie Janot.

Un coup de théâtre en guise de point final d’un match qui sortait déjà du lot par la beauté de ses buts, notamment celui de l’arrière droit nantais Éric Cubilier. Sans cesse chambré par ses coéquipiers pour n’avoir jamais marqué en 108 matchs de Ligue 1, il met un terme aux moqueries en marquant d’une folle reprise de volée depuis l’extérieur de la surface. Après l’égalisation de Pascal Feindouno en fin de première période, la recrue nantaise Nourdin Boukhari, fraîchement débarquée d’Amsterdam, allume un pétard des trente mètres à trois minutes de la fin de la rencontre pour remettre les Canaris devant. « À l’époque, chaque équipe pouvait jouer avec son propre ballon, se rappelle Jérémie Janot. Là, je crois que c’était un Airness et il flottait beaucoup. Avant le match, j’avais dit à l’entraîneur des gardiens que je craignais les tirs de loin. Je ne me suis pas trompé : j’ai pris deux frappes de vingt et trente mètres, des top buts. »

« Dans le vestiaire, on me traitait de mytho »


Frustré tant par son impuissance sur les deux buts encaissés que par la défaite qui se profile, Janot commence à ruminer dans ses buts en espérant pouvoir se rattraper, d’une façon ou d’une autre. Les Nantais lui en donnent l’opportunité dans le temps additionnel. Galvanisés par le but de Boukhari, les Canaris se libèrent et, plutôt que de jouer la montre, continuent d’attaquer. Conséquence : à la 93e minute, Saint-Étienne finit par récupérer un ultime ballon et obtient le corner de la dernière chance. Feindouno au ballon. Nantes se dégage, la balle revient sur Geoffrey Dernis, à l’entrée de la surface. Le milieu de terrain rate complètement sa reprise, qui finit dans les pieds de… Jérémie Janot : « Je fais un contrôle un peu bizarre, mais le ballon me reste dans les jambes. J’enchaîne avec une talonnade pour essayer de me la mettre pied gauche, je la foire et ça arrive directement sur Vincent Hognon, qui arrive à marquer. 100% chatte, donc. À l’époque, j’avais la baraka, j’étais dans une bonne période. Hašek était content, mais si on n'avait pas égalisé, j’aurais passé un sale quart d’heure. »

Vidéo

Symbole de la saison 06/07 galère d’un FC Nantes qui chute en Ligue 2 après quarante-quatre années dans l’élite du foot français, ce but arraché in extremis par la bande à Janot laisse un souvenir douloureux à Vincent Briant, jeune gardien du FC Nantes à l’époque et aujourd’hui gérant d’un Monsieur Store à Quimper : « Sur le peu de temps de jeu que j’ai eu en pro, il y a des rencontres où je n’ai pas fait les bons arrêts au bon moment. Un arrêt qui fait qu’on se souvient de toi, quoi. Notamment lors de ce match contre Saint-Étienne. Janot touche deux fois le ballon, il y a un cafouillage et, finalement, ils marquent. La balle passe à deux centimètres de mon pied. Si je fais cet arrêt, on gagne et on reste dans la course au maintien. »


Plombé par un recrutement ronflant mais inadapté à la Ligue 1, une direction à la dérive, l’épisode Barthez et les changements d’entraîneurs successifs, Nantes connaît cette année-là l’une des pires saisons de son histoire en première division et boucle l’exercice à la vingtième place. Les joueurs de Saint-Étienne, Jérémie Janot en tête, gardent, eux, un souvenir beaucoup plus doux de cette période : « Il y avait une super ambiance dans le groupe et ce but a été un événement qui a encore davantage resserré les liens entre nous. On en a rigolé pendant des semaines et des semaines après le match. Dans les vestiaires, les gars me demandaient : "Tu l’as fait exprès ?", je leur répondais "Bien sûr", et puis ils me traitaient de mytho (rires). Même Vincent Hognon, il ne me croyait pas ! "Je te fais une passe décisive et tu me remercies comme ça ?", je lui disais. En fin de compte, c’était une revanche pour toutes les fois où je me suis pris des lucarnes par des mecs qui voulaient centrer et qui, après coup, disaient que c’était volontaire. » Après ce match, Spider-Man n’est plus jamais monté sur corner. « J’avais eu de la chatte, je savais que ça n’arriverait plus. C’est pas le genre de choses qui se reproduit deux fois. » Stéphane Ruffier, lui, n’a pas encore épuisé son crédit.



Par Albert Marie
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:53 Action commune et grève des chants dans les stades de Ligue 1 ce week-end 31 Hier à 16:34 Tuto Panini Adrenalyn XL : les points 14 Hier à 16:06 La boulette d'Ali Ahamada lors de Comores-Maroc 23 Hier à 15:31 La surprise de Zlatan aux enfants thaïlandais bloqués dans une grotte cet été 23 Hier à 14:32 Le père de Sandro Rosell offre un million d'euros pour libérer son fils 23 Hier à 14:28 Denis Balbir ne veut pas de femmes pour commenter les matchs 197
Partenaires
Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible
À lire ensuite
Le paradoxe Cavani