1. //
  2. // Quarts
  3. // Beşiktaş-Lyon

Le jour où il y avait penalty sur Nilmar

Le 13 avril 2005, l’OL se déplaçait au Philips Stadion d’Eindhoven pour y affronter le PSV en quart de finale retour de la C1. Un match marqué par une grossière erreur d’arbitrage du Danois, Kim Milton Nielsen, qui a probablement privé l’OL d’une des plus belles pages européennes de son histoire.

Modififié
Douze ans plus tard, le souvenir reste toujours aussi douloureux pour les amoureux de l’Olympique lyonnais. Ainsi, lorsque Memphis Depay débarque au club en janvier dernier, l’une des premières questions posées par Héloise Basson, journaliste à OLTV, au joueur formé au PSV Eindhoven, concerne cet accrochage entre Heurelho Gomes et Nilmar pendant la prolongation du quart de finale retour de la Ligue des champions cuvée 2004-2005 entre l’OL et le PSV. « C'était il y a longtemps, je ne me souviens pas, répond alors l’ailier néerlandais, avant de se montrer bien plus loquace une fois les images revisionnées. Bien évidemment il y a penalty. » Si les Lyonnais reprochent souvent à leurs voisins stéphanois leur manie de vivre dans le passé, ce « penalty sur Nilmar » ressemble pourtant trait pour trait « aux poteaux carrés » des Ligériens à Glasgow en mai 1976. Deux faits de jeu qui auraient pu considérablement modifier le destin européen des deux clubs rhônalpins. Deux faits de jeu aujourd’hui entrés dans l'histoire et la mythologie de ces deux écuries, et dont la légende se perpétue avec les supporters et les anciens joueurs des deux bords. Ainsi, au moment d’annoncer l’arrêt de sa carrière en 2015, l’ancien Lyonnais, Jérémy Berthod, terminait sa lettre de la sorte : « Mais au moment de faire le bilan de ma carrière, je n’ai aucun regret. Ah si ! Un seul ! Il y avait penalty sur Nilmar ! »

Aulas : « Le match le plus important de l’histoire du club »


Premier de leur poule devant le Manchester United de Van Nistelrooy et Cristiano Ronaldo, les hommes de Paul Le Guen terrassent ensuite le Werder Brême en huitièmes de finale avec un cinglant 7-2 au retour, à Gerland. De quoi effrayer Johann Vogel, milieu suisse du PSV (1999-2005), après l’annonce du tirage au sort : « Ils étaient déjà trois ou quatre fois champions de France. C’était une équipe soudée qui se connaissait bien et puis ils avaient des individualités incroyables. Je pense à Cris qui tenait la baraque derrière, et puis à Juninho qui pouvait faire la différence à n’importe quel moment. » Mais les joueurs de Guus Hiddink ne s’avouent pas vaincus d’avance pour autant : « Lors de nos six dernières participations en Ligue des champions, on n’arrivait jamais à passer le premier tour. Là, on avait réussi et on avait même éliminé Monaco en huitièmes, qui était le finaliste de l’édition précédente, donc on se disait qu’on avait une chance. » Et malgré la domination lyonnaise lors du match aller et la rapide ouverture du score signée Florent Malouda - du droit - dès la douzième minute de jeu, les joueurs du PSV font le dos rond et égalisent à dix minutes du terme grâce à Phillip Cocu. Score final 1-1 et ballottage favorable pour les Néerlandais avant le retour au Philips Stadion huit jours plus tard.

Vidéo

Ce 13 avril 2005 à Eindhoven, les Gones sont donc dans l’obligation d’inscrire au moins un but s’ils veulent poursuivre leur aventure européenne et se qualifier pour la première fois de leur histoire en demi-finale de la Ligue des champions. Un an après le rendez-vous manqué face au FC Porto de José Mourinho au même stade de la compétition, Jean-Michel Aulas fait monter la sauce dans la presse en parlant du « match le plus important de l’histoire du club » . Et l’histoire semble être en marche lorsque Sylvain Wiltord fait trembler les filets sur la première occasion lyonnaise à la dixième minute de jeu, profitant d’une relance hasardeuse de l’international néerlandais Wilfred Bouma dans l’axe. « À ce moment-là, on se dit qu’on a fait le plus dur, témoigne Nicolas Puydebois, qui assiste à la rencontre depuis le banc de touche en tant que doublure de Greg Coupet. On a juste à rester dans le match et à jouer comme on sait le faire pour se qualifier. »

Le show Mark van Bommel


À la pause, le score est toujours à l’avantage des Lyonnais. « L’atmosphère dans le vestiaire à la mi-temps était très sereine, explique aujourd’hui Puydebois. On était conscients qu’il restait encore une mi-temps, qu’il fallait tenir et que ça allait être compliqué puisqu'on jouait un quart de C1 mais personne ne s’affolait. On avait l’habitude de gérer ce genre de situations, ce genre de matchs. On avait un groupe d’expérience avec beaucoup de leaders comme Juninho, Diarra ou Greg qui avaient pris la parole à ce moment-là. » Pas d’affolement non plus dans le camp d’en face selon les dires de Johann Vogel : « Guus Hiddink était assez tranquille. Des joueurs comme Cocu ou Van Bommel aussi. Il nous suffisait de mettre un seul but pour revenir dans le match et on était sûrs de pouvoir marquer. Avec l’apport du public, on savait qu’on pouvait le faire. »


Les joueurs du PSV voient juste. Après seulement cinq petites minutes de jeu en seconde période, Alex, à la réception d’un coup franc de Van Bommel mal renvoyé par la défense lyonnaise, remet les deux équipes à égalité par un superbe enchaînement contrôle poitrine - volée croisée. Les Néerlandais sont de retour et comptent bien jouer un mauvais tour aux Lyonnais. À commencer par Mark van Bommel, capitaine du club batave, qui démarre alors son numéro auprès de l’arbitre de la rencontre, le Danois Kim Milton Nielsen, à coups de grands sourires, contestations incessantes et petites tapes amicales sur l’épaule. « Sur le moment c’est agaçant parce qu’on sait ce qu’il est en train de faire, mais on n’a pas de maîtrise là-dessus, on ne peut rien faire. On savait que c’était un paramètre à prendre en compte, van Bommel on l’avait identifié depuis le match aller, avance Nicolas Puydebois. On savait qu’il était là pour pourrir le match avec son jeu, son comportement, qu’il était capable d’aller voir l’arbitre et d'influencer quelques décisions arbitrales. Ce n’était pas dans notre tactique de faire dégénérer un match ou d’influencer l’arbitre. Pour nous, la victoire devait passer par le jeu. »

Pas penalty pour Lyon


Si la tension se fait ressentir sur le terrain, la fin de match est plutôt cadenassée. Les deux équipes se neutralisent en attendant la prolongation. Score final 1-1, le public du Philips Stadion aura droit à 30 minutes de frissons supplémentaires. Paul Le Guen remobilise alors ses troupes sur le bord du terrain et décide d’injecter du sang neuf sur le plan offensif en remplaçant Wiltord par le jeune attaquant brésilien Nilmar. Et le futur buteur de la Seleção ne tarde pas à se mettre en évidence. À la 100e minute de jeu, il profite d’un ballon dévié par Govou pour prendre de vitesse les défenseurs adverses, Alex et Lee Young-Pyo, et s’en va disputer le cuir au portier du PSV Heurelho Gomes dans un duel à la limite de la surface de réparation. Devancé sur sa sortie, le gardien brésilien fauche son compatriote qui s’effondre instantanément. Thierry Gilardi et Jean-Michel Larqué s’emportent depuis le poste commentateur : « Oh penalty !!! Accroché ! Oh penaltyyy ! Qu’est-ce qu’il dit M.Nielsen ? Il dit sortie de but ??? Monsieur Nielsen, qui était à 30 mètres de l’action ! Ohlalala... Alors on va revoir ça. Mais oui, il y a penalty ! Il n’y a pas de doute, Monsieur Nielsen... » Malgré les revendications de Juninho et Ben Arfa, Kim Milton Nielsen n’accordera jamais ce penalty aux Lyonnais. Une décision qui fera longtemps cauchemarder Grégory Coupet, aujourd’hui quand on l’interroge sur cette rencontre, il répond : « Désolé, je n’ai pas suffisamment de mémoire pour évoquer ce match. Seul ce penalty non sifflé me reste en tête à jamais, tout en étant conscient qu’il n’était pas marqué d’avance. »


« Il a la mémoire sélective, Greg, se marre son ancienne doublure, Nicolas Puydebois. Comment l’arbitre peut ne pas siffler penalty sur cette action-là, c’est incompréhensible. Depuis le banc de touche, c’est flagrant. Et quand on voit les images, c’est encore plus évident ! » Une décision arbitrale également surprenante aux yeux de Johann Vogel : « En étant sur le terrain, j’avais l’impression qu’il y avait penalty, mais ça se passait du côté du juge de ligne qui était très bien placé sur l’action. S’il a décidé de ne rien signaler, c’est que ce devait être la bonne décision. » Contacté pour lever le voile sur cette affaire, l’ex-arbitre international, Kim Milton Nielsen, n’a pas souhaité répondre à nos questions. Reste que ce penalty non-sifflé aurait pu radicalement changer le cours de la rencontre puisqu'en cas de but lyonnais, les Bataves auraient dû marquer à deux reprises par la suite pour voir la demi-finale de C1. « Sur le moment, c’est frustrant. On sait qu’on aurait mérité d’avoir ce penalty, c’est une réelle injustice, mais on se dit qu’il y aura d’autres opportunités avant la fin du match. » , affirme Puydebois. Il n’en sera rien, l’OL et le PSV se départageront aux tirs au but.

Les larmes de Juninho, les joueurs du PSV dans le vestiaire des arbitres


Pas vraiment en réussite dans cet exercice dans leur histoire, les Lyonnais placent donc leur survie européenne entre les gants de Grégory Coupet. « On savait qu’il pouvait nous en arrêter un, voire deux, avance Puydebois. C’était le meilleur gardien français du moment. Il est très croyant et il avait foi en lui, en son destin, en son étoile. » Impérial face à Beasley, le portier international assiste cependant aux premières loges aux échecs d’Essien puis d'Abidal avant de s’incliner sur le tir au but victorieux de Robert sous la pluie d’Eindhoven. L’OL est éliminé de la Ligue des champions et s’arrête une nouvelle fois en quarts de finale. Juninho, passablement énervé, quitte le terrain en larmes avant d’interpeller Paul Le Guen quelques minutes plus tard dans le vestiaire, lui reprochant notamment de ne pas avoir travaillé les tirs au but dans la préparation de la rencontre. Le visage marqué, l’entraîneur lyonnais explique quelques minutes plus tard en zone mixte avoir vécu sa « plus grande désillusion en tant qu’entraîneur » , précisant qu’un « arbitrage différent aurait été nécessaire » . Même son de cloche pour le président Aulas qui pointe du doigt la prestation de M. Nielsen : « Toute la responsabilité n'est pas sur les épaules de l'arbitre, mais si on n'est pas allés en demi-finales cette fois, ce n'est pas seulement la faute des joueurs. »



Un autre détail trouble particulièrement les joueurs lyonnais après la rencontre. Puydebois : « Quand on est rentré aux vestiaires, on a vu quasiment tous les joueurs du PSV sortir du vestiaire de l’arbitre sans leur maillot, alors qu’ils étaient rentrés avec. Entre ça et l’erreur d’arbitrage, forcément tu te poses des questions. » Dix ans après, cette élimination contre le PSV de Farfán, Ooijer, Park Ji-Sung ou Vennegoor of Hesselink ne semblait toujours pas digérée par Juninho qui revenait sur cette rencontre sur RMC en 2013 : « Le PSV, ça fait encore mal. J’aurais voulu gagner la Ligue des champions. On pouvait battre n’importe quelle équipe européenne. » Un constat partagé par Nicolas Puydebois : « On a peut être loupé notre rendez-vous avec l’histoire. Ça nous aurait permis d’aller en demi de C1 et peut-être même plus loin. Cette année-là et l’année d’après à Milan, on avait l’effectif pour prétendre à quelque chose de grand et peut-être marquer l’histoire du foot français. Avec le jeu qu’on pratiquait, les personnalités qu’on avait dans cette équipe, on aurait pu gagner l’amour du public français de manière plus générale. » Mais le Lyon 2005 ne sera jamais le Saint-Étienne 1976.

Vidéo


Par Maxime Feuillet Propos de Nicolas Puydebois, Johann Vogel et Grégory Coupet recueillis par MF
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article

laurentlp Niveau : CFA
Note : 2
"Seul ce pénalty non sifflé me reste à jamais en tête tout en étant conscient qu’il n’était pas marqué d’avance."

Merci Gregory de bien insisté là dessus ! Même si il y avait eu penalty, rien ne dit qu'il aurait été marqué et que la fin aurait été différente ! On aime bien se remémorer et se plaindre de faits qui, finalement, n'auraient peut-être rien changé au final : Battiston par exemple. Schumacher aurait été expulsé mais est-ce que le penalty aurait été transformé ? Est-ce que seulement l'arbitre aurait accordé penalty et non pas CF vu que la faute est en limite de surface ? Ou encore la main de Henry en match retour face à l'Irlande ! Les Irlandais disent que ce but les a privé de Coupe du Monde, je rappelle que le score était de 0-1 pour les verts, soit une égalité parfaite sur les 2 rencontres. Que se serait-il passé pendant les prolongations ? Les TaB ? Rien ne dit que le résultat final aurait été changé !
zinczinc78 Niveau : CFA
Sans oublier que Shay Given provoque deux pénaltys non sifflés (un à l'aller, un au retour) ce que les Irlandais ont vite oublié..
C'était pas le style de Juninho de trembler sur penalty !
Oui j'ai toujours pas digéré...
Et ce Van Bommel, divinement insupportable. Les Motta, Busquets et consorts sont des enfants de choeur à côté.
Georgesleserpent 2.0 Niveau : Ligue 2
ahah, pour reprendre la formule de notre ami bitedamarrage:

"Van Bommel qui pouvait tuer un joueur et convaincre l'arbitre de ne mettre qu'un jaune on ne sait trop comment (après le mec parlait X langues, avait une classe d'ambassadeur et un calme d'assassin...)."
Thouvenel Ballon d'Or Niveau : National
Petite précision quand même pour Séville 82. Le scandale c'était pas CF ou péno, c'était (et c'est toujours) qu'il n'y ait pas eu de carton rouge!!!!*

* et même pas de jaune!!!!!
Thouvenel Ballon d'Or Niveau : National
Note : 1
bah en fait après revisionnage, jamais de la vie y a CF :(((
je ne te remercie pas d'avoir remis ça sur le tapis
 //  15:46  //  Supporter de Lyon
Faut pas oublier qu'à l'époque en plus, le gardien là se prends un rouge.

Alors Juninho en face d'un mec qui commence son match par un face à face... Juninho n'a jamais tremblé au moment de mettre les coups francs décisifs.
Ce commentaire a été modifié.
Batiston c'était en dehors de la surface il me semble
7 réponses à ce commentaire.
"On pouvait battre n’importe quelle équipe européenne"


Oui, il y avait penalty sur Nilmar mais il fallait ensuite:

- marquer le penalty
- ne pas prendre deux buts des Boerens
- se farcir soit l'AC Milan, soit Liverpool soit Chelsea qui n'étaient pas des bleus (enfin presque....)
Lamine Turgut Niveau : Ligue 2
Note : 15

"Le jour où il y avait un Montpellier-OL à noter !"
Et du coup les arbitres Français compensent depuis 12 ans ce penalty non sifflé...

Il avait une vision à long terme en fait le père Aulas
 //  13:55  //  Amoureux de Lyon
C'etait pour anticiper l’éclosion de Lacazette.
Du coup, il va falloir qu'il signe au Barça pour poursuivre sa progression
2 réponses à ce commentaire.
Me balancer un article comme ça en pleine gueule au réveil c'est dur ... Vous êtes des monstres, je retourne me coucher.
Qu'est-ce que j'en ai cauchemardé de cette action à l'époque ! Et quand je revois les images, j'en ai encore les larmes aux yeux...

Mais pourtant, je reste toujours fermement opposé à la vidéo. Pourquoi ? Parce que c'est ce moment qui a rendu ce match mémorable à jamais. Aurait-on marqué ce penalty ? Aurait-on gagné ce match ? Aurait-on gagné la Ligue des Champions ? Nul ne le sait, et c'est ça qui fait la magie du football et qui rend les matchs grands, les équipes fortes, les épopées grandioses ou tragiques.

Maintenant, je crois que le but d'Inzaghi à la toute fin du match contre Milan l'année d'après m'a encore plus traumatisé. Cette équipe de l'OL était tellement forte, elle produisait un jeu tellement beau. Elle avait le niveau et le talent pour remporter un titre européen à mon avis, et ces 2 saisons-là, ils auraient pu marquer l'histoire du foot français.
Le but d'Inzaghi était terrible. Lyon qui souffre et qui tient pendant 90 minutes même si c'était pas beau à voir, et puis ce ballon qui frappe le poteau, roule sur la ligne...personne d'autre que SuperPippo n'aurait marqué ce but.
Derrière Chevtchenko en rajoute un pour faire bonne mesure. Ma pire soirée européenne et de loin. Et le tournant défninitif pour Lyon. Après cela jamais plus l'équipe n'a été en mesure de jouer les premiers rôles.
Lyon s'était fait une spécialité de marquer dans les dernières minutes à cette époque, notamment dans les derbys... celui d'octobre 2004 est un très mauvais souvenir pour tout supporter stéphanois.

Du coup, j'avais vu la victoire de Milan dans ces conditions comme un juste retour des choses. Et les supporters des verts, nous avions conscience de la toute puissance de l'OL à cette époque là et de leur capacité à faire de grandes choses en Europe, c'est pourquoi la victoire du Milan nous est apparue comme salvatrice. D'ailleurs, il n'y a qu'à voir les chambrages pro-milan du parcage stephanois lors du derby joué juste après (et lamentablement perdu 4-0) à Gerland.

Eh oui... la routourne a tourné, comme dirait l'autre...
 //  14:02  //  Amoureux de Lyon
Je crois que c'est ma pire soirée européenne aussi.

Une année ou effectivement on peux battre n'importe qui dans une première partie de saison ou on fini à 45pts. et ou on "s'effondre" en deuxième partie, suite à cette élimination.

C'est vraiment rageant parce que battre le milan de cette époque et arriver en demi nous aurais vraiment aidé à passer un palier. Se dire qu'on est capable de passer les quarts, (peut importe l'élimination éventuelle contre le barca) et de capitaliser de l’expérience de ce genre de rencontre.
Et Jean Michel Larqué hurlant "Oooooh Il s'est troué !" quand Abidal rate la balle, et Thierry Gilardi "Quel coup de poignard !" avec sa voix rauque...

Rien que d'y repenser je suis blasé.
GovouLegend Niveau : CFA
 //  13:35  //  Supporter de Lyon
Cette élimination contre Milan... J'en ai longtemps voulu à Francois Clerc de façon complètement irrationnelle. Cette année là on avait l'équipe pour créer la surprise. Peut être plus que l'année précédente.
Garrincha7 Niveau : CFA2
J'ai toujours trouvé que le Lyon de la 1ère partie de saison 2006-07 était le plus impressionant en coupe d'Europe juste après la WC), avec le côté gauche phénoménal (Malouda à un niveau exceptionnel), le milieu toujours aussi fort, la défense très solide (à l'époque il y avait des rumeurs d'un achat de Cris par le grand Milan pour remplacer Maldini). Et puis il y a eu cet effondrement total après la trêve. Incompréhensible.

En ce qui concerne l'article, je l'ai déjà dit sur un autre article il y a peu de temps, mais je réitère: Kim Milton Nielsen est une petite pute. Et MVB son maque.
6 réponses à ce commentaire.
demon_john2905 Niveau : District
Effectivement souvenir douloureux... Avec des si... et si le penalty avait été accordé, et si il avait été marqué...
On oublie aussi qu'il y avait nettement moins de "si" à San Siro quand ils ont vraiment la qualification en main jusqu'à quelques secondes de la fin et se ch**** dessus devant Inzaghi et Chevtchenko. Pas de possibilité de renvoyer la faute sur l'arbitre... De mon côté le souvenir de ce match là est encore plus douloureux.
"Le Lyon 2005 ne sera jamais le Saint-Étienne 1976"

Tout est dit... :p
 //  14:08  //  Amoureux de Lyon
Sainté 76 = OM 93 = Lyon 2005 = Paris 2015 = Monaco 2016.

Tout est dit.
1 réponse à ce commentaire.
 //  12:50  //  Supporter des Pays-Bas
Comment les supporters du PSV doivent kiffer cet article n'empêche
Allah Babar Niveau : Loisir
La vérité c'est que le PSV bien plus fort que Lyon
Papaboubadiop2 Niveau : District
Sur ce match l'action qui m'a le plus marqué c'est pas le penalty sur Nilmar mais le face à face raté de Govou. Il doit être à cinq mètres du but, il a le temps de prendre deux-trois secondes pour bien armer sa frappe, lire le journal et prendre un café... au final il met un plat du pied tout moisi sur Gomes. A moins que je me goure d'année?
Kit Fisteur Niveau : Loisir
N'empêche j'essaie de me mettre à la mettre à la place d'un petit jeune qui découvrirait l'histoire de ce penalty avec cet article et ne suis le foot que depuis quelques années... ça doit leur sembler complètement irréaliste que Lyon se fasse voler comme ça quand on voit comme aujourd'hui «penalty pour Lyon !» est devenu un running gag...
GLOBULES ROUGES ET BLANCS Niveau : CFA2
Comment ne pas se souvenir de ces soirées là...

Surtout que le PSV venait de nous éliminer grâce à vennegoor of Hesselink ( quand avant le prix du flocage variait en fonction du nombre de lettres tu creusais ton découvert avec son maillot )
Aaaah ce match... mes premières larmes de tristesse dans ma carrière de supporter professionnel !
Et donc SoFoot, toujours pas d'injustice pour Paris ... Mais pour un péno lyonnais oui.
UnJourDeFoot Niveau : DHR
Tu es as eu tes articles Robert. Et tu les auras encore & encore & encore.
1 réponse à ce commentaire.
Quel souvenir... C'est la prmeière fois que j'ai eu ce sentiment dd'être "vole" ! C'était terrible, et puis défaite ensuite aux tirs-au-but, quelle cruauté !!

Je suis peut être le seul à me rappeler que concernant Nilsen, il avait aussi sifflé la fin des 90 minute alors que Malouda allait frapper à l'entrée de la surface ? C'était dengue !

Et l'année d'après, le Milan. La fois où j'ai pleuré pour du football. Là où c'est encore plus dur, c'est que ça arrive l'année après le PSV, où on pensait avoir chasse nos demons..

Quels souvenirs ! La C1 ! Le Coeur qui bat ! Le maillot Noir ! Les matchs sur TF1 ! Bordel !
 //  21:03  //  Amateur de Lyon
Que la fin de l'article me fait mal... Mais oui il y avait pénalty sur Nilmar. J'étais au bar ce soir là, c'est gravé dans mes souvenirs :) Quelle tristesse. Surtout avec le gardien d'en face qui livrait des pizzas sur chaques sorties. C'était pas possible. Reste que ce match là on le perd à l'expérience à l'aller et au retour. Il n'y avait pas photo entre les deux équipes. Trop suffisants, et une différence de niveau d'entraineurs...
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  21:10  //  Aficionado de l'Argentine
Jamais été fan de l'OL mais je reconnais qu'à cette époque, ils m'ont souvent fait vibrer en LDC (l'époque où j'arrivais encore à passer outre l'antipathie que m'inspire Aulas) et ce match contre le PSV m'avait vraiment dégoûté ! Ce soir-là, les supporters lyonnais ont dû comprendre ce que nous, supporters de l'OM, avions ressenti 15 ans plus tôt avec la main de Vata et la fameuse demie Benfica-OM...

Même en revoyant les images aujourd'hui, je n'arrive toujours pas à comprendre comment un arbitre peut ne pas avoir sifflé penalty sur cette action !
D'ailleurs quand je lis ça :
"Contacté pour lever le voile sur cette affaire, l’ex-arbitre international, Kim Milton Nielsen, n’a pas souhaité répondre à nos questions."
Je trouve vraiment dommage que l'arbitre ne soit pas foutu d'expliquer sa décision et d'assumer. Je pense que les arbitres gagneraient à se justifier dans ce genre de cas, peut-être que ça calmerait le ressentiment à leur égard...
jean marc rouillan Niveau : Loisir
Ils sont marrants les supporters lyonnais. Ha!! ce penalty. Mais s'il faut s'arrêter sur un penalty non sifflé, pour justifier sa défaite, alors c'est que l'équipe n'a pas grand chose à montrer dans son jeu.

Mais le match n'est pas perdu sur ce penalty(neymar à payé sa réputation de plongeuse et l'arbitre n'a pas sifflé), il est tout simplement perdu au match aller avec les énormes occasions pour essien et wiltord qui n'ont pas été converties.

Mais bon apparemment, se trouver des excuses pour justifier les défaites c'est bien
lyonnais tout çà.

Etre un grand d'Europe c'est non seulement un grand palmarès européens mais c'est aussi un comportement à avoir , ce que l'ol à l'heure actuelle n'à toujours pas...
jean marc rouillan Niveau : Loisir
Nilmar , pardon et non neymar!!
"Mais bon apparemment, se trouver des excuses pour justifier les défaites c'est bien Lyonnais tout ça"...
Le Petit Bouchon, c'est bien lyonnais, mouhai.... quant à "se chercher des excuses nananana...." , c'est autant de Pékin que d'Istanbul, de Trifouilli les oies que de Berrybouy..., c'est aussi Universel que d'insulter les arbitres ou que de "regarder le reste du monde du haut de ses remparts", dixit Brassens dans "ces imbéciles heureux qui sont nés quelque part"...
2 réponses à ce commentaire.
il y a 7 heures 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars !
il y a 3 heures Nantes, la mascotte et le plagiat 25 il y a 5 heures Brian Fernández arrive à Metz 3
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 14:37 Valdés lance sa société de production 8 Hier à 13:27 Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 13
mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 30 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport) mardi 25 juillet Ederson atteint d'un cancer des testicules 67