Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 24e journée
  3. // Augsburg/Wolfsburg

Le jour où Hoarau a sauté Wolfsburg

Cette saison, Wolfsburg a fière allure derrière le Bayern Munich en Bundesliga. Menée par Kevin De Bruyne et quelques joueurs frisson, l'équipe de Hecking rappelle logiquement celle de Magath en 2008-2009. Et forcément, quand l'on pense à Džeko, Grafite et Misimović, on pense aussi à Guillaume Hoarau.

Modififié
Cette saison, le VfL Wolfsburg est redevenu cette belle Allemande qui en met plein la vue à tout le monde. Jeune, explosive, pétillante. Blonde, forcément. Grande, aussi. Sportive. Elle n'a peur de rien, elle plaît, et elle le sait. Wolfsburg, c'est un 4-2-3-1 séduisant sur toutes les lignes : Ricardo Rodríguez à gauche, la paire de milieux Luiz Gustavo-Guilavogui, la mène de Kevin De Bruyne (8 buts, 15 passes décisives en championnat), les buts du Néerlandais Bas Dost devant (13), mais aussi Ivan Perišić, Ivica Olić, et enfin la recrue hivernale André Schürrle. Avant d'affronter Augsburg ce week-end, Wolfsburg est le dauphin indiscutable d'un Bayern qu'il est le seul à pouvoir tutoyer en Allemagne, avec 8 points de retard. Un tutoiement timide, donc, mais un tutoiement quand même : en janvier, les hommes de Dieter Hecking ont même battu ceux de Guardiola (4-1). Mais ce n'est pas la première fois que la Volkswagen Arena attire les yeux curieux de l'Europe. En 2008-2009, la belle Allemande avait remporté la Bundesliga et avait commencé très fort en Coupe UEFA, un peu comme aujourd'hui. Et pourtant, elle s'était fait sauter. Deux fois, même. Au Parc. Par un veinard nommé Guillaume Hoarau.

Flash-back


D'un côté, le Paris Saint-Germain 2008-2009 est en pleine reconstruction. La fin du printemps 2008 est dramatique dans la capitale, et les émotions coulent à flots : la peur de la relégation, le départ de Pedro Miguel Pauleta, mais aussi ceux de Mario Yepes, Bernard Mendy et Jérôme Alonzo. En août, Paris aborde ainsi une nouvelle tête, à commencer par celle de Charles Villeneuve. Le PSG vend (Diané, Digard, N'Gog, Rodríguez) et se renforce intelligemment : Ludovic Giuly (3 millions à la Roma) et Claude Makelele (fin de contrat) pour l'expérience, un Stéphane Sessègnon plein d'espoirs (8,5 millions), un Mateja Kežman en prêt qui suscitera énormément d'attentes, et puis au moins autant de doutes, et enfin Guillaume Hoarau. Le Réunionnais, après 28 buts en Ligue 2 pour Le Havre, arrive accompagné d'un énorme point d'interrogation. 1m93 pour 500 000€, mais quel niveau ? De l'autre coté, le Wolfsburg de Felix Magath a des allures de machine de guerre. La Volkswagen roule à pleine allure, poussée par ses deux roues avant Edin Džeko et Grafite, le pare-choc Andrea Barzagli et le pilote Zvjezdan Misimović. Le numéro 10 lâche 20 passes décisives dans la saison, tandis que le duo de buteurs démolit le Bayern Munich de Franck Ribéry et Luca Toni (5-1 à domicile, un doublé chacun, dont un chef-d'œuvre du Brésilien) et tout le reste de la Bundesliga : 28 buts pour Grafite, 26 pour Džeko.

Vidéo

Hoarau, de la Ligue 2 à l'Europe


Si les trajectoires des deux clubs s'opposent, une compétition va les rassembler : la Coupe UEFA. La dernière de l'histoire, celle au système de poule incompréhensible. Cette année-là, le PSG avait d'abord perdu contre Schalke 04 (3-1), puis accroché deux matchs nuls contre le Racing Santander et Manchester City. Lors du dernier match de poule, Paris accueillait Twente. Dans une ambiance électrique, un doublé de Luyindula envoyait le club de la capitale en seizièmes de finale, contre Wolfsburg. Jusque-là, le futur champion allemand avait tapé Heerenveen, Braga et Portsmouth, avant de faire match nul contre la dernière version du Milan de Carlo Ancelotti. Face à une allemande favorite venant rouler des épaules au Parc, Paul Le Guen, rappelant étrangement Laurent Blanc, « espérait avant tout ne pas encaisser de but » , à domicile. Mais après un match équilibré, et alors que le coach breton pense repartir avec ce qu'il voulait, deux coups de pied arrêtés changent tout.

80e minute, Jérôme Rothen dépose un coup franc au point de penalty, et la carcasse du numéro 9 d'Hoarau s'élève plus haut que les mains de Diego Benaglio : 1-0. Cinq minutes plus tard, c'est Maxime Partouche en personne qui part tirer un corner anodin. Cette fois-ci, Hoarau décide carrément de dunker sur le gardien suisse au premier poteau. Les Allemands sont trop courts pour le buteur français : 2-0 score final. En conférence de presse, l'inimitable Paul Le Guen affirme « avoir quelques regrets pour le troisième et quatrième but » . Au retour en Allemagne, Rothen allait provoquer un penalty et lancer une mine en pleine lucarne pour assurer la qualification, avec un nouveau doublé de Peguy. Alors que Vágner Love terminera meilleur buteur de la compétition, avec 11 buts marqués pour le CSKA Moscou, au tour suivant Guillaume Hoarau allait à nouveau s'envoler en fin de match pour éliminer Braga d'un coup de tête. Le PSG tombera finalement contre le Dynamo Kiev en quarts de finale. Pour sa première saison dans l'élite, Hoarau terminera avec 20 buts toutes compétitions confondues, dont 17 en Ligue 1, son record. Aujourd'hui encore, le Réunionnais est le deuxième meilleur buteur français de l'histoire du PSG, derrière Dominique Rocheteau.


Par Markus Kaufmann À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall il y a 7 heures La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) il y a 16 heures La drôle de liste d'invités de la finale 35
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Tsugi
Hier à 20:20 Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 67 Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge Hier à 09:07 Rooney inspire DC United 3