Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 17 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // PSG-Rennes

Le jour où Gourcuff a humilié la défense du PSG

L’un des plus beaux buts de Yoann Gourcuff a été inscrit le 11 janvier 2009 avec Bordeaux face au PSG (4-0). Ce n'était même pas vraiment un but. Juste un chef-d'œuvre. Le Breton raconte.

Modififié
Les Bordelais mènent logiquement 2-0 et maîtrisent de pauvres Parisiens qui n’arrivent à rien ce soir-là. Véritable métronome de l’équipe girondine, Yoann Gourcuff, passeur décisif sur le premier but des siens, ne se contente pas de régaler le crâne de Souleymane Diawara. Il réalise quelques gestes techniques de qualité au cours des soixante-huit premières minutes. Mais les spectateurs de Chaban-Delmas n’ont encore rien vu. On joue la 70e minute de jeu quand Benoît Trémoulinas centre dans le vide devant le but. La défense parisienne dégage tant bien que mal. Dans quelques secondes, le public et les téléspectateurs de Canal+ vont assister au but de la saison. Le ballon revient dans les pieds de Matthieu Chalmé. L’arrière droit girondin passe à son meneur de jeu, qui se rappelle : « Quand Matthieu Chalmé me passe le ballon, je regarde où sont placés les adversaires et je vois qu’il y a pas mal de monde. Je sens Sylvain Armand arriver. Du coup, je fais une roulette pour me mettre entre lui et le ballon et puis après, je me retourne face au jeu. » Une fois Sylvain Armand effacé, Yoann Gourcuff se retrouve face à Sammy Traoré. L'ancien Niçois se fait alors balader par son adversaire. « Je ne me mets pas en situation de bien défendre par rapport à lui, car je pense que Sylvain va remporter son duel. Une fois Sylvain éliminé, j’interviens, mais je ne suis plus en position de tacler parce que je suis arrêté. J’ai juste mon pas d’élan que j’envoie en avant  » , explique Traoré. À ce moment-là, tous les gestes doivent être rapides et précis. Aidé par ses qualités techniques, l’ancien Milanais se joue du grand défenseur. « Un défenseur (Traoré) arrive vite, je suis obligé d’aller très vite. Du coup, je fais un double contact très rapide et je m’ouvre le chemin du but. Sur l’appui d’après, je mets un pointu, car j’ai un autre défenseur qui arrive pas très loin derrière. Avec de la réussite, ça va au fond. » Avec de la réussite et une pincée de talent.

Pastore, grand corps malade

Vidéo

« Matthieu Chalmé m'a mis une petite tarte »


Depuis ses cages, Mickaël Landreau, qui ne peut rien faire sur la frappe, est aux premières loges pour assister à la représentation du virtuose bordelais. Si Sammy Traoré ne se rend pas compte de ce qui vient de se passer, le gardien parisien n’en a pas perdu une miette. « Ça va tellement vite, que sur le coup, on ne se rend pas compte. Plus que le but en lui-même, c’est la réaction de Mickaël Landreau qui nous a surpris. Quand il se relève de son plongeon, il secoue sa main et dit : "Ouf, il est beau le but" » , raconte l’ex-international malien. Les coéquipiers de Yoann Gourcuff n’ont pas besoin de revoir les images pour prendre conscience que le joueur prêté par l’AC Milan vient de marquer un but zidanesque. « Ils sont tous venus sur moi. Matthieu Chalmé m’a mis une petite tarte. Alou Diarra s’est agenouillé pour me nettoyer les chaussures, se souvient l’actuel joueur du Stade rennais. C’était sympa. Surtout que, à part catastrophe, ce but nous assurait la victoire. » Celui qui recevra quelques mois plus tard le prix UNFP du plus beau but de l’année grâce à ce chef-d’œuvre, a vibré tout au long de son action avec le public de Chaban : « J’ai ressenti dans les différentes phases de l’action le public qui, au fur et à mesure, commençait à réagir. Déjà au moment de la roulette, je sens une réaction du public. Dans la foulée, il y a le double contact, où je sens une nouvelle réaction. Quand je frappe et que je marque, là c’était incroyable dans le stade, c’était énorme. »

« Dans cette période-là, j’ai mis quelques buts sympas »


Ce 11 janvier 2009, quand les Parisiens se présentent sur la pelouse du stade Chaban-Delmas, ils sont pleinement conscients de l’état de grâce actuel du meneur de jeu d'en face. « Nous, on savait pertinemment avant le match qu’il était en pleine bourre et qu’il était capable de ce genre de geste, se remémore Sammy Traoré. On savait très bien que c’était un très bon joueur avec une très bonne équipe. On savait pertinemment qu’avec ce genre de joueur, sur une action ou une bêtise, ça pouvait faire ficelle. On faisait attention à lui. » La première saison du milieu de terrain bordelais est sa plus complète. Ce match face au PSG est un parfait résumé de cette saison 2008/2009. L’international français éclot en Gironde. En trente-sept matchs, le Breton signe douze buts et huit passes décisives. Il est le maître à jouer du Bordeaux de Laurent Blanc. Trois mois avant le petit bijou inscrit face au club de la capitale, le numéro 8 bordelais en avait déjà inscrit deux magnifiques à une semaine d’intervalle, avec les Bleus et Bordeaux. « Dans cette période-là, j’ai mis quelques buts sympas. Il y a celui contre Toulouse et une frappe avec l’équipe de France contre la Roumanie. Mais si je dois n’en choisir qu’un, c’est effectivement celui contre Paris qui reste le plus beau » , reconnaît l’ancien Lyonnais. Champion de France avec Bordeaux à la fin de la saison, Yoann Gourcuff est le premier à faire le doublé meilleur joueur et plus beau but aux trophées UNFP. Un Suédois l'imitera cinq ans plus tard.


Miné par de nombreux pépins physiques ces six dernières années, Gourcuff n’a jamais rejoué au niveau qui était le sien ce soir-là, cette saison-là. Mais le talent ne se perd pas. Alors on a le droit d'attendre un spectacle similaire ce soir au Parc des Princes. Même si Matthieu Chalmé n'est plus là pour servir le caviar...



Par Maeva Alliche Tous propos recueillis par MA
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Podcast Football Recall Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE
À lire ensuite
Trapp, l’arroseur arrosé