Le jour où George Graham a été viré d'Arsenal

À Arsenal, avant Arsène, il y a eu George. George Graham. Et entre, il y a eu un vrai bordel, dans lequel Bruce Rioch tenait le leading role. Retour sur une période aussi tendue que charnière pour le club londonien qui débuta il y a pile vingt ans.

Modififié
21 février 1995. À quelques heures d'un match contre Nottingham Forest, l'équipe d'Arsenal, qui peine sur cette saison à retrouver le haut du tableau dans cette toute nouvelle Premier League, vient de prendre un grand coup sur la tête. George Graham, son entraîneur depuis neuf ans, vient d'être démis de ses fonctions par le président du club Peter Hill-Wood, meurtri et abasourdi. « Ce fut mon jour le plus triste dans ce club. J'ai dit à George que j'étais désolé qu'on en soit arrivé là. Nous avons connu de grands moments ensemble, et il a amené beaucoup de succès à Arsenal. Je crois parler pour tout le monde quand je dis ça. Tout le monde admire le travail accompli, ce qu'il représente » , expliquera le doyen du club en conférence de presse. À raison. Sous George Graham, les Canonniers ont appris à renouer avec le succès : deux victoires en championnat, deux League Cup, un FA Cup, un Charity Shield et dernièrement une C2, qui font du technicien écossais l'entraîneur le plus performant de l'histoire du club. Même Graham ne peut pas ou ne veut pas croire à cette nouvelle, lui qui passera la tête dans le vestiaire juste avant le match pour lâcher à ses joueur un « Je suis toujours là ! » tandis qu'on l'escorte hors du stade. Dès lors, pourquoi avoir dégagé un entraîneur qui a permis de remettre Arsenal sur la carte du football anglais ?

Graham, un homme qui pesait à Arsenal


Parce que le désormais ex-entraîneur d'Arsenal aurait touché des pots de vin d'une valeur de 425 000 livres de la part de l'agent norvégien Rune Hauge lors de la signature de deux joueurs pour le club londonien, Pål Lydersen et John Jensen. Si Graham qualifie de « cadeaux » les sommes astronomiques touchées, le fait est que la FA suspend l'entraîneur de toute activité professionnelle dans le foot pour un an. Et même si la situation est extrêmement compliquée pour le board d'Arsenal, l'occasion fait le larron dans une saison où Arsenal ne scintille pas autant que les précédentes, tandis que Graham maintient son train de vie d'entraîneur nanti. Juste avant d'être licencié, l'entraîneur écossais signera John Hartson, Chris Kimomya et même l'ailier néerlandais Glenn Hélder, quelques heures avant d'être débarqué d'Arsenal. Ce dernier n'a plus le look de bassiste de Prince de ses années londoniennes, préférant la boule à zéro et le sourire ultra bright. Mais il se souvient très bien cette époque en sirotant un jus d'orange frais dans le prestigieux American Hotel d'Amsterdam : « George Graham me voulait vraiment. Pendant les négociations, il a fait des pieds et des mains pour m'avoir. C'était un homme très relax. Il était en confiance : ça faisait dix ans qu'il était là et qu'il avait remporté beaucoup de trophées. » Trop habitué à mettre les pieds sous la table, le Graham ?

Pas forcément. Au micro d'Aftonbladet TV, le milieu suédois Anders Limpar comparera ses quatre ans passés sous les ordres de Graham à « la vie en Irak à l'époque de Saddam Hussein. Il était dégueulasse. Un jour, tu te pointais à l'entraînement et il convoquait un joueur dans son bureau, même si tout le monde pouvait entendre ce qu'il s'y disait. Alors, Graham disait : "Je t'ai vendu à Leeds." Et le joueur répondait : "Je ne veux pas aller à Leeds." Graham concluait d'un "Bon, tu n'as plus qu'à faire tes valises." » Si l'Écossais fait ce qu'il veut au pays des Canonniers, c'est aussi parce qu'il a mis en place un système efficace, quoiqu'un peu boring. Le carré magique défensif que composent Dixon, Bould, Adams et Winterburn, à la limite de la télépathie, met tous les attaquants hors-jeu. Lors du titre de 91, Arsenal n'encaissera que 18 petits buts. Pour le reste, de grandes chiches envoyées à Ian Wright dans la boîte. Le Arsenal des early nineties est alors le spécialiste du 1-0.

L'homme qui fit signer Dennis Bergkamp (et qui hurla sur Ian Wright)


Le départ de Graham d'Arsenal, c'est une page symbolique du football anglais qui se tourne. Celle d'un pays qui tourne le dos à la First Division pour épouser la jeune Premier League juste avant que l'arrêt Bosman ne transforme en profondeur les effectifs brittaniques. Stewart Houston, assistant de Graham, se chargera d'assurer l'intérim avant que le club londonien ne nomme un autre Écossais à l'été 95 : Bruce Rioch. Habitué des petites équipes (Middlesbrough, Milwall, Bolton), le technicien enfile un costume peut-être trop grand pour lui. S'il est avant tout resté dans les Ars-annales comme « celui qui a fait signer Dennis Bergkamp » , cet héritage est visiblement contesté, les recrutements de l'époque étant réalisés principalement par David Dein, le vice-président. Du coup, Rioch agit avec la colère caractéristique de ceux qui ne maîtrisent rien. « Bruce Rioch voulait construire sa propre équipe et donc se débarrasser des joueurs recrutés par George Graham coûte que coûte, rembobine Hélder. Il faisait ça avec Chris Kimomya et John Hartson. Je me rappelle une mi-temps dans le vestiaire où Rioch a hurlé sur Hartson à deux centimètres de son visage pendant de longues minutes, à lui cracher des postillons dessus, pendant que Hartson s'enfonçait dans son box. Derrière, il demande à Ian Wright de se lever et une fois que c'est fait, il lui dit : "Tu crois que t'es plus important que le club ? Dégage de ma vue, putain !" Plus tard dans le match, il sort Ian, et derrière, Ian balance sa veste de survêtement. Et là, tout le stade : "Rioch out ! Rioch out ! Rioch out !" 37 000 personnes, quand même. »

Forcément, en tant que dernier arrivé de l'ère Graham, Hélder subit le même traitement de faveur, en un peu plus sournois. « En début de saison, Bruce Rioch est venu me voir et ne m'a fait aucun reproche. On a joué le premier match de préparation de la saison, et Dennis Bergkamp a marqué trois buts, moi deux. Là, Rioch m'a dit : "Glenn, bravo. Tu as joué parfaitement. Tu es mon milieu gauche pour cette saison." Le match suivant, il a mis Merson sur le flanc gauche pour voir s'il pouvait avoir un autre choix solide si jamais je venais à me blesser. À partir de ce moment, je n'ai pas rejoué un match. Donc tu me demandes comment est Bruce Rioch ? C'est un fourbe, un mec faux. Le genre de mec à te mettre une tape dans le dos alors qu'en fait, il te poignarde. »

Arsène Wenger origins


Parce qu'il préfère utiliser Dennis Bergkamp plutôt que Ian Wright, Rioch se voit donc obligé de modifier le caryotype d'Arsenal. Pas évident quand on voit les gueules de grognards de l'effectif londonien. « Quand Stewart Houston a remplacé George Graham, la façon de jouer est restée la même : du kick and rush. Avec Bruce Rioch, on a essayé le jeu au sol en passes courtes. Ça marchait bien à l'entraînement, mais en match, dès le premier ballon, poum ! Ça partait devant en cloche. En même temps, c'était difficile de changer ça puisqu'ils avaient toujours gagné de cette façon, rigole Glenn Hélder, plus habitué au jeu rapide typiquement batave. Je veux dire, la première fois que je suis allé faire un tournoi en Écosse, j'ai joué contre des mecs sans dents. Paul Merson ? Ses dents aussi s'étaient envolées. Le mec était milieu ! Normal, les mecs se mettaient des coups de coude tout le long du match. » Même si Arsenal termine à une inespérée cinquième place qualificative pour l'Europe lors de la toute dernière journée, la méthode Rioch n'est pas bonne. Le technicien écossais ne parvient pas à imposer ses idées, plus prompt à se prendre la tronche avec l'idole de Highbury Ian Wright qu'à ménager la chèvre et le chou.

Le 12 août 1996, Bruce tout-puissant est débarqué, remplacé par Stewart Houston, puis Pat Rice pendant quelques mois, le temps de chauffer la place à un entraîneur alsacien avec une dégaine de marathonien à la retraite et qui revient du Japon. « Arsène Who ? » titre même l'Evening Standard. Très rapidement, Arsène Wenger va réussir là ou Rioch a échoué, dans le fond et dans la forme. Depuis Wenger, Arsenal est synonyme de beau jeu appliqué au championnat anglais, parfois à la limite du romantisme absolu. Surtout, Wenger ne prend pas les gens en traître. Tandis qu'il ramène toute sa clique de Français, l'ancien entraîneur de l'AS Monaco fait le ménage. Un temps prêté à Benfica, Glenn le Néerlandais se retrouve concurrencé par son ancien rival en sélection Marc Overmars. « La première chose qu'Arsène Wenger m'a dite, c'est : "Glenn, j'ai beaucoup de clubs pour toi ! Tu peux signer à Strasbourg si tu veux." Et moi : "Strasbourg, c'est où ça ?", sourit-il. Forcément, c'est pas ce que tu veux entendre. Mais il a été honnête avec moi. J'avais tout foutu en l'air, donc c'était normal. Ce club, c'est Arsène Wenger qui l'a changé. » Bientôt vingt ans que ça dure.


Par Matthieu Rostac
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Pour ceux qui en douteraient encore, cet article donne un crédit immense à Wenger. Parce qu'il est arrivé dans un beau merdier tout de même.

Il faut juste arrêter de le comparer à Mourinho.

Pour moi l'un est un bâtisseur, quand l'autre s'inscrit dans du succès à court terme.

En intervertissant les rôles je pense que ni l'un ni l'autre ne réussirait. C'est pas tant une histoire de niveau ou de connaissance du jeu mais plutôt de philosophie. En soit le romantisme s'opposant au pragmatisme.
Claude le Gentil Niveau : National
Coucou teenage kicks


Oui je me disais bien que j avais lu un papier sur le meme sujet il y a un jour ou deux. Bon faudrait comparer le contenu point par point avant de crier au scandale, ce que je ne vais pas faire, mais cette habitude d écrire sur un sujet qui vient tout juste d etre traite ailleurs...le timing les gars, le timing.
DoutorSocrates Niveau : CFA
Arsenal et Arsène, à l'inverse de ce que l'on peut penser entendre, sont sans doute ce qu'il y a de moins romantique dans le football et de plus capitaliste! Arsenal est une institution extrêmement bien gérée, qui minimise ses coûts et maximise ses bénéfices à la perfection. Arsenal n'a ni de haut, ni de bas. Arsenal a simplement un rendement constant.

Arsène est quant à lui l'incarnation même du gestionnaire. Il ne fait pas rêver, n'a que le charisme que sa fonction lui donne, pas plus. Il n'est pas particulièrement apprécié par les fans mais fait le taf que les investisseurs souhaitent. Quand on le compare au leader charismatique qu'était Sir Alex Fergusson, la différence est criante. Les vrais romantiques dans le football actuel, ce sont ceux qui investissent sans être sûrs des rendements, ceux qui tentent des coups de poker pour décrocher un titre, ceux pour qui risquer de tout perdre vaut mieux que d'être sûr de ne jamais rien gagner,... Abramovitch est sans doute un plus grand romantique que les propriétaires d'Arsenal!
Message posté par DoutorSocrates
Arsenal et Arsène, à l'inverse de ce que l'on peut penser entendre, sont sans doute ce qu'il y a de moins romantique dans le football et de plus capitaliste! Arsenal est une institution extrêmement bien gérée, qui minimise ses coûts et maximise ses bénéfices à la perfection. Arsenal n'a ni de haut, ni de bas. Arsenal a simplement un rendement constant.

Arsène est quant à lui l'incarnation même du gestionnaire. Il ne fait pas rêver, n'a que le charisme que sa fonction lui donne, pas plus. Il n'est pas particulièrement apprécié par les fans mais fait le taf que les investisseurs souhaitent. Quand on le compare au leader charismatique qu'était Sir Alex Fergusson, la différence est criante. Les vrais romantiques dans le football actuel, ce sont ceux qui investissent sans être sûrs des rendements, ceux qui tentent des coups de poker pour décrocher un titre, ceux pour qui risquer de tout perdre vaut mieux que d'être sûr de ne jamais rien gagner,... Abramovitch est sans doute un plus grand romantique que les propriétaires d'Arsenal!


Permet moi de ne pas être d'accord avec toi.

Il accorde une place très importante à la gestion financière parce que justement il s'inscrit dans la durée et qu'il aime tellement son club qu'il veut le mettre dans les meilleurs dispositions pour l'avenir.

Après on parle quand même de quelqu'un qui est particulièrement attaché aux valeurs de son club. Par exemple cite moi un top club anglais qui accorde une telle importance aux joueurs formés aux clubs (voir post formés) qu'Arsenal ?
Je n'en vois pas.

Et puis concernant son style de jeu, plus romantique je ne vois pas, car il a favorisé un jeu plutôt sexy quitte à parfois mettre en danger les résultats.
Ronahldoignon Niveau : Ligue 2
Putain moi je pensais qu'un romantique c'était un mec qui cherchait une fleur bleue qui n'existe pas en haut d'une montagne où s'érige l'horizon infinie qui représente la vacuité de toute existence sur terre !!!

Je savais pas que et Wenger et Abramovitch en étaient.

Juste pour apporter une précision Arsenal n'est pas ni haut ni bas parce que c'est le profil de management de Wenger mais parce qu'ils ont construit un stade dont ils sont propriétaire et qu'il fallait le rembourser sans se mettre bêtement dans le rouge en dépensant à tous va. Après c'est vrai que claquer 100 000 millions pour Bale ou Neymar c'est vachement plus malin. Maintenant que tout ça est bouclé on va voir où se situera Arsenal dans les 5 prochaines années...
DoutorSocrates Niveau : CFA
Totalement d'accord, Arsenal n'a pas visé les premières places, parce qu'ils géraient l'investissement lié à leur nouveau stade. C'est ce que je disais, c'est le prototype du club de gestionnaire. Pas de décisions fantasques ou risquées, mais une analyse froide et dépourvue de sentiments de la situation.
DoutorSocrates Niveau : CFA
Franchement, pour les dernières années, quel était le plaisir, pour les supporters, de déjà savoir en début d'année qu'ils allaient finir 4eme de PL, qu'ils seraient éliminés en 8eme de Champions League et qu'il vendraient leur top-player ainsi qu'un autre cadre de l'équipe en fin d'année? Une logique économique justifie totalement ce fonctionnement. Par contre, quel ennui,... Mieux vaut finir une saison 2eme de PL, à 2-3 points du vainqueur et la suivante à la 10eme place. Au moins, on vit, il y a des sentiments, c'est fait de hauts et de bas. Arsenal c'est tiède.
Ronahldoignon Niveau : Ligue 2
Donc toi quant tu vas faire tes courses tu regardes ton compte en banque, tu vois qu'il te reste 100 balles pour finir le mois, du coup tu t'achètes 50 de Ferrero Rocher et une bouteille de Vodka et comme ça tu te dis que t'es pas un mec froid mais un petit fantasque romantique.

Pourquoi comparé une gestion économique d'une entreprise avec la philosophie de jeu d'une équipe de sport !!!!????
Ca n'a rien à voir. Tu crois que Apple ils se disent genre : "Eh les mecs si au lieu de sortir un iphone 7 on sortait pas plutôt une sorte de cube tactile avec une nouvelle connectique en forme de girafe plutôt que ce borin usb ??!!! Comme ça on passera pas pour des mecs froids et calculateurs."

Depuis quand et quel club fonctionne selon des principes liés aux sentiments et à l'émotion ??!!!! Je vois vraiment pas où tu veux en venir en fait.
DoutorSocrates Niveau : CFA
Message posté par Ronahldoignon
Donc toi quant tu vas faire tes courses tu regardes ton compte en banque, tu vois qu'il te reste 100 balles pour finir le mois, du coup tu t'achètes 50 de Ferrero Rocher et une bouteille de Vodka et comme ça tu te dis que t'es pas un mec froid mais un petit fantasque romantique.

Pourquoi comparé une gestion économique d'une entreprise avec la philosophie de jeu d'une équipe de sport !!!!????
Ca n'a rien à voir. Tu crois que Apple ils se disent genre : "Eh les mecs si au lieu de sortir un iphone 7 on sortait pas plutôt une sorte de cube tactile avec une nouvelle connectique en forme de girafe plutôt que ce borin usb ??!!! Comme ça on passera pas pour des mecs froids et calculateurs."

Depuis quand et quel club fonctionne selon des principes liés aux sentiments et à l'émotion ??!!!! Je vois vraiment pas où tu veux en venir en fait.


Puisque tu affectionnes le fait que les clubs soient régi selon une logique économique, ce qui est par ailleurs d'une certaine manière vraie, je vais aussi utiliser une petite comparaison du style. Supporter Arsenal, c'est comme acheter une action Nestlé. Tu es sûr de gagner quelque centimes à la fin de l'année, sans doute plus que si t'avais mis cet argent à la banque, tu ne seras jamais surpris ni déçu. Tu ne risques par contre pas d'exploser de joie non plus.
Hier à 09:24 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1
Hier à 13:48 Nantes, la mascotte et le plagiat 25
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 11:48 Brian Fernández arrive à Metz 4
jeudi 17 août Valdés lance sa société de production 8 jeudi 17 août Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 13 mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport)