1. //
  2. // 21e journée
  3. // Everton/Manchester City

Le jour où Everton a giflé Man City

Il y a quasiment 30 ans, Everton venait mettre une belle gifle à Manchester City à Goodison Park (4-0). Champions en titre, les Toffees dominent la Premier League tandis que les Sky Blues, jeunes promus, luttent pour ne pas descendre. À peu de choses près le copier-coller inverse de la situation actuelle.

Modififié
5 1
Alors oui, Everton n'est pas un promu, et son effectif actuel ne peut pas être associé à celui du Manchester City version 1985/86. N'empêche, le comparatif est intéressant. Le 11 février 1986, c'est en leaders que les Bleus d'Everton s'apprêtent à accueillir Manchester City, tandis que ce samedi 10 janvier 2015, c'est en co-leader que Man City se rend à Goodison Park. À l'époque, Everton est champion en titre et met tout en œuvre pour réaliser le back-to-back alors qu'il est exclu, comme tous les clubs anglais, des compétitions internationales à la suite du drame du Heysel intervenu un an plus tôt. Son adversaire du jour est plus bas dans le classement et sa priorité est portée sur son maintien dans l'élite. Ce samedi, la situation est inverse, et ce sont les Sky Blues qui cherchent à garder leur couronne tandis qu'Everton, seulement 13e de Premier League, se met à regarder dans son rétro.

Une quasi-symétrie


Après une première partie de saison passée dans l'intimité des stades et à l'écart des caméras de télévision, les diffuseurs télé et la Ligue n'étant pas parvenus à se mettre d'accord, Everton et City sortent du tunnel médiatique avec des trajectoires bien différentes. Emmené par Howard Kendall, le recordman du nombre de saisons passées dans l'élite anglaise enchante par son beau jeu, guidé par son attaquant vedette, Gary Lineker. De l'autre côté du terrain, les Citizens sont loin de leur niveau de jeu actuel et viennent tout juste de retrouver l'élite après un court passage dans la division inférieure. Alors, avant d'affronter Manchester City, les Toffees sont confiants et sûrs de leur force. Sur le terrain, le plus capé de l'histoire de « l'autre équipe de Liverpool » , Neville Southall, garde la cage des Bleus. Devant lui, Stevens, Reid, Bracewell et Lineker sont tous là. Du côté de City, les joueurs font figure d'anonymes. La tâche s'annonce difficile pour les visiteurs, déjà battus 3-1 au match aller.

Une raclée en bonne et due forme


À Goodison Park, plus de 30 000 Evertonians se sont amassés pour soutenir leur équipe. Du côté des Citizens, on s'est préparés à affronter une tornade qui n'attend qu'une chose : tout emporter sur son chemin. D'ailleurs, il ne faut pas attendre très longtemps pour que Gary Lineker place son premier coup de couteau après une grossière erreur de la part de la défense de City. La première période est dominée par les locaux, mais les visiteurs essaient tout de même de trouver un second souffle. La deuxième mi-temps, en revanche, va être une pure boucherie. Sur une deuxième erreur de la défense des Sky Blues, ce renard de Lineker, resté aux abords de la surface, en profite pour inscrire son deuxième but de la partie. City est dans le mal alors que les joueurs de la Mersey continue leur assaut sur les buts d'Eric Nixon. Les rafales se poursuivent, et le numéro 8 des Toffees place un superbe lob pour inscrire un nouveau but pour son équipe, son troisième consécutif. Le stade bouillonne, et même si City tente de revenir dans le match, les joueurs de Billy McNeill encaissent un quatrième et dernier but par Graeme Sharp, après une énième erreur de la défense de Manchester, à la rue pendant toute la rencontre. Everton finit la saison à la deuxième marche du podium, tandis que les Mancuniens terminent 15es. Le miroir inverse de l'exercice 2015 ?

Youtube


Par Jean-Guillaume Bayard et Gad Messika
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Kevin Sheedy et Peter Reid étaient mes préférés et le maillot d'Everton saison 85-86 est l'un des maillots les plus stylés de tous les temps, mais il leur fera perdre le championnat et la finale de la Cup à chaque fois à cause de ... Liverpool !

C'est quand même incroyable que sur ce site, quand il s'agit du football de papa et de grandpapa, il y a pas un chat !
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
CAN : la fiche du Gabon
5 1